18/11/2008

Las FARC y la ETA mano en la mano

Cela fait un moment que l'on a compris pourquoi les socialistes espagnols avaient une attitude bien moins favorable à l'égard des FARC que leurs homologues suisses ou même que Sarkozy. Ils pressentaient des liens étroits entre les FARC et la ETA. En marge de l'arrestation du chef de l'appareil militaire de l'organisation terroriste basque, la justice espagnole l'a confirmé. Au moins quatre des dirigeants militaires de la ETA ont suivi ces dernières années dans la jungle colombienne, des stages de maniement d'explosif. Des explosifs qui ont entre autres servis à tuer deux latino-américains à l'aéroport de Madrid.

Lorsqu'on sait aussi que depuis quelques années, l'Océan, sur la côte basque française et espagnole, rejette régulièrement sur la plage des sacs bourrés de cocaïne. On se dit que la coopération n'est peut-être pas que militaire.  A noter que la nouvelle des liens entre les FARC et la ETA a été publiée dans la presse alémanique et dans la presse française.... Qu'attend donc la presse romande ? L'information serait-elle dérangeante ?

Commentaires

Tiens, là, pour une fois, j'apprends qqch. Le même phénomène était apparu en Suisse romande avec l'UNITA de Jonas Savimbi, parce que cet ignoble salaud, serial killer défendu par le SDEC français et la CIA, a fait ses études à Lausanne (un diplôme, pas un doctorat). Son prof, Jean Rieben, et Reto Breiter, dirigeant syndical des journaleux (ces gens chargés de manipuler l'opinion des pauvres gens) ont été convoqués par Savimbi pour juger de l'équité des élections de 92 en Angola. Ces deux Guignols ont jugé bon de déclarer les élections "unfair", au contraire des experts des NU. Savimbi a repris la guerre sur cette base, guerre qui a fait 50'000 morts juste à Huambo, dont beaucoup de mes amis.
En Suisse allemande, la presse était au contraire très critique envers Savimbi, le "Khmer noir"...

Écrit par : Géo | 18/11/2008

Les commentaires sont fermés.