01/06/2008

L'UDC boit la tasse, mais les populistes l'emportent

A Genève, les premiers résultats sont tombés. Sur les initiatives nationales, c'est une claque vigoureuse à l'UDC, puisque sur l'ensemble des votes par correspondance, représentant près de 90% des bulletins, le NON est général à plus de 80 %!

Sur les scrutins cantonaux, le résultat est beaucoup plus serré, mais laisse entrevoir un refus des nouvelles lois qui voulaient professionaliser  les Conseils d'Administration des Régies Publiques. L'alliance des populsites et des socialistes se révèle majoritaire, de même que le renfort des populistes au centre et à la droite avait écrasé la gauche pour l'élection du PG.

Le MCG pourtant ne doit pas se réjouir trop vite. Ces voix baladeuses ne lui appartiennent pas. Elles expriment d'abord une angoisse face à la crise et un désir de conserver ce qui parait être des acquis sociaux.  Mais ce conservatisme n'apporte aucune vraie réponse aux mouvements du monde, d'autant que les cadres populistes sont incapables d'émettre la moindre idée nouvelle. La critique est facile, l'art bien plus difficile...

Il revient aux forces de progrès d'élaborer les bonnes solutions... et d'apprendre à convaincre, sans démagogie et sans mépris, mais sur de vraies propositions clairement constructives. Même si cela doit passer par des périodes de privations ou de recul de la qualité de vie,  si les  projets sont porteurs de réelles perspectives et de mieux être à terme, pour tous et pour chacun, ils peuvent séduire.

 

Commentaires

Je vois que le terme "populiste" est très en vogue dans certain milieu.

A votre avis comment serait perçu un élu UDC qui au lieu de dire "les socialistes" dirait "les bolchéviques" ?

Oui il passerait pour un abruti primaire. Et il n'en va pas autrement avec l'usage abusif de "populiste" quand on désigne des gens democratiquement élus.

AF

Écrit par : Alain Fernal | 01/06/2008

Disons que bolchevik correspondait à une définition bien précise de l'histoire du socialisme, qui s'applique aux communistes révolutionnaires et pas aux socialistes démocrates qui eux étaient des mencheviks.
Populiste correspond également à une définition assez précise (en France on dit plutôt poujadiste). Cela signifie en gros qu'on brosse les citoyens dans le sens du poil, à court terme, pour en retirer des avantages personnels immédiats en termes électoraux, mais sans vision à long terme et donc sans le moindre espoir de solutionner vraiment les problèmes des gens dans la durée.
Accessoirement les populistes adorent taper sur un bouc émissaire étranger, en l'occurrence à Genève le frontalier, qu'ils accusent de tous les maux. A moyen terme, ce n'est pas viable, puisqu'ils n'ont aucune solution concrète aux problèmes, ce qui éclate au grand jour lorsque par malheur ils arrivent au pouvoir. D'où généralement, accentuation de la détestation du bouc émissaire, puisqu'il faut bien un coupable, qui finit par aboutir à des violences, voire à la guerre.
Une remarque encore: obnubilés par les enjeux nationaux et grisés par leur récente victoire commune, le centre et la droite n'ont quasiment pas fait campagne pour la refonte des CA des régies publiques. Silence radio quasiment sur toute la durée de la votation. Comment voulez-vous gagner dans ces conditions ?

Écrit par : Philippe Souaille | 01/06/2008

Je suis personellement très content de voire que les projets UDCistes se soient fait botés pareillement le cul en votation.

Cela me rassure un peu sur l'avenir de mon cher pays ... un avenir que j'espère sans cette haine haine et ces égoïsmes que ce parti attise pour progresser dans sa quête de pouvoir.

(NB: les insultes ont été gommées par le modérateur)

Écrit par : Dji | 01/06/2008

Les Radicaux aussi ont eu droit au terme de populiste, sur l école !
Mais quand vont-ils arrêter leurs conneries ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 01/06/2008

Sauf que sur l'école, leurs propositions n'avaient pas été lues attentivement et qu'elles sont précisément une solution constructive à long terme, à laquelle, comme d'habitude, l'ensemble de la classe politique finira vraisemblablement par se ralier.

Écrit par : Philippe Souaille | 01/06/2008

@ Philippe Souaille, opposer arguments populistes et pouvoir politique est séduisant ... Concernant l'école, il faut rappeler ici que l'expression populaire s'est exprimée pour une refondation du primaire : oui au retour des notes, oui à des méthodes pédagogiques appropriées, apprentissage de la lecture de manière syllabique et non globale, non au socio-constructivisme et à l'utilisation des élèves comme cobaye, pour une place primordiale du savoir dans la relation pédagogique, non à la politique des petits chefs opprimant les enseignants au profit d'arguments populistes à deux balles, tout en faisant avancer leur carrière, etc.

Or, force est de constater que le pouvoir politique en la personne de CB n'en a rien voulu savoir : sans résoudre aucun problème, il a eu tout le loisir de maintenir les signataires du Manifeste contre l'initiative votée à 76% tout en désignant certains pour le recrutement, il a créé une superstructure de cadres avec un soin d'empêcher quelques candidats ayant une profonde connaissance de dossier, membre d'Arle, ce en nommant des gens à sa botte. Un de ces cadres sup est même député alors que la loi prévoit clairement que les fonctions de cadre à l'état et de député sont incompatibles.
Les lois républicaines sont donc bafouées dans tous les sens.
La démagogie s'allie volontiers au mépris, sans qu'aucune vraie proposition constructive ait été avancée, si ce n'est des arguments populistes.

Avouez que c'est bien étrange de voir que le représentant des lois s'arroge le droit d'être au-dessus d'elle ... surtout pour des motifs personnels!

Merci pour vos billets toujours si bien écrits. Bien à vous!

Écrit par : Micheline | 01/06/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Souaille,

désolé de vous contredire, mais l'UDC passe de 29 % de votants à 35 %...

Certes l'initiative n'est pas passée, mais l'électorat de l'UDC continue de prendre des voix.

Alors dire que l'UDC boit la tasse... démontre une fois de plus qu'à force de se masquer la face, plonger la tête dans le sable, on ne voit pas l'ascension de ce parti.

D'ailleurs si tout le programme UDC était si mauvais, votre président M. Hiltpold ne viendrait pas plagier les idées et le programme de l'UDC.

A défaut d'avoir des idées, on s'approprie celles des autres.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 01/06/2008

Cher Stéphane, il ne s'agissait pas ici d'élections, mais de votations. Il faut donc comparer avec des votations sur des thèmes similaires. Par exemple le refus de la naturalisation facilitée, qui dans la même configuration, avait vu l'UDC gagner la partie... Ce que laissait présager les premiers sondages, cette fois encore.
D'ailleurs, ce n'est pas seulement la question des naturalisations qu'il faut prendre en compte, car malheureusement, en matière de xénophobie, l'UDC peut compter sur les votes d'électeurs soutenant habituellement d'autres partis.
Le vote sur l'initiative muselière est bien plus intéressant: à Genève, elle recueille moins de 11% de voix. C'est là le vrai score de l'UDC. Et oui c'est un recul. Une claque même, compte tenu de ses rodomontades et ambitions affichées depuis l'éviction de Blocher: on allait voir ce que l'on allait voir, exclusion de Mme Widmer-Schlumpf, etc, etc...
Un discours de va-t-en-guerre qui nous a inquiété, reconnaissons-le, au centre et à droite, au point d'en oublier de faire campagne pour la réforme de la gouvernance des régies publiques. Mea maxima culpa.

Écrit par : Philippe Souaille | 02/06/2008

bonjour

le projet du conseil national Hiltpold est un copier-coller de la motion MCG

il est bien de le rappeler

Écrit par : antoine | 02/06/2008

Bonjour Antoine,
Pourrais-je savoir de quelle motion MCG vous parlez, car je n'en ai pas entendu parler et mes premières recherches n'ont rien donné à ce sujet. En avez vous le texte ? Dans quel cadre et quand a-t-elle été déposée ?

Écrit par : Philippe Souaille | 03/06/2008

Hugues Hiltpold, Président des Radicaux genevois, me fait savoir qu'il n'a lui non plus jamais entendu parler de cette motion et que par ailleurs, il ne pratique jamais le copier coller en politique, laissant cela à d'autres... notamment au leader du MCG qui a de multiples reprises s'est contenté de recopier des textes écrits par d'autres. Y compris par des journalistes sans leur demander leur avis, lors de ses interventions au Grand Conseil.

Écrit par : Philippe Souaille | 03/06/2008

Et bien, c'est super ! En effet, les "petits copains" des élus pourront continuer de toucher des indemnités scandaleuses aux SIG (Mouchet doit être content !) et comme les citoyens n'auront rien à dire concernant les naturalisations, cela montrera que, si certains naturalisés font des conneries, ce sera exclusivement les élus qui seront responsables ! L'UDC boit la tasse mais je ne sais pas ce que boivent les élus (sauf Cramer)!

Écrit par : Octave Vairgebel | 03/06/2008

Monsieur Vairgebel, à ce que je sache les "petits copains" dont vous parlez aux SIG et ailleurs d'ailleurs m'étaient pas tellement des naturalisés de fraiche date. Il ne me semble pas que les Genevois ou les Suisse de souche se soient oubliés, en matière de népotisme et de favoritisme, notamment à gauche d'ailleurs ces dernières années.

Écrit par : Philippe Souaille | 03/06/2008

Octave Vairgebel, je vous ai compris, moi ! Et vous avez 100% raison !
"comme les citoyens n'auront rien à dire concernant les naturalisations, cela montrera que, si certains naturalisés font des conneries, ce sera exclusivement les élus qui seront responsables"

"comme les citoyens n'auront rien à dire concernant les naturalisations" depuis le 01.06.2008, suite à cette votation;

"naturalisés font des conneries, ce sera exclusivement les élus qui seront responsables" tous ces responsables qui ont décrété de voter contre UDC, par principe.

Ce n'est pas la première fois, que P.S. se voile la face, faisant semblant de ne pas comprendre ;o) (passeras, passeras pas; la censure)

Note du modérateur: elle passe. Avec les phautes.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 03/06/2008

Une précision encore: Robert Cramer, pour ce que j'en sache a arrêté de boire ou en tout cas suffisamment tempéré son rouge penchant pour représenter dignement l'Etat dans les différentes manifestations officielles où je l'ai croisé ces derniers temps, même en fin d'après-midi. Une évolution dénotant un réel travail sur soi, qui n'est pas donné à tout le monde.

Écrit par : Philippe Souaille | 03/06/2008

Les commentaires sont fermés.