23/10/2008

Jean Ziegler dit des mensonges et des bêtises

Jean Ziegler ment comme il respire. En plus il ne sait pas compter. En revanche, c'est un excellent vendeur, capable d'asséner les pires bêtises avec un aplomb désarmant. Au point qu'aucun journaliste n'ose remettre en cause les énormités qu'il profère. Un ancien rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation auprès de l'ONU, prof d'Uni à Genève, on peut supposer qu'il connait son sujet... eh bien non. Il n'y connait rien. Et il ridiculise au passage l'Alma Mater. Remarquez, ce n'est pas un scoop, depuis la Suisse au dessus de tout soupçon, cela fait 30 ans qu'on sait à Genève qu'il est fâché avec les chiffres. Mais il trouve toujours de nouvelles victimes ailleurs ou fraîchement débarquées.

Pour la sortie de son dernier livre, il se répand sur tous les petits écrans francophones avec deux chiffres à la bouche: selon lui, 1 enfant meurt de faim dans le monde toutes les 5 secondes, soit 100 000 enfants par jour. Je l'ai encore entendu à midi, sur tv5, interrogé par la RTBF. Le journaliste belge n'a évidemment pas moufté. Sauf qu'un mort toutes les 5 secondes,  cela fait 17280 par jour, pas 100 000. Cinq fois moins. En une année c'est tout de même 30 millions de vie de sauvées. Ouf !

Par ailleurs, d'après les chiffres officiels, ce n'est pas un enfant, mais une personne, enfant ou adulte qui meurt toutes les 5 secondes. Ou plutôt mourrait, car ces chiffre datent de plusieurs années et diminuent de 6% par an. Ils ne meurent pas non plus de faim. Les morts de faim sont devenues rarissimes. Ces gens meurent des conséquences de la malnutrition, c'est à dire des divers types de maladie qui survienennt à la suite d'une alimentation déséquilibrée. On ose espérer que ce chiffre n'inclut pas les victimes de la malbouffe trop riche et trop grasse. En revanche les victimes d'une eau non potable, sans doute au moins en partie.  Or, assurer l'eau potable à l'ensemble de la planète ne coôuterait que l'équivalent d'une année de consommation mondiale d'eau minérale en bouteilles...

Entendons nous bien, il ne s'agit pas de nier le problème. Il n'est pas normal que l'on trouve de quoi injecter 1000 milliards de dollars dans l'économie (même s'il fallait sans doute le faire) et qu'on ne dépense pas la dizaine de milliards qui permettrait à ces 6 millions de victimes annuelles de se nourrir et de s'abreuver normalement. Un seul petit milliard suffirait d'ailleurs, au prix des denrées dans leurs pays respectifs. Ce qui coûte le plus cher, c'est l'infrastructure et les humanitaires pour amener la nourriture à bon port. C'est pourquoi (entre autres) une simple assistance alimentaire n'est pas la solution. Il faut donner les moyens à ces familles de se nourrir par elles-mêmes.

Un travail complexe et de longue haleine. Que quelque part, Jean Ziegler dessert avec ses approximations hasardeuses, son goût pour le sensationnalisme et la manière déplorable qu'il a de rejeter l'entier de la faute sur une seule des parties en présence. L'Occident certes est responsable, mais une chose est certaine, c'est que les conditions de vie n'étaient nulle part pas meilleures avant l'irruption des occidentaux. Il ne s'agit plus maintenant de rechercher les coupables, mais de trouver les solutions, pour améliorer le sort de tout le monde, sur cette petite planète qui est notre embarcation commune. Et là, Ziegler est un peu court. Très court même.

Commentaires

Merci.
Merci de vous exprimer sur le sujet.
Je l'ai attaqué et nous connaissons tous les conséquences, mais il est tout à fait juste, votre décompte, ainsi que votre article.
Tout comme l'on peut comprendre son emportement, je pense que l'on a compris le mien, également, défense pour laquelle, je vous remercie une fois de plus.

Bien à vous,

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 23/10/2008

Très bien tourné votre texte!

Et votre "En une année c'est tout de même 30 millions de vie de sauvées. Ouf !" m'a fait gamberger:
Si Jean Ziegler avait dit: Un enfant meurt toutes les 5 secondes, cela fait 200'OOO enfants par jours, il y aurait 67 millions de vies sauvées au lieu des 30 que vous mentionnez!

Jean Ziegler, en axagérant avec "trop de parcimonie" a donc "tué" 37 millions de vies humaines! Un vrai génocide! Quand sera-t-il jugé par le Tribunal International?

Écrit par : Père Siffleur | 23/10/2008

Bonjour !
Ziegler sérieux ? C'est à mourir de rire, pas d'autre chose.
C'est en effet assez étonnant de voir la façon qu'ont les journalistes français, notamment et surtout, d'avaler les énormités que débite Ziegler.
A se demander si son fond de commerce, plutôt que "La Haine de l'Occident", ne serait pas "La Haine de ces cochons de Suisses qui acceptent de planquer le fric de nos cochons de compatriotes qui fuient notre fisc à nous".
Heureusement, c'est pour la bonne cause.
Cette course effrénée aux plateaux télé qui "vendent" n'est-elle pas destinée à engranger un maximum de droits d'auteur qui eux-mêmes sont évidemment destinés à renflouer le Zimbabwe de son grand copain, l'hyperdémocrate Mugabe ?

:o)

Écrit par : Blondesen | 23/10/2008

Si on commence de parler de la mort comme une sorte de jeu d'enfant qui n'a pas de couleur, on n'est pas obligé donc de faire apparaitre l'importance de l'humanité dans les coins de TDG. La mort est tellement différent...c'est le contraire(indiscutable) de la vie. Et je pense bien que vous saviez bien la valeur d'une vie, même sous les plus mauvaises circonstances. Il suffit que "Jean Ziegler" gardait ce sentiment, en le montrant à chaque occasion.
Remarque: Ce commentaire est tout à fait modéré!

Écrit par : Hassen | 23/10/2008

Merci Hassen de vos propos définitifs sur la mort. Nul ici ne pense à s'amuser avec la mort d'enfants. Sauf peut-être celui qui crie au loup et en fait son fond de commerce. Dont le degré de compassion est tel, par ailleurs, qu'il engageait fermement ses étudiants à acquérir ses livres. Ce qui rapporte toujours quelques milliers de francs de plus par année... et tant pis si cela pèse lourd dans le budget d'un étudiant. A rapace, rapace et demi.

Écrit par : Philippe Souaille | 23/10/2008

Jean Ziegler est vieux, malade et fatigué. Son livre a sans doute une vertu : celle de nous faire culpabiliser mais c'est plus dans l'air du temps : L'Afrique post-coloniale, c'est du passé. Aujourd'hui, seule reste une énorme corruption des élites qui pillent les ressources, appauvrissent et surtout ne donnent aucun espoir d'une vie meilleure à leur populations. C'est pourquoi les flux migratoires issus de toute l'Afrique se tournent vers l'Europe et la Suisse bien sûr, le tout manoeuvré par des mafias locales et des filières bien organisées déjà en place sur le territoire. Ce sera le prochain sujet de Jean Ziegler, comment sont organisées les passeurs, qui commande cela et où se trouvent les réseaux en Suisse...

Écrit par : sirène | 23/10/2008

Ziegler n'existe que grâce aux Français et à leurs infiltrés en Confédération helvétique, les Genevois, dont le seul revenu consiste à spolier l'état français de ses revenus fiscaux.

Écrit par : Géo | 23/10/2008

Bravo pour ce commentaire limpide. Vous soulevez à juste titre la mauvaise qualité du travail des journalistes lors des interviews de J. Ziegler, comme pour d'autres invités. C'est cela le plus dangereux en fait. Si on n'y prend garde, nous nous laissons manipuler par des gens en qui nous devrions avoir une parfaite confiance. Les organisations de cette profession nous abreuvent de la (soi-disante?) intégrité des journalistes. Ils nous prennent à témoin de leur incapacité de témoigner librement de l'actualité tibétaine. En repensant à Timisoara, par exemple, on peut douter de leur objectivité.

Écrit par : salegueule | 23/10/2008

Sirène, si j'en veux à J. Ziegler, c'est que par ses approximations, il jette un écran de fumée sur la situation réelle et les vraies responsabilités. La corruption dont vous parlez sert d'abord et surtout les intérêts occidentaux qui la paient. Comme souligné par ailleurs par Eva Joly, la corruption, c'est quelques millions versés à des Ministres pour qu'ils cèdent les ressources en dessous dex prix du marché, à des sociétés écrans de multinationales qui vont prudemment relocaliser leurs bénéfices (en milliards cette fois) aux Turks ou dans les Caïmans.
Où à une autre échelle, le commerçant libanais ou pakistanais qui à la douane d'un port africain va doubler ou tripler le salaire mensuel du chef de la douane (3 ou 400 Francs /mois) pour économiser 50 000 Francs de droits sur un conteneur de marchandises pirates. Chef de la douane qui doit nourrir non seulement sa petite famille, mais également les cousins et une partie du village.
Je crois tout simplement que Jean Ziegler a passé un peu trop de temps à refaire le monde avec des politiciens africains, jeunes et moins jeunes, avec lesquels il rêvait de tester ses théories d'un autre âge... et pas assez auprès des populations pour comprendre vraiment comment fonctionne l'Afrique, en pratique.

Écrit par : Philippe Souaille | 23/10/2008

@Philippe Souaille: Je viens seulement de lire votre commentaire sur le blog de Hani Ramadan en date du 29 septembre "Mort d'un prof.". Comme je n'ai pas réussi à intervenir in situ, j'espère que vous me pardonnerez de faire intrusion ici, pour ce faire et je cite le texte que j'avais préparé. Je demande ne même temps pardon aux autres correspondants pour cette intrusion dans leur intéressante dispute. Etant donné les prises de position de Jean Ziegler sur un certain nombre de sujets concernant l'Islam, il n'est d'ailleurs pas si mal venu ici. Voici mon texte
"Vous perdez certainement votre temps, mais je vous comprends en même temps. Vous sembliez dans certains de vos billets récents à être résigné à l'inévitable islamisation de l'Europe. Faisiez-vous bonne figure à mauvais sort, aviez été envoûté par le doux chant de Tariq Ramadan? Dans tous les cas votre intervention prouve que nous n'êtes pas résigné à disparaître sans clamer votre statut d'homme libre. Merci.
A lire l'incroyable mépris que la plupart des religions et l'Islam en particulier expriment vis-à-vis des athées ou de incroyants (c'est-à-dire ceux qui croient en une autre religion), ne vous semble-t-il pas qu'il vaille la peine d'espérer et de lutter encore pour maintenir la lumière de la raison, même si elle vacille en ce moment? Bien que les Musulmans interdisent la conversion, nous pouvons tout de même espérer que les mutations profondes que le monde subira nécessairement dans les décennies à venir, accélère aussi la modernisation de cette religion et permette à ses fidèles sincères de débarrasser leurs textes et leurs traditions des aspects les plus rétrogrades, afin de la rendre assez humaine pour véritablement reconnaître l'existence des autres."
Merci de votre accueil, si vous y consentez.

Écrit par : Mère | 23/10/2008

Cher Mère, je ne suis certainement pas résigné à l'inévitable islamisation de l'Europe, très loin de là. Et depuis que je suis sorti de l'adolescence, je n'ai jamais été envoûté par le chant de Tariq Ramadan, ni par aucun autre, hormis celui de la femme de ma vie. Je cherche en revanche à toujours essayer de maintenir une certaine objectivité, ce qui implique de combattre les outrances et les extrémismes d'où qu'ils viennent. Je pense que toute personne a droit de croire ou de ne pas croire... Et pour en avoir vu quelques unes, je pense aussi qu'il vaut mieux éviter les guerres, la plupart du temps. Surtout lorsque la majorité des gens d'en face n'ont pas plus que vous envie de la faire.
Je suis donc entièrement d'accord avec la fin de votre interprétation et j'ai fort heureusement un grand nombre d'amis musulmans qui pensent comme nous, ici et ailleurs.

Écrit par : Philippe Souaille | 24/10/2008

Victor, merci de vos remerciements, mais je n'ai pas écrit ce texte pour vous défendre. Je l'ai fait parce que j'avais déjà lu ou entendu, repris ici ou là par des fans de Ziegler ce chiffre de 100 000 enfants morts chaque jour et qu'il m'avait paru aberrant. Si l'on veut parler de sociologie ou des problèmes du monde il est nettement préférable de partir de données correctes. C'est déjà assez compliqué comme cela. Des erreurs, tout le monde en fait, mais celle-ci est vraiment énorme dans la bouche d'un ancien responsable mondial de la question.

Écrit par : Philippe Souaille | 24/10/2008

@Philippe Souaille: Merci de m'avoir accueilli et merci de votre réconfortante réponse.

Écrit par : Mère | 24/10/2008

Si on se réfère aux journalistes de la TSR, "Jean Ziegler a lui rappelé qu'un enfant de moins de 10 ans meurt toutes les cinq secondes dans le monde et que 100'000 décès sont recensés chaque jour en raison de la famine, selon les chiffres de l'année dernière."
http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=8320093&cKey=1192566351000
Ces chiffres proviennent de calcul d'experts travaillant à l'ONU dont Jean Ziegler n'est qu'un porte-parole.... Ils ne disent pas 100'000 enfants, ils disent 100'000 humains.

Écrit par : Marc | 24/10/2008

Viblement le journal Le monde s'est également étonné des approximations de Ziegler dans cet article :

http://www.lemonde.fr/livres/article/2008/10/13/la-haine-de-l-occident-de-jean-ziegler_1106182_3260.html

Il est en effet dommage que les journalistes qui invitent ce "bon client" sur les plateaux de télévision ne se donnent pas la peine de corriger ses chiffres et de rétablir les faits dans leur contexte.
Cela éviterait aux téléspectateurs de faire des amalgames douteux et d'entretenir la propagation de ces chiffres mensongers que l'on retrouve après partout sur Internet.

Écrit par : Satheene | 24/10/2008

Selon ses auditoires, le discours de Jean Ziegler s'infléchit donc énormément. Un enfant de moins de 10 ans qui meurt toutes les 5 secondes (aussi bien d'accident que de paludisme que de n'importe quoi) comme il l'a dit devant les invités de la DDC à Berne et un enfant qui meurt de faim toutes les 5 secondes, comme il l'a dit à la RTBF, ce n'est pas du tout la même chose.
De même pour ce chiffre de 100 000 morts, dont j'aimerais bien retrouver la source officielle, parce que pour l'instant je ne la trouve pas. Il correspond, dans son discours de Berne à un moment T de la crise alimentaire qui s'est déclenché brutalement, a alarmé tout le monde et a été immédiatement jugulée. Mais en aucun cas à un rythme de croisière qui se maintiendrait, alors qu'il en parlait au présent à la RTBF.
Des famines, il y en a toujours eu et il y en aura encore. Mais la mortalité infantile était très très nettement supérieure dans tous les pays du Sud avant que l'Occident ne s'en mêle.
C'est même la rapidité de diminution du taux de mortalité qui pose problème, car le taux de natalité n'a pas le temps de baisser dans les mêmes proportions et l'économie n'arrive pas à suivre. En dépit de taux de croissance qui feraient rêver n'importe quel dirigeant occidental.
J'ose espérer que ce n'est pas pour ces progrès de la médecine que le reste du monde et M. Ziegler en veulent à l'Occident...

Écrit par : Philippe Souaille | 24/10/2008

Vous avez raison Satheene. L'un des exemples les plus frappants de la mauvaise foi et de la non-pertinence du raisonnement de Ziegler est lorsqu'il attribue les problèmes du coton en Afrique à l'OMC, le diable Numero Uno des altermondialistes.
Or si les subventions étasuniennes aux planteurs du Mississipi causent effectivement problème, ce n'est pas du tout à cause de l'OMC, mais bien contre la volonté de l'OMC, dont tout le travail consiste à supprimer ces distorsions de concurrence.
Les accords toujours en suspens à Genève prévoient précisément la disparition de ces subventions. Pourquoi sont-ils encore en suspens ? Entre autres, et c'est une raison de fond, parce que les altermondialistes occidentaux rassemblés autour de Ziegler ont violemment manifesté depuis dix ans contre l'OMC et la libéralisation du commerce...
Si Jean Ziegler ne le sait pas, alors qu'il est du même parti que Pascal Lamy, le patron de l'OMC, c'est soit qu'il est particulièrement borné, soit que sa mauvaise foi est sans fond.

@Sandro, vous affirmez des choses que vous ne connaissez pas. Notamment sur le fait que je suis riche (pas en ce moment) ou que je n'ai pas connu la faim. Même si c'était heureusement sur des périodes de courte durée, quelques jours ou quelques semaines...
Et puis parler de pinailler quant il s'agit de rapports de 1 à 5 !
Jean Ziegler n'est pas un saint. Lui n'a jamais connu ni même côtoyé très longtemps la faim et vit dans une très belle maison. Il sait très bien vendre ses livres et profère des mensonges éhontés pour cela, comme celui dénoncé ci-dessus au sujet de l'OMC. Des mensonges, qui, vu sa notoriété, aggravent le problème au lieu de le solutionner.
Inutile de revenir sur les agrocarburants, dont nous avons déjà amplement débattu et qui ne sont pas la cause de la crise alimentaire brutale et momentanée de ce printemps. Le monde a aucun moment n'a manqué d'aliments, c'était une pure crise de spéculation, hautement condamnable. Mais pour résoudre les problèmes, il faut commencer par les identifier clairement.
Accessoirement, les récoltes alimentaires de cette année vont battre tous les records de surproduction... Ce qui est tout aussi dommageable pour les petits producteurs.

Écrit par : Philippe Souaille | 24/10/2008

Pinailler sur des chiffres d'une telle ampleur n'est de toute façon qu'une belle manière de se détourner du vrai problème. Même s'il n'y avait qu'un seul enfant sur terre qui mourrait de faim, ou des suites de la malnutrition par an, ce serait encore beaucoup trop!

Ziegler se bat depuis des années pour faire exister ces gens et réveiller l'opinion publique. Qu'il soit approximatif, c'est dommage, en effet. Parce que ça permet à des gens comme vous de s'engouffrer dans la brèche et venir minimiser le problème. Par jour, 17'000 enfants qui meurent de faim ou 100'000, finalement, c'est sans importance. Ce qui compte c'est que c'est beaucoup trop. Et que de l'autre côté de la planète, les occidentaux se goinfrent quotidiennement, et exploitent les pays du sud. C'est une logique de système qu'il dénonce, et en ceci il a parfaitement raison.

Quant à la faim qui diminuerait de 6% par an, dire ceci en ce moment, cela tient du négationnisme le plus aveugle, et me paraît carrément criminel. Je laisse Mr Souaille aller consulter cet article qui montre qu'il y a cette année une très très forte augmentation de personnes souffrant de la faim.

http://www.rtlinfo.be/rtl/news/article/183247/--925+millions+de+personnes+ne+mangent+pas+%C3%A0+leur+faim

925 MILLIONS DE PERSONNES qui ne mangent pas à leur faim.

Comment peut-on, lorsqu'on est un être humain de chair et de sang, venir ici attaquer celui qui depuis des années, seul contre tous, vient dénoncer ce scandale absolu dans tous les médias pour réveiller les consciences? Comment oser prétendre que la faim continuerait à diminuer alors qu'elle a fortement augmenté depuis 2 ans?

Et en grande partie à cause des agrocarburants qui sont la conséquence directe de notre addiction à la voiture individuelle... Mais aussi à cause de l'exportation de notre modèle d'alimentation sur-carnée, ou encore à cause de la dérégulation des marchés alimentaires selon les politiques imposées par le FMI et la Banque Mondiale en chantage sur la dette des pays pauvres!!

Comment peut-on oser, alors qu'on est un riche occidental, qu'on a JAMAIS connu les douleurs de la faim, venir minimiser un tel scandale qui nous déshonore TOUS???

Je suis dépassé.

Écrit par : Sandro Minimo | 24/10/2008

Bonjour à tous,

Je comprends vos argument, M. Souaille. Il est regrettable que M. Ziegler soit aussi incohérent avec ses arguments. Mais comme le dit mon homonyme M. Minimo, c'est un prétexte parfois un peu trop facile pour se donner bonne conscience, prétexte repris par des gens - ou des instances politiques - malheureusement trop égoïste et aux pensées passéistes. C'est ça qui est dérangeant!

Jean Ziegler et ses apparitions... C'est un peu comme le show presque ridicule d'Al Gore pour le réchauffement climatique. Le parallèle est (peut-être) assez juste : les approximations d'Al Gore permettent-elles seulement de renier le problème écologique? Certains politiciens et industriels, surtout aux USA (mais pas seulement), se sont engouffrés dans la brèche et avaient noté des erreurs et des exagérations dans le plaidoyer d'Al Gore. Mais ils ont aussi montré par là leur ignorance des sciences de terrain et de l'écologie, où précisément les études sur plusieurs dizaines d'années montrent que les effets du réchauffement climatique sont amplifiés et aggravés par la réduction de la biodiversité (la sixième extinction de masse, comme le dit Richard E. Leakey) ; si, chez les climatologues, le réchauffement climatique d'origine humaine est source de débat (pour ceux qui ne le savent pas, c'est normal : c'est la science en mouvement), celui de la réduction de la biodiversité trouve un assez bon consensus sur plusieurs disciplines quant à son origine humaine.

Ainsi, il est parfois dommage que, à l'instar de l'écologie, se soient des politiciens qui se mettent en avant, du point de vue médiatique, avec toute la rhétorique qui leur est propre, pour défendre les plus démunis de cette planète. Mais il n'en demeure pas moins que les problèmes sont bien là, et que des dogmes, ancrés parfois dans nos sociétés depuis plusieurs siècles (dans le contexte écologique, le dogme d'une "Terre créée pour le seul usage de l'Homme"), nous ont empêché de voir cette réalité (par exemple la spéculation sur les denrées alimentaires que vous mentionnez). J'avoue connaître moins bien les travaux de Ziegler, et de ne connaître de lui que ce qui transparaît dans la presse. De part ma formation scientifique, je serais malhonnête de contester vos arguments sans chiffre ou sans donnée claire. Mais je serais tenté de le défendre (jusqu'à un certain point) dans le sens qu'il bouscule les dogmes établis. Et que, comme nous l'a enseigné même l'Histoire des sciences par exemple, personne n'étant immunisé contre le dogmatisme, il est parfois bon de les bousculer. Même si ça fait mal... Et l'immobilisme de certains dirigeants et des quelques habitudes pousse parfois à des propos exagérés ; les politiciens se combattent, malheureusement à armes égales.

En revanche, la nuance est toujours nécessaire ; si ce que vous dites est vrai concernant ses mensonges, si l'extravagance de Ziegler fait alors plus de tort que de bien à la problématique des déséquilibres "Nord-Sud", il est évident que cela devient condamnable, bien entendu! Mais cela ne doit pas être un prétexte à la "politique de l'autruche", si commode.

Bien à vous.

Sandro Loi

Écrit par : sandro loi | 27/10/2008

Cher Sandro, votre comparaison avec Al Gore est fort pertinente. Les nombreuses approximations relevées dans son film n'en ont pas moins fait avancer la cause de l'écologie, et c'est tant mieux. Mais en même temps, une certaine vision "idéologique" de l'écologie peut-être extrêmement dangereuse et conduire à des comportements et des actions aussi néfastes que ceux qu'elle veut combattre. C'est tout le problème des idéologies.
Le bilan de l'influence de Ziegler sur l'opinion publique est impossible à faire. Oui, par ses indignations, il rappelle aux repus l'existence des affamés, et c'est tant mieux, mais il dessert aussi sa cause par ses excès. Et dessert en particulier les jeunes africains qui le lisent. Heureusement, les plus conscients, qui ne lisent plus Ziegler depuis longtemps, savent fort bien qu'ils s'en sortiront en trouvant en eux-mêmes et en Afrique les ressources nécessaires, plutôt qu'en critiquant l'Occident tout en continuant d'en attendre la solution.
Soyons objectif, il y a sans doute une part de jalousie dans ma diatribe, en constatant une fois de plus combien la simplification à outrance et l'approximation, défendues par un bon produit marketing, peuvent faire mouche dans l'opinion... et occuper le terrain à la place de propos bien plus construits, modernes et efficaces. Car dans les médias, c'est aussi la loi de la jungle: lorsqu'on a épuisé un sujet en en parlant, même mal, on n'y revient plus avant longtemps. Et je trouve que Ziegler occupe ce terrain de bien mauvaise manière.

Écrit par : Philippe Souaille | 28/10/2008

Bonjour,
Puique vous parlez d'objectivité :
http://tinyurl.com/5fnuem
"Jean Ziegler : pour un "tribunal de Nuremberg" de la crise," article et interview paru le 27 octobre sur Rue89.com

Écrit par : Tatage | 28/10/2008

Donc, en gros, sur tous les discours alarmiste de Ziegler, probablement bien etayé, vous ne retenez qu'une erreur, certe grossière.

Bref, c'est vous qui n'êtes pas crédible.

Écrit par : Djinius | 28/10/2008

@Djinius et Tatage: Non, j'en identifie plusieurs et toutes de tailles considérables. Quelques exemples:

- grossières erreurs de chiffres, et plus graves encore, d'explication des chiffres, largement explicitées ci-dessus

- contresens absolu, idéologique et néanmoins affligeant, sur le rôle de l'OMC dans la crise du coton, lui aussi déjà expliqué et à nouveau largement cité par JZ dans l'article de Rue89. Les subventions étasuniennes ont certes ruiné le coton malien (mais les Burkinabe ont sut faire ce qu'il fallait pour s'en sortir) mais contre la volonté de l'OMC et avec la complicité objective et inconsciente des altermondialistes qui ont fait en sorte que les accords de Doha n'aboutissent pas. Accords qui auraient interdit ces subventions. Merci José Bové.

- Désignation populiste d'un coupable unique l'Occident capitaliste (qui est certes coupable, mais pas unique) sans aucune tentative d'analyse des causes intrinséques dans les pays et les cultures mêmes. Et je ne pense pas aux dirigeants corrompus qui ne sont qu'un épiphénomène.

En bref, tant que les Africains continueront de croire aux discours d'un Ziegler, ils n'auront aucun espoir de s'en sortir. Car au pire, s'ils finissent par se révolter, l'Occident aura toujours les moyens de les massacrer. Et au mieux ils se contenteront, comme par le passé, de revendiquer, donc d'attendre la manne de l'assistance aliénante.
Alors qu'il existe des moyens pacifiques et opérationnels de changer le cours des choses. Des dizaines de milliers de jeunes africains dynamiques s'y emploient à travers tout le continent. Mais ceux-là, Ziegler et les altermondialistes les détestent et les traitent de traîtres, parce qu'ils utilisent l'économie de marché, pour bientôt nous faire concurrence.

Quant au "bien étayé" supposé, de JZ c'est bien tout le problème. Il a la crédibilité d'un imprécateur professionnel, paré d'une auréole universitaire qui assène des chiffres avec un tel aplomb que personne ne va jamais les vérifier. Mais à chaque fois que quelqu'un le fait, depuis Jean-Marie Laya à l'époque de "Une Suisse au dessus de tout soupçon", la baudruche se dégonfle.

Écrit par : Philippe Souaille | 28/10/2008

"tant que les Africains continueront de croire aux discours d'un Ziegler, ils n'auront aucun espoir de s'en sortir."
A part Jean Ziegler, quel autre "leader" politique s'intéressant à l'Afrique, serait selon vous, digne de foi et capable d'aider l'Afrique à s'en sortir? Un leader écouté à la fois par les Africains et les medias occidentaux ? Et pourquoi n'entend-on pas sa voix, pour contrebalancer les dires de JZ ?

D'autre part, si JZ est aussi nul et peu crédible, selon vos affirmations, comment se fait-il qu'il soit aussi écouté et reconnu à l'ONU ?

Écrit par : Tatage | 28/10/2008

JZ était à l'ONU du fait de ses relations personnelles, notamment avec Mme Micheline Calmy-Rey et sa crédibilité y est disons très relative. D'ailleurs il a été éjecté et n'est plus que consultant, comme des centaines et des centaines de plus ou moins confirmés experts, rien qu'à Genève, qui tentent de grappiller ici ou là quelques subsides.
Accessoirement il est consultant à la commission des droits humains qui est comme chacun sait, une pure création de la Suisse et de Mme Calmy Rey en particulier.
Ziegler n'est pas non plus écouté par les médias occidentaux, mais uniquement par les médias francophones, nuance. Sa tonalité archaïque d'extrême-gauche n'échappe à personne, ce qui forcément relativise fortement l'impact de son propos.
Maintenant des gens qui tiennent un discours constructif sur l'Afrique, les journaux économiques africains en sont pleins. J'ai fait cet été une étude sur la question. Plus d'une vingtaine de titres vendus dans l'espace francophone, et au moins autant dans l'espace anglophone. L'Afrique doit s'en sortir par elle-même. Et si elle veut produire de l'agro-carburant, il y a la place pour, c'est son problème. Elle n'a pas à attendre l'avis des dinosaures de la pensée néo-stalinienne. Et encore, néo, je suis gentil...
La seule chose que l'Occident doive faire, c'est ouvrir les frontières économiques et accepter de payer un prix équitable aux matières premières. Mais là, économiquement, cela va nous faire très mal, toutes classes sociales confondues. J'ajouterai que les voix qui tiennent ce discours existent aussi en Occident, mais elles sont totalement couvertes, (voire carrément muselées dans les blogs français) par l'omniprésent bruit de fonds du discours altermondialiste. Dont Ziegler est l'un des ténors.

Écrit par : Philippe Souaille | 28/10/2008

Merci pour vos explications. Dommage que les medias occidentaux ne relaient pas mieux les infos des journaux économiques africains et que les plateaux de télévision ne donnent quasiment jamais la parole aux hommes et aux femmes qui construisent l'Afrique de demain.

Écrit par : Tatage | 28/10/2008

"La seule chose que l'Occident doive faire, c'est ouvrir les frontières économiques et accepter de payer un prix équitable aux matières premières"

Pour créer de nouveaux Saudiens ? Si vraiment JZ contribue à empêcher cela, cela lui fait au moins une qualité...

"Or, assurer l'eau potable à l'ensemble de la planète ne coôuterait que l'équivalent d'une année de consommation mondiale d'eau minérale en bouteilles..."

c'est voir les choses par le petit bout de la lorgnette et cela m'étonne fortement de votre part : vous ne connaissez rien des politiques de l'eau en Afrique, visiblement. Depuis 50 ans, l'Occident a dépensé des milliards de dollars pour fournir de l'eau aux Africains. Mais jusqu'ici, impossible de faire apparaître la notion même de maintenance. Quand la pompe manuelle tombe en panne, les villageois réclament un nouveau forage plutôt que de débourser 10 cts par tête pour réparer... (cas vécu).

Helvetas avec les impôts de ceux qui lisent TdG/24 heures a construit 1600 (mille six cents) points d'eau modernes au N du Mozambique de 1979 à 1988. Pour s'apercevoir que la moitié était en panne et délaissés par la population. Helvetas a en conséquence totalement modifié son approche, peut-être excessivement dans le sens de la responsabilisation des villageois. Quoique...

Écrit par : Géo | 28/10/2008

Géo, pour l'eau vous avez sans doute raison, la maintenance est quelque chose qui fonctionne bizarrement en Afrique, en dehors du fait que le climat tropical rouille tout très vite et ne facilite pas les choses.
J'ai vu des caméras professionnelles quasi neuves à 25 000 Francs pièce, offertes par la NHK japonaise, entassées dans un coin au premier problème... Et des vieux postes de télé dont personne ne voudrait en Roumanie (salut Victor), réparés minutieusement à la lueur des lampes à pétrole. Jusqu'à aller ressouder un à un des circuits imprimés dont la bakélite était cassée.
La différence tient évidemment dans le "qui est ou se sent propriétaire". Toujours la même question.
Alors les discours de Jeannot & Co sur la propriété collective ou les valeurs naturelles anticapitalistes africaines me font bien rigoler.
Cela étant, l'augmentation équitable du prix des matières premières et des produits africaines ne risque guère de créer de nouveaux saoudiens, pour plusieurs raisons.
Il s'agirait d'ouvrir nos marchés à des producteurs et à des entrepreneurs indépendants, bref, au tissu social d'un pays. Pas à canaliser une manne unique en direction exclusive de la famille régnante.
Les pays africains n'ont pas de familles régnantes acceptées par tout le pays, qui puissent s'appuyer sur la religion pour faire régner la discipline. Il y a bien des roitelets qui le pourraient, avec le vaudou par exemple, mais leur influence est locale ou au mieux ethnique, donc pas nationale. Quant aux dictateurs, leur pouvoir est fragile.
Les élites africaines, marqués par des siècles de colonisation et de formation dans nos structures académiques, sont bien plus proches de nos systèmes de valeurs, culturellement, que ne le sont les Saoudiens.
Il y a forcément une répartition des richesses nationales, ne serait-ce que par capillarité. Les pays du Golfe étaient très peu peuplés, contrairement aux pays africains. La répartition sera forcément différente.
Par ailleurs, les taux de croissance économique sont tels, et seraient tels, du fait des vastes marchés qu'ils représentent, que l'argent aurait tout intérêt à rester en Afrique, donc à travailler localement à l'accroissement des richesses plutôt qu'à venir se planquer en Occident. Une gouvernance mondiale de la finance pourrait d'ailleurs y aider.

Écrit par : Philippe Souaille | 29/10/2008

Moi, Ziegler, je l'apprécie beaucoup.

Ces discours enflammés crachent bien à la gueule des bien pensants des pays du nord qui se complaisent dans des discours du type "Si les africains sont pauvres, finalement, c'est bien parceque c'est des faignants, les aider ne serait pas leur rendre service" et qui en même temps injecte des sommes d'argents dans leur système bancaire de plusieurs ordre de grandeurs supérieurs à ceux nécessaire pour résoudre la faim dans le monde ! Ces mêmes personnes regardent les informations le soir à la télé et expliquent à leurs enfants que la faim dans le monde ... c'est terrible ! Vive la schyzo !

(y'en à pas un ou deux qui se reconnaissent là ?)

Écrit par : Djinius | 29/10/2008

Ridicule... Aller cherchez les menteurs là ou ils se trouvent. Déplorable.

Écrit par : Nicolas | 27/11/2008

Bonjour à tous,

J'ai relu le livre de Ziegler "Les nouveaux maîtres du monde et ceux qui leurs résistent". Je termine mon premier cycle universitaire en démographie et géographie et je peux vous affirmer avec l'appuie de mes professeurs que les chiffres qu'il avance à tue-tête partout où il passe sont complétement erronées. Affirmer qu'il y a 36 millions de personnes qui meurt de faim dans le monde à chaque année est une abérration, il suffit de lire les rapports de l'OMS pour voir que les premières causes de décès dans le monde ne sont pas la faim, mais les maladies et accidents cardiovasculaires, le cancer, les infections pulmonaires, le sida, etc...Bref, Jean Ziegler est un activiste qui se fout de l'exactitude des faits! Son discours anti-occidental est presque aussi creux que la focalisation de Rousseau sur le soi-disant sauvage idéal. Il souffre d'un aveuglement idéologique pathologique comme ses amis totalitaires Castro et Kadhafi. Le but de mes propos n'étant pas de passer pour un réactionnaire, je ne cherche que la vérité

Écrit par : Simon | 22/03/2010

L'homme qui secoue le cocotier reçoit les noix de coco sur sa tête. Ziegler n'a jamais brillé par les chiffres ni par sa finesse rhétorique. Ses approximations ont fait la joie des banquiers qui ne se gênaient jamais de lui retourner le boomerang en pleine figure. Simplement Ziegler, quand il parle, c'est un extraordinaire conteur d'histoires réalistes gore avec des génocides, des nomenklatura, des multinationales,des oligarchies, de l'argent sale, des enfants mourant de faim. Finalement on s'en fout qu'il raconte des âneries comptables. on l'écoute juste pour son côté "contes journaliers de l'horreur ordinaire" un peu comme un témoin principal d'un gigantesque camp de concentration à l'échelle planétaire sous administration de l'ONU... Après son passage à la télévision, il faut prendre son chien, sa femme et ses enfants, et partir faire une ballade à la forêt pour redécouvrir que la vie est belle et que, malgré et grâce à Jean Ziegler aussi, l'humanité tente de progresser sur le chemin d'une meilleure humanité. Bonne soirée à tous.

Écrit par : pachakmac | 22/03/2010

Désolé et toutes mes excuses à ces deux commentateurs: absent de mon blog depuis plusieurs semaines pour cause de suractivité professionnelle, je n'avais pas vu leurs commentaires, intéressants tous les deux.

Écrit par : Philippe Souaille | 31/03/2010

Ses âneries comptables comme vous dites plaisent beaucoup à l'actuelle gauche néo-marxiste qui ne s'est pas remise de l'effondrement de l'URSS. Elle s'est dorénavant recyclé dans des mouvements écologiste ou altermondialistes qui continue de vociférer les mêmes slogans que leurs ancêtres envers le libéralisme et le capitalisme sans vraiment avoir analyser ou comprise les causes de l'échec de l'expérience communiste. Jean Ziegler ne propose pas vraiment quelque chose de neuf pour améliorer l'état actuel du monde, il ne fait que répéter un discours idéologique utopique à sens unique qui n'a jamais fonctionner dans la pratique. Loin de moi l'idée d'affirmer que le libéralisme est parfait, le libéral ne le prétend pas non plus à la différence des idéologies totalitaires ou dictatoriales qui prétendent eux détenir l'ultime solution aux problèmes humains.

Écrit par : Simon | 31/03/2010

Les commentaires sont fermés.