05/01/2009

Détruire le Hamas ! Et après ?

Israël a entrepris méthodiquement de détruire le Hamas, avec l'accord tacite des résidus de l'administration Bush et malgré la résistance (très) passive et (très) discrète du reste de la communauté internationale, y compris de la future et très silencieuse administration Obama.
Cela peut paraître censé. Voilà un mouvement qui titille Israël à coups de missiles qui ont tout de même causé 4 morts et quelques blessés en plusieurs mois. Un mouvement qui prône la disparition de cet Etat d'Israël qui, lentement mais sûrement, grignote la terre palestinienne et en spolie les habitants depuis plus de 60 ans. Un mouvement qui surtout pratique l'amalgame entre juif et israélien, ce qui est inadmissible et antisémite, même si de nombreux défenseurs d'Israël tracent, à dessein, exactement le même parrallèle.

Seulement gouverner c'est prévoir, et détruire le Hamas, c'est du pilotage à vue, sans instruments. A l'image de la manière dont est gérée la crise économique mondiale d'ailleurs. Par les mêmes personnes, silencieuse administration Obama comprise, qui pour l'heure se contentent de remettre de l'essence dans les réservoirs de l'avion. Car enfin, qu'est-ce qui a causé le succès populaire de ce mouvement? Qu'est-ce qui va se passer après ? Quels moyens vont être investis pour essayer de changer la donne et améliorer les conditions de vie du point de vue palestinien ? Qu'est-t-on prêt à payer pour un véritable espoir de paix ?

Un blog de propagande populiste genevoise se scandalisait récemment que l'on puisse critiquer vertement un parti ayant conquis dans les urnes quelques responsabilités publiques. Si l'on en croit le Hamas, ainsi qu'un précédent célèbre, le NPD de Hitler, ou encore le FIS algérien, le peuple peut se tromper et être trompé. Un succès électoral n'est gage de rien d'autre que d'avoir su convaincre une partie de la population, mais en aucun cas ne prouve la qualité des arguments, encore moins l'humanisme de la pensée.

Le Hamas doit donc son succès à trois éléments:
60 années d'injustices, perçues mais aussi bien réelles, faites au peuple palestinien.
Le soutien, à ses débuts, des services secrets israéliens qui voulaient affaiblir l'OLP.
Un travail de fourmis, considérable et méthodique, de soutien et d'assistance à des populations misérables, non sans désigner à chaque fois le responsable, réel ou supposé de la-dite misère... Et dans le cas de Gaza, vu le blocus, responsable plutôt réel.

Ce qui va se passer après l'éradication du Hamas, si elle réussit, c'est une reprise en main de Gaza par Mahmoud Abbas et l'OLP. Pourquoi pas? Je préfère personnellement le nationalisme de gauche, même affairiste, au fascisme islamiste. Mais il subsistera, ancrée fortement dans la population gazaouie, un très palpable sentiment d'injustice. Du genre qui se transmet de génération en génération. Pour l'effacer, le seul moyen serait d'améliorer considérablement les conditions de vie.

Pas seulement de lever le blocus, en créant un état-bidon palestinien, commme il y a des bidonvilles, mais d'ouvrir Gaza, d'enclencher un véritable processus de paix, qui donne des droits égaux, qui permette aux gens de circuler librement dans toute la zone, qui dédomage les victimes de 60 années d'expropriations forcées et qui enclenche un véritable plan Marshall, faisant déferler des montagnes d'investissements en veillant à ce qu'ils bénéficient au peuple... Sans oublier l'accès à l'eau...

Ce qu'il aurait fallu faire en Irak et en Afghanistan. Et que l'on n'a pas fait, parce que les copains des types qui pilotent à vue gagnent plus d'argent en fabriquant des bombes et des missiles qu'en distribuant des chèques aux petites gens. Il n'y a aucune raison pour que cela change en Palestine. Les juifs qui quittent Israël, pour rentrer en Europe ou ailleurs, auront donc plus que jamais raison de le faire.

Je précise, à l'intention de mes contradicteurs qui m'accusent régulièrement d'être multicartes ou vendu, ou je ne sais quoi, ou qui à travers moi, cherchent à atteindre certains partis, que si j'ai des opinions politiques, je n'ai en revanche aucune ambition électoraliste, préférant et de loin conserver ma liberté de parole et de pouvoir aimer ou non les gens qui me font face.

Ce qui me donne le droit, me semble-t-il, de critiquer qui bon me semble. Si je le fais, c'est que je trouve tel ou tel personnage ou groupe de personnes, ou situation, dangereux ou nocif. En aucun cas je n'agis dans mon intérêt personnel, qui la plupart du temps, professionnellement, serait clairement de me taire.

Je n'ai donc plus aucun lien de subordination financière avec aucune organisation politique ou Gouvernement ou institution publique ou privée dont j'aurais à vanter les mérites. C'est le prix de ma liberté. En revanche, j'ai besoin d'un sponsor.

Quel serait le (généreux) mécène qui voudrait m'aider à financer la mise en ligne, donc la mise à disposition gratuite de mes trois livres (et du 4ème en cours) dont les thèmes sont :

L'urgence d'un gouvernement mondial pour gérer les dérèglements écologiques et financiers et les nécessités du développement

La non existence de dieu, les conflits qu'engendrent les religions et les phénomènes inexpliqués

La définition d'une morale du XXIème siècle, à la lumière de nos connaissances, de l'Histoire, des lois de la nature, et des évènements du XXème

La délicieuse et passionnelle ambiguité des rapports hommes-femmes


Ce blog étant modéré, vous pouvez y adresser directement vos éventuels messages. Merci d'avance et excellente année à tous.

Commentaires

Bonjour,
Vous pouvez publier vos ouvrages sur http://www.lulu.com/fr

Écrit par : Tatage | 05/01/2009

Grand Merci Tatage, j'avais déjà été voir ce site il y a deux ans, avant l'édition de mon premier bouquin. Il a bien évolué depuis, très intéressant. Cependant mon propos n'est pas d'éditer mes livres en bouquin (encore que, il le faudra aussi) car on se heurte alors aux énormes coûts de diffusion et autres joyeusetés du système.
Mon intention est bel et bien de produire un site qui expose mes idées, car si toutes ne sont pas forcément pertinentes ou actuelles, certaines le sont. Forcément, sur le lot.
Mais un site bien foutu, cela coûte de l'argent et ensuite il faut l'entretenir, le nourrir, le faire connaître. Seul, je n'en ai pas les moyens, ayant pensé à faire pas mal de choses dans ma vie, sauf une: gagner de l'argent.

Écrit par : Philippe Souaille | 05/01/2009

@Phillipe,

Bonjour.

Un texte vrai, plein, sans ambiguité ni parti pris.

Félicitations !

Écrit par : RIEN QUE LA VERITE | 05/01/2009

Actuelement,le problème des Palestiniens et des Israëliens,c'est bien le Hamas.Israël est une démocratie et les démocraties ne se font pas la guerre entre elles.Espérons pour les palestiniens ou ceux qui se dise alliés de ces derniers comprenent celà et déligitime les fanatiques religieux.On ne refait pas l'histoire de qui à fait quoi.Maintenant Israël existe,état reconnu par la communauté international,je dout qu'ils veulent recommencer à faire les nomades.La balle est dans le camp palestinien est des état arabes.Puisque ces derniers en partie veulent l'éradication du hamas,c'est à eux d'aider la Palestine à devenir un état indépendant et pourquoi pas démocratique.Israël fera le reste.

D.J

Écrit par : D.J | 05/01/2009

Bon, il faut dire qu'on est en désaccord sur pas mal de choses, mais pour le coup j'apprécie dans l'ensemble votre analyse de la situation.

Une chose tout de même : si vous parlez des 4 morts israéliens, vous devez aussi mentionner les dizaines (centaines) de morts silencieuses à Gaza à cause du blocus depuis des mois. C'est sûr que de bloquer l'acheminement de vivres, de médicaments et d'essence est une manière bien plus sournoise de laisser mourir des gens, mais c'est au moins aussi cruel (et bien plus machiavélique et cynique) que d'envoyer des roquettes en désespoir de cause. Cela n'enlève rien au caractère extrémiste du Hamas qui pose vraiment problème à tout le monde (y compris aux palestiniens).

Ceci dit, je trouve un peu déplacé la conclusion de votre article sur vos bouquins... qu'est-ce que ça vient faire là-dedans?

Écrit par : Sandro Minimo | 05/01/2009

Le début de votre article commence bien, tout en oubliant une chose essentielle à mes yeux ... nous sommes en guerre.
Une guerre totale contre le terrorisme.
Beaucoup d'états y ont adhéré à ce concept.
Une situation très, très proche du même contexte que celui de 1939-1945.
C'était aussi la même communauté internationale qui laissait faire, le génocide clair et net des juifs d'Europe.

[cela ne veut pas dire qu'il faille refaire les mêmes erreurs que par le passé].

Ensuite, vous faites quand même l'impasse sur un élément très, très important, la géopolitique.

[entre nous soit dit et à la lecture des pays signataires ONU de la signature de l'indépendance d'Israël, on peut se demander si l'antisémitisme ne s'est pas, une fois de plus, exprimé d'une façon encore plus cruelle.
envoyer les juifs dans une zone hostile, pour que le "travail soit fini, terminé" et donner raison ainsi, à Hitler (son prénom s'était Adolf et non pas Adolphe, mais bon ... vous faites comme vous voulez) et sa fameuse "solution finale".
cela laisse un arrière goût bizarre, très bizarre]

Évoquer (une fois de plus) la nécessité du contrôle du pétrole (riche dans la région) aurait été également possible, dans une perspective chronologique, j'entends.

Actuellement, vous connaissant, vous ne m'étonnez plus :

"Les juifs qui quittent Israël, pour rentrer en Europe ou ailleurs, auront donc plus que jamais raison de le faire."

Vous l'avez même encore plus clairement écrit (sur un autre blog) qu'ils serait mieux si les juifs quittait pour toujours Israël.

Mais, je me dois quand même de vous signaler que là, vous faites vraiment très, très, mais vraiment très, très fort :

"La non existence de dieu, les conflits qu'engendrent les religions et les phénomènes inexpliqués"

Selon les chiffres de la CIA, une majorité de l'Humanité est croyante.
Je doute fort que cela soit possible.

Votre livre, l' "Utopie Urgente" doit être une parfaite illustration de vos pensées profondes, exprimées dans votre blog (j'ose l'espérer) à travers vos articles.

Pour finir, je dois quand même avouer être encore surpris (et pas en bien) par votre manque de culture.

"La définition d'une morale du XXIème siècle, à la lumière de nos connaissances, de l'Histoire, des lois de la nature, et des évènements du XXème"

Elle existe depuis avant même la naissance de Jésus, qui s'en est inspiré (son maître d'études rabbiniques était Hillel l'Ancien) et s'appelle en anglais "The Golden Rule".

victordumitrescu.blog.tdg.ch/archive/2008/09/28/golden-rule.html

Hillel, le plus célèbre des pharisiens aurait répondu à un prosélyte potentiel qui le sommait de résumer la Loi pendant qu'il tenait sur une jambe :

«Ce qui t'est haïssable, ne le fais pas à ton prochain. C'est là toute la Torah, le reste est commentaire. Vas et étudie la !»

Ainsi parla Hillel l'Ancien, également appelé Hillel le Babylonien, considéré comme le plus grand Sage de l'ère du Second Temple, on situe sa vie entre la fin du premier siècle av. JC et le début du premier siècle ap. JC.

Hillel Ha Zaken (הלל הזקן, Hillel l'Ancien, Ha Zaken étant un titre honorifique, décerné aux membres de l'assemblée des Anciens et du Sanhédrin, comme plus tard Rebbi) était un Sage et dirigeant religieux qui vécut à Jérusalem au temps d'Hérode et de l'empereur Auguste.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 08/01/2009

Comme vous le dites, Victor, la guerre contre le terrorisme, c'est un concept. Stupide et inventé par l'administration Bush. Ce qui est presque un pléonasme.
Le terrorisme est une maladie hideuse, qu'il faut combattre, mais qui a des causes. Objectives. On aura beau chercher à éradiquer les manifestations et les symptômes de la maladie, si l'on ne change pas les causes, la maladie ressurgira toujours.
Pour le reste je ne comprend pas très bien le sens de tout ce que vous m'écrivez.
Juste un truc, lorsque je parle d'une morale du XXIème siècle je ne parle pas simplement de quelques règles de base, genre "tu ne tueras point", mais bien d'un faisceau global de règles de comportements, guidés par l'état de nos connaissances et de nos expériences d'aujourd'hui. Qui ont tout de même sérieusement évoluées depuis l'époque d'Hilel. A commencer par notre relation au divin, au pouvoir, à la mort, à la consommation, à la nature et donc à l'écologie, aux relations hommes femmes, à l'éducation etc...
Il est bon de connaître et de s'intéresser aux textes anciens, sans chercher sans cesse à réinventer la roue. Mais le monde tourne et il est aussi vital de s'adapter et de sortir le nez de ses bouquins poussiéreux de temps en temps.

Écrit par : Philippe Souaille | 09/01/2009

Je suis désolé d'y revenir sur le sujet, mais la guerre contre le terrorisme n'est pas simplement un concept, mais une réalité (malheureusement) qui dure.

Je trouve franchement dommage, que vous, un universaliste notoire, refusez une loi universelle connue pourtant, juste parce qu'elle émane des "bouquins poussiéreux".

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 09/01/2009

Victor, je ne refuse en aucun cas une loi universelle parce qu'elle émane de bouquins poussiéreux, je dis juste que de temps en temps, il faut la réexaminer à la lumière de ce qui s'est passé depuis qu'elle a été écrite, et pas forcément la prendre pour argent comptant, ad vitam eternam.
Et plus précisément, je dis que les grandes recommandations générales d'il y a 2000 ans, comme celles d'Hilel ou de JC sont à préciser, qu'elles ne suffisent pas à répondre à toute la complexité du monde. Même si elles peuvent sans doute rester une base valable.
Quand à la lutte contre le terrorisme, elle durera effectivement, malheureusement, comme je le disais, tant que l'on n'aura rien fait pour en supprimer les causes. Et ce qui se passe aujourd'hui en Palestine, contribue plutôt à engendrer de nouvelles causes.
Sauf à parler de solution finale et à détruire définitivement toute vie à Gaza pour supprimer le risque flagrant que les enfants gazaoui d'aujourd'hui soient les terroristes de demain.
Là, cela commencerait sérieusement à ressembler à l'histoire du ghetto de Varsovie et la boucle serait bouclée. Je ne sais pas vous, mais moi cela me laisserait un horrible goût de cendres dans la bouche, parce que les Palestiniens ils n'y étaient pour strictement rien, dans les horreurs qui se sont passées à Varsovie, et que l'on est venu les déloger de chez eux alors qu'ils ne demandaient ni ne reprochaient rien à personne.

Écrit par : Philippe Souaille | 09/01/2009

Les commentaires sont fermés.