28/03/2008

La balle est dans le camp des FARC

Un millier de prisonniers des FARC se déclarent en rébellion contre le secrétariat général de leur organisation, à qui ils réclament la libération immédiate de tous les otages. Ils se disent prêts à accepter l'offre de réinsertion dans la vie civile faite par le Gouvernement Colombien. De son côté, si les FARC libèrent Ingrid Betancourt, dont certaines informations laissent à penser qu'elle est gravement malade, le gouvernement colombien se dit prêt à libérer plusieurs centaines de prisonniers des FARC, sans limitation quand à la gravité des crimes commis. Les prisonniers en rebéllion souhaitent être inclus dans le nombre.

La balle est dans le camp des FARC et il faut espérer qu'elles la saisissent mais il y a malheureusement de fortes chances qu'elles n'en fassent rien. Le problème est que le sort de leurs camarades prisonniers ne les préoccupe guère. Le millier d'entre eux qui se rebellent aujourd'hui, n'avaient même pas été mentionnés dans la liste des échangeables, pour ne pas que le monde découvre l'étendue de la déroute de la guérilla. Qui perd bien plus d'hommes par désertion ou par capture que de mort violente.

Il y a bientôt un an, lorsque le gouvernement Uribe a libéré unilatéralement plus d'une centaine de membres des FARC, ceux-ci ont été considérés comme déserteurs par leur organisation. Qui en réponse a fait exécuter 11 sénateurs prisonniers, peut-être même avec leurs geôliers, ceux-ci ayant manifesté l'intention de les libérer, comme le laisse entendre l'ancien responsable de l'ONU pour les droits humanitaires en Colombie, l'Uruguyaen Colarzolli  (lire ITW Colazzoli.doc, malheureusement en espagnol – pas le temps de traduire - on y apprend plein de choses intéressantes sur les efforts accomplis par le Gouvernement pour faire respecter les droits de l'homme, sur la manière dont les FARC réagissent et sur les raisons qui poussent l'ONU à maintenir le qualificatif de terroristes).

La seule chose qui intéresse les FARC , c'est d'obtenir le territoire qu'elles réclament et que le Gouvernement ne leur donnera pas. La seule chance qui reste à  Ingrid  est que les FARC entendent le message selon lequel si Ingrid meurt en captivité, les FARC n'auront plus aucun soutien international. Mais pour cela, il faut que les comités Betancourt changent leur fusil d'épaule: l'ennemi d'Ingrid n'est pas, n'a jamais été le gouvernement colombien.

Le Président Uribe est prêt à faire beaucoup pour la faire libérer, il y a tout intérêt. Sauf à accorder un pan du territoire national à des assassins trafiquants et ravisseurs. 

Voici ce que déclare l'un des prisonniers entrés en rebéllion contre leurs chefs, Olivo Saldana, un ancien de la colonne de marche Teofilo Forrero, comando Izquierdo, le corps d'élite des FARC:

"La guérilla n'a plus sa place dans le pays, elle a perdu son nord, son idéologie se dégrade. Les structures des FARC sont détruites, il n'y a plus de communication entre les fronts, certains sont en roue libre et d'autres ne font plus que du narco-trafic. Dans le commando Adan Izquierdo, mon chef direct était le camarade Alfonso Cano et c'est lui qui doit assumer aujourd'hui la responsabilité historique de libérer Ingrid Betancourt vu son état de santé. Et ensuite libérer tous les prisonniers pour mettre une fin politique au conflit".


 

 

Commentaires

Si je me rappelle bien, Ingrid Betancourt souffre de l'hépatite B.
Définition
L'hépatite B est une maladie virale qui se transmet essentiellement par voie sanguine ou par contacts sexuels.
Source : http://www.infovaccins.ch/hepatiteb.htm

Comme Clara Rojas avait déclaré avoir fait l'amour avec un FARC de manière consentante, on peut supposer que Ingrid Betancourt en a fait de même.
C'est bien ce que je pense depuis 6 ans...elle n'est pas otage, mais porte-parole des FARC, elle se fout de la gueule du Monde Entier...Ingrid et Astrid Betancourt poursuivent le même but...l'élimination d'Uribe du pouvoir et de la présidence de la Colombie...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 29/03/2008

Là Monsieur, vous exagérez.

L'attitude d'Ingrid Betancourt et celle de sa famille proche n'ont rien à voir. Elle a toujours fait preuve d'un grand courage et les chaînes dont elle est généralement couverte, comme le relatent ses anciens compagnons de détention, libérés ou évadés, sont la preuve de son insoumission aux FARC.

Les compromissions de sa famille et des comités Betancourt avec les FARC ne la concernent en rien. Elles ont d'autres causes, parmi lesquelles le désir de faire sortir un proche de l'enfer est évidemment dominant, même s'il n'excuse pas la grossière erreur de stratégie et les calomnies à l'égard du Gouvernement et du président démocratiquement élu.

J'ajouterai que vos insinuations sont parfaitement déplacées. D'une part, Ingrid peut fort bien avoir été transfusée, d'autant qu'elle est malade et que les poches de sang garanties ne courrent pas les sentiers dans la jungle. Ou même avoir simplement reçu une injection quelconque avec ou sans son consentement - par exemple un calmant - avec une seringue mal stérilisée.

Et quand bien même elle aurait eu des relations avec l'un de ses geôliers ou camarade d'infortune, au cours de ces 6 années d'enfer, cela ne vous regarde absolument pas.

Écrit par : Philippe Souaille | 29/03/2008

"Et quand bien même elle aurait eu des relations avec l'un de ses geôliers ou camarade d'infortune, au cours de ces 6 années d'enfer, cela ne vous regarde absolument pas."


Ce qui me regarde, mon cher Monsieur, c'est tout le battage médiatique que l'on fait à partir de cette histoire.
On parle des FARC, comme de gentils preneurs d'otages, qui veulent juste un lopin de terre pour vivre leur marxisme, avec de la cocaïne vendue à travers le monde et la gentille Ingrid qui s'en est mis plein les poches, tout en criant haut et fort qu'elle va mettre un terme à la corruption dans SON pays...la belle affaire...
Ce qui me regarde, c'est d'ouvrir les yeux de certains de mes compatriotes qui sont amenés à croire à l'innocence d'Ingrid Betancourt, personnage, qui, une fois libérée sera assassinée par les nombreux colombiens mécontents...c'est pour cela qu'elle n'est pas libérée, mais vous, pauvre petit genevois, vivant en Suisse, vous ne le savez pas...
Concernant l'hépatite B, je me suis expliqué...il y a aussi une autre possibilité...le sexe...ce que fait Ingrid de son corps ne me regarde pas, évidemment, mais que l'on vient pas me dire qu'elle fût violée...Clara Rojas était bien consentante...elle...

Ce qui est évident, selon Astrid, en tout cas, c'est que Uribe, ne fait rien pour libérer la pauvre senatrice, qui est allée d'elle-même traiter avec les FARC, sans qu'elle y soit envoyée de manière officielle...alors elle n'a qu'à payer le prix de sa bêtise...elle a même signé des documents qui l'a rendent totalement responsable de ses actes contraires aux militaires, qui lui ont interdit de franchir les barrières...

Uribe ci, Uribe ca...c'est Uribe qui l'a envoyée dans la jungle ? NON...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 29/03/2008

Les commentaires sont fermés.