29/08/2008

Géorgie : un coup monté pour aider Mc Cain?

Pour le Corriere della Serra (et pour les Russes qui ont repris l'idée depuis deux jours), toute l'affaire géorgienne serait un coup monté par les néo-conservateurs étasuniens pour favoriser la candidature de John Mc Cain contre celle d'Obama. Idée intéressante. On sait qu'à chaque fois que les Etats-Unis sont partis en guerre, contre l'Espagne, contre le Mexique, contre l'Allemagne, contre le Japon, contre le Vietnam et contre l'Afghanistan et l'Irak, il y a toujours eu une provocation savamment orchestrée, souvent navale d'ailleurs, ou au moins une attaque ennemie que Washington avait vue venir mais a laissé se développer pour pouvoir riposter avec l'assentiment total de la nation. Sauf qu'à Pearl Harbor et au WTC, la violence de l'attaque a sans doute dépassé leurs prévisions.

La logique de l'opération géorgienne y ressemble. Il y a avait des conseillers étasuniens parmi les troupes géorgiennes qui ont attaqué l'Ossétie du Sud, s'attirant la riposte que l'on sait des Russes, qui seraient ainsi tombés à pieds joints dans le piège: flanquer la frousse au monde occidental, pour assurer l'élection du guerrier Mc Cain. Reste à savoir si les Etasuniens seront dupes au moment du vote en novembre, ou s'ils préféreront la logique de la paix, de la désescalade et de l'équité.  Ce qui ne signifie pas se laisser marcher sur les pieds, mais fixer des règles égales pour tous et les respecter.

Ainsi celle de l'intangibilité des frontières, joyeusement foulée aux pieds par les occidentaux ces dernières années quand ça les arrangeait. La dernière fois au Kossovo. Mais seulement quand ça les arrange. L'explosion du dogme pourrait bien causer des dégâts gigantesques en Afrique, où les frontières héritées de la décolonisation sont une insulte aux réalités ethniques. C'est pourquoi les intellectuels et les politiques africains redoublent d'efforts pour tenter d'accélérer le mouvement de l'intégration continentale... ou au moins sous-régionale, l'Union de la Méditerranée sarkozienne ayant mis une grande claque au panafricanisme transsaharien.  

Les Africains se préoccupent aussi beaucoup de l'élection aux Etats-Unis et bien sûr, appuient massivement Obama. Une revue panafricaine anglophone publiait récemment un article sur les très influentes sociétés secrètes anglo-saxonnes (Skull and Bones, Bohemian Grove, Table Ronde, Inquiry, CFR, Trilatérale, Bilderberg) en listant les présidents étasuniens et leurs conseillers qui en étaient membres. A peu près tous, hormis Jimmy Carter, candidats élus et non élus confondus. Les plus influentes étant réservées aux seuls citoyens des Etats-Unis, ce qui relègue dans la basse-cour la très européenne Bilderberg.

Il manquait juste une information essentielle: Obama en est-il ? Il a en tout cas des conseillers qui en sont, au sein du parti démocrate, susceptibles de lui arranger les rendez-vous qu'il faut avec les grands de ce monde. Car ces sociétés secrètes ont deux facettes. La positive: elles ont en général comme objectif l'amélioration du sort de l'humanité, disposent de gros moyens et savent agir discrètement. La négative: elles peuvent se tromper dans les moyens à mettre en oeuvre, juger par exemple que l'amélioration du sort de l'humanité passe par la toute puissance des Etats-Unis, et surtout elles sont secrètes... et disposent de gros moyens. 

Commentaires

Je l'avais écrit bien avant eux...pfff...j'aurais du déposer le copyright...

;o)

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 29/08/2008

"C'est pourquoi les intellectuels et les politiques africains redoublent d'efforts pour tenter d'accélérer le mouvement de l'intégration continentale... ou au moins sous-régionale, l'Union de la Méditerranée sarkozienne ayant mis une grande claque au panafricanisme transsaharien."
Pourriez-vous expliciter et donner plus de contenu à ce passage ? La césure Maghreb - Afrique noire existait avant Sarkozy, non ?

Écrit par : Géo | 29/08/2008

Bien sûr qu'elle existait avant. Géographique, climatique, religieuse même, et surtout, surtout, ethnique. Le long chapelet des conflits qui déchirent le Sahel d'Est en Ouest n'a pas d'autre cause. Mais il existait une certaine volonté commune, de part et d'autre, de se prendre en mains ensemble.
Or là, si vous lisez la presse d'Afrique Noire, vous verrez qu'ils craignent tous que l'Union de la Méditerranée n'apporte une assistance accrue et massive au développment du Maghreb et du Machrek, en laissant tomber un peu plus le centre et le sud du Sahara. En gros, l'Europe se paie des marches en Afrique pour se protéger et s'éloigner un peu plus de l'Afrique noire... Notamment de ses flots d'immigrés.
L'Afrique blanche, comme le monde arabe, ravis de profiter de l'aubaine, se tiennent coi. Sauf peut-être un certain Kadhafi, qui pour l'heure se contente de vitupérer sans oser se fâcher vraiment avec l'UE, même pour les beaux yeux de l'UA (l'Union Africaine).

Écrit par : Philippe Souaille | 29/08/2008

A part ça, en choisissant une femme et jeune de surcroit, Mc Cain joue un joli coup. Il peut se rallier l'électorat féministe déçu par l'éviction d'Hillary et il répond à ceux qui le jugent trop vieux et malade. Il a en effet eu récemment une attaque grave nécessitant une brève hospitalisation. En cas de pépin de santé l'obligeant à quitter son poste, la Vice-Présidente, en pleine forme (et en pleines formes) à 44 ans, pourrait avantageusement le remplacer.

Écrit par : Philippe Souaille | 29/08/2008

Cher Philippe,
Pour le moment, je n'ai lu que la déclaration du président du Sénégal, se plaindre de l'UPM (union pour la méditerranée).
Bien à vous,

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 30/08/2008

"un certain Kadhafi, qui pour l'heure se contente de vitupérer sans oser se fâcher vraiment avec l'UE,"
Il doit se plaindre un peu moins depuis les 5 milliards de Berlusconi...
Je n'ose imaginer les projets fous que ces deux mégalos vont vouloir réaliser. En matière de gâchage de fric, les Italiens sont de grands maîtres. Voir toutes ces usines d'incinération d'ordures dans la région de Naples...

A part cela, vous seriez à l'aise de voir cette dame diriger les USA si le président Mc Cain disjonctait ? Pas moi, mais c'est 100% subjectif, bien sûr. Je n'aime pas sa tête...

Écrit par : Géo | 30/08/2008

Sa tête je ne sais pas, mais ce qu'on dit d'elle ne m'inspire guère. Et j'aimerais vraiment beaucoup qu'Obama passe, mais là, je n'ai pas le droit de vote...

Écrit par : Philippe Souaille | 30/08/2008

Cher Philippe,

Et si, derrière l'affaire géorgienne, il y avait surtout et avant tout des intérêts pécuniaires et gaziers en jeu? L'UE veut construire un gazoduc depuis l'Azerbaïdjan qui lui permettrait de s'approvisionner en gaz sans passer par le territoire russe. Ce gazoduc doit traverser la Georgie, en particulier l'Ossétie du sud. Cela permettrait de concurrencer le gazoduc qui vient de Russie et alimente les Balkans et l'Italie. Et donc de se prémunir un peu mieux contre les sautes d'humeur de Gazprom, qui pourraient mettre en péril l'équilibre d'économies européennes qui se ruent aveuglément vers le gaz depuis quelques années.

Il ne faut pas chercher ailleurs l'opportune velléité d'indépendance de l'Ossétie du Sud, opportune pour la Russie bien sûr. Et c'est bien ce qui explique le voyage de Cheney actuellement dans ces pays-là, pour tenter d'empêcher cette sécession. Ainsi que le milliard de dollars accordé par les USA pour la "reconstruction" (y compris militaire) de la Géorgie.

Bref: McCain ou Obama, l'enjeu est surtout la capacité de l'Union européenne à s'affranchir de sa trop dangereuse dépendance à l'égard de Gazprom, le véritable ministère des affaires étrangères russe. Pour les USA, défendre les intérêts de l'UE dans ce dossier devient impératif, car il s'agit d'empêcher la Russie d'étendre encore l'influence dont elle bénéficie grâce au levier gazier.

Écrit par : Bernard Favre | 05/09/2008

Tes raisons, cher Bernard, sont très certainement fondamentales. Je connaissais l'histoire du Gazoduc, mais j'ignorais qu'il passait par l'Ossétie. Toutefois, comme je viens de l'écrire dans le post "Bonnes Nouvelles", il y a rarement une seule raison à une action de cette envergure. Et si l'on peut faire d'une pierre deux coups...
Plus fondamentalement, la raison que tu avances prouve une fois de plus le caractère explosif de la situation dans laquelle nous a plongé le fiston Bush en lâchant une grenade dégoupillée au milieu de l'Assemblée des Nations Unies. Depuis, c'est chacun pour soi et au lieu du dialogue international et de la connivence entre gouvernements au nom des intérêts communs (la paix et la préservation de la planète), on a le retours à la politique de la canonière du XIXème siècle. Lorsqu'on voyait les empires coloniaux tracer les frontières des petis Etats en fonction de leurs seuls intérêts économiques impériaux.
La logique de cette démarche, c'est la guerre. Et on ne parle pas ici de petite guerre des mots entre formations politiques, mais de la vraie guerre, avec des vraies bombes et des vrais morts. Beaucoup, énormément de morts.
Les Etats-Unis sont peut-être bien gentils de vouloir nous défendre contre le méchant Gazprom, mais d'une part, ils sont loin du théâtre des opérations et d'autre part, jusqu'à preuve du contraire, Poutine n'est pas Staline et Medvedev n'est ni Goebbels ni Eichmann. Ils n'ont pas non plus la même supériorité militaire. Donc restons calmes et tentons de nous affranchir de la dépendance énergétique au Gaz Russe. Quitte à non pas interdire, mais surtaxer les gros consommateurs d'énergie, dans tous les domaines, pour favoriser les petits, comme je le préconise dans mon bouquin l'Utopie Urgente. Un programme que Borloo est en train de tenter de mettre en place en France. Vive l'Internationale radicale éclairée!

Écrit par : Philippe Souaille | 06/09/2008

"Pour les USA, défendre les intérêts de l'UE dans ce dossier devient impératif"
Sauver l'Europe malgré elle, en quelque sorte ? l'altruisme infini de l'administration Bush va éclairer les siècles et les siècles à venir encore plus que celle du génie des Carpathes ou du Grand Timonier.
Nous sommes de pauvres vermisseaux face à tant de sollicitude désintéressée.

Écrit par : Géo | 06/09/2008

Les commentaires sont fermés.