01/10/2007

Petites et grande économies

A ce qu'il parait on parle peu d'économie et de propositions concrêtes durant ces élections.

Le fait est qu'il est beaucoup plus facile de jeter des slogans à la tête de l'adversaire que de parler de choses sérieuses. Par exemple M. Stauffer, du MCG, qui s'en prend ici même une fois de plus à M. Couchepin à qui il reproche l'envolée des primes d'assurance maladie depuis... 11 ans ! Or cela ne fait pas encore 4 ans que M. Couchepin est en charge de ce dossier.

Ce qu'est parvenu à faire le Valaisan, au contraire, c'est que pour la première fois depuis que l'assurance maladie obligatoire existe, l'ascenseur s'est arrêté. Les primes ont été stabilisées, et ont même légèrement diminué. Trop légèrement, c'est vrai, mais ce n'est pas fini: les services de M. Couchepin travaillent sur de nouveaux chantiers, par exemple la négociation des tarifs des médicaments génériques.

Dans les commentaires, toujours dans le blog de M. Stauffer, on peut lire l'avis d'un genevois résidant en France, qui relève que la formule la moins coûteuse et de loin, c'est celle de l'assurance privée volontaire française, dont les primes sont moins élevées qu'en Suisse et nettement moins chères que les prélèvements obligatoires de la sécu.

Il a parfaitement raison, mais uniquement si l'on est un homme jeune et en bonne santé. Le système privé français n'est en effet que très peu mutualisé, il n'y a donc aucune solidarité entre les sexes et les générations et chaque compagnie est libre de sélectionner uniquement les bons risques et même de se débarasser des autres, lorsqu'ils ont fait leur temps. Si l'on est en pleine forme et célibataire, c'est sûr on y gagne, mais lorsque naissent les enfants et qu'on s'approche de la retraite, ou qu'une maladie de longue durée vous frappe, on change d'avis.

Enfin, pour parler un peu d'économie, j'ai été très amusé de constater que l'UBS devait provisionner quelques milliards ce trimestre à cause des subprimes étasunienens. Ce qui réduit à néant son bénéfice, produisant même quelques centaines de millions de francs de perte. C'est la deuxième grosse plantée en quelques mois et comme pour la première, le chef du service confirmé est remercié. Avec ou sans parachute doré, l'histoire ne le dit pas.

Etonnament, pas un mot sur les conséquences de ce désastre pour M.Ospel. Le patron tout puissant, responsable tout de même du choix de ses collaborateurs et de leurs options principales à ce stade, s'en tire apparemment sans problème. Son salaire tellement mirobolant, justifié par ses compétences hors normes, lui sera-t-il néanmoins versé ?

La libre concurrence et le salaire au mérite, tout ça, je suis pour. Mais à condition que cela fonctionne dans les deux sens et que les boulettes soient sanctionnées, aussi chez les plus gros poissons.

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

vous avez raison, depuis que M. Couchepin les primes se sont stabilisées et pourquoi ?

Parce que les prestations remboursées ont diminué, les médicaments remboursés sont de plus en plus rares et l'utilisation des génériques fera faire des économies aux assurances et non aux assurés.

M. Couchepin lorsqu'il parle des Suisses moyens, parle de cette frange moyenne située, selon ses propres termes, en "petits propriétaires d'immeuble": (réf. visible sur la TSR, émission de présentée par M. Manuelle Pernoud au sujet de l'assurance unique il y a deux ans)

Dire que M. Couchepin est compétent à ce stade, ça fait peur et laisse présager que ses amis assureurs ont de belles perspectives d'avenir.

En outre, M. Couchepin et ses services n'ont toujours pas obtenu des aussureurs la transparence des comptes : réserves - dépenses...

Que M. Stauffer, comme tous les politiques, se réveillent en cette veille d'élections fédérales ne me surprend pas et comme nous le savons, tout ou presque des arguments cités durant la campagne, disparaîtra une fois l'élection finie...

La politique d'aujourd'hui c'est ça, faire croire qu'on s'intéresse à nos problèmes, sans pour autant les résoudre.

Bien à vous Philippe,

Stéphane

REPONSE:
je n'ai pas vu l'émission dont vous parlez. Mais je vous signale qu'en Valais, canton de M. Couchepin, les petits propriétaires sont beaucoup plus nombreux qu'à Genève, où l'Asloca fait tout depuis des décennies pour se conserver sa clientèle captive de locataires et les voix qui vont avec aux élections.
Etre propriétaire n'a rien de honteux, c'est même très rationnel économiquement, à condition que les pouvoirs puiblics favorisent la chose, comme c'est le cas dans la plupart des pays d'Europe, où selon les cas 2/3 ou 3/4 des gens, même avec de petits revenus, ont pu y accéder.

Pour le reste, évidemment que M. Couchepin peut faire baisser les primes parce que les coûts baissent. Vous connaissez une autre façon de faire ? Quand à savoir si au final, la part prélevée par la gestion privée, bénéfices compris, est supérieure ou inférieure à ce que serait la part prélevée par une gestion fonctionnarisée, à tendance pléthorique, ce qui frise le pléonasme... J'ai étudié la question dans quelques pays, et la réponse me parait claire: le privé est plus efficace et moins coûteux.

Écrit par : Stéphane | 01/10/2007

je crois que votre défense de Monsieur Couchepin est suspecte! Les conseillers fédéraux sont collectivement responsables!

La réalité est que MOnsieur Couchepin comme tous les autres partis politiques sont à la fois liés par des alliances de traverse qui les soudent entre eux et par les financements occultes. La meilleure prueve est que les partis ont rejeté en bloc la transparence du financement des partis politiques!
Là ou vous avez totalement faux c'est que Stauffer ne dit rien d'autre que ces primes "à la tête du client" sont tout simplement illicites. Or le oins que l'on puisse attendre c'est que ces encaissements illicites soient restitués! Mais peut-être que vous roulez pour ces magnats, qui sait?
Ce qui est certain c'est que le bon mot d'ordre serait de lancer un vaste boycott des primes d'assurances et leur consignation auprès d'un association de défense des assurés! Voilà le bon moyen. Mais pour le prôner il faut être libre d'agir! Les raidcaux sont pris au piège du système, les PDC sont aussi courageux que l'émeu qui est sur le blog de Stauffer de ce jour, le PS ne s'intéresse pas à ça mais à remplir les poches de ses dirigeants (SIG par ex.) et les libéraux sont associés aux assureurs!.

Vous constaterez que vous faites le mauvais calcul en soutenant Couchepin!!!

Je me réjouis de voir si vous lancez ce boycott Monsieur je sais tout.

REPONSE:_

Cher Monsieur,
Je ne vois pas de quelles primes à la tête du client, ni de quel caractère illicite vous parlez.
M. Stauffer se plaint de ce que les primes ne soient pas les mêmes d'un canton à l'autre, mais c'était légal, donc licite et destiné à contrebalancer le fait que les coûts, notamment hospitaliers, ainsi que les habitudes de santé ne sont pas les mêmes d'un canton à l'autre.
Concernant le financement des partis, je suis effectivemnent pour la transparence (que tous les partis n'ont pas rejetée en bloc, puisque certains d'entre eux l'ont proposée) , et même pour le financement public des partis. Il se trouve que le parti radical genevois, en la personne de son Président M. Hiltpold, a déposé une motion en ce sens au Grand Conseil.
Cela permettrait en effet de rendre les partis, outils essentiels à la démocratie, indépendants des groupes de pression privés. La politique c'est de faire des propositions concrêtes, pas uniquement de dénoncer des scandales réels ou supposés.
A part ça, je ne comprends pas de quel boycott vous parlez ?

Écrit par : Edouard Danel | 01/10/2007

Je me permets de vous signaler que j'ai 55 ans et que pour assurer notre famille de 4 personnes je paye 900.- pour être assuré france-suisse en section privée ! sans franchise ! De plus, je crois qu'il n'y a pas plus solidaire que la sécurité sociale etant donné que celle-ci est calculée sur la base des revenus. Ce n'est pas pour rien que la France est classée N0.1 pour son système de santé par l'OMS ! de toute façon, je trouve inadmissible de payer plus de 400.-- par personne et par moi pour être dans des chambres à 8 personnes au cantonal ! de plus je connais des gens qui attendent plus de 6 mois pour une opération ! Il y a tout de même un très gros problème.!

Réponse:

Je n'ai jamais dit que la Sécurité sociale n'était pas solidaire, je trouve même que pour le coup, elle l'est un peu trop, c'est d'ailleurs ce qui la plombe.
Je parlais des assurances privées. Quand au chiffre que vous annoncez, il ne m'étonne qu'à moitié, ayant été moi-même assuré volontaire en France il y a bien des années. J'avais déjà compris que c'était une super affaire. Apparamment, le tarif n'a pas augmenté, il a même diminué, mais je serais curieux de savoir ce qui se passera quand vous serez vraiment vieux...
Mais au fait êtes vous assuré dans une compagnmie privée, ou assuré volontaire à la sécu, ce qui pour le coup est effectivement favorable aux familles, mais qui est une niche bien particulière du système social français, dédiée aux expatriés, et dont peuvent paradoxalement profiter des étrangers résidant en France sans y travailler

Écrit par : suisse frontalier | 01/10/2007

Au cas où vous ne le sauriez pas, je connais un couple de personnes âgées qui s'est fait jeter comme une "merde" de l'asurance complémentaire à Genève !! je trouve ceci scandaleux ! Je précise que ce couple qui a heueusement de confortbles revenus, a toujours payé ses primes. En tous les cas, il est vrai que la sécurité sociale est en faillite mais à Genève, c'est le peuple qui est en faillite, donc à choisir je préfère que ce soit la sécu. Ma belle-mère qui est française, a 1000 euros par mois dê revenu à la retraite, mais elle ne paye plus d'assurances et a droit à tous les soins. A noter que les maisons de retraites en France sont prises d'assault par les suisses car, là aussi les maisons de retraites sont impossibles à régler du fait du prix trop élevé !

Écrit par : Genevois frontalier | 01/10/2007

Non Monsieur, vous avez tout faux.

Les primes ne devrianet pas être à ce niveau car les assureurs y ont inclus des réserves illégales.


Le boycott est l'arme la plus puissante des petits contre les gros. Les petits c'est nous, pas vous puisque vous ne vous plaignez pas, et les gros c'est les assureurs.

Le boycott consiste à remettre les primes à une association de défense des assurés et par le nombre de faire levier.

A moins de marcher sur Berne si vous avez le courage de monter l'opération. Je suis sûr qu'il y aura de nombreux citoyens qui en ont marre et qui marcheront.

La dernière solution est que Genève parte en rupture contre le système et contre la Suisse.

Dire que nous suspendons tout paiement de prime et on s'assure à l'étranger.

Avec ça vous assècher les assureurs suisses et vous engorgez les tribunaux, autrement dit vous paralysez le système.

Au cas où vous ne l'auriez pas compris nous devons faire une révolution pour que le monde politique comprenne bien que c'est le Peuple qui a le dernier mot en Suisse:

La question est quel est le parti national qui est prêt à prendre le pari que les assureurs plieront?

REPONSE

Tout ceci me semble en effet un peu trop simple et passablement excessif.

Écrit par : Edouard Danel | 01/10/2007

voilà le message que j'ai laissé sur le blog de Monsieur Stauffer après avoir constaté que vous aviez réagit (après et non avant que je passe mon texte sur le blog de Stauffer)
Salutations et merci de votre franchise, elle vous honore.
Le problème n'est jamais sur le sujet du différend mais sur la façon de le résoudre. La discussion reste le meilleur moyen.

Mon texte sur le blog du députe Stauffer:
Philippe Souaiile se trompe car j'ai envoyé le message sur ce blog immédiatement après m'être rendu compte qu'il ne publiait pas sans filtre.

Cela dit il a effectivement publié mon intervention et y a répondu. A côté selon moi, mais il a répondu. Dont acte.

Je tiens à dire aussi que je suis d'accord avec les raisons qu'il donne pour filtrer, elles sont respectables et je les respecte.

Il faut seulement comprendre que l'amalgame est possible avec les bloggeurs de la gauche caviar genevoise genre Brunier, Longet et autre Brugnon qui eux bloquent tout commentaire.

Je tiens à dire ici à Monsieur Souaille que je ne suis pas d'accord avec lui mais que je respecte totalement son avis et sa mtéthode de travail.

Lorsque l'on milite pour la démocratie, comme le fait le député Stauffer, on doit être ouvert au dialogue et fermé aux insultes ou aux propos.... hors de propos.

J'espère que tout est désormais clair pour tout le monde.

Je ne peux clore ce texte sans dire que ces échanges montrent que la démocratie suisse est en marche. Non pas par les partis traditionnels qui s'essouflent, mais par l'interactivité que génèrent des blogs tels que celui-ci.

A ce titre je crois qu'il faut remercier la Tribune qui porte bien son nom dans ce contexte!

Salutations distinguées.

Écrit par : Edouard Danel | 01/10/2007

Les commentaires sont fermés.