15/05/2008

La rougeole, le Mo-Dem et les médias

Comme je suis un vieux de 53 ans, j'ai eu la rougeole quand j'étais petit. Comme tout le monde a mon âge. J'ai le souvenir d'une de ces maladies d'enfance, qui nous clouait au lit et nous permettait de ne pas aller à l'école… sauf quand on nous y traînait quasiment de force, histoire de contaminer nos petits camarades. Le truc, c'était en effet de l'attraper au bon moment, après la prime enfance, et surtout pas après l'adolescence.
Et puis il y a eu les vaccins, qui présentent de gros avantages… qui est aussi un gros inconvénient: comme presque tout le monde est vacciné, et que l'homme est le seul réceptacle du virus, la maladie circule beaucoup moins…
Du coup, ceux qui ne sont pas vaccinés, il en reste, risquent d'attraper la maladie au plus mauvais moment. Lorsqu'ils sont de jeunes adultes par exemple et pire encore des mamans enceintes. Lorsque le taux de vaccination d'un pays dépasse 95%, on peut considérer que le virus a beaucoup de mal à se propager et que les risques d'épidémie sont faibles.
Seulement le taux de vaccination en Suisse est parmi les plus bas d'Europe, avec 80% ce qui laisse un boulevard d'un individu sur 5 à la maladie. Qui se rue sur l'occasion et la Suisse atteint depuis le début de l'année le taux record de plus de 3 cas pour 1000 habitants, alors qu'il est dans le reste de l'Europe de 1,7 pour 100 000…

Du coq à l'âne
La TSR en a fait ses choux gras, avec un reportage un tantinet sensationnaliste, comme elle en a de plus en plus souvent le secret. Ce n'est d'ailleurs pas que la TSR qui est en cause. J'étais hier au Conseil National du Mo-Dem à Paris. 150 délégués ont adoptés en 5 heures pointilleuses le nouveau règlement intérieur du parti. L'un des 150, un énergumène dont l'instabilité psychique avait éclaté au grand jour durant la séance, est sorti furibard, en s'attendant à ce que tout le monde le suive, ce que personne n'a fait. Evidemment, c'est sur lui que se sont tournées les caméras de TF1 et de M6. Et pas sur les 149 qui étaient contents et heureux d'en avoir fini avec un boulot plutôt fastidieux accompli démocratiquement.
Le Mouvement Démocrate, qui entend justifier son nom, a d'ailleurs décidé de tâter de la direction collégiale au niveau de ses représentations départementales, une grande première en France. Beaucoup se disaient sceptiques, affirmant que cela ne marchait jamais, mais l'intervention du représentant des Français de Suisse – votre serviteur - expliquant comment ça marchait ici, a aidé à convaincre la majorité de tenter l'expérience… encore très prudemment, puisque les directions départementales seront collégiales, mais avec tout de même un président élu pour la durée de la législature. Enfin, petit à petit, la démocratie participative distille ses bienfaits dans la grande Europe…
Et pendant ce temps là, moi si j'étais à votre place, que j'ai moins de 40 ans et que je n'ai jamais été malade ou vacciné, j'irai vite faite me faire faire une injection, vacciner, avant l'Euro et ses déplacements de foule vers Bâle, foyer de l'épidémie en Suisse.

Commentaires

Ça avance donc, ce Mo-Dem. Content de l'apprendre. D'autant plus que j'ai (heureusement) raté cet épisode du "scandalisé-surmédiatisé". Merci pour l'info.

Écrit par : Fufus | 16/05/2008

Les commentaires sont fermés.