25/07/2008

Le contenu des disques durs qui accusent Gontard

Enfin, voici ce que contenait, au sujet de Gontard, les disques durs de l'ordinateur de Raul Reyes. On y apprend des choses étonnantes, comme le vrai nom du chef des FARC pour l'Europe, qui vit à Lausanne, comme d'ailleurs un bon nombre d'enfants des membres du Secrétariat Général des FARC, en plus de ceux qui ont fait leurs études à l'IUED. On y découvre aussi que, selon les copies de couriels reçus par la Weltwoche, c'est apparemment Gontard qui a appris aux FARC les liens privilégiés qui unissaient Ingrid Betancourt et Dominique de Villepin, peu après son discours à la Tribune de  l'ONU. En insistant sur les bénéfices politiques que les FARC pouvaient en tirer...

Si ces infos sont exactes, on peut en conclure que c'est Jean-Pierre qui a fait d'Ingrid une star mondiale... Elle peut lui dire merci, à Jean-Pierre, qui en plus de jouer double jeu auprès de la famille d'Ingrid, cumule un nombre impressionnant de sièges de conseils d'administration et de comités d'ONG diverses... Certes moins rémunérateurs que des CA de multinationales, mais mis bout à bout avec son salaire de l'IUED et les frais alloués par la Confédération pour aller se promener dans la jungle équatorienne... Je vous raconterai un jour les chambres en marbre et la pisicine olympique du 5 étoiles de Lago Agrio, un trou perdu à la frontière équato-colombienne où ne logent que les trafiquants, les agents de renseignement et... les invités de la Croix Rouge! Intermédiaire, c'est un job en or... Mais trêve de plaisanterie, vous trouverez ci-dessous le lien pour 4 articles explosifs de la Weltwoche, traduits en français.

Je dois dire que la Weltwoche n'est pas ma lecture favorite, mais là il s'agit de faits, pas de commentaires ! Et l'on a vraiment hâte d'entendre les explications de Berne et de Gontard. Plus exactement, les faits, tels que relatés, sont autrement plus graves qu'un simple paiement de rançon. Il ne s'agit ni plus ni moins que de collusion objective et de conseils avisés. Qui permettent aux FARC de marquer des points. A leur lumière, on interprète différemment la soudaine libération de huit otages par les bons soins du CICR, une dizaine de jours seulement après leur enlèvement. Une performance rarement atteinte auparavant. On se dit que les FARC ont un sérieux besoin de ramener la Suisse, le CICR et les négociateurs dans le jeu et que c'est là le meilleur moyen. A noter que les otages capturés au Choco étaient de pauvres citoyens lambda. Plus coûteux à retenir qu'à relâcher. Les FARC ont tout de même gardé les deux seuls otages capturés qui avaient de la valeur, deux enfants en l'occurrence. Je ne suis pas certain que le CICR ait bien raison de se vanter de ce genre de résultat...

La Weltwoche a pour habitude d'être sûre de ses sources. On le lui souhaite. Mais maintenant que tout ceci est sorti au grand jour, si jamais elles sont fausses ou partielles, le seul moyen de le prouver, c'est en acceptant d'aller au procès...  Voici donc le lien, où l'on apprend aussi, par le menu, le déroulement de l'opération sauvetage d'Ingrid, les radios truquées vendues aux FARC et l'identité de la guérillera retournée. Incroyablement instructif.

 http://www.weltwoche.ch/artikel/?AssetID=20436&...

Commentaires

Le CICR est-il infaillible ?
Dans un long article de la NZZ on line, le Vaudois de Bruxelles Alain Délétroz s'en prend violemment à la politique d'Uribe en Colombie et critique au passage les (rares) médias suisses ayant publié des articles mettant en cause la politique de Micheline Calmy-Rey et de Jean-Pierre Gontard dans le conflit. Il s'agissait d'ailleurs plus souvent de blogs que d'articles, et c'est vrai que c'est embêtant, cette liberté d'expression démocratique actuelle…

Délétroz est vice-Président, pour l'Europe, du prestigieux think tank International crisis group, financé entre autres par Georges Soros. Du lourd donc. Avec plein d'anciens du Département d'Etat US dans le Conseil d'administration, mais aussi Christine Ockrent, patronne de TV5 et épouse de Kouchner… Du très lourd, ce qui donne bien du poids à son propos. Même s'il avait déjà commis, dans le Temps, plusieurs articles assez peu objectifs à l'égard du Gouvernement colombien.

Dire que les paramilitaires ont commis d'horribles violences est une évidence. Prétendre que ce sont les pires commises dans le conflit colombien est un mensonge, lorsqu'on pense aux 119 femmes, vieillards et enfants massacrés par les FARC dans l'église de Bellavista, massacres répétés en deux occasions au moins. De même, attribuer à Uribe la paternité des violences qu'il a permis de révéler est assez peu fair play.

Mais voilà, comme Jean-Pierre Gontard et comme le journaliste de la RSR auteur du fameux scoop bidon qui a mis le feu aux poudres, Délétroz est un ancien du CICR et les anciens du CICR se serrent les coudes. Par solidarité naturelle et parce qu'ils ont une vision commune. Il y a deux manières de résoudre un conflit, ou une crise: par la victoire et par la négociation, l'une n'excluant pas forcément l'autre.
Sauf que dans la logique du CICR, la seule bonne façon, c'est la négociation. Or celle-ci échoue depuis très exactement 60 ans en Colombie, depuis la mort du leader liberal Gaetan. Faute de victoire de l'un ou l'autre camp, les plaies des dix années de "Violencia" qui ont suivies ne sont toujours pas refermées. Et la phase de négociation ayant atteint son point culminant en 2001, sous les auspices de la Suisse et du CICR, et selon les principes défini par Gontard fut un échec flagrant.
Un échec qui a profité militairement et politiquement aux FARC, c'est leur ancien chef Marulanda qui l'écrit à Reyes... Sans que cela semble déplaire à Gontard, qui en privé, parle des FARC en disant "mes amis". D'autres couriels tendent à prouver que le grand dessin anti-étasunien de Gontard est vraisemblablement la cause de ces incroyables errements qui mouillent aujourd'hui toute la diplomatie helvétique et le CICR avec...
Une franche hostilité à l'égard de Washington qui, aussi anti-Bush que je puisse être, sort carrément du cadre de la neutralité. Ce même Washington restant un très important bailleur de fonds du CICR, ses responsables devraient se poser quelques questions.


J'ai beau être un pacifiste convaincu, je crois qu'il faut savoir reconnaître lorsque l'on se trompe et que parfois, c'est l'autre solution, la victoire, qui s'impose. Ce qu'Uribe a entrepris de mener à bien. Il est en train d'y parvenir, contrairement à ce qu'annonçaient justement les analyses de M. Délétroz il y a deux ans. Et encore l'année dernière.

Pour les citoyens d'un pays en crise, ce qui compte, c'est que la crise se termine et le plus rapidement possible. Les moyens, ils s'en fichent un peu. Même si en l'occurrence, dans la libération Betancourt, les moyens utilisés furent non violents. Mais Délétroz n'en a cure. Ce qu'il voit c'est que la vie des deux émissaires a été mise en danger. Deux émissaires ayant pris le risque de se rendre dans la jungle, dans les conditions d'inconfort et d'insécurité que l'on imagine. Que je connais pour y avoir été également et qui ne se révèlent pas forcément si inconfortables que ça, lorsqu'on apprend, dans les ordinateurs de Reyes, que la plupart de ces rencontres se déroulaient en Equateur où les chefs des FARC étaient réfugiés de longue date.

Il est certain que les humanitaires sont de plus en plus souvent pris pour cibles… Mais n'y a-t-il pas une certaine condescendance à vouloir se mêler des conflits des autres sans être prêt à en accepter les risques ? Par ailleurs, le concept de neutralité peut-il rester pertinent entre un gouvernement démocratiquement élu et une bande de malfaiteurs ayant eu, il y a longtemps, des racines idéologiques ? Accepterait-on une médiation neutre entre la maffia ou la N'dranghetta et le Gouvernement italien, fut-il celui de Berlusconi ?

Il est en Suisse, comme partout, des vaches sacrées, qu'il est interdit d'attaquer. Par exemple le CICR. Ses options, ses décisions, ses manœuvres sont forcément les bonnes. Même lorsqu'il s'avère après coup qu'elles auraient pu être différentes, comme en Allemagne durant la seconde guerre mondiale. Un simple journaliste blogueur comme moi hésite donc avant de publier ce qui précède, car il semble que les vaches sacrées et leurs affidés prennent très mal la critique et soient capables de coups de corne vengeurs.

Mais si un organisme comme le CICR et l'amicale de ses anciens délégués n'est pas prêt à entendre ces questionnements, c'est que le CICR a un sérieux problème et qu'à terme, c'est sa crédibilité toute entière qui est menacée. Son bien le plus précieux. Et après la révélation des méthodes employées par son ex-délégué Gontard, basées sur un à-priori pro-FARC assez largement partagé semble-t-il au sein de l'organisation elle-même, sa crédibilité est plus qu'entamée. Il faudra plus que la libération de huit otages, tellement miraculeuse qu'elle sent terriblement le coup médiatique, pour la remettre à niveau.

Écrit par : Philippe Souaille | 25/07/2008

Micheline Calmy-Rey est encore en fonction, après toutes ces révélations ?
Inimaginable, dans un pays de droit.
La prison est sa seule destination.

Bien à vous,

P.S. espérons que Daniel Zappelli juge enfin le procès de la BCGe et que le citoyen suisse se rende compte où va l'argent de ses impôts...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 25/07/2008

Je ne suis pas du tout d'accord Victor. La prison ? Et pourquoi pas le dos au mur tant que vous y êtes ? Même Gontard, s'il a effectivement commis tout ce que dit la Weltwoche, ne mérite pas la prison. D'arrêter de nuire en revanche, oui. Et le regard des autres, qui désormais sauront quel rôle il a vraiment joué dans le long calvaire d'Ingrid.
Quant à Micheline Calmy-Rey, une démission, oui, cela est plus qu'envisageable, même si l'attaque vient de la Weltwoche, qui a un intérêt évident à faire de la place au Conseil Fédéral. Mais à mon avis, rien avant que ne soit réglée l'affaire libyenne. Le sort des deux suisses injustement détenus (et de la maman du serviteur marocain) doit être prioritaire.

Écrit par : Philippe Souaille | 25/07/2008

Il est vrai que le concept de neutralité devient de plus en plus abstrait.
L'épisode des Farc, après l'Iran etc.. démontrent que la pseudo Realpolitik menée par le DFAE n'a au final que des inconvénients pour notre pays.
Il est urgent de réaffirmer notre neutralité par nos actes et non pas seulement par des déclarations vides de sens.
Il est également temps d'évaluer sérieusement les compétences de nos dirigeants.

Écrit par : Arthur Martin | 25/07/2008

Un article diplomatique de ce mois (ou du précédent?) montre que l'analyse du disque dur pour le gourvement colombien est pour le moins suspecte de manipulation.

L'article est bien documenté et sera disponible publiquement sur le site du monde diplomatique le mois prochain.

Écrit par : Dji | 25/07/2008

Victor à (trop rapidement) écrit : "[...]espérons que Daniel Zappelli juge enfin le procès de la BCGe[...]"

Dans un pays de droit Victor, tu sauras que ce n'est pas le procureur qui juge ...

Sinon, à part sa coiffure, elle ta fait quoi la Micheline ?

Écrit par : Dji | 25/07/2008

A Dji: l'article dont vous parlez est connu. Cela fait des mois que les FARC tentent de répandre ce bruit selon lequel le rapport d'Interpol établit que les disques durs de Reyes ont été manipulés. C'est faux. Ce n'est qu'une des très nombreuses manipulations de l'opinion dont les FARC sont passées maîtres.
Vous trouverez dans ce blog, en date du 22 mai (lien ci-desous) la conclusion intégrale et officielle du rapport d'Interpol, que sa responsable de la communication à Lyon m'a autorisé à publier.
On y lit que les services judiciaires et la police colombienne ont scrupuleusement suivi les consignes jurdiques à appliquer dans ce genre cas, en ne travaillant que sur des miroirs des disques durs. Qu'il est vrai que les services de l'armée colombienne qui ont eu en main ces disques durs durant deux jours avant de les remettre à la justice les ont consultés sans prendre les précautions judiciaires d'usage.
Ce sur quoi se base le bobard des FARC, en omettant de préciser que le rapport poursuit en expliquant que l'expertise des spécialistes d'Interpol a pu établir, sans aucun risque d'erreur, que cette intrusion n'avait été qu'une consultation et qu'aucun fichier préexistant n'avait été modifié. Aucun fichier rajouté non plus, en dehors de ceux enregistrant précisément cette intrusion. Ce n'est pas de la magie, c'est de l'informatique. Oui ou Non, 0 ou 1
Enfin, pour revenir sur le concept de neutralité, je crois personnellement en la nécessité d'une diplomatie proactive. Simplement, elle doit être claire et transparente, résultat d'un débat politique et pas uniquement des orientations personnelles ou des tendances romantiques des agents chargés de l'appliquer.
Ah et encore autre chose, l'Ambassade de Colombie à Berne, avec qui j'ai eu des liens professionnels aujourd'hui terminés, n'approuve pas la publication de ces documents, estimant qu'il n'est pas de son ressort de s'immiscer dans les affaires politiques internes de la Suisse.
Toutefois, la Weltwoche les ayant publiés, vraisemblablement sur la base de documents reçus de médias colombiens, j'ai estimé utile de diffuser leur traduction française. De plus j'ai été alerté sur leur existence par... une française des comités Betancourt, qui croyait que la Weltwoche était un journal allemand !

http://philippesouaille.blog.tdg.ch/archive/2008/05/22/colombie-le-rapport-d-interpol-in-extenso.html

Écrit par : Philippe Souaille | 25/07/2008

Dimitrescu...
Plus désespérément cramponné à son clavier que des morpions
sur une paire de burnes...
Tout ce qui est excessif est insignifiant,
mais de ça,
Dimitrescu n'en a cure.
En fait,
il parait carrément aussi
ridicule
que le bavard
qui sert de braillard
à l'UDC de Genève.

Comemnt fait-on pour ôter les piles à ces gugusses?

Écrit par : csny | 26/07/2008

Ben vla aut'chose, Crosby Stills Nash & Young se mettent à envoyer des posts sur mon blog ! Et à s'intéresser à la politique genevoise, ce qui est encore plus étonnant. C'est tout de même merveilleux Internet, me voici en train de dialoguer avec le passé, depuis un Hôtel de Roissy... Eh oui, je pars en vacances... mais je reste connecté.
Excellent été à tous mes lecteurs, qui viennent de battre tous mes records de fréquentation avec près de 1400 visiteurs différents en deux jours. Visiteurs de qualité, vu ce que j'écris, pas vraiment du discours simple et prémâché.
Je suis assez fier de ce succès et vous en remercie, vraiment.

Écrit par : Philippe Souaille | 26/07/2008

Vos visiteurs sont de qualité non pas par eux-même, mais uniquement grâce à vos écrits. Écrits qui ne sont ni simples ni prémâchés!

Alors là, bravo! Vous, au moins, vous restez modeste!... Un peu comme la diplomatie suisse.
Et merci de m'avoir permis - au moins une fois dans ma vie - d'être de "qualité"!

PS: Votre devise ne serait-elle pas: "Souaille modeste et t'es toi" ?

Écrit par : Père Siffleur | 26/07/2008

@ Dji.
C'est le procureur qui doit entamer le procès...et le juge (Paychère?) de juger, je le savais, voyez vous...

@ csny.
Vous déranger est la seule motivation de ma vie, voyez-vous...il n'y a que vous sur Terre, donc mon seul combat est contre vous...simple déduction, Watson...

@ Philippe Souaille.
Pour haute trahison d'état, la prison est une des peines...vous en réclamez la démission (au moins vous l'envisagez) ce qui est une mesure trop douillette à mon avis...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 26/07/2008

Et où voyez vous de la Haute Trahison d'Etat dans l'attitude de Mme Calmy-Rey ? Toujours la même exagération. Même Gontard n'a pas trahi la Suisse, il a juste une vision de ses intérêts qui n'est pas partagée, à mon avis, par la majorité dans ce pays.
Quant à CalmyRey, qui ne savait certainement pas tout ce que pouvait raconter Gontard et qui avait le tort de lui faire confiance (comme Schmidt avec Nef), je ne ne vois qu'un dépassement un peu forcé de ses prérogatives. Dépassement assez prévisible en fonction de sa personnalité et de ses engagements politiques. Mais c'est en tant que telle qu'elle a été élue.
C'est donc uniquement au niveau du Conseil Fédéral et de l'Assemblée qui l'a élue que doit se régler le problème.
Quant à la modestie qui ne m'étouffe pas, j'ai effectivement la prétention de penser que ceux qui lisent mes textes jusqu'au bout et les comprennent, qu'ils soient ou non d'accord avec, sont d'un certain niveau intellectuel. Même si je m'efforce à les rendre clairs. Et ce de par les thèmes mêmes qu'ils abordent.
Le niez vous vraiment cher Père Siffleur ?

Écrit par : Philippe Souaille | 26/07/2008

"Toujours la même exagération." !
Mais c'est exactement la même que celle utilisée envers l'UDC et Christoph Blocher...

Pourquoi fait-elle mal, à l'encontre de MCR et JPG, mais jamais à l'encontre de CB et UDC ?

Et puis, d'abord, n'oubliez pas...un jour on saura tout sur l'affaire Khadafi, les minarets, MCR et Jean Ziegler...vous verrez...

Mes informateurs (secrets) ne sont pas fous...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 26/07/2008

M. Dumitrescu, je n'ai pas lu beaucoup de textes, même à l'extrême gauche, qui demandaient de placer Blocher en prison ou de le juger pour haute trahison...
Quant au lien entre Kadhafi et les minarets, s'il devait exister, vu l'adage à qui profite le crime, nous serions bien forcés d'y voir plutôt la main de l'extrême droite... Mais là, c'est faire de la parano aigue. Un peu comme vous parfois.

Écrit par : Philippe Souaille | 27/07/2008

C'est rigolo, nous sommes le 30 et rien à ce jour n'a paru sur les sujets abordés dans ce billet du 27 dans la presse romande. Serait-elle orientée politiquement ?
Mais tout cela confirme ce que je pensais du CICR (et de Gontard, et de son institut, et de MCR...) Pas du tout orienté politiquement en général, mais souvent à la merci d'un satrape local. Le seul délégué du CICR dans un pays, c'est le chef de délégation; les autres croient être des délégués, mais c'est ce qu'on leur dit pour leur faire plaisir...
Le rôle du délégué prend souvent des dimensions trop importantes. En Angola, les orientations du CICR en faveur de l'UNITA étaient vraiment manifestes.

Bien sûr, il reste à savoir ce qu'était l'UNITA en réalité. Vaste question...

Écrit par : Géo | 29/07/2008

Les commentaires sont fermés.