26/09/2008

Le droit d'abjurer

J'ai apprécié le texte de Tarik Ramadan, dans la Tribune d'aujourd'hui. Un message d'ouverture et de tolérance, centré sur l'intégration des musulmans en Europe. J'espère juste au passage qu'il est intégralement sincère et que ce discours n'est pas la facette présentable d'une idéologie intégralement discutable comme celle que professe son frère Hani dans ces blogs.

Partant du principe que Tarik donc, est sincère, je voudrais poursuivre et préciser là où son discours s'interrompt et se fait un peu imprécis, à savoir dans la définition des efforts que les musulmans ont à faire en tant que nouveaux arrivants, pour se faire accepter dans cette société.

Société dont à priori ils apprécient les bienfaits que ce soit en terme de liberté de parole et de pensée – et de religion – mais aussi en termes d'aisance matérielle. Ce que l'on est bien obligé de rapporter à un type de construction socio-économique, le libéralisme, qui n'est pas encore parvenu à se développer de manière analogue sous le régime de la chariah. Ni à produire la même aisance.

En clair cela signifie pour moi que les musulmans doivent donc se plier aux quelques règles communes, telle qu'une laïcité stricte, ou une égalité tout aussi rigoureuse – notamment entre les sexes - qui permettent et favorisent ce vivre ensemble harmonieux.

Parmi ces efforts à faire, Tarik se contente de condamner le terrorisme et de respecter l'égalité de la femme. Il en oublie au moins un, fondamental, qui est l'absolue liberté d'abjurer et de se convertir, de changer de religion ou de renoncer à toute foi. Avec tout ce qui en découle, comme la liberté de se choisir des prénoms différemment connotés si l'on en a envie, etc... Bref qu'à la 3ème génération, puisqu'il la cite, on ne soit pas obligé de voir un membre d'une communauté, mais un citoyen comme un autre, parmi d'autres.

Je connais un certain nombre de musulmans ou de personnes d'origine musulmane qui correspondent parfaitement à ces critères et qui n'ont à priori aucun problème de socialisation, ou alors vraiment rarement, au contact de vrais fachos qui sont à combattre résolument. J'aimerais être certain que Tarik Ramadan se range parmi ces musulmans là, mais je n'en suis pas certain. J'attends une réponse claire sur l'apostasie. Peut-être à sa conférence de ce soir ?  En fait les données sont assez simples: si les musulmans d'Europe veulent être acceptés par la majorité de la population comme des citoyens comme les autres, ils doivent devenir des citoyens comme les autres. Non pas identiques, mais avec des différences et des pratiques, notamment religieuses, qui ne les opposent pas frontalement à la communauté plus vaste qui les accueuillent.

Le problème est d'ailleurs également valable pour d'autres communautés et c'est un débat vieux de plusieurs siècles. Il ne s'agit pas de forcer les gens à abjurer mais qu'ils en aient le droit s'ils le souhaitent. Que les mariages mixtes n'imposent pas forcément la conversion d'une des deux parties, que les enfants puissent choisir librement leur religion ou de ne pas en avoir etc...  

Commentaires

Philippe;

Depuis cette page:

http://www.vert-islam.com/Download_Tr2.html

4ème fichier depuis le haut "Les grands péchés", une prêche de Tariq à la Réunion. Téléchargez le fichier ZIP, puis écoutez le deuxième fichier mp3 à partir de la 6ème minute. Tariq est contre l'adultère mais pour la polygamie, il espère avoir bientôt des piscines halal, etc. A écouter, c'est le genre de truc qu'il ne dira jamais sur TSR Infrarouge.

Et n'oubliez pas encore récemment son alliance avec les indigènes de la républiques et Houria Bouteldja, le fameux épisode des "souchiens" ou "sous-chiens". Si ça c'est un type qui prône l'intégration, moi je veux bien être curé, parce que les indigènes sont de vrais fachos.

Bien plus dangereux que son frère, bien plus habile et discret, et il dipose de la complaisance totale de la TSR... L'ennemi à abattre...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 26/09/2008

Pour l'apostasie, si vous voulez deux positions antagoniques, vous avez le progressiste Gamal al Bana, grand oncle de Tariq Ramdan, systématiquement condamné par la "madrassa" d'Al-Azar en Egypte (ou Tariq s'est formé) avec des postures bien plus audacieuse que notre apôtre de la Charia "light" sauce Calvin:

http://www.islamophile.org/spip/Pas-de-sanction-pour-l-apostasie.html

De l'autre Youssouf Al Qardawi, salafiste, maître de Yusuf Ibram de la mosquée de Genève, pour qui il est clair que l'apostat doit mourir (après de longues phrases sur la tolérance, etc.):

http://islam-islamisme.hautetfort.com/archive/2007/07/09/l-apostasie-expliquee-par-yusuf-al-qaradawi.html

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 26/09/2008

Merci pour le lien sur les conférences de l'islamiste. Très intéressant de les écouter. Ce salopard quand il parle des attaques du brigand Mahomet sur les caravanes de la Mecque ("l'enseignement de la bataille de Badr") les qualifie d'"intervention". Voilà qui donne des idées pour réécrire l'histoire: l'intervention des Japonais à Pearl Harbor, l'intervention des Français en Algérie en 1830, l'intervention de Hitler en Pologne en 1939 ou son intervention en Union soviétique...

Bon allons écouter les grands péchés...

Écrit par : Johann | 27/09/2008

Les commentaires sont fermés.