07/12/2007

Uribe accepte une zone démilitarisée

Coup de théâtre.

Le président colombien Uribe vient d'accepter le principe d'une zone démilitarisée de 150 km2, soit à peu près le canton de Genève, en précisant qu'elle doit se situer dans une zone peu peuplée, sous le contrôle de l'église catholique et d'observateurs internationaux qui devront pouvoir y circuler.

Il fait ainsi un pas fondamental en direction des FARC. Un pas qui remet en cause toute une partie de sa stratégie, et dont les modalités ont été semble-t-il négociées, au moins partiellement, par des agents de ses services français. C'est du moins ce que laisse entendre Paris.

Reste à savoir si les FARC vont se saisir effectivement de cette opportunité et libérer 45 otages, ou trouver d'autres prétextes pour ne pas le faire. Espérons surtout qu'une solution soit trouvée pour les plus de mille otages encore retenus dans la jungle. Et pour que les combats cessent, une fois pour toutes. La balle est dans le camp des FARC.  

Les commentaires sont fermés.