31/01/2009

L'Irlande veut revoter et ce sera OUI

Aujourd'hui, l'Irlande voterait OUI au traité de Lisbonne, à 60%. C'est un sondage réalisé la semaine dernière qui l'affirme. Un autre, il y a deux semaines, donnait un OUI à 55 %.

Entretemps, les Irlandais se sont rendus compte que l'UE les a sauvés de la Crise qui a falli mettre leurs banques et leur économie en faillite. Du coup, le Gouvernement va faire revoter, avant la fin de l'année

Voilà au moins une nouvelle positive et de bon augure pour le 8.

Commentaires

Hier soir, le leader maxi mots du MCG a prétendu a la télé, dans Genève à chaud, que Swissair avait coulé à cause des bilatérales, alors que c'est l'inverse.
Chronologiquement, c'est du mensonge pur et simple, asséné sans complexe avec un aplomb de bonimenteur de grande surface. Ce qui évidemment jette nettement plus qu'un doute sur le reste et l'ensemble de ses propos.
Swissair a fait l'acquisition de nombreuses sociétés européennes AVANT les bilatérales, précisément parce qu'elle avait besoin d'un ancrage dans l'UE. Outre Sabena, elle a massivement investi dans les compagnies suivantes, au cours des années nonante (donc avant les bilatérales et suite au refus de l'adhésion à l'EEE):
Air Liberté, AOM, Air Littoral, Volare, LOT, Air Europe, TAP Portugal, Turkish Airlines, South African Airways, Portugalia, LTU.
Ce sont ces sociétés, notamment Sabena, qui l'ont coulée. L'entrée en vigueur des bilatérales en 2002, a supprimé ce besoin fatal de croissance externe dans l'UE. Mais c'était trop tard, le mal était fait. Swissair, trop dispersée, anciennement surnommée le coffre-fort volant pour la santé de ses actifs, n'avait pas pu encaisser la chute brutale de fréquentation due au 11 septembre et s'est crachée en octobre 2001. 8 mois avant l'entrée en vigueur des bilatérales qui l'auraient sauvée.
Alors on peut être charitable, et essayer de croire que le lider Marx Imo (Vous savez, comme dans Groucho, Harpo et Zippo) pense sincèrement que c'est le fait même que Swissair ait pensé s'étendre en Europe qui soit la cause du problème. Mais c'est encore pire.
En plus d'être menteur, il serait donc aussi incompétent. Parce que franchement, qui pourrait croire qu'une compagnie nationale qui ne volerait qu'à l'intérieur de ses frontières, entre Bâle-Mulhouse (ah, non, tiens c'est en France), Cointrin (ah, non là aussi, il y en a une partie sur France), et Kloten puisse avoir un quelconque avenir?
Sans compter que comme Longchamp l'a rappelé, La Suisse et Genève en particulier, ont un besoin vital de liaisons aériennes régulières.
Mais peut-être qu'au fond, c'est bien ce que voudrait le MCG et avec lui, les tenants du non: une Suisse réserve d'indiens, coupée du monde ?
Les tenants du non commencent à s'énerver, car ils sentent qu'ils vont perdre, in fine. Tant mieux. Mais quel niveau.

Écrit par : Philippe Souaille | 31/01/2009

Ne pouvons-nous pas penser par nous-même pour décider ce que nous voulons ?

Si en plus d'être une réserve d'indiens - lesquels ont beaucoup plus de valeurs que les financiers de Wall Street - nous sommes une bande de crétins comme le mentionne avec tant de volupté les membres de Bruxelles, pourquoi toute l'Europe se précipite donc en Suisse pour travailler, entre autre dans les banques suisses ?

Pour toucher en plus les bonus que nous finançons allègrement grâce aux décisions unilatérales de nos Conseillers fédéraux ?

Devons-nous continuer de surcroît à être des tondus déjà que les français et les allemands nous dénient tout droit à une place de travail - chez nous - en période de haute conjoncture, sous prétexte que notre profil ne correspond pas ?

Écrit par : Edelweiss | 31/01/2009

Mais bien sûr qu'on a le droit de penser par nous-mêmes, Edelweiss. Qui vous le conteste ? Vous avez même le droit de suivre des mots d'ordre stupides lancés par des leaders incompétents. C'est votre droit le plus strict. Seulement cela entraîne des conséquences.
Si par malheur le-dit point de vue idiot et contreproductif remportait la victoire le 9, il entrainerait les conséquences prédites. Et il serait trop tard pour se dire ooops, j'ai fait une bêtise.
Tout cela à cause de gens qui comme vous racontent des âneries et des mensonges à longueur de blogs. J'en ai assez de cette politesse qui consiste à considérer tout avis comme pertinent. Vous avez le droit de dire des c... et j'ai le droit, le devoir même de souligner que c'en est.
Personne à Bruxelles ne prend les Suisses pour des crétins, au contraire. Et pour ce qui est de nos banques suisses, je vous signale qu'il existe environ 150 banques établies à Genève, dont environ 10% seulement sont suisses.
Quant à prétendre que français et allemands vous dénient tout droit à une place de travail en Suisse, par inadéquation de votre profil, cela s'appelle de la paranoïa. Aigüe. Peut-être bien que français et allemand contrôlent une part du marché du travail local, cela reste à prouver, mais admettons. C'est forcément une part minime. Sinon comment expliquer que sur les 240 000 personnes actives habitant Genève, 225 000 aient un vrai job ? Peut-être avec vous un problème de compétence. Ou d'âge, ou de pas de chance, ou de je ne sais quoi. Ce n'est certainement pas en fermant la frontière que vous le résoudrez.
Le quart de la masse salariale genevoise est assurée par les banques. Ajoutez les Organisations internationales, l'horlogerie de luxe, les biotechs et le trading de matières premières (qui ont besoin pour tourner des 60 000 autres personnes actives habitant de l'autre côté de la frontière) et vous devez arriver aux 3/4, de la masse salariale. D'autant que d'eux dépendent directement d'autres business comme les écoles privées. En fait si vous enlevez ces secteurs, il reste la fonction publique et des miettes.
Ceux qui pâtiraient le plus, en cas de non le 8, ne seraient ni les financiers, ni les franco-allemands supercompétents, qui auront tôt fait de retrouver du boulot ailleurs. Ces gens-là, on se les arrache. Ceux qui resteront le nez dans la mouise seront les petites gens de Genève, ceux qui sont enracinés ici et qui devront commencer à se poser la question d'aller se faire voire ailleurs...
Pire encore, ceux qui bénéficient d'assistances diverses, supérieures à tout ce qui fait ailleurs dans le monde et qui devront réapprendre à faire sans.

Écrit par : Philippe Souaille | 31/01/2009

Vous êtes bien optimiste ! Pourquoi les Irlandais devraient retourner aux urnes ? Ils se sont prononccés et cela ne plaît pas à l'UE ? Combien de dirigeants politiques irlandais l'UE à corrompu pour obtenir un Oui ? Est-ce que l'UE respecte les résultats qui soertent des urnes ? Je ne pense pas !

Écrit par : Octave Vairgebel | 03/02/2009

Non effectivement, vous ne pensez pas...
Vous éructez.
Il n'y a que les imbéciles qui ne changent jamais d'avis. Et les Irlandais ne sont pas des imbéciles.

Écrit par : Philippe Souaille | 03/02/2009

Monsieur,

Ecce homo !

Je suppose que votre société aide au développement de la compréhension entre voisins et peuples du monde par la diffusion de la connaissance

"en éructant et en traitant de parano vos interlocuteurs, s'ils ne partagent pas votre avis"

et la production ou l'édition d'oeuvres audiovisuelles ou littéraires, d'articles de presse et d'objets multimédias tels que C.D. et DVD-ROM, sites internet et tous moyens de communication présents et à venir, y compris musicaux, peints ou dessinés; fictions, documentaires, reportages, essais, bandes dessinées, oeuvres d'animation ou interactives, de tous formats, réalisés et coproduits

en collaborations avec les personnes aptes à en assurer l'accomplissement.

Soyez rassurer, le concours de votre société n'est pas retenu et je vous laisse le soin et l'élégance de modérer ce message, une fois de plus, dans le silence assourdissant de votre ego !

Écrit par : Edelweiss | 03/02/2009

C'est marrant mais, seulement, ceux qui ne sont pas de votre avis "éructent" ! Je ne suis pas certain que les Irlandais ne soient pas pris pour des imbéciles par les fanatiques de l'UE qui se réjouissent par avance de leur peu probable retournement de veste ! Ainsi, c'est avec un révolver sur la tempe que cette "grande puissance" exige que les gens votent ! Quelle belle preuve de respect de la démocratie que donne l'UE ! Cela prouve le peu de cas et de liberté que les dirigeants, imbus d'eux-mêmes, laissent à leurs "citoyens de seconde zone" puisque seuls, eux, savent de quoi ils parlent ! Décidemment, cette "grande puissance" prend les citoyens pour des demeurés !

Écrit par : Octave Vairgebel | 04/02/2009

Je connais des partisans du non qui n'éructent pas mais essaient de trouver des arguments rationnels à leurs choix émotionnels. Ils ont du mal, mais ils essaient et ils ont droit à mon respect. Je pense à Stéphane, à Eastwood... Vous M. Vairgebel, ne faites que sortir des arguments mensongers et grotestques. Les Irlandais n'ont aucun pistolet sur la tempe. Et s'ils changent d'avis lors du 2ème vote, je ne vois pas en quoi leur avis serait moins pertinent ou démocratique que le premier.
Je pourrais accumuler les exemples, il suffit de relire vos textes haineux. Idem d'edlweiss, qui soit dit-en passant semble lausannoise, ville comme on sait sinistrée par l'afflux de frontaliers qu'elle dénonce... le message quelle m'envoie fleure bon la lettre de menaces. Je ne vois pas ce que les buts de l'association que je préside (qu'elle a été chercher sur internet, je suppose) ont à voir avec les prochaines votations ? Pourquoi donc la relier aux soumissions auxquelles nous participons ?
"le concours de votre société n'est pas retenu" Le message est assez clair. Ce ne sera ni la première, ni la dernière fois que je serai ou que nous serons barrés pour des motifs politiques, que ce soit par l'extrême gauche ou l'extrême droite d'ailleurs, et ma foi, j'en suis plutôt fier...
Cela nous éclaire en revanche crûment sur le type de comportement délateur et vindicatif de certains partisans du non !

Écrit par : Philippe Souaille | 04/02/2009

Décidemment, vous ne voulez pas comprendre : Quand on vote Oui ou Non, on ne revient pas sur le résultat sauf s'il ne convient pas aux technocrates de Bruxelles. Si l'on annule ce vote, cela veut bien dire qu'il faut voter dans la ligne directrice des autoritésd et que l'avis des citoyens est inutile !

Écrit par : Octave Vairgebel | 04/02/2009

Merci de m'accorder au moins une "tentative de rationalisme"... mais vous vous tromper sur mon "choix émotionnel". Je crois avoir déjà précisé qu'a mon avis le pire choix serait l'isolationnisme, ensuite les bilatérales sous leurs formes actuelles comme solution médiocre mais pas forcement catastrophique, encore que… Mais je veux mieux et un NON serait une chance pour une solution plus adaptée pour la prospérité et la spécificité Suisse !

Maintenant revenons à l'Irlande, membre de l'UE, donc rien a comparer avec la Suisse. Ce pays est effectivement parti de très bas. J'y ai travaillé pour un projet de quelques mois au début des années 90* et c'était quasiment un pays émergeant), l'UE y a consentis d'énormes investissements structurels qui ajouté a une politique fiscale très agressive a conduit a une croissance fulgurante. Si j’étais Irlandais je voterais oui sans hésitation.

Mais nous sommes en Suisse, nous ne partons pas de très bas que se sois en termes de PIB, salaires et social, et il faut se poser la question de l'impacte des bilatérales différemment. D'autant plus que nous ne somme pas membre et donc éligible a aucune aide ou investissement de l'UE en cas de crise majeur.

Donc, toujours pour des raisons strictement objectives, se sera non le 8.

CE

(*) Ce juste pour préciser comme je suis un stupide armailli renfermé sur son alpage et qui ne sait pas de quoi il parle.

Écrit par : Eastwood | 04/02/2009

Octave, les Norvégiens ont bien du revoter 4 fois, dans un sens ou dans l'autre. Et à Genève, nous avons voté OUI à 68% à une traversée de la Rade, mais NON aux deux projets de pont ou tunnel proposés...
Clint, votre choix rationnel devient irrationnel lorsque vous espérez pouvoir obtenir plus de l'UE que ce que nous avons déjà obtenu. De cela, je suis certain. Mais je ne vous ai jamais pris pour un armailli, pour lesquels j'ai d'ailleurs le plus profond respect, voire une vraie amitié avec quelques uns. Il se trouve qu'il m'arrive aussi de sortir de chez moi, et que j'ai fait quelques films en montagne. Mais là j'ai un scoop. Les armaillis que j'ai rencontrés (enfin plus exactement bergers à moutons en Valais, fromagers sur l'Alpage dans le Jura et en Gruyère) étaient presque tous étrangers... Portugais, Polonais et Angolais.
La peur de l'armailli bulgare, voilà qui ferait une belle affiche pour l'UDC.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/02/2009

Une fois de plus Philippe, vous avez de mauvaises relations car les vrais armaillis existent et sont bien de chez nous ! Pour ce qui est de la rade, c'est Grobet qui a foutu la merde, comme de coutume ! Au fait, il est pro-européen, comme vous !

Écrit par : Octave Vairgebel | 04/02/2009

Grobet, je ne crois pas, il avait appelé à voter contre l'extension des bilatérales en 2005.
Mais si je vous comprend bien, lorsque le peuple vote dans votre sens, c'est démocratique et dans le sens contraire, c'est qu'il a un pistolet sur la tempe ou Grobet qui fout la merde. Edifiant.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/02/2009

Mes excuses aux armaillis, je n'ai bien entendu strictement rien contre eux. J'ai juste réutilisé ce terme parce qu'il m'a souvent été asséné par des pro-nivellementdansleurope avec une evidente connotation pejorative !

CE

Écrit par : Eastwood | 04/02/2009

"Si je vous comprend bien, lorsque le peuple vote dans votre sens,etc" Ne trouvez-vous pas que cette phrase vous va comme un gant ? Auriez-vous le science infuse ? ça se saurait ! Edifiant !!

Écrit par : Octave Vairgebel | 05/02/2009

Octave, si les gens ne votent pas dans le même sens que moi, je ne dis pas que le vote n'est pas démocratique ou qu'ils ont un pistolet sur la tempe ou quoique ce soit. Je constate qu'ils ont une opinion différente de la mienne, ce que fatalement, je déplore !

Écrit par : Philippe Souaille | 05/02/2009

Bonjour.
Les citoyens français ont-ils décidé le traité de Lisbonne? Certes pas.
Vous allez rétorquer que "les gouvernants élus démocratiquement ont choisi".
Les lecteurs apprécieront cet argument à sa juste valeur.

Les gouvernants qui gouvernent par intérêt aiment maintenir le silence des moutons.

Les citoyens irlandais décideront... si toutefois on les laisse décider.

Écrit par : lautob | 19/06/2009

Les Irlandais, justement, vont revoter.
Quant aux Français, il m'a toujours paru évident qu'une majorité de circonstance avait refusé un traité qu'elle ne comprenait pas, pour des raisons qui assez souvent, n'avaient rien à voir avec le traité lui-même. Oû est la démocratie là-dedans ?

Écrit par : Philippe Souaille | 19/06/2009

Les commentaires sont fermés.