16/01/2009

Christoph et les bilatérales

 

- Che feu foter zweimahl

- Ach Christoph, puisqu'on te dit que cela ne sert à rien, qu'on peut refuser les bilatérales, mais qu'on ne peut pas les accepter tout en refusant deux nouveaux membres de l'UE. Qui ils acceptent comme membres ou non, ce n'est pas à nous de décider. C'est leur Club. Comme ce n'est pas à eux de décider si nous, on passe des accords bilatéraux avec d'autres pays. Tu le sais très bien, tu voulais en passer avec les Etats-Unis.

- Che m'en fiche. Che feu foter zweimahl. D'abord, une fois, il fallait pas me foutre dehors !

- Mais cela n'a rien à voir. En plus, il y a 6 mois tu étais d'accord pour les bilatérales.

- Aber nichts, par pour les Rroms, ça c'est des foleurs

- Mais d'abord pas tous les Roumains. Ce pays se développe à grande vitesse et il y a plein de gens très bien. Tu ne peux pas comme ça condamner tout un peuple pour quelques brigands qui de toute façon, n'ont pas besoin des bilatérales pour venir chez nous. Ils sont déjà dans l'illégalité, alors ?

- Che m'en fiche, mes zèlecteurs, y z'aiment pas les Rroms, et moi j'aime que mes zèlecteurs votent pour Cristoph ! Allééé Christoph ! Allééé Christoph !

- Mais Cristoph, tu prends l'économie du pays en otage là ?

- Che m'en fiche, Ich bin ein millionner ! Und so, si ça va vraiment mal, vielleicht l'UDC elle gagne des foix. Et là, Cristoph, il peut refnir au Féttéral ! Zweimahl ! Zweimahl !

 

ps: au fait, j'ai failli oublier, les 3 articles sur l'Europe de la journée :

La Culture européenne.doc

Les migrations dans et vers l'UE.doc

l'UE et les régions.doc

  •  

Commentaires

Hahaha mais qu'il est drole... A defaut d'arguments solides il reste la derision et la moquerie (passport français hein ?). Les eurokmehrs ont vraiment du soucis a vous faire pour le 8 fevrier.

Écrit par : Kultivator | 16/01/2009

Cher Kultivator (avec un K comme dans Ku Klux Klan ?) ce n'est pas mon passeport français qui m'a appris à écrire en français féttéral. Mais si vous voulez, je peux vous le faire avec l'accent neuchâtelois (du haut et du bas) qué ouais? ou de la Jonquille, ou de la rue des Granges, ou de Pas-les-Yeux, ou du Pays-d'en-Haut?
Lorsque j'étais à l'école primaire, à la Promenade Noire à Neuchâtel, on m'appelait le petit francillon, on m'accusait (déjà) "de causer en raffinant". Nous étions deux à avoir le droit de rester neutres, dans les batailles rangées qui opposaient systématiquement à la récré, la moitié des garçons de l'école, neuchâtelois pur souche et plutôt bourges, à l'autre moitié de l'écoles, les tchinks, fils de travailleurs, tous italiens à l'époque. Neutres parce que moi j'étais francillon, et lui staufiffre, ce qui d'ailleurs aux yeux de mes copains neuchâtelois était nettement pire que d'être francillon, ou même tchink. En plus, il mangeait ses crottes de nez, le pauvre garçon. Ce qui n'a évidemment rien à voir avec ses origines ethniques, c'est juste pour dire qu'il y en a qu'ont vraiment pas de bol...
A Pâques 68 (tiens tiens) mes parents ont eu la curieuse idée de me mettre interne au lycée de Pontarlier, juste de l'autre côté de la frontière. Où l'acccent n'a pas grand chose à envier à celui de la T'Chaux, ou du Cerneux-Péquignot... Toujours est-il que du jour au lendemain, je suis passé du statut de "francillon" à celui de "P'tit suisse". La vie a des curiosités parfois...

Toutes ces conneries enfantines vous expliqueront pourquoi, fondamentalement, je trouve que l'idée de nation ferait mieux de rentrer dans les archives de l'Histoire pour n'en plus jamais sortir, que je suis pour l'Europe, toute l'Europe, et au-delà, pour un gouvernement mondial démocratique.
Je sais, cela prendra du temps. Peut-être n'aurais-je pas la chance de le voir de mon vivant. Mais le monde y viendra, avant ou après la 3ème guerre mondiale. Avant, ce serait mieux.

Écrit par : Philippe Souaille | 16/01/2009

Êtes vous un raciste, Votre Éminence ?

La Suisse accueille des réfugiés de par le monde entier.
Si l'économie a besoin de main d'œuvre, elle peut très bien réglementer la situation de tant de clandestins, qui sont là, ici et maintenant.

Les roumains et les bulgares sont des européens, bien blancs, bien sous tous rapports, n'est-il pas ?

Donc :

Phillippe Souaille dit : Faites venir des blancs des pays de l'Est ... la suite ... je vous laisse le soin d'utiliser votre imagination créative.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 16/01/2009

Victor, j'ai déjà répondu à cela, alors je recopie ci-dessous ma réponse précédente, qui me semble claire. A part ça, je vois mal une femme de ménage équatorienne se mettre à remplacer au pied levé un cadre bancaire anglais, par exemple. Or, le problème - pour le MCG notamment - c'est plutôt qu'apparemment, les citoyens de l'UE embauchés ici sont plus qualifiés et mieux formés que les Suisses...

Mais voici ma réponse précédente (après on va encore m'accuser de me répéter):

"Clint, Je ne vous ai pas répondu sur la question des travailleurs parce que personnellement, cela ne me gêne pas le moins du monde que ceux-ci viennent du 3 ou du 4 ème cercle ou de Bételgeuse.
Mais pour certaines personnes ayant des préférences raciales assez affirmées, que l'on retrouve assez fréquemment parmi les eurosceptiques, il est clair que ce serait là encore se tirer une balle dans le pied: adieu les travailleurs européens, nos voisins plus ou moins proches, bonjour le monde et les différences culturelles".

Écrit par : Philippe Souaille | 16/01/2009

A votre affirmation, "Johann" vous dira que nous avons en Suisse des médecins qui sont maintenus et utilisé comme simples auxiliaires et que leurs diplômes ne sont toujours pas reconnus.

Votre argument de la femme de ménage (peu importe sa nationalité) ne tient pas un instant débout.

La direction du centre kosovar genevois (que beaucoup ont relevé) à été attribué à Maria Roth-Bernasconi, qui n'y connait absolument rien au sujet.

La fin du copinage, népotisme et petits arrangements entre membres du parti, n'est donc pas proche.

Pas proche du tout.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 16/01/2009

Un jour, vos enfants vous demanderont-ils : "Dit papa, pourquoi tu as fait venir des blancs, alors que moi, métisse (selon vous même) je suis là et je ne trouve plus d'emploi ?".

N'oubliez jamais, chantait Joe Cocker et je n'ose pas imaginer que vous allez renier vos propres actes.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 16/01/2009

Victor, vous parliez de légaliser les clandestins. En l'occurrence je suis pour. Mais c'est pourquoi j'ai pris l'exemple de la femme de ménage équatorienne. N'importe quel travailleur ne peut pas remplir n'importe quel poste. C'est votre raisonnement qui est un peu (beaucoup) bancal.
Par ailleurs je fais en sorte (en tout cas j'essaie) de donner à mon fils et à mon neveu, métis tous deux, une éducation et une formation qui leur permettront de trouver du job, ici ou ailleurs... Et de ne pas partir du principe que parce qu'ils sont métis, ils sont perdants.
En l'occurrence, si la couleur de peau reste un obstacle, elle est selon moi moins importantes que d'autres facteurs: l'éducation, les relations (eh oui, ça compte et cela n'est pas fini), la motivation, la présentation, la confiance en soi, la connaissance du terrain, etc... de ce côté là, c'est sans doute injuste, mais ils seront incontestablement mieux armés que la majorité des jeunes immigrants, même blancs.
Le reste après, c'est à eux de se débrouiller et de remporter leurs batailles.
Quand à Johann, mon passeport français me permet de me battre politiquement, au sein de l'UE, pour que celle-ci ne se transforme pas en forteresse édifiée contre les ressortissants du tiers-monde, mais au contraire en outil de coexistence mondiale.

Écrit par : Philippe Souaille | 16/01/2009

Les commentaires sont fermés.