02/07/2008

Ingrid et 14 de ses compagnons libérés... par Uribe

Ainsi donc l'armée colombienne a réussi, là où des années de tractations incertaines avaient échoué. Ingrid est libre et avec elle, non seulement les trois otages étasuniens mais également les 11 sous-officiers et officiers qui étaient retenus pour certains depuis une dizaine d'année !

C'est un soulagement, une joie immense pour cette libération, en elle-même, mais aussi pour tout ce qu'elle représente de positif pour l'avenir de la Colombie. C'est une affirmation de la primauté du droit et de la justice sur les échanges sordides qui ne changent rien au problème de fond et laissent toute latitude à l'odieux chantage de se reproduire quasi à l'infini.

C'est aussi une manifestation de plus du délitement des FARC et donc un immense vent de paix et d'espoir qui souffle sur tout le pays. On en oublierait presque qu'une fois la guérilla vaincue, il restera un sacré problème à affronter, en plus de la pauvreté. Ce pays merveilleux est en passe de réussir. Il devient un grand pays moderne et socialement développé, grâce au boom économique. Mais la production de cocaïne demeure une tache indélébile..

A l'heure où le président Uribe, volant de succès en succès, souhaite faire confirmer par un référendum populaire, la légalité de sa réélection de 2006, les Colombiens auraient tout intérêt à obtenir de lui une promesse:

Son premier mandat avait été marqué par la mise à ban des cartels puis par la reddition des para-militaires. La première moitié de son deuxième mandat restera marquée par la victoire sur les FARC et par le décollage économique, mais aussi, en vertu d'une promesse faite à son épouse, par le début de la prise en charge, pour la première fois réellement en Colombie, des problèmes sociaux de l'ensemble de la population, d'une manière moderne et radicale.

Uribe a su s'entourer admirablement pour mener à bien les objectifs plus qu'ambitieux qu'il s'était fixé. Qu'il en fasse autant pour trouver une solution réaliste et efficace au problème de la coca et il aura plusieurs fois mérité la reconnaissance du pays.

Commentaires

Vive l'expression de l'opinion !! Elle est libérée et prête à être Présidente de la Colombie !! Cette vie fanco-colombie va être reconnue à sa juste valeur!

Écrit par : Micheline | 02/07/2008

INGRID BETANCOURT : UN SUCCES MEDIATICO-COMMERCIAL

La libération de Madame Bétancourt est en soi un fait anecdotique et ne concerne réellement que la personne elle-même et son entourage. Le reste est pur matraquage médiatique de la population. Cette histoire n'aurait jamais dû concerner les millions de lobotomisés télévisuels mais exclusivement les gens qui étaient dans la partie : famille, amis, proches politiques.

Il ne s'agit pas des funérailles de Hugo ici, juste d'une épopée médiatico-pseudo-politique, voire simplement mondaine. Un roman-feuilletons créé par de vaniteux journalistes.

Les médias ont pris en otage des millions de personnes qu'ils ont captivées artificiellement avec leurs méthodes habituelles de manipulations des esprits. Après le grand matraquage des masses, ce sera l'adoucisseur larmoyant qui incitera à faire écouler un pavé relatant les six ans de captivité de Bétancourt, pavé publié en centaines de milliers, voire en millions d'exemplaires.

Bref, un excellent coup d'édition que les petits Machiavels de la presse devaient préparer depuis longtemps. Sa libération devait être attendue, commercialement parlant, depuis des années. Plus sa captivité durait, plus l'affaire prenait de la valeur. Le vin a bien vieillit depuis six ans, il n'en sera que meilleur en "produit-culturel" star des supermarchés.

Ce sont les médias et les médias seuls qui avec patience et perversité (saupoudrées d'une bonne dose gravité étudiée) ont fait entrer dans le crâne de qui le voulait bien des vérités unilatérales, uniformes, univoques et racoleuses. Ils ont réussi à faire croire à des millions de gens qui étaient au départ parfaitement étrangers à cette affaire que Madame Bétancourt était leur cousine, leur camarade de classe, leur voisine de palier.

Sous prétexte d'humanisme les "créateurs d'actualité" ou "décideurs d'événements" monopolisent un fait, le médiatisent à l'échelle mondiale pour mieux niveler les sensibilités, les opinions et finalement faire converger les vues vers un seul horizon : celui choisi par eux, les médias.

Fatalement vendeur.

Aujourd'hui Bétancourt, à qui le tour demain de servir de prétexte au "média-marketing" ?

Écrit par : Raphaël Zacharie de Izarra | 03/07/2008

Chère Micheline,
Ingrid est peut-être prête à être Présidente, mais la Colombie je ne crois pas. Sa popularité reste limitée dans son pays, bien davantage que dans les pays francophones. N'oubliez pas qu'elle a écrit son livre en français et qu'il fut un best-seller ici, mais pas là-bas.
Elle est certes en train de gagner des points par son attitude courageuse et intègre, mais la popularité d'Uribe fait des bonds. Comme elle l'a fort bien dit, la Colombie a aujourd'hui besoin d'un gouvernement d'union nationale pour assoir la paix et en profiter pour régler quelques deux ou trois gros problèmes. La crise pétrolière fragilise les économies émergentes dépourvues de pétrole. La Colombie en a mais bien moins que ses voisins. Ingrid se présentait sous les couleurs de l'écologie il y a 6 ans.
Ingrid ministre de l'environnement dans un gouvernement Uribe, voilà qui aurait de la classe et du sens dans la période cruciale de crise mondiale qui s'installe. Ou Présidente, peut-être, mais dans quatre ans...

Écrit par : Philippe Souaille | 03/07/2008

Les commentaires sont fermés.