16/07/2008

Le yoyo du pétrole et le tsunami de l'automobile

Le pétrole joue au yoyo, c'est normal, mais la crise s'installe. La correction survenue hier sur le pétrole était prévisible, d'ailleurs un excellent banquier de mes amis (pas de pub) l'avait prédit il y a deux jours. Les Etats-Unis, premier consommateur mondial, tiennent la clef du marché et le jour où ils déstockeront leurs réserves les cours vont baisser. Mais là il ne s'agit pas d'une mesure d'Etat. C'est la bonne vieille loi de l'offre et de la demande qui réajuste: les citoyens étasuniens de base sont affolés par la montée des cours de l'or noir, que les sheiks arabes maintiennent à la hausse pour compenser la baisse du dollar... Que Washington maintient à la baisse pour contrer Pékin qui refuse de faire monter le yuan (ce qui ferait monter les prix des produits chinois) et pour réduire la valeur de l'ardoise colossale - libellée en dollars - que les Etats-Unis ont en Chine...

Donc affolés, les étasuniens réduisent leurs déplacements et mettent moins de pétrole dans les gros réservoirs de leurs grosses voitures. D'où la baisse actuelle. Mais ils achètent aussi moins de grosses voitures. Les ventes de cabines avancées, de Hummer et de SUV se sont écroulées, tandis qu'une hybride d'occasion s'arrache en quelques minutes... Réajuster les lignes de production va prendre un certain temps, au minimum plusieurs mois, qui vont faire très mal aux constructeurs d'Outre-Atlantique. GM a déjà annoncé son premier plan de licenciements. Malheureusement, l'industrie automobile avec tous ses sous-traitants et tout ce qui tourne autour (entretien, routes, pièces détachées, etc... ) mais aussi tout ce qu'elle permet en termes de déplacements (du sport au shopping) reste le moteur numéro un de nos économies et plus encore aux Etats-Unis. Ajouté aux Subprime, qui ont fait très mal aux banques, mais aussi à des centaines de milliers de ménages, le phénomène a tout de la lame de fond. Qui pour l'heure est en train de reculer et se prépare à fondre sur la plage. Planquez les serviettes et courez vous mettre à l'abri ? Peut-être bien, oui, mais en même temps, une fois la vague passée, dans les débris jonchant le sol, il faudra bien reconstruire...

C'est toute la beauté du marché. La société humaine va s'adapter à la nouvelle donne, pour reconstruire autrement. Plus écolo, plus durable, avec moins de déplacements donc plus proche des gens. Moins de consommation d'énergie et de matières premières, plus de valeur travail et d'emploi de proximité. Le marché va être plus vert que les verts... Ceux qui sauront monter dans le train avant son départ seront forcément les mieux servis pour le voyage.

Commentaires

le vase communiquant yuan dollar .un melange d'equibre acide base c'est comme un PH c'est le potentiel hydrogene qui mesure la acidité et la basicité d'une solution.peut le petrol est un filtreur entre le yuan et la dollar.
cordialement

Écrit par : merzak | 16/07/2008

Les commentaires sont fermés.