27/09/2008

L'Islam et les lois de la République

C'était hier la première fois que j'assistais à un prêche de Tariq Ramadan. Devant une asistance souvent très jeune, il fut brillant, maniant les concepts hardiment. On sent chez lui l'influence des lumières et de la pensée protestante, il n'a pas fait pour rien ses humanités à Genève. Il a même implicitement répondu à ma question de la veille, dans ce blog, sur la liberté d'abjurer, en précisant, je cite de mémoire, que c'était « au musulman lui-même, quelle que soit sa pratique, de se définir en tant que musulman ou non, chacun devant rester libre de le faire ». Ce qui revient à accepter l'apostasie et donc à condamner la pratique, courante en Islam de punir, y compris de la peine capitale, ceux qui abjurent. J'aurais certes préféré une condamnation plus explicite, mais enfin, c'est un début. Merci.

Tarik a par ailleurs réitéré très clairement sa condamnation des terroristes, à qui il dénie le nom de musulmans, de même qu'il prône l'égalité des droits de l'homme et de la femme. Qui soi dit-en passant n'est clairement pas assurée par le droit musulman, en qui il voit pourtant un outil de justice égale pour tous.... Mais il y a d'autres failles, béantes, dans son discours, qui font qu'en réalité, il n'a pas répondu à la question du débat, qui était au fond de savoir si les Européens devaient avoir peur de l'Islam. A titre personnel, en tout cas, il ne m'a pas rassuré.

Comme nous tous, dans son argumentation, il n'utilise que les faits et les concepts qui servent sa théorie, en négligeant les autres. Nous le faison tous, plus ou moins, mais à ce niveau, c'est impressionant d'ampleur chez un homme qui se prétend religieux et se doit donc d'être honnête. Il est à l'évidence si brillament intelligent qu'il ne peut pas ne pas se rendre compte que sa pratique n'est pas objective, donc n'est pas honnête, donc n'est pas musulmane. Sauf à admettre que le djihad tolère la subjectivité et la torsion du discours, si c'est pour la bonne cause.

Durant les ¾ de son prêche, il a donc confondu habilement immigration et immigration musulmane. Assimilant celle-ci, historiquement, à l'émigration italienne en Suisse et passant complètement sous silence le fait que les immigrés d'aujourd'hui en Europe ou aux Etats-Unis, sont très loin d'être tous musulmans et que l'immigration musulmane pose un problème spécifique, contrairement aux immigrations espagnoles, portugaises ou italiennes du passé. Elle diffère même des autres immigrations visibles d'aujourd'hui. L'intégration d'un chinois ou d'un sub-saharien chrétien peut en effet se rapporter à peu près sans autre à celle d'un sicilien ou d'un galicien. Seule la couleur les différencie, qui crée un obstacle supplémentaire auprès des seuls racistes. Heueusement, ceux là demeurent très minoritaires.

Les problèmes spécifiques de l'immigration musulmane se nomment Ouma et Charia. Ce n'est pas uniquement une différence de croyances. Les italiens et autres latins étaient catholiques, les slaves sont souvent orthodoxes. Le problème tient dans la superposiiton du fait religieux et communautaire d'une part, dans la vocation expansionniste et dominatrice de la religion musulmane d'autre part. Même les juifs d'Europe centrale, nombreux entre les deux guerres, ne posaient pas le même problème, car si leur religion tient un discours clair d'exclusion du non-juif, elle ne professe pas officiellement un discours de domination et de soumission de cet autre, non juif. Contrairement au jihad et au Coran.

Alors bien sûr, le christianisme et son enfant, la philososophie des lumières, a lui aussi été conquérant, et même sanguinaire, lors de son apogée industrielle et démographique. Mais ce n'est plus le cas. Et si je souhaite que la liberté de penser et la libre pensée se répandent dans le monde, parce que j'estime qu'elles sont les clefs du futur de l'humanité, je ne souhaite pas l'imposer. Ce serait d'ailleurs éminement contradictoire.

Ma vision de l'harmonie entre cependant en conflit ouvert avec une religion qui, elle, prône la soumission à une parole figée, jaillit (de où ?) voilà 14 siècles. Figée, en tout cas pour l'immense majorité de ses croyants, au point que Tarik, précisément, souhaite la dépoussiérer quelque peu. Ce qui est tout à son honneur, même si c'est à l'évidence une stratégie pour tenter d'enrayer l'érosion de la pratique religieuse.

A tout prendre, je préfère la stratégie de Tarik à celle de Benoît, qui lui prend le chemin inverse, et prétend resserrer les boulons du dogme. Les deux sont à mon avis vouées à l'échec, car ils tentent d'enrayer avec leurs doigts l'érosion d'une dune de sable sec... L'écroulement du mur de Berlin a pu faire illusion quelque temps, déclenchant l'impression d'un retours en force des religions. Mais c'était juste du à l'effondrement de l'une d'entre elles, l'idéologie communiste. Au final, les êtres humains s'affranchissent peu à peu des croyances inutiles, c'est à mon avis le sens, inéluctable, de l'histoire. Et c'est heureux parce que ces croyances obsolètes font plus que contribuer à nous mener à l'affrontement mondial..

La spécificité de l'immigration musulmane est donc de vouloir considérer tous les musulmans comme membres de l'ouma, la communauté dont la destinée, à l'arrivée, est de se soumettre à la charia. Or clairement, je refuse d'avoir à m'y soumettre un jour, moi ou mes petits enfants. Les filles en particulier. Parce que je veux bien croire en la volonté de réformes affichée par Tarik Ramadan, mais dans les faits, on en est encore bien loin.

Tarik reconnaît la liberté de quitter la religion, contrairement à la loi en vigueur dans les pays musulmans, mais il exclut très clairement et logiquement de la communauté, la Ouma, tous ceux qui fanchissent le pas officiellement. C'est là où le bât blesse. Parce qu'un italien qui se fait protestant ou devient agnostique reste italien. Et qu'offrir la pizza ou le couscous à sa nouvelle culture, c'est tout autre chose que de prétendre peut-être un jour imposer la loi de sa religion aux resortissants du pays d'accueil.

La démographie est clairement dans le camp de l'immigration et franchement cela ne me gêne pas. Mes enfants sont métis, j'ai grandi dans une athmosphère multiculturelle et je ne souhaite d'autre monde que celui de la diversité. Dans mon univers, les musulmans d'origine ou pratiquants ont toute leur place, même si je préfère que les dévots, de quelque religion qu'ils soient, conservent leurs convictions dans le secret de leur âme et de leur chez eux quand ils sont chez moi.

L'évolution des consciences en revanche est clairement dans le camp de la libre pensée. Statistiquement, la catégorie religieuse qui croit le plus rapidement en Suisse est celle des incroyants. Bien plus rapidement que celle des musulmans, un certain nombre d'entre eux passant d'ailleurs de l'une à l'autre chaque année. C'est ce mouvement que Tarik, comme Benoit veulent enrayer, et c'est celui que je veux encourager. Non pas agressivement, je ne veux convertir personne, mais en accompagnant simplement un mouvement naturel, celui de l'histoire de la pensée humaine, qui un jour a eu besoin de s'inventer un ou des dieux et qui aujourd'hui s'en affranchit.

Tarik se la joue libéral et c'est tout à son honneur, car c'est une position courageuse et évolutive dans une religion plutôt figée et parfois violente. Mais Tarik travaille à la cohésion de l'Ouma et la logique de l'ouma est de respecter la charia. Que se passera-t-il si demain ou après-demain, les musulmans pratiquant s'estiment assez nombreux pour réclamer l'application de la charia, ne serait-ce qu'au sein de leur communauté, comme ils l'ont déjà fait au Canada ?

Une charia light, sans lapidation ni décapitation des apostats, mais une charia tout de même ? La réponse à mon avis ne peut être que laïque: pourquoi pas, pour autant qu'aucune des lois et coutumes appliqués ne contreviennent aux lois supérieurs de l'Etat, du canton et de la commune. Et que ceux à qui elles s'appliquent demandent expressément leur application, aucune application ne devant être possible contre leur gré. Chacun doit rester libre de se dire musulman ou non, sans pour autant à voir à subir les foudres de sa communauté d'origine.

Comme pour les minarets. Oui, à condition qu'ils ne transgressent pas nos lois sur les constructions et les paysages. La vraie intégration, ce n'est pas de s'affirmer en tant que membre d'une communauté fermée, c'est que le fait qu'appartenir à cette communauté soit devenu un geste affectif, certes, mais accessoire. Un drapeau que l'on accroche à sa fenêtre un jour de match de foot, alors que tout le reste de l'année, on vit parmi les siens (c'est à dire parmi les Genevois, dans notre cas) comme n'importe quel citoyen parmi d'autres.

Tarik dit que la première génération était invisible alors qu'aujourd'hui les jeunes s'affirment et ont raison de le faire. Pas d'accord.: La première génération était discrête. Les jeunes d'aujourd'hui ont tendance à vouloir brandir leur ethnie ou leurs croyances comme un étendard. Ce, qu'ils soient helvètes, rebeus, keblas ou feuj. Sans oublier les asiatiques ou les kossovars.... C'est cela qui est dangereux et qu'il faut combattre. C'est une conséquence directe des peurs diverses que l'autre engendre. Une affirmation de soi en réaction à la négation par l'autre. Tarik et moi partageons la même analyse. Mais je ne suis pas certain que sa réponse soit la bonne. J'ai l'impression qu'elle ne peut qu'élever des frontières alors qu'il faut s'efforcer de les aplanir

Commentaires

Tariq pratique le double discours. Ou plutôt je devrais dire le discours multiple qui s'adapte à l'interlocuteur. Question: faut-il couper la main des voleurs? Réponse: dans une société islamique qui a réalisé tous ses objectifs et où l'injustice a été bannie, oui, mais tant que nos sociétés n'ont pas réalisé cette société idéale, non. Un exemple parmi d'autres. Ou bien à la fin d'une conférence, se précipitant vers un intervenant qui lui avait posé précédemment une question pour venir lui expliquer en privé comment "comprendre" la réponse qu'il avait faite en public.

C'est le même personnage qui, alors enseignant, ramène une collègue chez elle en voiture et alors qu'il pleut des cordes lui demande d'entrouvrir sa vitre parce qu'en tant que musulman il ne peut rester seul avec une femme dans un endroit fermé... Ca ne s'invente pas.

Et il faudrait lui poser la question de savoir s'il a toujours été fidèle.

Voilà pour le double discours.

Si cette phrase rapportée est correcte: « au musulman lui-même, quelle que soit sa pratique, de se définir en tant que musulman ou non, chacun devant rester libre de le faire », il est clair qu'il définit très clairement qui est musulman avant même que la personne en question se définisse elle-même. Lapsus significatif. Il pose un a priori.

A toute "personne" de se définir en toute liberté. Or les pressions qui s'exercent sur les personnes dites "musulmanes" est énorme aussi bien symboliquement, que socialement et que trop souvent même physiquement.

Certes il est plus habile que son frère et ça propagande en est d'autant plus dangereuse. C'est un grand séducteur. Demandez à quelques anciennes collègues enseignantes. Un maître es hypocrisie.

Tant que les islamistes dans un pays sont en position de faiblesse, ils ont le droit de mentir, de dissimuler, de louvoyer; ils vivent dans le dar el-harb. Le pays de la guerre. Tariq est un guerrier qui combat pour les siècles futurs. Il pose pierre après pierre les bases d'un dar el-islam, qui doit s'étendre à l'humanité tout entière. Tout le reste ne sont que tactiques pour parvenir à cette fin inéluctable selon les islamistes.

"Une charia light, sans lapidation ni décapitation des apostats, mais une charia tout de même ? La réponse à mon avis ne peut être que laïque: pourquoi pas,"

En aucun cas, c'est le début de la capitulation. La loi doit être la même pour tous. Sans exception.

Écrit par : Johann | 27/09/2008

Johann, j'ai cité Tarik Ramadan de mémoire et la phrase que vous mentionnez est correcte sur le fond, mais peut-être pas sur les mots. En clair, j'ai nettement compris qu'il disait que chacun était libre de se dire et de se ressentir comme musulman ou non, quelle que soit son origine.
Quand à cette idée de charia light, pourquoi coupez-vous la phrases à la virgule... Comme je l'écris ensuite: "Pourquoi pas, pour autant qu'aucune des lois et coutumes appliqués ne contreviennent aux lois supérieurs de l'Etat, du canton et de la commune". Nous sommes tous d'accord on peut appliquer la partie de la charia qui est conforme à nos lois, mais certainement jamais le reste.
Je vous laisse bien entendu la responsabilité de vos affirmations et sous-entendus sur sa vie privée, qui ne regardent à priori que lui.

Écrit par : Philippe Souaille | 27/09/2008

Tiens, je vois que vous avez écrit une réponse, mais elle n'apparaît pas ici.

Vous seriez-vous modéré vous-même?

Écrit par : Johann | 28/09/2008

Modéré, non, mais oublié, oui. Le système est ainsi fait qu'après avoir écrit un commentaire en externe, je dois retourner le valider en interne. Ce que parfois, à l'issue d'une journée bien remplie, j'oublie...

Écrit par : Philippe Souaille | 28/09/2008

Alors compris dans ce sens, la sharia n'est plus la sharia, ça n'a plus aucun sens de lui conserver ce nom. Dire par exemple que le divorce tel qu'on le pratique ici est conforme à la sharia ne vient justifier en rien celle-ci, même partiellement.

"sa vie privée, qui ne regardent à priori que lui."

Non, à partir du moment où il vient dire aux gens ce qu'ils ont le droit de faire ou de ne pas faire. Faites ce que je dis, ne faites pas ce que j'ai fait. Classique.

Maintenant j'ai écouté quelques prêche de ce Frère musulman. Très instructif. Carlito a raison: la piscine mixte, c'est mal. Elles entraînent une promiscuité et favorisent les relations sexuelles entre jeunes de 15 et 16 ans, que dis-je dès 12 ans! Ces piscines mixtes, ce n'est pas sain (saint?). Quel Tartufe! Par ailleurs il prêche Mahomet (qmssn) comme un modèle, le Modèle (qmssn) par excellence à imiter. Ce soi-disant prophète (qmssn) qui a entretenu des relations sexuelles à l'âge de 54 ans avec une gamine de 9 ans. Enfoncés les 12 ans mentionnés plus haut. La polygamie aussi est justifiée. Merci Mahomet (qmssn). L'homme et la femme ont les mêmes droits et devoirs. C'est très bien, mais le problème est que le coran dit le contraire. Et quand il accepte la polygamie (une polygamie "encadrée", mais une polygamie quand même), il se contredit complètement: les femmes n'ont pas le droit d'épouser plusieurs maris.
Et bien sûr il condamne la fornication. Comme le pape.

Au sujet de la conversion, il ne parle au cours d'un prêche que de la conversion vers l'islam et pas de la conversion hors de l'islam. Il dit clairement que le mariage ne peut se faire qu'entre une homme et une femme musulmane.

"Modéré, non, mais oublié, oui. Le système est ainsi fait qu'après avoir écrit un commentaire en externe, je dois retourner le valider en interne. Ce que parfois, à l'issue d'une journée bien remplie, j'oublie..."

Eh oui... sauf que ça ne fait pas une grande différence "pratiquement". C'est vraiment une entrave à la fluidité du débat, si débat il y a.

Et on aura noté un éloge grandiose d'Hassan El-Banna son grand-père et fondateur des Frères musulmans. Un point à noter, il était contre la violence, sauf en dernier recours. Le premier recours, c'est l'éducation. Lisez endoctrinement, manipulation.

Enfin le Tartufe dans toute sa splendeur: il parle du décès de son père et on sent de l'émotion, voire des larmes dans ses propos marqués par plusieurs silence. Mais s'il était un croyant véritable, il devrait se réjouir et être complètement heureux que son père soit au paradis avec ou sans (allez savoir!) les vierges promises! Mais du chagrin... quelle hypocrisie!

Écrit par : Johann | 28/09/2008

Ah, j'allais oublier: il n'y a de pouvoir que celui qui vient de dieu. C'est le sens de la formule allah hou akbar. "le plus grand"... C'est le pouvoir suprême. A opposer à tout dictateur, car le pouvoir de celui-ci est inférieur à celui de dieu. A tout dictateur... ou à toute loi humaine adoptée démocratiquement. Ce n'est pas dit textuellement, mais c'est très clairement entre les lignes.

Écrit par : Johann | 28/09/2008

Ce qui est marrant, c'est que le commentaire "en cours de modération", du moins les premiers mots de celui-ci, apparaît déjà dans la fenêtre "derniers commentaires"...

Allons, allons, libérez-les!

Écrit par : Johann | 28/09/2008

Permettez Johann, que je fasse ce qu'il me plait de mon blog... Si vous avez envie de vous exprimer librement, qu'est-ce qui vous empêche d'en créer un ? Comme cela vous pourriez parler à votre guise des sujets qui vous tiennent à coeur et pas uniquement intervenir en commentant les sujets des autres...
En ce qui me concerne, il est hors de question de laisser passer n'importe quoi, en plus souvent anonyme, sans contrôle. C'est le meilleur moyen de voire déraper le débat.
La liberté, ce n'est pas laisser faire ou dire n'importe quoi.
Je suis d'ailleurs très partagé sur les accusations concernant les pratiques privées de M. Ramadan. Je les laisse ici pour ce qu'elles sont: des accusations colportées de manière anonyme qui n'ont donc aucune valeur juridique et bien peu de poids. De purs racontars en fait.
Je les ai finalement laissé passer, bien que le fait que quelqu'un s'écarte d'une morale trop rigoriste ne me gêne en rien. En revanche, si cette personne se veut à d'autres moments le défenseur de cette conception très étroite de la morale, la contradiction est évidente et doit être dénoncée.
Mais elle doit pouvoir être prouvée. Si les personnes concernées jugent utiles de porter des faits de ce genre à la connaissance du public, elles devraient le faire de manière plus précise et ouverte.

Écrit par : Philippe Souaille | 28/09/2008

Monsieur,
Vous êtez surtout partial depuis le début, acquis à la cause RAMADAN.
Les personnes qui ont subit le comportement et se sont laissées avoir par les belles paroles de cet homme sont fort nombreuses.
Réflechissez un peu sur les raisons pour lesquelles ces nombreuses(oui) personnes ne peuvent tout reveler. Bien que cela semble sur le point d'après certaines sources.Il est l'homme de tous les excès, de toutes les contradictions, de toutes les ambiguités possibles.Malsain.

PS: On ne dit pas " feuj, rebeu, renoi", Cher Monsieur, c'est vulgaire, condescendant et rabaissant pour ces groupes de personnes. Une faute encore. Bye, ce n'est qu'un passage express ici pure curiosité. Bonne continuation.

Écrit par : Sirius | 28/09/2008

Sirius, la qualité de votre objectivité et la finesse de votre analyse me laissent pantois. Vous ne manquerez guère au débat.

Écrit par : Philippe Souaille | 28/09/2008

C'est surtout votre blog qui ne me manquera pas. Un déni total de la vérité et un parti pris qui lui n'est pas objectif. On ne parle pas de la mauvaise foiet de la complaisance. Bon courage.

Écrit par : Sirius | 28/09/2008

Timeo Danaos, et dona ferentes...

Écrit par : Géo | 28/09/2008

"Permettez Johann, que ej fasse ce qu'il me plait de mon blog..."

Mais bien sûr cela va de soi et vous n'avez pas besoin de ma "permission". Qu'est-ce qui se passe ce dimanche? Tout le monde prend tout au premier degré...

"Si vous avez envie de vous exprimer librement, qu'est-ce qui vous empêche d'en créer un ? Comme cela vous pourriez parler à votre guise des sujets qui vous tiennent à coeur et pas uniquement intervenir en commentant les sujets des autres..."

Non merci, mon ego n'est pas développé à ce point, mais c'était gentil de le suggérer.

"La liberté, ce n'est pas laisser faire ou dire n'importe quoi."

Heureux de vous l'entendre dire si seulement c'est aussi valable dans d'autres domaines (au hasard l'économie). Mais je crois que nous sommes plus ou moins d'accord là-dessus.

"Je suis d'ailleurs très partagé sur les accusations concernant les pratiques privées de M. Ramadan. Je les laisse ici pour ce qu'elles sont: des accusations colportées de manière anonyme qui n'ont donc aucune valeur juridique et bien peu de poids. De purs racontars en fait."

Peut-être, peu-être pas.

"Je les ai finalement laissé passer, bien que le fait que quelqu'un s'écarte d'une morale trop rigoriste ne me gêne en rien. En revanche, si cette personne se veut à d'autres moments le défenseur de cette conception très étroite de la morale, la contradiction est évidente et doit être dénoncée."

D'accord, bien entendu, il ne s'agit pas d'autre chose.

"Mais elle doit pouvoir être prouvée. Si les personnes concernées jugent utiles de porter des faits de ce genre à la connaissance du public, elles devraient le faire de manière plus précise et ouverte."

C'est tout le problème. Au moins il semble que nous ayons ici le témoignage d'une personne directement concernée. Précieux. (Non, non, ce n'est pas moi qui a écrit le commentaire signé Genila. Et je le crois sincère.)

Tout le problème disais-je est d'obtenir des témoignages directs. Certaines personnes se défilent, certaines n'acceptent de parler que si leur anonymat est garanti. Est-ce un complot? Peut-être, peut-être pas. Certaines personnes ne parlent pas tout simplement pour ne pas raviver de pénibles souvenirs.

Il fut un temps où il ne professait pas l'islam... et où il savait ce qu'il fallait faire pour faire carrière, pour se mettre en avant au détriment des autres(*). Il a laissé pas mal de ressentiments derrière lui. Avant de trouver une autre voie... Mais généralement le caractère d'une personne ne change pas quels que soient ses objectifs. Si vous êtes intéressé, je peux vous donner plus de précision en privé. Si vous voulez ne pas publier ce commentaire, pas de problème pour ma part.

(*) Le plus drôle est que dans un de ses prêches (les grands péchés, justement) il condamne fermement un tel comportement. Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas, n'est-il pas?

Écrit par : Johann | 28/09/2008

Quoique géographiquement incorrecte, Tarik étant d'origine égyptienne, la fine allusion de Géo me parle évidemment. Cela fait plus de 20 ans que je suis le parcours des frères Ramadan, depuis l'époque où l'on s'inquiétait de l'influence de l'intégrisme iranien sur la jeunesse française d'origine immigrée... et que j'expliquais qu'étant sunnites, les jeunes beurs ne risquaient guère la contamination.
Nous étions loin d'imaginer le poids qu'allaient prendre wahabites et salafistes...
Pourtant le Maroc et le Maghreb se couvraient déjà, depuis quelques années, de mosquées d'inspiration séoudienne. Et 20 ans plus tard, c'était le tour du Togo et d'une bonne partie de l'Afrique de l'Ouest. Les mini mosquées y surgissent comme des champignons, souvent deux par village de 500 habitants, jusque dans les zones traditionnellement chrétiennes et animistes. Où l'on se met à voiler les petites filles, ce que je n'avais jamais vu dans le pays, les femmes n'ayant jamais été voilées, même dans les villages musulmans.
Depuis quelque temps, Tarik Ramadan se rend effectivement en Afrique de l'Ouest et je ne suis pas certain que le discours qu'il y tient soit exactement le même qu'à l'aula du Collège Calvin. Il est évident qu'il voit dans l'immigration le cheval de Troie qui amène l'Islam au coeur de l'Europe impie et mécréante, sinon il ne prendrait pas tant de soin à convertir au salafisme ces régions africaines d'émigration.
Car Tarik est salafiste, il l'a rappelé samedi soir. Ce qui est à priori fortement contradictoire avec sa volonté affichée de réformisme, lorsqu'on sait que le salafisme prône précisément le retours intégral aux préceptes d'origine. Mais ce n'est là sans doute qu'une contradiction basique de plus dans son discours.

Écrit par : Philippe Souaille | 28/09/2008

"Les mini mosquées y surgissent comme des champignons, souvent deux par village de 500 habitants, jusque dans les zones traditionnellement chrétiennes et animistes" avez-vous avez dit Mr Philippe Souaille.
Mais la plupart de ces mosquées sont presque vides durant toute l'année, par contre pourquoi ne parle-t-on pas des églises déjà bâties dans les émirats du golfe à l'exception de KSA (25 églises uniquement au Kuwait!)

En bref c'est de l'islamo-phobie.

Écrit par : Djilani Ftelina | 29/09/2008

Sirius me traite de suppôt des frères Ramadan et Djilali d'islamophobe. La réalité est peut-être entre les deux ? Je crois avoir assez dit tout le bien que je pensais de l'Islam à certaines époques pour être considéré comme objectif. De même que j'estime que la pensée juive a offert au monde quelques une de ses plus belles avancées intellectuelles, ce qui ne m'empêche pas d'être anti-sionniste et d'accuser formellement de racisme ceux qui prétendent que l'anti-sionisme est de l'anti-sémitisme. Je vais même plus loin, c'est une insulte aux victimes anti-racistes de la barbarie nazie, parmi lesquelles de très nombreux juifs que de le prétendre.
Je ne sais pas si ces mosqueées du sud du Togo, par exemple, sont vides et je ne suis pas certain que M. Djilali en sache davantage. Mais j'en doute et surtout j'en connais le mode de financement que je trouve assez pernicieux. En l'occurrence il s'agit de bâtiments très simples, souvent juste un petit minaret surmonté d'un toit de tôle, jouxtant une pièce pouvant contenir quelques dizaines de personnes, le tout en pisé et aidé par de l'argent saoudien ou koweiti. Il s'agit de constructions individuelles, investissement en temps et énergie d'un musulman local, ancien ou fraîchement converti, qui se rembourse ensuite en recevant une participation financière des fidèles fréquentant sa mosquée.
Dans une Afrique noire en perpétuel souci d'argent, toute opportunité est bonne à prendre et toute idée qui rapporte, grâce à l'initiative individuelle, se répand comme une traînée de poudre. C'est pourquoi je ne suis pas certain que ces mosquées soient vides: si elles aboutissaient à un flop commercial, l'idée n'aurait jamais pris avec une telle ampleur.
Je n'ai pas parlé des églises qui se construisent là où vous dites parce que je n'étais pas au courant, que je n'y ait pas été (contrairement au Togo) et que ce n'était pas le sujet. Par ailleurs, il ne s'agit pas d'une quarantaine de lieux de cultes dans plusieurs pays, mais de centaines de mosquées dans un seul pays de 5 millions d'habitants en une dizaine d'années, ce qui change le paysage. Et de milliers au Maroc. Et de centaines également dans les Balkans, je pense au Sud de la Bulgarie, construites un peu sur le même modèle qu'en Afrique sauf que les murs aussi sont en tôle.
Ce n'est pas de l'islamophobie, c'est le constat qu'en Afrique sub-saharienne, beaucoup de gens sont prêts à tout pour améliorer l'ordinaire qui est pour le moins maigre. Envoyer un fils risquer sa peau sur un frêle esquif sans même savoir nager, ou se convertir, ou voiler sa fille, parce que cela rapporte de quoi mettre l'essence dans la mobylette.
Demain cela pourrait-être poser des bombes, si la famille est sauvée et prise en charge. Face à cette réalité, il est urgent de prendre des mesures et la seule valable, à mon avis est de déverser suffisamment d'argent et de moyens sur ces pays pour que les choses bougent vraiment. Ce qu'ont commencé à faire les Chinois.

Écrit par : Philippe Souaille | 29/09/2008

"Nous le faison tous, plus ou moins, mais à ce niveau, c'est impressionant d'ampleur chez un homme qui se prétend religieux et se doit donc d'être honnête."

Le principe de la Takya annule toute honnêteté quand il s'agit de défendre l'Islam envers et contre tout, c'est bien ce que Tariq Ramadan fait, non? Répondre sans vraiment répondre...

"et que l'immigration musulmane pose un problème spécifique, contrairement aux immigrations espagnoles, portugaises ou italiennes du passé."

+10 Elle est surtout un problème depuis que les lobbys islamiste, dont celui de Tariq, ont pris place dans le débat publique et qu'on a utilisé le 9/11 pour nous faire croire que les musulmans étaient persécutés en Europe... Et qu'ils devaient se relever en retournant aux sources du Coran en prenant exemple sur la vie d'alors du Prophète et de ses compagnons... Et que le principe d'assimilation est tenu pour raciste quand il est le seul garant d'un attachement à la République et à la Démocratie.

"Le problème tient dans la superposiiton du fait religieux et communautaire d'une part, dans la vocation expansionniste et dominatrice de la religion musulmane d'autre part. "

Celà tient surtout de ce que les lobyiste salafistes à la Tariq sont avant tout des adeptes du fiq, et bien moins des mystiques contemplatifs... Sans compter ce doux méange entre islamisme et altermondialisme, alliance tacite autour du combat anti-impérialiste... Et également à la concurrence victimaire autour, avec cette conviction que les arabes méritent autant d'être considérés en Europe comme des victimes génocidées que les juifs... qu'ils haissent tout largement. Avec cet aveuglement qui refuse de voir que la décolonisation a bien déjà eu lieu, et que ce qui s'est passé après n'est guère plus jojo. A se demander si on ne vivait pas mieux dans l'Algérie colonisée... c'est tout juste si je provoque, mais depuis, les artistes, les putains, les chrétiens et tout ce qui n'est pas islamique se fait buter par des malades... salafistes...

Le monde arabe est condamné de toute manière, condamné à choisir entre une dictature militaire ou une dictature religieuse...

"lors de son apogée industrielle et démographique."

Sauf qu'aucun régime européen alors n'était à proprement parler "chrétien"...

"Une charia light, sans lapidation ni décapitation des apostats, mais une charia tout de même ? La réponse à mon avis ne peut être que laïque: pourquoi pas, pour autant qu'aucune des lois et coutumes appliqués ne contreviennent aux lois supérieurs de l'Etat, du canton et de la commune."

Si l'Etat place la notion d'égalité des sexes au centre, jamais aucun élément de la Charia ne devrait faire son entrée, c'est un cheval de Troie ignoble, il faut combattre tout forme d'entrée en matière, surtout que celà va définitivement assoir le salafisme et le wahabisme partout en Occident.

"La première génération était discrête. Les jeunes d'aujourd'hui ont tendance à vouloir brandir leur ethnie ou leurs croyances comme un étendard"

C'est le début de la "barbarerie ethnique" condamnée par Eric Zémmour. Pas plus tard qu'il y a quelques jours 66 minutes montrait la réalité communautaire des banlieues fraçaise, juifs et musulmans scotchés sur leurs calendriers pour savoir si le ramadan commence à 17H32 plutôt que 18H12, les juifs cherchant à savoir s'il faut éteindre la cuisinière à 17h32 ou 18h05 pour le Chabat. Et des communautés qui vivent entièrement repliées sur elles-mêmes, à mille lieues de ce que les socialistes et leur "vivre ensemble" veulent nous vendre. La règle aujourd'hui c'est le communautarisme à tous les étages.

"J'ai l'impression qu'elle ne peut qu'élever des frontières alors qu'il faut s'efforcer de les aplanir"

Tariq place le fiq au-dessus de toutes autres considérations, ensemble avec son obsession des idées du grand-père, et du paternel venu à Genève grâce aux saoudiens pour établir une base islamique solide en Europe....

Écrit par : Carlitos de Unmauno | 29/09/2008

"De même que j'estime que la pensée juive a offert au monde quelques une de ses plus belles avancées intellectuelles, ce qui ne m'empêche pas d'être anti-sionniste et d'accuser formellement de racisme ceux qui prétendent que l'anti-sionisme est de l'anti-sémitisme. Je vais même plus loin, c'est une insulte aux victimes anti-racistes de la barbarie nazie, parmi lesquelles de très nombreux juifs que de le prétendre."

La posture anti-sionniste est très problèmatique, simplement parce qu'elle remet en cause l'existence même de l'Etat hébreux, qualifié d'"Entité sioniste" par ses détracteurs... Ensuite il y a une dérive évidente, particulièrement dans le monde arabe, qui a toujours été hostile à l'émigration juive déjà à l'époque de la déclaration Balfour, qui mène tout nanturellement à l'antisémitisme. Pas que ce soit une constante, mais une tendance observable...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | 29/09/2008

L'anti-sionisme n'est pas une posture mais une attitude politique responsable et pacifique, contrairement à ce que d'aucuns tentent de faire accroire. Qui englobe effectivement la mise en cause de l'Etat d'Israël en tant qu'Etat hébreux, pratiquant le communautarisme (pour le moins) à haute dose. De même qu'Eric Zemmour est à mes yeux l'un des principaux porte-parole d'une certaine forme de communautarisme et nationalisme que je condamne, d'où qu'il vienne.
Je précise que je parle en mon nom personnel.
L'harmonie entre les races, les ethnies, les peuples et les religions, ce n'est pas que certains aient plus raison que d'autres, ou davantage de droits que d'autres, ou droit à des interprétations systématiquement en leur faveur des lois écrites et non écrites des relations internationales.
L'harmonie, cela commence par l'équité. Et sur ce plan, l'Occident a encore beaucoup de chemin à faire. Ce qui ne justifie certes pas n'importe quelle dérive en face. Mais pour les contrer en gagnant le coeur des gens plutôt qu'en leur tapant dessus, il faut être irréprochable.
Pour ce qui est de l'Etat d'Israël, je fais partie des gens, juifs et non juifs, et certainement pas anti-sémites, qui pensent que les juifs sont beaucoup plus en sécurité en Europe ou aux Amérique qu'en Israël, vu la manière dont les choses se sont déroulées depuis 60 ans.
L'établissement de l'Etat d'Israël en Palestine, chez des gens qui n'avaient aucune responsabilité dans l'holocauste, mais pas vraiment les moyens de se défendre ni même de se faire entendre, n'avait aucune forme de justification morale en dehors d'une vieille croyance religieuse. Hors je suis athée. Elle n'aurait d'ailleurs eu aucune chance dans l'ONU tel qu'elle est aujourd'hui, mais celle de l'époque était encore l'apanage des puissances coloniales.
Un transfert de populations, organisé pacifiquement avec l'aide des communautés internationales, serait bien plus économique en moyens matériels et en vies humaines (et beaucoup moins risqué pour la paix du monde et le taux de radiations nucléaires de notre petite planète) que le maintien manu militari d'un Etat haï par ses voisins 100 fois plus nombreux.
La seule alternative possible, en dehors de la guerre perpétuelle, serait la suppression de tout ce qui fait d'Israël un Etat Hébreu, mais cela n'a guère de sens. Quand à la création d'un Etat Palestinien, c'est certes un pis-aller dans la situation actuelle, mais ce n'est qu'un pis-aller qui ne solutionnera rien au fond.

Écrit par : Philippe Souaille | 29/09/2008

"De même qu'Eric Zemmour est à mes yeux l'un des principaux responsables d'une certaine forme de discours communautariste et nationaliste que je condamne."

Je constate que vous n'avez pas lu "Petit-frère", qui est une dénociation sans fard du communautarisme, y compris juif, puisque Zémmour y dépeint, selon ses dire, son propre grand-père, qui comme beaucoup de juifs d'Algérie se sont senti plus proche de la France que du jeune Etat hébreux. On y trouve aussi pas mal de commentaires ironiques sur les juifs ultra-orthodoxes.

Plus qu'un nationaliste c'est un républicain convaincu. Son plaidoyer n'est rien d'autre que celui de l'assimilation républicaine, donc l'anti-communautarisme par excellence...

"L'anti-sionisme n'est pas une posture mais une attitude politique responsable"

Quand je lis la suite de votre commentaire j'en doute fortement. Israël est le seul Etat au monde dont on remet encore en cause l'existence. A ce stade pourquoi ne pas redessinner toutes les frontières de la région puisque la Syrie, le Liban, la Jordanie, sont des créations contemporaines.

"qui pensent que les juifs sont beaucoup plus en sécurité en Europe ou aux Amérique qu'en Israël"

Israël est un pays reconnu par les Nations Unies, je ne vois pas au nom de quoi l'on pourrait prétendre à sa disparition... ou à sa dissolution...

"Un transfert de populations, organisé pacifiquement avec l'aide des communautés internationales, serait bien plus économique en moyens matériels et en vies humaines (et beaucoup moins risqué pour la paix du monde et le taux de radiations nucléaires de notre petite planète) que le maintien manu militari d'un Etat haï par ses voisins 100 fois plus nombreux."

Je pense que des postures comme les vôtres justifient pleinement que les israéliens se méfient naturellement de l'Europe, et qu'ils prétendent régler leurs problèmes de sécurité eux-mêmes. Vous préconisez la destrcution d'un Etat vieux de 60 ans, et un nouvel exode, c'est une posture pour le moins extrémiste... Tout ça pour laisser l'Iran établir un nouvel Etat islamique en Palestine?... En fait vous prônez exactement se que réclame Amedinejhad aux USA, j'espère que vous en êtes conscient...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | 29/09/2008

Je n'ai pas lu E. Zemmour mais j'ai suivi un grand nombre de ses prestations télévisuelles. Et je n'ai franchement jamais eu l'impression d'un discours républicain intégrateur, bien au contraire. Peut-être est-ce du à une posture provocatrice au petit écran, je lirai donc son oeuvre à l'occasion.
Quand au fait qu'Ahmadinejad ait sur une partie d'un raisonnement la même position que moi ne me gêne pas. Lui nie l'holocauste, moi pas, et lui veut la destruction d'Israël par tous les moyens, moi pas. Je pense juste qu'un départ naturel et organisé (d'ailleurs il y a plus de départs de juifs d'Israël que d'arrivées) éviterait le bain de sang - ou la vitrification de la région - qui tôt ou tard ne manquera pas de se produire.
Et puisque ce bon Victor daigne me donner des leçons d'histoire (il est gentil, mais Masada je connais et aussi le fait qu'au début du sionisme, on pensait installer Israël au Kenya), qu'il se penche un peu sur l'histoire du Royaume d'Antioche qui durant 2 siècles parvint à imposer ses colons francs en Palestine. Jusqu'à l'arrivée d'un certain Saladin. Ou sur la fin de la guerre d'Algérie et le rapatriement des Pieds Noirs.
Quand à l'avenir d'Israël, il me parait assez sombre si l'on songe que le pays est maintenu à bout de bras par les crédits étasuniens qui eux-mêmes sont endettés jusqu'au coup. Et ça ne va pas s'arranger... Alors je sais ce que je dis, et un certain nombre de patriarches et de matriarches juives le disent avec moi: il est prudent de savoir partir à temps, avant que cela ne se gâte vraiment.
C'est cette prudence et cette aptitude au déménagement en n'emportant que le nécessaire qui ont sauvé bien des fois le peuple juif et sa culture tout au long de l'histoire, justement... Et qui sont selon moi, qui ne croit pas outre mesure aux différences génétiques, la source de son génie.
L'oublier, ce n'est pas faire oeuvre de mémoire

Écrit par : Philippe Souaille | 29/09/2008

Evidemment si quelqu'un préconise comme solution la disparition (même volontaire) d'Israël... ça va très mal passer.

C'est un problème à multiples dimensions. Certains ont un intérêt manifeste à ce que la région soit dans un état de troubles permanents. Diantre, le pétrole est tout près et il faut avoir à tout moment un prétexte pour y "intervenir" (au sens ramadaniste). Dans chaque camp ce sont les extrémistes qui monopolisent le champ politique et on assassine ceux qui sont en mesure de mener la région sur le chemin de la paix. Le Grand Israël est le problème. La Grande Palestine est aussi le problème. La solution réside dans l'Initiative de Genève, mais plus personne n'en parle, parce que des intérêts supérieurs (entendez les intérêts d'une minorité de fanatiques religieux dans les deux camps) veulent tout sauf la paix et refusent tout compromis.

Certains font semblant de prendre pour comptant les déclarations du président iranien... Ridicule. Si une seule bombe tombait sur Israël, l'agresseur serait immédiatement vitrifié. Qui s'y risquerait? La dissuasion ne marcherait-elle plus? Et en parlant d'agression et de frontières, il y a actuellement un pays (entre autres, mais avant les autres) qui viole allègrement les "frontières internationalement reconnues" en s'asseyant sur les résolution de l'ONU et en construisant un mur pire que celui de Berlin.

Écrit par : Johann | 29/09/2008

Anti-sioniste ne veut pas dire anti-sémite. Et d'ailleurs ce qualificatif d'anti-sémite est complètement disqualifié après l'ouvrage de Shlomo Sand sur l'invention du "peuple juif".

http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/SAND/16205

où l'on apprend que la majorité du "peuple juif" actuel n'a jamais eu aucun lien avec Eretz Israël, mais aussi que les authentiques descendants des habitants de la Judée de l'Antiquité sont... les palestiniens.

Etonnant, non?

Écrit par : Johann | 29/09/2008

Tiens, il y en a un qui a pété un plomb.

L'Etat créé en dernier de toute pièce est Israël. Les frontières dans la région sont celles dessinées à la règle par les colonisateurs. Israël a droit à des frontières sûres et reconnues, un Etat palestinien aussi. La persécution des Juifs est essentiellement le fait de l'idéologie chrétienne qui les ont toujours accusé de déicide. Les juifs des pays de l'Est européen n'ont jamais été chez eux en Eretz Israël. Ils sont les descendants de la Treizième Tribu, voir Arthur Koestler. Un peu d'information ne fait jamais de mal, surtout quand cette information vient des juifs eux-mêmes.

Écrit par : Johann | 29/09/2008

L'initiative de Genève était une très belle idée. Mais elle impliquerait, pour fonctionner, de mettre dehors les extrémistes des deux bords, qui semblent n'avoir aucune envie de pactiser. Et qui feront tout pour la faire échouer.
La médiation ne marche pas à tous les coups, ou parfois ne peut marcher qu'une fois que tous les extrémistes se sont entretués ou ont tellement souffert dans les combats qu'ils sont eux-mêmes devenus pacifistes. Au Moyen-Orient, on en est encore loin. D'autant que dans les deux camps pullulent des flots de réservistes. De sombres excités qui grandissent loin des premières lignes, pour venir à tout moment, d'Amérique, d'Europe, du Maghreb et d'ailleurs, entretenir l'ardeur du combat.
Nous en avons ici un fort bel exemple... Cher Victor, je n'ai pas souvenir de vous avoir jamais tutoyé. L'accusation d'antisémitisme risque d'être assez délicate à justifier, vu que dans mes racines frouzes comme vous dites si élégamment, du côté maternel, il semble bien qu'il y ait un arrière-grand père juif.
Par ailleurs la liste est longue de juifs dans le monde entier qui pensent la même chose que moi. Et qui commencent à se dire qu'ils sont tout aussi victimes du sionisme que les musulmans le sont du terrorisme ou du salafisme.
Mais quelque chose me dit que si je suis aussi vigoureusement attaqué par les extrémistes des deux bords, c'est que je dois être dans le vrai.

Écrit par : Philippe Souaille | 29/09/2008

Johann, votre commentaire est publié.
Quant à votre information : "L'Etat créé en dernier de toute pièce est Israël.", elle es fausse.
Le Koweït fut crée en 1967.
Et le Kosovo ? 2008 !
La modération, est réinstallé, suite à un article, sur René Longet et la forêt d'Onex, lorsque j'ai reçu un commentaire franchement déplaisant, pour rien.
Si le coeur vous en dit, lisez-le, vous constaterez qu'il a l'Amazonie et Onex.


Cher Philippe, le tutoiement est de rigueur, vu le niveau.
Je me suis donné un mal de chien pour prouver l'existence depuis 1922, de l'état palestinien, dénommé Jordanie. Trouvez les cartes de l'époque n'est pas chose facile.

Quant à la Palestine, demandez-vous, pourquoi Arafat, voulait en 1970 détrôner le roi Hussein, pourquoi il y a eu Septembre Noir.

Apprenez cher Philippe, que ce n'est pas parce que vous êtes plusieurs à penser la même chose, que vous avez forcément raison.

Vous lisant, c'est devenu épidermique, c'est une question de survie.

Allez-y débattre avec les sionistes musulmans, ceux qui veulent Jérusalem, comme capitale.

En parlant de l'ONU ... et si on allait rediscuter la situation dans son ensemble.
Et si on rétrocédait l'Alsace, la Lorraine, la Savoie, la Corse ... amputons la France en premier.
Ensuite, cassons la Jordanie, pour rendre à la Palestine mandataire, toutes ses territoires, pour les rendre à Israël.

Critiquer la politique israélienne si cela vous chante, mais remettre en cause son existence, comme vous l'avez fait, franchement ... on se voir un jour, pour discuter.

Je vous remercie d'avoir publié mon commentaire.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 30/09/2008

Je ne saurais trop vous conseiller de lire mon article.
victordumitrescu.blog.tdg.ch/archive/2008/09/27/chute-de-l-empire-ottoman-depuis-1571.html

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 30/09/2008

"L'Etat créé en dernier de toute pièce est Israël. Les frontières dans la région sont celles dessinées à la règle par les colonisateurs."

"Les colonisateurs", i.e. les vainqueurs d'une guerre voulue et perdue par les Ottomans ont partagé le butin de guerre, oui... Très logique et légitime. Les pays arabes n'ont pas voulu des juifs et ont déclaré la guerre, et ça fait 60 ans que ça dure. Et je n'ai toujours pas ma réponse: pourquoi ne pas entièrement remettre en question tous les pays environnants qui ont été crées dans les même circonstances? Tous sont "artificiels" et résultats de "la volonté du colonisateur", donc tous devraient être remis en question. Pourquoi Israël?

"Anti-sioniste ne veut pas dire anti-sémite. Et d'ailleurs ce qualificatif d'anti-sémite est complètement disqualifié après l'ouvrage de Shlomo Sand sur l'invention du "peuple juif". "

Elle n'est rien en comparaison de l'invention du "Peuple palestinien" qui a été brandi par tous les étendards, pan-arabes d'abord, puis pan-islamiste. Ce qui est sûr c'est qu'au sein de la communauté juive et de la société israélienne la remise en question des mythes fondateurs est bien avancée, bien plus qu'elle ne le sera dans les territoires palestininens où le peuple est abruti à coup de propagande grossière... Les palestiniens, si je reprends les thèse de Souaille, seraient pourtant bien plus en sécurité... dans les pays arabes... Ah ben non, on les traite comme des chiens, et si certains ont réussi, la plupart y vivottent dans des camps... Un sort moins enviable que celui des arabes israéliens, quoi qu'on en dise... Pourtant il serait plus facile d'organiser un cargo pour les Palestiniens et de les envoyer dans les pays arabes (si ils y étaient bien acueillis), que de virer les israéliens qui ont bâti un véritable Etat. En plus Souaille néglige l'histoire de la décolonisation récente: Quand le gros Ziegler encenssait Mugabe virant les blancs, bien sûr, il n'avait pas prédit que ce serait une catastrophe pour l'agriculture. Les pays arabes auraient beaucoup à gagner à accepter Israël, économiquement et technologiquement, au lieu de penser à des charters pour les juifs, on ferait mieux de continuer à essayer de les convaincre d'accepter la présence de l'Etat hébreux.

"L'Etat créé en dernier de toute pièce est Israël. "

Liban moderne: 1920, 1943: Indépendance de la Syrie, 1946: indépendance de la Transjordanie, 1948: Indépendance d'Israël, vous allez pas pinailler pour deux ans?

"Par ailleurs la liste est longue de juifs dans le monde entier qui pensent la même chose que moi."

Je pense que seul une minorités de juifs prônent sérieusement un nouvel Exode, même si certains ne sont pas trpès chaud quand il s'agit d'Israël. L'immigration juive a un peu de plomb dans l'aile, mais à part ça ce n'est pas demain que les israéliens accepteront que vous leur envoyiez des charter pour émigrer en Europe!

"Mais quelque chose me dit que si je suis aussi vigoureusement attaqué par les extrémistes des deux bords, c'est que je dois être dans le vrai."

Détrompez-vous, la solution que vous préconisez est tout sauf modérée, et tout sauf "vraie", d'abord parce qu'elle nie le droit à un Etat souverain et reconnu d'exister, ensuite parce qu'elle ne tient nullement compte de la réalité du terrain...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 30/09/2008

C'est assez amusant de se voir menacé nommément le même jour des flammes de l'enfer par Hani Ramadan sur son blog et de me faire casser la gueule par un sioniste, tout cela parce que j'essaie d'avoir une position un peu en retrait, pas trop, juste assez pour ne pas être entrainé par le flot du courant et tenter de voir, peut-être la meilleure issue pour sortir du labyrinthe...

Je n'ai pas peur de la violence, même si je la trouve stupide et contre-productive. J'ai grandi en politique dans une organisation dont on se demandait en rigolant "pourquoi on ne parle pas yddish au bureau politique ?" "Parce que Bensaïd est d'Afrique du Nord". Cette organisation, la JCR pour ne pas la nommer, puis la Ligue Communiste, était en majorité juive, anti-sionniste et internationaliste. Et l'on se faisait régulièrement agresser, parfois très violemment, par les fachos du Betar, de jeunes juifs d'extrême droite.
Je ne sais pas ce que sont devenus les jeunes fachos du Betar qui râtonnaient aussi fréquemment des jeunes beurs. A l'époque, au début des années septante, en France et en Europe, ceux-ci n'étaient jamais fondamentalistes. Mais pro-palestiniens, oui. Et religieux, ils le sont devenus. Peut-être à force de se faire râtonner...
Je ne suis pas anti-sémite, ne l'ait jamais été, ne le serai jamais. Pas seulement parce que j'ai quelques gouttes de sang juif ou que mon père a connu les camps de la mort, mais parce que j'aime profondément, intensément, la diversité, la clairvoyance et le cosmopolitisme qui sont à mes yeux l'essence même de la pensée juive.
La diversité, c'est aussi de pouvoir exprimer ses opinions. Certes, ce n'est pas parce que nous sommes nombreux à exprimer mon point de vue que nous avons forcément raison. Mais je peux vous retourner le compliment. Et il me semble que mon point de vue, certes iconoclaste, propose une solution rationnelle et pacifique à un problème auquel objectivement, personne ne voit aujourd'hui d'issue heureuse en dehors de la guerre perpétuelle. Cela ne mérite-t-il pas que l'on s'y arrête???
Je sais que le Betar a pour vocation de faire du peuple juif "un peuple dominateur et cruel..." Moi aussi, j'aime l'histoire, Victor, et depuis plus longtemps que vous. Suffisamment pour comprendre que ce cri de douleur vient du tréfonds des pogroms, mais aussi pour savoir que le peuple juif, c'est autre chose, et que l'alternative ne se limite pas à l'esclavage ou à la cruauté.
Si il y a aujourd'hui davantage de juifs en dehors d'Israël qu'en Israël, c'est peut-être bien qu'ils s'y sentent mieux, en dehors... et qu'ils ne se sentent pas nécessairement représentés par les valeurs de cet Etat.
Par ailleurs, comme je l'ai déjà dit, je suis athée et internationaliste. Je pense que les Etats Nations sont un un instant T de l'histoire et que nous sommes déjà à l'instant T'.
Le Jumbo jet de l'économie étasunienne est parti en vrille Victor. S'il se crashe, il entraînera forcément dans sa chute le Piper israélien, le seul au monde à être davantage endetté par tête d'habitant. Faire une guerre technologique à 1 contre 100 lorsqu'on n'a pas de quoi la payer, c'est difficile, Victor. Très difficile. L'anecdote qui tue, dans l'histoire, c'est que le Congrès US ne va rien pouvoir faire dans les jours qui viennent... à cause des fêtes juives ! Si l'on était encore aux temps de la Bible - et si j'étais croyant - j'y verrais un signe du Trés Haut...

Écrit par : Philippe Souaille | 30/09/2008

Carlitos, avez-vous remarqué que c'est vous qui avez fait déraper ce débat, parti de la (non) conformité de l'Islam salafiste avec la loi républicaine, sur la question israélienne ? Cela ne vous interpelle-t-il pas ? Cela devrait.
Sur le fond, il est évident que la loi du plus fort a dominé les relations internationales durant des siècles. Puis, lassés de tant de boucheries inutiles, les gens du XXème siècle ont commencé à se dire qu'il y avait peut-être moyen de faire autrement. C'est compliqué, ça prend du temps, mais cela délégitime la raison du vainqueur, sans pour autant qu'il soit pertinent de nier toute consistance à la réalité des faits.
La différence essentielle entre n'importe quel Etat dont les frontières ont été créées artificiellement depuis la guerre (ou même avant) et Israël, c'est que la population de ces Etats n'est pas importée. Il y a bien eu quelques transferts de minorités, mais rien, absolument rien de comparable avec la logique sioniste, qui demeure coloniale. Une survivance du passé.
Il est à peu près certain que vu la gabegie anti-démocratique (méthodiquement soutenue par les intérêts anglo-saxons durant des décennies) des Etats environnants, ceux-ci auraient tout intérêt à accepter l'apport intellectuel et technologique des Israéliens, mais ils n'en ont pas envie. Il faudrait un Nelson Mandela arabe pour leur faire avaler la pilule, mais pour l'heure, il n'y a rien à l'horizon.
D'autant que dans le cas de l'acceptation de la minorité blanche en Afrique du Sud, il y avait la fin pacifique de l'appartheid dans l'autre plateau de la balance. Pour rester au Moyen Orient, les Israéliens serait-ils prêts à accepter de se retrouver minoritaires, protégés uniquement par l'existence d'un état de droit leur accordant les mêmes droits et devoirs, ni plus ni moins, qu'à n'importe quel autre citoyen ? J'en doute.
Par ailleurs, lorsque cela arrange l'Occident, dans le cas de la Yougoslavie par exemple, ou même de l'URSS, cela ne semble pas gêner grand monde de dénier à des Etats reconnus le droit d'exister.
Je crois simplement qu'entre deux maux, il faut choisir le moindre, et que les sionistes n'ont pas fait ce qu'il fallait pour tenter de s'intégrer pacifiquement, ce qui d'ailleurs aurait été tout aussi délicat. Quelle population européenne - ou américaine - aurait accepté de bon gré de déménager pour laisser la place à un Etat étranger de culture, de religion, de langue et d'institutions ?
Aucune bien sûr. Et c'est pourquoi les sionistes ont imposé le Moyen Orient, en partant du principe que les habitants usuels du lieu ne sauraient pas se défendre. Habitants dont il semble, d'après certaines études historiques menées en Israël même, qu'ils sont le plus souvent d'anciens juifs convertis au christianisme ou à l'islam... Habitants qui n'avaient jamais commis de pogroms ni d'holocauste et s'étaient toujours entendus à peu près correctement avec les familles juives restées dans le coin. D'anciens cousins. Serait-ce pour les en remercier que le sionisme a choisi de venir les déloger ?

Écrit par : Philippe Souaille | 30/09/2008

"Carlitos, avez-vous remarqué que c'est vous qui avez fait déraper ce débat, parti de la (non) conformité de l'Islam salafiste avec la loi républicaine, sur la question israélienne ? Cela ne vous interpelle-t-il pas ?"

Ahhh non, c'est vous qui avez traité de l'anti-sionisme en premier, ce qui m'a interpellé... @:-)

"Il faudrait un Nelson Mandela arabe pour leur faire avaler la pilule, mais pour l'heure, il n'y a rien à l'horizon"

Il y eu Itzak Rabin, et les ultra-orthodoxe ont tout fait foirer, mais il était bien le "Nelson Mandela" dont Israël et les palestiniens avaient besoin.

"mais ils n'en ont pas envie"

Non, ça c'est le moins que l'on puisse dire...

"absolument rien de comparable avec la logique sioniste, qui demeure coloniale."

Comme les Etats-Unis à l'origine, et comme l'Occident dans son ensemble, qui est sous le feu de la même accusation de logique coloniale de la part des arabes, et ce en toutes circonstances.

"méthodiquement soutenue par les intérêts anglo-saxons durant des décennies"

On sent bien votre sensibilité française, vous avez oublié votre pays dans ce petit jeu... Ensuite on voit mal un Bachir Al Hassad guidé par la volonté américaine... Franchement... Quelle est la part de responsabilité réelle de l'Occident dans l'instalation des dictatures tunisiennes et du sabotage de la Démocratie par les islamistes en Algérie?...

"Pour rester au Moyen Orient, les Israéliens serait-ils prêts à accepter de se retrouver minoritaires, protégés uniquement par l'existence d'un état de droit leur accordant les mêmes droits et devoirs, ni plus ni moins, qu'à n'importe quel autre citoyen ? J'en doute."

Si un tel modèle doit s'imposer un jour il sera le fruit de nombreuses étapes préliminaires. La premeière étant la reconnaissance d'Israël par le monde arabe, la seconde sera l'établissment de deux Etats, la troisième le renoncement définitif au terrorisme, la quatrième le maintient d'une autorité palestinienne qui a échoué sous Arafat, par sa seule faute... Ensuite quand tout le monde vivra plus ou moins pacifiquement, et que les migrations juives seront sérieusement en baisse, si la tendance se confirme, progressivement on peut l'imaginer. Mais la décision appartient aux palestinines, aux israéliens, et aux Etats environnant. L'Occident ne peut qu'encourager une résolution pacifique, mais n'a pas ni les moyens ni le droit de décider pour l'ensemble des acteurs concernés.

"et que les sionistes n'ont pas fait ce qu'il fallait pour tenter de s'intégrer pacifiquement"

Et les Etats arabes, qu'ont-ils fait sinon instrumentaliser la cause palestinienne pour promouvoir un pan-arabisme désormais mort? Et que font les islamistes aujourd'hui? La même chose...

Aucun des deux camps n'est parvenu à fédérer sa population autour de l'idée de deux Etats, il y a deux acteurs, deux responsables.

"Je crois simplement qu'entre deux maux, il faut choisir le moindre"

Moi aussi, c'est pourquoi je pense qu'Israël est préférable à une Grande Palestine islamisée et dirigée par la Syrie et l'Iran...

"Quelle population européenne - ou américaine - aurait accepté de bon gré de déménager pour laisser la place à un Etat étranger de culture, de religion, de langue et d'institutions ?"

C'est bien le choix qu'on a laissé aux Serbes du Kosovo. Et en Afrique du Sud la plupart des blancs sont resté même si leur avenir est incertain. Donc une résolution devrait permettre aux israéliens de rester tout autant, surtout que leur histoire reste liée à la Palestine dès les origines, contrairement aux descendants de Hollandais qui ont débarqué en Afrique sans y avoir la moindre lien.

"Serait-ce pour les en remercier que le sionisme a choisi de venir les déloger ?"

Aujourd'hui les descendants de ceux que vous mentionnez sont pour une bonne part israéliens, s'en plaignent-ils?

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 30/09/2008

"Cette organisation, la JCR pour ne pas la nommer, puis la Ligue Communiste, était en majorité juive, anti-sionniste et internationaliste."

On comprend mieux, effectivement... ça fait quoi de s'être si lourdement trompé?...

"Je ne sais pas ce que sont devenus les jeunes fachos du Betar qui râtonnaient aussi fréquemment des jeunes beurs"

En France ils sont toujours toléré quand en Israël... ils sont interdits...

http://www.liguededefensejuive.net/

"S'il se crashe, il entraînera forcément dans sa chute le Piper israélien"

Il entraînera tout le monde! Le cours du pétrole se casse la guele, c'est pas bon pour les Mollahs non plus... Et les Etats-Unis ont une arme inestimable: la résilience. Ils seront capable de sortir du gouffre, et peut-être plus rapidement que nous le pensons aujourd'hui....

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 30/09/2008

C'est vrai, j'en ai parlé le premier, en réponse aux accusations de Djillali, cela m'a échappé.
Cela étant, je ne nie nullement le rôle de la France dans l'histoire, tant en Syrie et au Liban, ou au Sinaï, que dans l'existence des bombes atomiques israéliennes... pour embêter l'Egypte de Nasser qui soutenait le FLN... Mais au Moyen Orient ce sont les anglo-saxons qui ont le premier rôle et ce sont eux qui ont systématiquement dégommé les régimes nationalistes ou progressistes arabes, laissant le champ libre aux islamistes.
Washington a longtemps préféré les fous de dieu à tout ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à un marxiste. On en voit le résultat. Dans le genre d'erreur grossière, je crois qu'elle vaut très largement les errements idéologiques d'un môme de 13 à 19 ans, d'ailleurs jamais complètement convaincu. Donc non, je n'ai aucun complexe ni regret... J'assume un parcours tortueux qui a contribué à me forger tel que je suis.
Quand à la responsabilité partagée des Arabes dans l'histoire, elle me semble évidente et condamnable. Mais il faut tout de même la relativiser. Ils subissent une invasion depuis près d'une centaine d'années, pour expier une faute, européenne, qu'ils n'ont pas commise. Et ils sont les plus nombreux. Nettement. A 1 contre 100. Au nom de quel principe de réalité voudriez vous qu'ils fassent des efforts ?
Ils ont le temps pour eux Et vous savez que le temps long est une notion très islamo-compatible. La seule chose qui pourrait éviter leur victoire finale, c'est un déluge de bombes atomiques. Mais là je ne suis pas d'accord. Ce serait à la fois criminel et stupide, car Israël n'y résisterait pas...

Écrit par : Philippe Souaille | 30/09/2008

"Mais au Moyen Orient ce sont les anglo-saxons qui ont le premier rôle et ce sont eux qui ont systématiquement dégommé les régimes nationalistes ou progressistes arabes, laissant le champ libre aux islamistes."

Moi j'ai plutôt le sentiment que les intérêts des anglo-saxons et de certains régimes arabes ont convergés. Ainsi Faysal d'Arabie Saoudite a combattu le communisme pour des motifs religieux. Nasser lui-même a fait interdire le PC en Egypte d'ailleurs. Mais que je regarde l'histoire de la Tunisie, de l'Algérie, de l'Egypte, de la Syrie, etc. J'y vois avant tout l'oeuvre des indépendentistes et des islamistes, avec des régimes qui sont devenus plus ou moins autoritaristes, parfois sous la pression des intégristes. C'est particulièrement vrai en Egypte, en Algérie, en Tunisie, etc. Prenez l'Algérie post-coloniale: Quelle responsabilité a la France encore aujourd'hui?...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 30/09/2008

Les Etats-Unis et la CIA en particulier ont ardemment combattu tous les régimes progressistes arabes, en leur préférant les régimes théocratiques. In God we trust. Ce que j'aime à paraphraser, In Gold we Trust...
Ils ont même eu une attitude très ambigüe vis du GIA, au début, pour emm... les Français en Algérie... Vous allez me dire que c'est mon côté français qui ressort... le monde entier sait que Ben Ladden, comme Saddam d'ailleurs, ont été financés à leurs débuts par la CIA pour lutter contre le communisme...
Même le Shin Beth israélien a soutenu les fondamentalistes palestiniens, à leurs débuts pour contrer l'influence de Arafat...

Écrit par : Philippe Souaille | 30/09/2008

"Donc une résolution devrait permettre aux israéliens de rester tout autant, surtout que leur histoire reste liée à la Palestine dès les origines,"

Qu'ils restent maintenant ok, mais "leur" histoire, l'histoire des israéliens actuels n'a rien à voir avec le Proche Orient, vu qu'ils sont les descendants dans leur très grande majorité si ce n'est en totalité de convertis en dehors d'Eretz Israël. Le reste n'est que propagande.

Encore une fois:

http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/SAND/16205

Encore un qui n'a jamais entendu parler de la "treizième tribu"...
Le révisionnisme n'est pas seulement anti-juif, il peut être aussi pro-juif.

Écrit par : Johann | 30/09/2008

"Quant à votre information : "L'Etat créé en dernier de toute pièce est Israël.", elle es fausse."

Non.

"Le Koweït fut crée en 1967.
Et le Kosovo ? 2008 !"

Le Koweit existait avant comme protectorat britannique. La famille régnante est montée sur le trône pour la première fois en 1756. Et son indépendance date de 1961. Beaucoup de pays sont devenus indépendants après 1948. J'ai écrit "de toute pièce". Les frontière de l'Etat juif ont été savamment dessinées sur la carte en dehors de toute frontière même administrative préalablement existante (hormis la mer et le Jourdain).

De même le Kosovo existe toujours comme province de Serbie. Le Kosovo n'a pas de siège à l'ONU, son indépendance n'a été reconnue de jure que par une minorité d'Etats. Autrement il faudrait aussi citer Ossétie du Sud et Abkhazie.

Écrit par : Johann | 30/09/2008

"Car Tarik est salafiste, il l'a rappelé samedi soir. Ce qui est à priori fortement contradictoire avec sa volonté affichée de réformisme, lorsqu'on sait que le salafisme prône précisément le retours intégral aux préceptes d'origine. Mais ce n'est là sans doute qu'une contradiction basique de plus dans son discours."

Quelle surprise! Et effectivement quelle contradiction, sauf que la contradiction disparaît si l'on prend en compte le double discours. Salafiste pour les musulmans, réformiste pour les européens. C'est le grand écart. Dans ces prêches il magnifie l'exemple du prophète (qmssn). C'est aussi ce qui est très inquiétant quand on connaît les "exploits" de celui-ci (qmssn). Un retour aux sources donc, un retour au 7ème siècle, alors que le coran n'était même pas écrit...

Mais salafiste signifierait qu'il renie l'héritage du grand-père: les Frères musulmans ne sont pas en odeur de sainteté chez les salafistes, qui les jugent trop "réformistes". Egypte contre Arabie saoudite. Cette dernière aurait-elle "acheté" frère Tariq? Serait-il à vendre au plus offrant? Serait-il opportuniste? Je me refuse à le croire!

Un truc marrant c'est que certains musulmans en refusant de représenter Mahomet (qmssn) et en le prenant comme (qmssn) LE modèle par excellence le transforment en idole à l'égale d'un dieu dont il n'existe aussi aucune représentation.

Écrit par : Johann | 30/09/2008

J'ai encore reçu plusieurs témoignages, authentifiés uniquement par une adresse couriel (fausse dans certains cas), mettant en cause la fidélité conjugale d'un personnage public.
Je pense que lorsqu'on est un personnage public, mieux vaut mettre en accord son discours et ses actes. Notamment lorsqu'on se pose en moraliste. Cependant, la vie privée des gens ne me regarde pas.
Je me suis donc contenté de mettre ces personnes en rapport les unes avec les autres et je vais effacer les traces de leurs témoignages de mon blog.
Je n'aime pas y voir figurer des attaques personnelles, qui plus est anonymes. Merci d'en tenir compte.
Cela inclut les insultes. Les commentaires en contenant sont en principe censurés.
Et j'apprécierai que l'on sollicite mon autorisation avant de reproduire des pans entiers de mon blog en d'autres lieux. Merci

Écrit par : Philippe Souaille | 01/10/2008

Que de paroles! Que de répliques et de dupliques! Je reprochais au Matin de limiter les interventions de manière à privilégier les mouvements d'humeur et les insultes et je dois constater qu'elles sont presque aussi nombreuses en proportion dans ce blog.
Même si l'on saute quelques passages pour gagner du temps, il est évident que pour la majorité des intervenants les prêches de Tariq Ramadan sont de la pure propagande déguisée hypocritement en leçons de morale faites à l'Occident, qui l'a vu naître, rappelons-le, mais qu'il ne considère toujours pas comme son "chez moi". Son attitude est donc celle d'un de ces colonialistes éhontés qu'il dénonce sans cesse, elle rejoint celles des missionnaires chrétiens les plus grossiers, dénoncés depuis des décennies dans nos pays-mêmes.
Cessons donc de lui rendre cet hommage, ainsi qu'à son frère, de nous pencher sur leurs paroles et leurs écrits comme sur des textes sacrés. Ce sont clairement des ennemis de notre culture, de nos tradition, de notre pays, dont ils ne reconnaissent pas certaines des lois les plus fondamentales. Comme Philippe Souaille et d'autres intervenants, j'ai beaucoup voyagé et j'ai des enfants métis, mais chez nul peuple je n'ai rencontré aussi peu d'affection pour son propre pays et sa culture. Allez dans un concert de salsa, pour ne prendre qu'un exemple trivial, et tôt ou tard vous entendrez les chanteurs énumérer les pays d'Amérique latine au cris et aux applaudissements de la foule. Et s'y joignent souvent spontanément les Genevois et autres râleurs suisses qui conchient la célébration de la fête nationale suisse et tout ce qui vient de chez eux, sauf ce dont ils peuvent profiter. A nous voir si près du suicide culturel pendant si longtemps, pas étonnant que certains en profitent, non pour nous proposer une vision plus tolérante et plus humaine du monde, mais pour prôner notre asservissement à des valeurs religieuses encore plus rétrogrades et dépassées que certaines de celles que nous avons connues, hélas, chez nous. N'a-t-on pas assez "bouffé" du curé, du Pape (La pipe du pape Pie pue, disait Prévert), du Consistoire, pour en arriver là, maintenant que nous sommes sortis de l'adolescence?

Écrit par : Mère | 02/10/2008

Que d'attaques anonymes, lâches et perfides sur ce blog ! Bravo la liberté de salir ! Elle est confondue allégrement avec la liberté d'expression. Dommage, M. Souaille, que vous ne fassiez pas un peu de ménage dans ces messages.

Vivons-nous, sous nos latitudes et à notre époque, une guerre de religions qui ne dit ni son nom, ni sa réalité ? C'est ce que laisse supposer la violence des attaques qui visent directement celui qui est le plus visible de ceux qu'on estime être les ennemis.

Quand on aura oublié la substance de ces accusations insultantes, il ne restera dans les mémoires que la duplicité prétendue de Tariq Ramadan. Ces allégations cherchent délibérément à détruire la réputation de l'homme, pour discréditer définitivement, dans un inconscient collectif, la parole de l'intellectuel. Une arme de guerre, en somme.

Pensez-vous vraiment que les jeunes Africains, qui se déchirent les mains sur les barbelés dressés autour de notre forteresse Europe, sont des ennemis redoutables et qu'ils viennent islamiser notre continent ? On reste confondu. Pensez-vous qu'ils sont endoctrinés pour ce faire par Tariq Ramadan ? Quelle farce ! Il a au moins le mérite en allant en Afrique de l'Ouest d'apporter là bas un peu d'espoir et d'amour. Rien ne nous empêche d'en faire autant.

Oui, Tariq Ramadan adapte son discours à son auditoire, par respect pour ceux à qui il s'adresse : propositions et références complexes et élaborées pour les érudits, langage simple et direct pour les gens sur le terrain. Le sens fondamental de ce qu'il dit ne change pas.

On peut ne pas être d'accord avec lui. Il faut alors ouvrir le débat. Loyalement.

Et si on osait faire le pari – fou – de l'écoute honnête et de la confiance ? Essayez, vous verrez : ça ne fait pas mal et c'est stimulant.

Bien à vous tous.

Anne Onyme (!)

Écrit par : Anne Onyme | 05/10/2008

Chère 1000ème commentatrice, Anne Onyme, j'ai l'impression que vous vous trompez de débat. J'ai effectivement supprimé de ce blog les attaques anonymes touchant à la vie privée de Tariq Ramadan. Parce qu'elels touchaient à sa vie privée et parce qu'elles étaient anonymes.
Pour le reste, je maintiens ce que je disais au début de ce post: Sur le fond, à savoir la légitime inquiétude des occidentaux - et des occidentales - ayant pris l'habitude d'un certain style de vie devant les outrances moralisantes de certains porte-parole islamistes, la parole "pour érudits" ou supposés tels de TR ne m'a pas entièrement rassuré.
Il se trouve que je connais bien l'Afrique de l'Ouest. Et que là-bas, la parole islamiste est nettement plus offensive que chez nous. Y compris dans les régions qui n'étaient pas musulmanes. Il y a des tas de raisons à cela, la première étant que nous préférons construire des bombes que des écoles ou des hôpitaux. On en voit le résultat en Afghanistan, où les Afghanes n'auront bientôt plus que leurs yeux pour pleurer dérrière leurs Burqas.
J'ai beaucoup de mal à croire que Tariq aille en Afrique juste pour les réconforter, ces jeunes dont la majorité ne sont pas musulmans... Et qui ont d'ailleurs besoin de bien autre chose que d'espoir et d'amour. Cela, à la limite ils en ont assez: l'espoir de la jeunesse, et l'amour des familles africaines
J'ai plutôt tendance à penser que, comme les hordes de prédicateurs fondamentalistes chrétiens qui y pullulent, les prédicateurs musulmans cherchent surtout à exploiter la misère pour assurer des conversions... Ou affermir des convictions.
A part ça, dommage que vous soyez anonynme, je pensais envoyer un exemplaire de mon livre l'Utopie Urgente, à l'auteur(e) du 1000è commentaire... Si vous changez d'avis, faites moi signe.

Écrit par : Philippe Souaille | 05/10/2008

Cher Monsieur Souaille,

Oui, nous Occidentales – et Occidentaux – avons la chance de vivre dans un pays où la parole est libre. Et nous devons préserver cette précieuse liberté. La préserver n'est pas en abuser, mais c'est un autre débat.

C'est par cette parole libre chèrement acquise, que depuis nos pays démocratiques des voix peuvent s'élever et exiger justice et équité, car sous des cieux moins cléments, ces voix sont muselées dans la violence. Nous devons être reconnaissants de la chance qui est la nôtre et permettre aux bonnes volontés de construire des ponts grâce à elle.

Puisqu'il est question de Tariq Ramadan tout au long de ces lignes, je ne crois pas qu'il se considère comme le porte-parole de qui que ce soit. Il parle en son nom, il affirme ses valeurs, il pousse à la réflexion en posant de vraies questions : aux Chrétiens, aux Occidentaux, aux Musulmans en Occident et aux Musulmans dans le reste du monde. Il nous interpelle, il montre des pistes et c'est certes inconfortable.

Vous le dites vous même, nous construisons des bombes – et j'ajoute que nous imposons des règles économiques intolérables – au lieu de construire des écoles ou des hôpitaux pour ces pays qui en ont tant besoin. Nous avons donc une grande part de responsabilité dans l'émergence d'extrémismes. Il faut donner une chance à des voix comme celle de Tariq, qui, relayées par d'autres, pourront un jour mettre à bas les Burqas et permettre aux filles – et aux garçons bien sûr – l'accès à l'éducation. Quant au reproche de prosélytisme, vous reconnaissez vous même que les Chrétiens n'ont qu'à balayer devant leur porte. Mais si c'est d'amour, de paix et de justice dont il s'agit, donc de respect des uns et des autres, je ne trouve rien à y redire.

Utopiste, je le suis un peu… votre livre m'éclairera sûrement. Alors, puisque je suis considérée comme la 1000e commentatrice et que cela me donne l'avantage de le recevoir de vous, je me ferai un plaisir de vous offrir en retour celui d'Aminata Traoré "L'Afrique humiliée" paru ce printemps. Vous le voyez, je résiste à tout sauf à la tentation.

Vous pouvez donc me contacter par mon adresse email et je vous transmettrai bien volontiers mes coordonnées.

Bien à vous
Anne Onyme

Écrit par : Anne Onyme | 05/10/2008

Chère Anne, je vais donc utiliser votre adresse couriel. Il se trouve que celle de nombreux anonymes est souvent fausse. Ravi de cet échange de bons procédés. Sur les conditions économiques intolérables, c'est un peu plus compliqué. Le système de marchés est difficilement dissociable de cette liberté de parole que vous saluez. Et vive versa. Par ailleurs, je reste convaincu, moyennant quelques aménagements et régulations - qui sont d'ailleurs l'un des thèmes principaux de l'Utopie Urgente - que seul ce système permettra de sortir la planète et ses habitants de l'ornière.
Quant au discours de Tarik, je suis comme Saint Thomas. Pour l'heure je reste sceptique. Intéressé, mais sceptique. Le fait que son épouse, d'origine occidentale, soit voilée, par exemple, ne m'inspire pas la plus grande confiance quant à son désir profond de libérer les afghanes de la burqa.
D'un autre côté, si l'on considère la position d'où il vient, à savoir la réthorique des Frères Musulmans, il a fait du chemin.
Dans la suite de l'Utopie Urgente, consacrée cette fois à l'histoire des religions et de leurs influences, à paraître en 2009, je lui propose implicitement un deal: le rejet clair net et précis de toute forme de condamnation de l'apostasie, ou dit autrement, l'acceptation officielle du droit de changer de religion, prêchée ici et là-bas, devant les érudits comme devant les gens simples, contre l'acceptation partout du voile pour les femmes qui le souhaitent. A condition bien sûr qu'il s'agisse d'une décision personnelle et non pas le résultat des pressions de l'entourage.

Écrit par : Philippe Souaille | 06/10/2008

L'intégration des population étrangères et musulmanes est avant tout une affaire d'individu et d'éducation.

Certains seront d'emblée à l'aise avec la langue, les habitudes et feront partie d'une équipe de foot par exemple. D'autres moins extravertis et moins à l'aise préfèreront rester dans leur communauté respective.

Le danger avec les nouveaux migrants des pays arabes moins éduqués et donc plus fragiles, c'est qu'ils sont happés à travers des associations caritatives, religieuses par des personnes qui elles détestent l'Occident en se référant toujours à la période révolue du colonialisme. Leur but est avant tout déstabilisateur.

M.Tarik Ramadan qui paraissait naviguer avec aisance entre deux mondes (chrétien et musulman) a depuis quelques années occupé une place importante dans la diaspora mulsumane européenne mais cette dernière est tellement morcellée et atypique qu'elle ne se reconnaît pas forcément dans les méandres de la pensée de M. Tarik Ramadan. C'est pourquoi il lui est plus facile de prêcher l'Islam notamment auprès des jeunes de banlieues.

Alors qu'il joue au "normand" sans clarifier sa position car il sait que s'il dépasse la ligne rouge, il sera taxé de "terroriste intellectuel", il préfère naviguer à vue et avec un grand opportunisme ne se déclare jamais sur le fond de sa pensée. Tarik Ramadan est intelligent, rusé, bien éduqué mais manquerait-il de courage ?

Écrit par : demain | 06/10/2008

Mr Souialle,
J'ai reçu le même type de commentaires sur mon blog perso et ma messagerie. Anne Onyme n'est autre qu'une collaboratrice du gourou RAMADAN, Méfiance.
Elle ( et d'autres de la même clique) sévissent du reste sur de nombreux sites.
Bien à vous.

Écrit par : Wilson | 06/10/2008

PS: M&fiez vous de cette clique de manipulateurs et endoctrineurs....

Écrit par : Wilson | 06/10/2008

Merci Wilson, mais j'avais déjà subodoré, et surtout, je suis un grand garçon. J'ai déjà parlé et parlerai encore avec vraiment toutes sortes de gens... Sans trop d'à priori, mais en conservant toute ma liberté de penser.

Écrit par : Philippe Souaille | 06/10/2008

Je ne veux ni envenimer, ni épiloguer, mais je ne suis jamais intervenue sur d'autres blogs, je ne fais pas campagne et je ne connais pas ce "Wilson". Il semble être la pointe de l'iceberg d'une désinformation organisée et structurée. J'en prends la mesure et c'est effrayant.

Écrit par : Anne Onyme | 06/10/2008

Pas si gros que ça l'iceberg, vu que Wilson et Sirius et aussi l'une des personnes se présentant comme "une ex" ont la même racine d'adresse IP et sont donc vraisemblablement la même personne. Mais évidemment, trois pseudos différents ça fait plus riche.
Le procédé est d'ailleurs également utilisé par des musulmans qui ont un pied et peut-être même les deux dans l'antisémistisme, et qui interviennent dans ces blogs sous plusieurs pseudos... mais avec la même adresse IP, voire avec la même adresse couriel...
Ce sont là des procédés grossiers, qui pourraient paraître enfantins s'ils n'étaient pas liés à des conflits sanglants.

Écrit par : Philippe Souaille | 06/10/2008

Enrayer l'érosion?
La pratique du ramadan, en France s'est intensifiée.
4 millions de personnes ont précisé la pratiquer.
Un record. Rien de plus normal. 80 % de pratiquants (sur la population en âge de le faire) c'est un score de dictature.

Écrit par : sam | 21/10/2008

Les commentaires sont fermés.