23/01/2008

L'UDC en quête de respectabilité

Lors d'un Forum sur RSR1, Soli Pardo a longuement exposé son désir personnel de présenter une candidature UDC à l’élection pour le poste de Procureur Général. Ce, même s’il est évident que le dit candidat n’a aucune chance. L’idée fixe de Soli Pardo, c’est de prouver que la droite ne peut pas gagner, à Genève, dans une élection majoritaire contre la volonté de l’UDC. Comme si l’Entente ne l’avait pas déjà  compris.

Ce que M. Pardo n'a pas compris en revanche, c'est que le centre et la droite de ce canton n'entendent pas céder au chantage. L’Entente a une image de responsabilité à défendre. La menace n'est certainement pas la meilleure façon de montrer patte blanche pour s’y associer. En présentant un candidat ayant pour unique fonction de faire perdre le reste de la droite, l'UDC ne ferait qu'accentuer l'image d'extrémisme brutal dont cherche à se défaire, avec raison, sa frange la plus éclairée.

Il n'est pas certain non plus que les représentants des milieux économiques, qui pourraient être tentés par l'UDC la suivent dans cette démarche suicidaire et dispendieuse. A moins bien sûr que M. Blocher soit prêt à payer toutes les factures. Quand à faire élire un procureur général potentiellement laxiste, juste pour embêter l’Entente (ce qui résume très précisément l’idée de M. Pardo), il y a de quoi faire réfléchir bien des électeurs de ce parti.

On sait qu'en effet le souci d’améliorer leur sécurité personnelle a certainement constitué la motivation première de beaucoup d’électeurs genevois, lors des dernières élections nationales.

En s’opposant frontalement à ce désir légitime, pour satisfaire son ego personnel et ses besoins de gloriole, M. Pardo va faire perdre à l’UDC  son fragile statut de premier parti du canton, qu’il aime tant revendiquer.

Heureusement pour son parti, celui-ci compte en son sein d’autres personnes apparemment nettement plus responsables. Tous les partis sont ainsi animés de courants divers. L’UDC genevoise va devoir trancher tout prochainement, lors d'une assemblée qui devrait donner une indication de fond sur l'orientation à venir de ce parti: un jusqu'auboutisme sans perspective ou une (longue) marche vers la respectabilité.

Commentaires

Tout élécteur SVP-UDC, qui se respecte votera pour Zappelli, avec la majorité de droite, pour ne pas risquer de voir à nouveau un PG Socialiste.
12 ans avec Bertossa ont donné à réflechir aux élécteurs UDC.
Désolé, M. Soli Pardo, peut importe le candidat UDC, votons pour le meilleur, Daniel Zappelli !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 28/01/2008

Les commentaires sont fermés.