30/01/2008

Les boniments de Manuel Tornare

Dans mon texte précédent, "la pub subliminale du PS de la Ville", j'explique comment Manuel Tornare se sert des cérémonies offertes aux jeunes citoyens pour tenter de manipuler ces esprits de 18 ans, dont on dit qu'à cette âge, ils sont plus malléables.

Je crois personnellement qu'ils ont heureusement déjà leur façon de penser. J'entendais d'ailleurs une jeune fille, à la sortie de la conférence d'Astrid Betancourt, dire combien tout ce tam-tam autour d'une seule prisonnière parmi tant d'autres commençait à la "gaver".

Il n'est toutefois pas admissible qu'on leur mente à ces jeunes. M. Tornare s'est permis de leur raconter que la pétition de soutien qu'il remettait à Astrid Betancourt avait reçu l'appui unanime des députés du Grand Conseil et avait été signé par tous les partis.

Vérification faite auprès du chef de groupe, Gabriel Barrillier, les Radicaux ne l'ont pas signée  et ils ne sont pas les seuls. Manuel Tornare a menti, sciemment. 

Il ne pouvait pas ignorer que les initiateurs de la pétition avaient tout essayé pour obtenir davantage de signatures. Des initiateurs qui ne connaissent la Colombie qu'à travers la propagande de la famille Betancourt, qui ne trouve elle-même d'écho qu'à l'extérieur du pays et plus particulièrement en France, Wallonie et Suisse romande. 

Tous les otages doivent être libérés. Ils le méritent. Tout comme la Colombie, ce pays magnifique, mérite de vivre libre, à l'abri des enlèvements, des barrages routiers et des attentats. C'est exactement ce que les Colombiens de Suisse romande et les amis de la démocratie vont rappeler, lundi prochain, à midi, sur la Place des Nations.

Commentaires

Comment cela se fait-il, qu'il n'y a que des socialistes à venir en aide à Betancourt ? Socialistes comme Tornare, Calmy-Rey, qui dépense les sous de nos impôts pour une cause politique colombienne ?
Ou est la néutralité là-dedans ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 30/01/2008

La droite manipule notre presse et manipule le peuple tous les jours en "bourrant" le crâne des jeunes par les journaux gratuits de comment ils doivent voter.

alors arrêter de faire la victime sur cette article...

De qui se moque-t'on?

Écrit par : citoyensuisse | 30/01/2008

"propagande de la famille Bétancourt" ... vous savez choisir les mots justes ... quand on les juxtapose aux dernières images d'Ingrid, la finesse de l'expression saute aux yeux.

Écrit par : Dji | 30/01/2008

La Médiation de la Suisse est bienvenue et appréciée du Gouvernement Colombien. C'est par ailleurs une décision du Conseil Fédéral d'y participer, même si la conduite des opérations relève effectivement de la magistrate socialiste.
Là où l'on peut sortir du cadre de la neutralité, c'est si la Suisse commençait à faire pression sur un gouvernement démocratiquement élu pour lui indiquer quelle doit être sa politique.Ce qui pour l'heure n'est pas le cas. Même si des forces, à gauche, souhaiteraient qu'il en soit ainsi, et font pression effectivement sur Mme Calmy-Rey.
Vous faites bien, M. Dji, d'évoquer les images d'Ingrid, qui sont désolantes. Rien ne peut les justifier et il faut tout faire pour les sortir de là, tous, pas seulement Ingrid !
Et tout faire surtout, pour qu'ils ne puisse plus y avoir d'autres séquestrés. C'est ce que s'emploie à faire ce gouvernement et c'est très précisément pour cela qu'il a été démocratiquement élu. Moins d'un quart des Colombiens ont voté contre Uribe, si l'on considère que les abstentionnistes, qui savaient ce qu'ils faisaient, n'ont pas empêché sa réélection.
Là où il y a bel et bien propagande de sa famille, c'est lorsqu'elle tente de rejeter les torts de la captivité d'Ingrid à parts égales entre le Gouvernement et les FARC. Egales et même un peu plus de torts du côté du gouvernement, si l'on en croit les propos de sa soeur devant les journalistes à Genève. Cela c'est inadmissible.
Pourquoi agissent-ils ainsi ? Parce que la mère d'Ingrid voue une haine féroce au Président Uribe qui a refusé de la recevoir à une époque et parce que leur attitude les a fortementi isolés en Colombie. Du coup, ils s'appuient sur l'étranger. Ce qui n'est pas correct, surtout lorsque l'étranger, cela signifie entre autres et plus particulièrement Chavez dont les visées expansionnistes sur la Colombie sont transparentes.
Comme si des Français en 1912, ou des Suisses en 1938, avaient appelé l'Allemagne à venir résoudre leurs problèmes internes.
Tout le monde veut la Libération des otages, le Gouvernement en premier. Mais pas au prix de mesures qui pourraient renforcer les FARC. Trop de jeunes colombiens - et de moins jeunes - sont morts dans ce combat pour cèder aujourd'hui du terrain. La Colombie veut être libre, sans bande armée, d'aucune idéologie. Il ne reste plus aujourd'hui que l'extrême gauche stalinienne et des criminels de droits communs. Il faut qu'ils arrêtent. Maintenant.
il n'est pas admissible de critiquer le Gouvernement comme le fait la famille Betancourt lorsqu'on sait que les FARC n'acceptent même pas de laisser visiter leurs prisonniers par la Croix-Rouge. Que le représentant de la Suisse obtienne déjà cela. Ce serait un bon début.

Écrit par : Philippe Souaille | 31/01/2008

Les commentaires sont fermés.