04/06/2008

Les contresens de Soli Pardo

La culture, c'est comme la confiture, moins on en a plus on l'étale… En l'occurrence, le président de la droite xénophobe genevoise l'étale en couches particulièrement minces dans son récent billet. Ses raccourcis sont saisissants.
Les Nouba sont un peuple d'Afrique de l'Est, qui vivent nus, dont les femmes se couvrent le corps de scarifications spectaculaires tandis que les hommes préfèrent des peintures aux couleurs soutenues qui leur ont assuré une solide réputation auprès des ethnologues, des cinéastes et des photographes depuis près d'un siècle. On ne comptait déjà plus les ouvrages et les films qui leur étaient consacrés (dont l'un d'un cinéaste genevois) bien avant que la Riefenstahl ne s'en préoccupe.
Accessoirement, ils se livrent à des joutes qui réunissent toute la tribu, chaque année, dans un engouement fiévreux qui rappelle à Ousmane Saw la lutte sénégalaise, sport fétiche de son pays dont les règles sont assez proches de celles de notre lutte au caleçon.
Assimiler Ousmane Saw à Leni Rieffenstahl et plus encore au régime nazi parce qu'ils ont tous deux représentés un peuple africain qui l'a été par des dizaines de personnes c'est juste n'importe quoi. Sous la plume de quelqu'un qui quelques semaines plus tôt, prétendait glorifier Senghor, c'est carrément un outrage à la bonne foi.
Prétendre que l'œuvre de Saw glorifie des délinquants surgit de la même vaine haineuse. Le sculpteur sénégalais immortalise la destinée de milliers de jeunes africains qui chaque année risquent leur vie en tentant de franchir les bras de mer les séparant de ce qu'ils imaginent être l'Eldorado. Certains finissent noyés, d'autres dealers, et ceux qui parviennent à franchir les obstacles en restant honnêtes n'ont souvent comme perspective qu'une triste clandestinité. Saw ne glorifie rien, il constate. La plupart d'entre deux sont juste à la recherche d'une vie meilleure. Les définir en tant que délinquants dénote une sècheresse de cœur qui ne fait certainement pas honneur à l'auteur de ces tristes paroles.

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Souaille,

la culture c'est très bien... qu'on en ait peu ou plus... peu importe... ce qui importe ici, c'est bien une toute autre question :

Etait-il nécessaire de dépenser 300'000 CHF pour cette statue et d'autant la placer à cet endroit de la ville connu pour être le lieu de prédilection des dealers sans papiers... qui vendent de la coke à nos gosses ?

C'est bien mignon le crépage de chignon, mais dans les faits glorifier les sans papiers qui vendent de la dope à nos enfants, j'avoue M. Souaille avoir beaucoup de peine avec ça.

Cette statue n'a rien à faire là... et pour 300'000 CHF nous aurions peut être pu faire autre chose de plus intelligent. Par exemple embaucher 3 gendarmes de plus... pour patrouiller dans ce même quartier ?...

Mais évidemment, ce n'est que mon humble de contribuable qui se demande bien pourquoi il paie des impôts.

Bien à vous M. Souaille,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 05/06/2008

Bonjour,

J'écris sur votre blog, car on ne peut jamais écrire sur le blog de l'autre...

Est-ce que j'ai bien compris le sens de la phrase du président des xénophobes genevois? "une sculpture du Sénégalais Ousmane Saw à la gloire de délinquants"

Est-ce que ce personnage est entrain de dire que tous les africains sont des délinquants?

J'espère avoir mal compris, en tout cas, je me demande qui sent le plus mauvais dans cette république... (en référence à sa dernière phrase)

N'est-ce pas Hitler qui a fait comme sujet central des ses campagnes politiques la peur de l'étranger? Euh...

Bonne journée

Écrit par : citoyensuisse | 05/06/2008

Ni Ousmane Saw, ni Patrice Mugny n'ont voulu glorifier les dealers sans papiers qui vendent de la dope à nos gosses. Tout au contraire. Ils ont voulu rappeler à certaines personnes qui assimilent justement un peu trop facilement "noir" à "délinquant" ou "clandestin" à "dealer" que l'immense majorité des africains étaient des gens honnêtes et que sur les 10 000 clandestins de Genève, s'il y a quelques dizaines de dealers (ce qui est beaucoup trop) il y a surtout quelques milliers de travailleurs honnêtes qui contribuent à notre prospérité dans des conditions difficiles.
Le gars de la statue n'est pas en train de dealer, il est en train de lire. Manière aussi de rappeler le message ci-dessus non seulement aux racistes, mais aussi aux dealers eux-mêmes, afin de leur faire honte et de leur mettre en tête le tort considéarable qu'ils portent à leur communauté en agissant de la sorte.
La lecture cher Stéphane, et donc la culture, c'est effectivement quelque chose de bien, dans l'absolu. Ce vendredi, à la Maison des Associations rue du Village Suisse, est fondée l'Université populaire africaine de Genève, un outil de culture et d'intégration. Puisque vous êtes formateur, peut-être pourriez vous vous investir dans des cours d'informatique ?
Si je suis comme vous, un partian résolu de la fermeté à l'égard des dealers, je crois en revanche fondamental de toujours séparer le bon grain de l'ivraie. Contrairement à ce qui reste de l'UDC qui, apparemment, préfère l'amalgame. Quant aux 300 000 francs de l'opération, chaque sculpture plantée à Genève a causé le même genre de débats. Je me souviens encore des morceaux de fer rouillés de M. Ketterer... Considérons cela comme le fait du Prince, le dada ou le su-sucre que l'on abandonne à nos édiles culturels pour panser leurs égos mortifiés, puisqu'en définitive, chez nous, le peuple est souverain. Entre nous, après avoir bien râlé, on finit par s'y habituer à ces sculptures qui façonnent aussi Genève.
Moi d'avoir un africain en bronze qui lit devant la Gare, cela ne me gêne pas, bien au contraire. Mais je comprend que cela puisse en ulcérer certains, après la gifle reçue sur les naturalisations.

Écrit par : Philippe Souaille | 05/06/2008

En 1988, il expose pour la première fois sa série Nouba qui lui a été inspirée par les photos de Leni Riefenstahl, au Centre culturel français de Dakar.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ousmane_Sow

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 05/06/2008

Visiblement on a de la peine a rester rationnel. En particulier Citoyensuisse Tedeschi qui hurle au racisme comme une vierge effarouchée avec ses habituels slogans primaires (qui insultent tout de même gravement un tiers des electeurs Genevois).
Mais les dealer en question sont ils africains ou norvégiens ? Ca n'a rien a voir avec du racisme que de le constater, et est ce que quelqu'un à dit pour autant que TOUS les africains sont des criminels ? Bien sûr que non, hormis MT qui l’insinue dans son commentaire pour crier au diable.

Revenons à la statue, et restons factuel: Le gouvernement érige une statue a la gloire de personnes qui enfreignent ses propre lois. C'est quand même perturbant, quel est le message ? Si ces lois ne sont pas bonnes proposons de les changer en suivant nos processus democratique. Mais là c'est de la schizophrénie, on réprime d'une main et on flatte de l'autre. C'est aussi une sorte de micro coup d'état d'un élu vert particulièrement brutal et fruste.


AF

Écrit par : Alain Fernal | 05/06/2008

@Stéphane. à propos de votre "humble" avis, comme le disait ma grand-mère, "pas besoin de faire le modeste, tu n'es pas si grand que ça!"

Écrit par : Azrael | 05/06/2008

C'est bien ce que je dis, cher Victor, il a donc suffit qu'Ousmane Saw visite une exposition dans un centre culturel français, une expo montrant de (superbes au demeurant) photos d'africains pour faire de lui un pro-nazi sous prétexte que l'auteur de ces photos avait aussi photographié et filmé Hitler ? Décidément, vous pratiquez vraiment des amalgames et des raccourcis qui font froid dans le dos, dans votre sphère politique...
Je préfère citer Ousmane lui-même parlant de son arrivée en France il y a 50 ans:
"La France (profonde) de la fin des années cinquante était plus chaleureuse, plus généreuse, pas encore angoissée par des problèmes d'identité. « Je n'ai pas souffert du racisme, la générosité des gens était extraordinaire. A l'époque, même les clochards avaient de l'esprit... Je me souviens de celui qui, au coin d'une rue, m'avait posé cette question : L'infini, ça ne te fatigue pas, toi ?"

Écrit par : Philippe Souaille | 05/06/2008

Enfin, vous venez de me permettre de vous dire, je vous adore ! Cher Philippe, mettez vous à la place d'un membre UDC ( si, si, vous êtes capable ), qui se fait traité de nazi, de raciste, de xénophobe, à longueur de :
journée;
semaine;
mois;
année...là, vous allez ressentir la même chose que lorsqu'on dit d'Ousmane Saw qu'il est pro-nazi ?
ça n'a rien à voir ? parce que l'amalgame et les raccourcis qui font froid dans le dos, doivent avoir une seule et unique direction ?
Remettez-vous à lire l'histoire du fascisme, vous verrez comment cette "insulte" était utilisée par les soviétiques et dans quel but...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 06/06/2008

Il me semble, cher Victor, que les accointances et mêmes les alliances entre fascime et national-socialisme, historiquement parlant, sont nettement plus évidentes qu'entre Leni Riefensthal et Ousmane Saw...

Écrit par : Philippe Souaille | 06/06/2008

Dois-je comprendre que vous n'avez rien compris aux insultes apportées aux membres de l'UDC ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 06/06/2008

A propos du fonctionnement interne de la démocratie "populaire" mettant en évidence les alliances historiques entre fascisme et national-socialisme, voici une petite illustration : C'est Staline qui tient à faire voter une résolution particulièrement importante au soviet suprême. Lors qu'arrive le moment fatidique de la décision, il précise ainsi les modalités du vote:

-"Bien camarades, nous allons voter de façon ouverte et publique! déclare-t-il.
"Que ceux qui sont d'accord avec ma proposition lèvent le bras!

Que ceux qui en revanche ne le sont pas, lèvent les deux et s'alignent contre le mur!"

Précisons tout de même que ce type de mécanisme préside à pas mal de décisions actuelles, au-delà des apparences ... Bien à vous!

Écrit par : Micheline | 06/06/2008

Les commentaires sont fermés.