10/05/2008

La Suisse n'a pas été condamnée par l'ONU

Une fois encore le patron de la droite dure genevoise mélange propagande et désinformation. Une fois encore il est vrai, il est bien aidé par une tare inhérente au métier de journalisme: le besoin d'un gros titre et de simplification à outrance. Il s'agit bien sûr ici de l'ONU et de sa commission des droits de l'Homme, qui a été présentée cette semaine comme ayant condamné la Suisse.

Cette attaque frontale de l'étranger a évidemment comblé d'aise tout ce que ce pays compte d'isolationnistes obtus. Dont apparemment, Yves Nydegger n'est plus très sûr de faire encore partie si l'on en croit ses propos d'hier sur l'Union Européenne. Mais pour en revenir à l'ONU, il se trouve que la Commission des droits de l'Homme n'a pas condamné la Suisse et qu'elle a au contraire blâmé d'autres pays. En explication, je reproduis ici l'excellent message d'un dénommé "Florian" :

Le Conseil des droits de l'Homme est une nouveauté mise en place cette année seulement. Voici la liste des pays qui ont été examiné (par tirage au sort) depuis le mois de février :
Algérie, Argentine, Bahreïn, Bénin, Brésil, République Tchèque, Equateur, Finlande, France, Gabon, Ghana, Guatemala, Inde, Indonésie, Japon, Mali, Maroc, Pays-Bas, Pérou, Philippines, Pologne, République de Corée, Roumanie, Afrique du Sud, Sri Lanka, Suisse, Tonga, Tunisie, Ukraine, Royaume Uni, Zambie.

Le Suisse moyen n'a entendu parlé que des résultats suisses, au final très positifs. La presse suisse n'a en effet pas parlé des rapports sur le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, etc. Pourtant, Dieu sait que la Tunisie (seul rapport en dehors de celui de la Suisse sur lequel j'ai jeté un oeil) est condamnée, sur le principe de la torture systématique entre autres.

Comment se déroule une étude de cette institution ? Trois rapports sont délivrés au Conseil : le premier (env. 20 pages) est remis par l'Etat, plus précisément par les institutions étatiques liées aux droits de l'Homme - le deuxième (env. 10 pages) par le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme - le troisième (env. 10 pages) par les ONG du pays.
C'est ce troisième rapport qui est vraiment critique en ce qui concerne la Suisse.

Un représentant de l'Etat (M. Kouchner pour la France, Mme. Calmy-Rey pour la Suisse, etc.) vient ensuite répondre aux questions que trois représentants du Conseil (tirés au sort) se posent sur les droits de l'Homme suite à ces trois rapports. Dans le cas de Mme. Calmy-Rey, les questions ont surtout porté sur ce troisième rapport. Selon le site officiel du Conseil, Mme. Calmy-Rey a su dissiper tout doute concernant le respect des droits de l'Homme en Suisse. Peut-on dès lors décemment la condamner pour cela ?

Quant à la presse, elle a surtout partagé ses craintes quant aux rares aspects négatifs soulevés en rappelant que la Suisse s'est toujours vantée d'être un modèle en matière de droits de l'Homme et qu'elle espère qu'elle le restera.

J'invite tous ceux qui s'intéressent réellement au travail du Conseil des droits de l'Homme à consulter tous les rapports disponibles en français sur le site http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/UPR/Pages/search.aspx

En attendant que la Chine, l'Iran, l'Egypte. le Soudan et autres passent aussi sur la sellette, rappelons malheureusement que toute condamnation par le Conseil n'est pour l'heure que purement symbolique.

Ecrit par : Florian | 09 mai 2008

Les commentaires sont fermés.