01/08/2008

Malthus avait raison

Chantre de la décroissance démographique, universellement décrié par 90% des économistes et des sociologues, sans parler des démographes, Malthus avait pourtant raison. Pas seulement parce que la Chine s'en sort (entre autres) grâce à la politique de l'enfant unique, tandis que l'Afrique piétine avec des taux de croissance économique à 8%... Parce que sa croissance démographique, qui atteint 3% dans certains pays,  efface une bonne partie de cette croissance économique.

Malthus avait raison parce que ses préceptes ont bel et bien été mis en application, non par les gouvernants, mais par les peuples des pays riches occidentaux, ce qui inclut bien entendu le Japon. Lorsqu'il écrivait ses thèses, les familles des classes ouvrière et paysanne européenne avaient encore régulièrement 6, 8 ou 10 enfants, voire plus. Un certain nombre mourraient jeunes, mais le résultat final était tout de même une démographie galopante, que même l'émigration massive et les sanglantes boucheries guerrières du XIXème et de la première moitié du XXème siècle ne parvenaient pas à enrayer.

Si la population et les familles, d'elles-mêmes (et aussi grâce à la contraception), n'avaient pas mis le hola et réduit drastiquement leur fécondité, nous serions, notamment du point de vue écologique, dans une situation bien pire qu'aujourd'hui. Alors bien sûr, la dénatalité pose d'autres problèmes, mais chaque chose en son temps. Ne pas contrôler la natalité aboutirait à des conséquences plus désatreuses encore.

Le message est difficile à faire passer auprès des ados désoeuvrés des zones déshéritées d'un peu partout dans le monde... Les adultes, plus responsables et soucieux déjà d'un budget, sont plus raisonnables. Mais pour les teen-agers, le sexe est souvent la seule activité gratuite (j'allais écrire à portée de bourse...) et intéressante. Il est essentiel de les informer... Contre les prêches de toutes les grandes religions et les budgets natalistes de la présidence Bush.

C'était ma pensée du jour, en direct d'Abidjan.

Excellente fête nationale à tous ceux qui se sentent concernés, partout dans le monde.

Commentaires

Le problème de la démographie devient aussi un thème porteur, comme celui de l'écologie...
Le Pape, lui, s'oppose fermement au préservatif, à l'IVG...pourtant, les famines récentes, donnent raison (aussi) à Malthus...
Jean Ziegler aborde le problème, mais sans y faire allusion...pas besoin de désenchanter les pauvres (encore plus)...
Les technocrates bruxellois mettent en garde, que, suite à mai '68 et la libéralisation des mœurs, la natalité est en baisse constante et qu'il faudra à l'Europe, pour y survivre, importer 40 millions d'immigrés avant 2050.

Personne, semble-t-il, ne veut écouter les "prophéties" de Malthus...dommage...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 01/08/2008

Le veau d'or du développement à la sauce occidentale


Il est vrai que la démographie est une variable importante à prendre en compte mais quelle manque de profondeur dans cette analyse. Je rappelle simplement que 5% de la population (riche) consomme 80% des ressources mondiales. Faire peser le danger écologique uniquement sur les épaules des familles nombreuses des pays les plus pauvres permet encore de deresponsabiliser les peuples occidentaux et de ne pas questionner notre modèle de développement. La généralisation de ce modèle à tous les habitants nécessite 4 planètes supplémentaires (impossibilité écologique).

Il faut donc choisir l'économie ou la vie?

Écrit par : Léo | 15/08/2008

Relisez mon texte, M. Leo et vous constaterez que je dis que si nous, pays occidentaux, avions conservé notre démographie d'antan, avec le niveau de vie qui est le notre, la planète n'y aurait sans doute pas survécu. A aucun moment je ne prétend réduire la démographie des pays pauvres pour réduire nos problèmes écologiques. En revanche, s'ils veulent sortir de la misère, ils ont tout intérêt à faire tomber leurs taux de fécondité en dessous de leur taux de croissance économique.
Et à part ça, même avec un train de vie super écolo, la planète ne survivrait pas longtemps au taux de croissance démographique des pays pauvres s'il devait se maintenir, ce qui est heureusement n'est pas le cas. Ce taux décroit rapidement. Les jeunes éduqués font toute de suite moins d'enfants.
La vie, ce n'est pas transformer l'humanité en un troupeau de lemmings rasant tout sur son passage (comme une colonne de fourmis Marabuntas) et accaparant toutes les ressources - même purement naturelles - à son seul profit.

Écrit par : Philippe Souaille | 15/08/2008

Merci Philippe pour ce article et la réponse à Léo. J'ai 61 ans et ayant lu Malthus et le rapport Meadows (entre autres), j'ai choisi de ne pas avoir d'enfants. Je m'étonne encore, quasi chaque jour, de voir ou lire combien l'individu est si peu conscient de l'impact (et des réactions en chaine de ses actes) qu'il a sur son environnement et nos jeunes si peu avertis, que c'en est affligeant. Que leur apprend-on à l'école ? Ne sont-ils plus formés à mettre bout à bout des infos dispartes durant leur long écolage ?
Par ailleurs, le Pape (et autres dignitaires des grandes religions !) nous rendrait un grand service s'il arrêtait de prêcher le thème du "croissez et multipliez-vous". Vu les bientôt 9 milliards d'humains sur Terre, j'estime que cette mission est depuis fort longtemps remplie !!! Il serait temps de changer de disque et de prôner la matrise de la fécondité au même titre que le respect et partage des ressources naturelles terriennes.

Écrit par : Chris | 19/08/2008

Les commentaires sont fermés.