19/04/2008

Germaine Tillon, mon professeur

Germaine Tillon est décédée aujourd'hui à 101 ans. Elle avait été mon professeur d'ethnologie. C'est elle qui m'avait permis de rentrer, tout frais émoulu du lycée, à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, habituellement réservée au 3ème cycle. L'intervention de mon père y avait sans doute été pour quelque chose. Ils avaient tous deux été déportés et partageaient la même aversion pour la torture, qu'elles qu'en soient les causes, et une même affection pour le monde berbère.

Elle était en effet devenue, dès avant guerre, une spécialiste réputée de l'Afrique du Nord. Puis elle avait été l'une des fondatrices du Réseau du Musée de l'Homme, l'un des tous premiers de la Résistance, aux côtés de la sociologue Geneviève de Gaulle, nièce du Général. Ce qui leur valut Ravensbrück à toutes deux. Durant sa déportation, elle écrivit une opérette, trempée dans l'humour le plus noir, ironisant sur les conditions de détention. Verfügbar aux enfers fut jouée pour la première fois intégralement l'an dernier, à l'Odéon, car en camp, elle ne parvenait à n'en monter que de courtes bribes avec ses copines. Mais le rire, individuel et surtout collectif, fut sans doute un élément essentiel qui les maintint en vie...

Rendue célèbre par la publication de son Ravensbrück peu après la libération, Germaine Tillon retourne à ses premières amours, l'Algérie, où elle joue un rôle de médiatrice important durant le conflit. Elle parvint à maintenir le contact avec les chefs du FLN, tout en dénonçant publiquement la torture, elle la Gaulliste historique, aux côtés de l'historien trotskyste Vidal-Naquet. En particulier, elle n'admettait pas que des officiers français, dont certains étaient passés par les camps nazis et d'autres par ceux du Viet-Minh, après Dien bIen Phu, puissent emprunter à leur tour les pires méthodes de leurs tortionnaires.

Geneviève de Gaulle était entrée dans le cabinet de Malraux en 58, et les deux femmes eurent sans doute un rôle, dont la dimension reste à déterminer, dans le retournement du Général en faveur de l'Indépendance de l'Algérie. Elles sont toutes deux parmi les 5 femmes à avoir jamais reçu la Grand Croix de la Légion d'Honneur.

J'étais sans doute un peu jeune, à l'époque pour apprécier à sa juste valeur cette anthologie humaine, qui avait déjà 65 ans. En passant par la lecture de Frantz Fanon, j'avais peu à peu délaissé les études berbères pour me consacrer au monde caraïbe. Je ne sais pas pourquoi, mais je trouvais la biguine et mes consoeurs étudiantes antillaises nettement plus amusantes…  Mais  plusieurs des heures que j'ai passé  à  l'écouter  me restent encore en mémoire. Humaine, oui, elle était humaine.  L'intelligence, la compassion et en même temps la force, une  incroyable volonté de  résister, de faire pièce à l'injustice sans se montrer indigne à son tour...  Merci à elle d'avoir existé.

Commentaires

La Maison du Rire et de l’Humour, à Cluny,

a appris avec beaucoup de tristesse l’envol de Germaine TILLION vers un monde assurément meilleur que celui où, sa vie durant, elle s’est battue contre la bêtise et la bassesse dont les hommes sont capables.

Elle souhaite lui rendre hommage pour tous ses fraternels et si courageux combats en faveur de la dignité et la liberté de l’être humain, en lui attribuant, à titre posthume,

« Le prix de l’Humour de Résistance »

que son Opérette bouffe, écrite à Ravensbrück
« Le Verfügbar aux Enfers »
symbolise avec grande force



A 20 ans de distance, deux êtres, à l’histoire et au vécu, certes totalement différents, mais dont les combats s’inspiraient aux mêmes sources, nous ont quittés

Le sens de l’humour authentique et celui, aigu, d’une dérision fraternelle les portaient.

Salut à toi, Germaine TILLION
Salut à toi, Pierre DESPROGES

Puissent leurs témoignages nous inspirer sagesse et esprit fraternel.

Etienne MOULRON
La Maison du Rire et de l’Humour
71250 CLUNY
Pour tous renseignements sur ce prix :
http://lamaisondurire.orange.monsite.fr

emoulron@orange.fr

Écrit par : MOULRON | 20/04/2008

Salem fellam ! en chaouis Je te salue bien bas Grande Femme !

Je venais de terminer un exposé sur toi que j'ai présenté à mes camarades, je te tutoies car tu as cotoyé mes arrières grands parents sans doute sur le mont des Aurès.
Je suis très triste et tu vas me manquer.

bon voyage la porte est grande ouverte pour toi. Ô sublime Femme.

Écrit par : Rabah Lemouchi | 21/04/2008

Merci de tout coeur pour tout ce que vous avez fait Germaine . repose en paix

ilhem l'antropologue

Écrit par : ilhem bouzida | 25/09/2008

Ce qui rend exceptionnel le personnage de Germaine Tillion est la manière dont elle a su réunir action et travail de connaissance. Elle cherchait à comprendre mais aussi à aider ceux qui l’entourent. Repose en paix, Germaine.

Écrit par : Robert - Head Or Tail | 09/05/2009

Les commentaires sont fermés.