14/04/2008

Procureur Général : un avis autorisé

 Une fois n'est pas coutume, je me contenterai de citer ici un point de vue, lu sur un forum au sujet de l'élection du PG. Il émane d'un citoyen qui signe Bamboo et qui semble bien informé. A mon avis, il doit être cadre à l'Hôtel de police. Mais le plus intéressant me semble son analyse, neutre et objective. A sa lecture, le choix est clair : il faut voter Zappell. 

Voici ce que pense Bamboo, donc des deux candidats :

"Zappelli a le mérite d'avoir de la suite dans les idées et de continuer son programme tel que commencé depuis son élection! Paychère ne propose guère de solutions différentes, si ce n'est la chasse aux cols blancs intensive (qui pourrait rappeler une certaine chasse aux sorcières, voire même l'inquisition d'il y a qques siècles...)
Ce qu'il faut comprendre, c'est que Genève est devenu un aimant à criminels et délinquant de touts poils non pas à cause d'un PG ou d'un autre, mais bien pour des raison sociales et politiques. A mon sens, en voici quelques unes (la liste est non exhaustive) :
1.L'Hospice Général rémunère les yeux fermés des toxicomanes de tous poils. Il reçoivent CHF 500 par mois pour entretenir un chien, alors que le contribuable normal reçoit CHF 250.-- pour éduquer un gamin.
2. Les appartements loués par l'Hospice Général en faveur de ces même toxicomanes (il suffit de fournir une sommaire quittance de loyer...) est plus que généralement sous-loué à des dealers, en échange de drogue ou d'argent.
3. La prison, qui théoriquement contient moins de 300 places pour un canton d'un demi-million d'habitants (et c'est sans compter les gens qui viennent travailler ou qui sont juste de passage à Genève durant la journée!) est complètement surpeuplée et à la limite de l'implosion. Donc, par nécessité, les peines sont réduites au minimum et les détentions préventives se voient abrégées au minimum, favorisant la collusion et le non-aboutissement des enquêtes judiciaires, ce qui est particulièrement vrai pour les affaires financières si chères a Paychère.
4. La police ne dispose pas des effectifs prévu dans la loi, elle dispose de moyens sommaires et voit son budget réduit comme peau de chagrin. L'argent est gaspillé dans la location d'un hôtel de police insalubre alors que l'Etat devrait être propriétaire de ses locaux.
5. La politique d'Asile et surtout de renvoi des délinquants pratiquée à Genève fait que l'on hérite d'un maximum de requérants mal intentionnés, même s'ils ont été attribués à d'autre cantons.
6. Au vu du tour de vis sécuritaire opéré par nos voisins français, nous sommes en train d'hériter de toutes les petites frappes de la banlieue Lyonnaise et plus proches. Que faire au vu de certains des problèmes évoqués ci-dessus??

Bref, tout cela pour dire que pour obtenir une certaine "sécurité", il faut déjà arrêter d'attirer les délinquants et criminels comme les vaudois attirent les contribuables! Le problème ne vient pas de la seule politique du PG, qui se voit imposer des contraintes qu'il ne peut maîtriser. Le problème vient de toute une conjonction de facteurs dépendant de différents départements, menés par différents bords politiques et incapables de s'entendre à cause de stupides idéologies (donc je ne jette la pierre à personne en particulier)
A mon sens, le seul rôle du PG dans tout cela est de veiller à la bonne marche de son institution, ce que Zappelli a fait en augmentant les effectifs du Palais de Justice, et d'appliquer la Loi, ce que Zappelli fait une fois de plus en ne privilégiant pas de criminalité particulière, mais menant un combat contre toutes les formes qu'elle peut adopter.
Paychère, en axant sa politique contre les "cols blancs", risque principalement de s'empêtrer dans des affaires où les procédures durent des décennies (il faut dire que les cols blancs ont les moyens de se payer une défense digne de ce nom) et aboutissent généralement à la restitution des sommes confisquées et au paiement d'indemnités au présumés coupables! De plus, il risque d'affaiblir la place financière genevoise, qui à elle seule amène plus de moyens à son gouvernement que toute la population réunie! Paychère porte bien son nom et il risque de nous coûter encore plus que son nom.."

Commentaires

Une chose constatée et depuis longtemps.
Plus on parle du peu de moyens de la Police, des sous effectifs, du manque de places dans la ( les ) prison (s ) et plus la criminalité augmente.
Ne pourrait-on pas taire ce sujet et même faire croire et loin à la ronde que tout vas bien à Genève, même si ce n'est pas vrai ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 14/04/2008

Les commentaires sont fermés.