06/02/2008

Quand le candidat Paychère déblogue

Comme l'explique le joyeux publiciste Brunier, le candidat Paychère a commis un site internet. Curieux de tout, je suis allé y jeter un oeil. Le programmes du candidat en particulier, m'a particulièrement intéressé.

On y découvre par exemple que pour remédier à la délinquance, il faut remettre des concierges dans les immeubles, des parents à la sortie des vestiaires, des voisins là où il risque d'y avoir des bagarres... bref tout un tas de voeux pieux fort sympathiques, mais qui n'ont strictement rien à voir avec le rôle d'un Procureur Général. A moins que celui-ci n'ait l'intention de se transformer en grand inquisiteur de nos modes de vie...


On y trouve aussi de petites perles comme cette conviction naïve: "Un quartier habité et vivable repousse les trafiquants". J'ai un ami, jeune cadre habitant les Eaux-Vives en face du jet d'eau, quartier à la densité élevée et au cadre de vie très prisé, qui me dit que s'il n'était lui-même d'origine maghrébine, il deviendrait sérieusement raciste à constater les violences régulières des trafiquants en bas de chez lui. Et que s'il n'était pas champion de karaté, il aurait déjà déménagé.

Le candidat Paychère, préfère préciser pour sa part qu'il faut avoir le courage de dire aux gens quand les limites de la répression sont atteintes...

Son site met en avant ses qualités humaines et son intégrité. Pourtant la première chose que l'on découvre dans son programme, c'est l'étalage de sa mauvaise foi. Il commence par expliquer que 52% des personnes ayant consulté un centre d'aide aux victimes ont été victimes d'agressions dans leur cecle de famille. Ce qui prouve, d'après lui, qu'il est faux de penser que l'on courre davantage de risques dans la rue que chez soi...

Si cela n'est pas du mensonge pur et simple, ça y ressemble. Les personnes qui consultent les centres d'aide aux victimes ne sont évidemment pas toutes les victimes. Elles ont au contraire un profil psychologique bien particulier. Entre autres parce qu'il est certainement plus compliqué et plus éprouvant psychologiquement de se faire agresser par son conjoint ou l'un de ses parents que par un inconnu que l'on ne reverra plus...

Comme M. Paychère a l'amabilité de mettre la référence de la statistique qu'il cite, on y est allé voir. On y apprend qu'un tiers de ces consultants ont été victimes de crimes sexuels, dont une moité d'enfants, 40% de violences physiques, 3,% de tentatives d'homicides... Et 7% seulement d'accidents de la circulation routière, dont M. Paychère fait pourtant grand cas. On court donc apparemment 4 fois plus de risques de se faire violer, ou 7 fois plus de se faire massacrer par une brute que d'avoir un accident de la route !

Soyons sérieux, ces proportions n'ont rien à voir avec celles que l'on retrouve dans les dépôts de plainte et les rapports de police concernant la délinquance de rue, ni même avec les affaires traitées par les tribunaux. Donc, soit M. Paychère est particulièrement mal renseigné sur la nature de la tâche qu'il aurait à accomplir s'il était élu (mais il est vrai que le Tribunal administratif n'y prépare pas forcément !), soit il cherche à berner le citoyen électeur. Dans tous les cas, il semble fort mal adapté à la fonction visée.

 

Commentaires

Paye chère, non merci, plus de socialistes ...

Écrit par : max | 10/02/2008

Il est intéressant de constater que le lien sur "[l]e programme du candidat (http://www.radical.ch/page.php?id_page=112#320) qui a particulièrement intéressé l'auteur renvoie aux quelques lignes du programme du parti radical.

Aussi on peut se demander quel est la fiabilité du commentaire qui suit, si la référence est tout simplement fausse.

Sans parler dans la suite du papier des glissements de raisonnement entre les questions de sécurité publique et le rôle du PG dans ce domaine. Comme si le PG est le seul et son activité la seule qui puisse maintenir et améliorer la sécurité publique.

Écrit par : DomH | 12/02/2008

C'est en suivant une sorte de cours sur l'ultilisation des liens dans les blogs que le "prof" m'a montré comment relier un mot avec un texte situé ailleurs. Il a pris comme exemple ce mot sur le programme de Paychère, qui dans mon texte n'était relié à rien, pour le relier au site qu'il avait sous la main, en l'occurrence celui du parti radical, où nous venions de collecter une illustration pour un autre exemple. En fermant, nous avons omis de nettoyer.
Ce que je viens de faire, merci de me l'avoir fait remarquer. Le lien dont je parle est évidemment sur le site du candidat Paychère, pas sur le mien.
Pour le reste et en particulier mes assertions sur la sécurité, je n'ai jamais dit que le PG était seul à intervenir dans ce domaine, heureusement. Loin s'en faut. Mais il est l'un de ceux qui interviennent avec un rôle prédominant.
Or dans ce rôle, Daniel Zappelli me parait beaucoup plus pertinent et efficace qe le candidat Paychère. C'est tout, mais c'est suffisant.

Écrit par : Philippe Souaille | 13/02/2008

Les commentaires sont fermés.