09/02/2009

Donc, on va revoter

Une amie vaudoise, peu politique et néanmoins fort contente du résultat, me disait hier soir combien elle commençait à en avoir assez de revoter sans cesse pour redire la même chose. Elle se demandait aussi combien ça coûtait ? De fait l'UDC a déjà promis de s'en prendre à la prochaine extension, qui concernera  probablement la Serbie et la Croatie. Et franchement c'est un coup de pet dans l'eau... Je vois très mal les Suisses refuser d'accueillir ces pays lorsque l'UE les jugera prêts.

Ce d'autant que ce n'est pas à nous de dire qui on veut ou pas au repas de famille tant que nous ne sommes que fiancés, que la Croatie et ses îles sont parmi les plus merveilleux endroits de vacances de la Méditerrannée, que les ex-yougoslaves sont déjà nombreux en Suisse et que cela ne changera rien, que les Serbes, une fois virés Milosevic et consorts, sont gens tout à fait charmants et compétents, et enfin surtout, le plus important parce que les accueillir tous dans l'UE est certainement le meilleur moyen de les réconcilier  à long terme.

Pourtant, on va sans doute devoir revoter. Ce qui me fait penser à cette attaque souvent lue dans les blogs contre l'UE. Celle-ci ne serait pas démocratique parce que, par exemple, elle va faire revoter l'Irlande, dont tous les sondages disent qu'elle a changé d'avis et veut maintenant du traité de Lisbonne . Donc lorsque c'est nous que l'UDC force à revoter quasimment tous les 2 ou 3 ans, sur le même sujet, c'est démocratique, mais lorsque cela se passe dans l'UE, cela devient la preuve d'un Etat totalitaire digne du 3è Reich, comme je l'ai trop souvent lu dans des commentaires haineux et détachés de toute réalité. Il y a là visiblement quelque chose que j'ai de la peine à comprendre. Et visiblement le peuple suisse aussi, de plus en plus.

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Philippe,

je me permettrai de vous rappeler que se sont les Suisses eux mêmes qui ont choisi de voter sur les extensions de l'UE. Cadre juridique posé par les accords bilatéraux eux-mêmes que nous avons voté.

Votre billet démontrerait donc que les Suisses votent pour des textes dont ils ne maitrisent pas le contenu.

Car c'est inscrit noir sur blanc, nous voterons pour chaque extension. Quant à faire des comparaisons avec le 3ème Reich, Philippe, voter est un droit élémentaire qui nous est inculqué dès le plsu jeune age. Votre comparaison est un peu hors propos.

Le résultat d'hier avec 52% de participation pour un 60% de oui, confirme la bonne santé de notre démocratie et de l'intérêt des Suisses pour ce genre de votation importante. Démontrant si besoin était, que les Suisses ont bien l'intention de rester maîtres de leur avenir et que malgré tout, le seul souverain de ce pays est le peuple.

Hier, j'avais le plaisir de présider un bureau de vote, si au niveau cantonal les votants avaient laissé quelques votes blancs... en revanche sur la question fédérale... les avis étaient tranchés. Prouvant que les accords bilatéraux suscitent un réel intérêt, contrairement à une prétendue lassitude avancée de ci, de là.

Pour terminer, je comprends que vous soyez soulagé avec le résultat d'hier, résultat sans ambiguité possible. Cependant, j'attire votre attention sur le fait qu'il va falloir assumer cette volonté exprimée et que, dans les faits, ce sera nettement moins facile d'appliquer cette dernière en minimisant les effets d'une crise sans commune mesure avec celles du passé.

Accords bilatéraux ou pas, la crise est bel et bien devant nous, et non derrière. Et tenants du OUI ou du NON elle va nous tomber dessus.

Le peuple a tranché, à nous politiques d'assumer ce choix pour l'ensemble de nos concitoyens.

L'heure n'est pas à la fête Philippe, mais à la réflexion et aux mesures concrêtes face à la récession annoncée qui n'épargnera personne.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 09/02/2009

Stéphane, je n'ai jamais comparé la démocratie suisse au 3ème Reich, relisez-moi. Je déplore uniquement le fait que d'aucuns, notamment dans vos rangs et y compris M. Blocher dans l'un de ses discours du 1er août à l'époque, comparent la démocratie de l'UE à celle de l'Allemagne nazie.
Pour le reste, bien sûr que nous pouvons revoter à chaque extension, que c'est promis par les accords. Mais à chaque fois, cela remet forcément en cause les-dits accords. Et des gens commencent à en avoir assez.
La détermination pour le choix du oui ou du non ne signifie pas forcément que les gens sont contents de voter. Mais personnellement, je ne suis pas contre le fait de revoter de temps en temps. Je pense même qu'il vaudrait mieux revoter sur le fait de rentrer ou non dans l'UE. Mais je m'amuse de constater que dans un cas, revoter, c'est démocratique et dans l'autre c'est du fascisme anti-démocratique. Deux poids deux mesures comme dit ce bon Victor.
Pour le reste, je suis d'accord et je l'ai écrit hier, il faut se préparer à affronter la crise, qui promet d'être sévère, de la manière la plus large possible. Toutes les contributions seront bonnes à prendre.

Écrit par : Philippe Souaille | 09/02/2009

Je t'adresse ces lignes au sujet du commentaire que tu as posté sur le blog de M.Décaillet "Le chômage monte etc....." (je ne retrouve pas ton adresse email)

Je crains, cher Philippe, qu'il ne faille que tu consultes le budget de l'Etat 2009 (tu m'excuseras mais c'est un peu mon 2ème domicile, je le connais assez bien). On y trouve des chiffres intéressants :
dpt des finances : 80,17 mo de charges en moins par rapport à l'an dernier
dpt du territoire : aux comptes 2007 : 499,67 mo de de charges
au budget 2009 : 381, 72 mo de charges
dpt DIP : aux comptes 2007 : 2288 mo de charges
au budget 2009 : 2123 mo de charges
dpt institutions : aux comptes 2007 : 540,91 mo de charges
au budget 2009 : 578,75 mo de charges
dpt économie/santé : comptes 2007 : 978,37 mo de charges
au budget 2009 : 1141,91 mo de charges
dpt solidarité/emploi : aux comptes 2007 : 1608,27 mo de charges
au budget 2009 : 1639,74 mo de charges
dpt DCTI : aux comptes 2007 : 690,89 mo de charges
au budget 2009 : 722,11 mo de charges

si tu veux comparer en termes gauche/droite les économies réalisées dans les départements il faut être plus prudent, non ? C'est un peu brut mais les chiffres sont ceux-là et tu t'appuies un peu hâtivement sur le blog de Pierre Kunz. Bien entendu il y a des explications particulières pour chaque département, mais ton propos ne tient pas la route.
reste à savoir si les Verts c'est aussi la gauche !
bien cordialement
p.losio

Écrit par : pierre losio | 09/02/2009

Mea maxima culpa, Pierrot. Même si effectivement, je ne plongeais pas forcément les verts dans la gauche et si je suppose qu'il y a d'excellentes raisons au fait que mes petits camarades de la santé, de l'emploi et de la solidarité (dont les personnes âgées) aient plus de mal que d'autres à serrer la ceinture. Vu que par exemple, il y a de plus en plus de vieux alors qu'il y a de moins en moins de jeunes à instruire...
Je suppose que quand tu dis charges, cela englobe vraiment toutes les charges y compris de personnel ? Parce qu'alors je ne comprend plus, vu que tout le monde me dit (y compris chez les verts :-) que M. Beer a engagé plein de monde, notamment dans son secrétariat rapproché et son administration, plus les directeurs d'établissement, etc... Avec quoi les paie-t-il ?

Écrit par : Philippe Souaille | 09/02/2009

Quelques précisions concernant le DIP :

enseignement primaire charges du personnel enseignant 2009 :
+ 4,3 mo par rapport au budget 2008
cette augmentation est liée à la mise en place du 13ème salaire, à l'application des mécanismes salariaux et à l'augmentation de la capacité d'accueil de l'enseignement spécialisé

cycle d'orientation charges du personnel enseignant 2009 :
+ 9,7 mo par rapport au budget 2008
cette augmentation est liée au 13ème salaire et à l'application des mécanismes salariaux

post-obligatoire charges du personnel enseignant 2009 :
+ 17 mo par rapport au budget 2008
cette augmenation est liée au 13ème salaire, l'application des mécanismes salariaux, le renforcement des ressources face à l'augmentation des élèves (+ 934 entre 07 et 09) ainsi qu'à l'intégration de l'Ecole sup d'informatique et de gestion en provenance des HES.

Pour le dpt de "ton" conseiller d'Etat l'augmentation des charges provient principalement de l'augmentation des subventions (+ 30 mo du budget 08 à 09) qui sont liées à des obligations légales.

Je persiste à penser qu'il n'est pas pertinent de porter des appréciations sur le Conseil d'Etat (en matière de gestion financière des dpt) selon l'appartenance politique du magistrat en fonction. Ce CE a travaillé de manière très collective (discours de ST-Pierre) et collégiale.

bien cordialement
p.l.

Écrit par : pierre losio | 10/02/2009

postscriptum : prends "ce que tout le monde te dit" avec précaution et l'objectivité journalistique qui te caractérise.
p.l.

Écrit par : pierre losio | 10/02/2009

"Donc lorsque c'est nous que l'UDC force à revoter quasimment tous les 2 ou 3 ans, sur le même sujet, c'est démocratique, mais lorsque cela se passe dans l'UE, cela devient la preuve d'un Etat totalitaire digne du 3è Reich, comme je l'ai trop souvent lu dans des commentaires haineux et détachés de toute réalité. Il y a là visiblement quelque chose que j'ai de la peine à comprendre."

Ca se voit. C'est qu'en fait, il ne s'agit jamais du même sujet, mais du sujet suivant, qui s'affonte en son temps, dans de nouvelles conditions. C'est donc éminemment démocratique à la différence de la pratique unionneuse qui consiste à faire voter et revoter sur le même objet jusqu'à ce que les gens votent "bien".

En outre, cela permet de rappeler à la Nomenklatura bruxelloise qu'en Suisse, c'est le peuple qui décide et que les négociateurs ne sont que ses délégués qu'il peut désavouer à tout instant.

Ce qui se produira forcément un jour, si l'on en juge par ce qu'il s'est passé dimanche au Tessin. Nos cousins italianophones sont en première ligne pour ce qui est de subir les pires nuisances de la libre circulation des personnes. Leur réaction exaspérée, qui ne doit rien à quelque propagande "populiste" que ce soit, c'est l'attitude furibonde de toute la Suisse de demain.

Et c'est précisément pour permettre au peuple suisse d'exprimer son ras le bol, le moment venu, qu'il faut lui donner et lui redonner l'occasion de se prononcer. N'en déplaise à l'amie vaudoise de M. Souaille.

Écrit par : Scipion | 11/02/2009

"Mais à chaque fois, cela remet forcément en cause les-dits accords. Et des gens commencent à en avoir assez. "
On en reparlera quand les Européens nous proposeront la même prolongation avec la Turquie. Mais peut-être suis-je en train de rêver, parce que jamais certains peuples européens n'accepteront qu'un quarteron de canailles gouvernementales leur impose ce pays ennemi dans leur communauté, le vôtre en particulier...

Écrit par : Géo | 11/02/2009

Pierrot, je suis personnellement partisan de l'entente cordiale et collégiale, et je suis persuadé qu'un certain nombre de décisions ont été prises collectivement. Mais pas toutes, notamment dans la gestion des départements, forcément assez personnalisée.
Et puis nous sommes désormais en année électorale, au bout de laquelle il y aura forcément des perdants et des gagnants. Cramer et Moutinot laissent chacun leur place. Longchamp, Hiler et Unger se représentent et devraient être élus haut la main. Muller devrait passer la rampe également ainsi que, je l'espère, sa colistière libérale, Isabelle Rochat.
Ce qui laisse deux places pour le PS et la verte Künzler, pas très connue, à moins que l'avocat de la droite extrême et le populiste gominé ne parviennent à brouiller les cartes. Dans tous les cas, ça va être chaud...

Écrit par : Philippe Souaille | 11/02/2009

Rien à répondre aux anti-européens indécrottables qui n'ont que la haine à la bouche et semblent tous aujourd'hui capables de lire dans le marc de café... Si ce n'est que la virulence de leur propos les discrédite, ce qu'ils semblent mettre du temps à comprendre.

Écrit par : Philippe Souaille | 11/02/2009

Allez Philippe, donnez-nous, honnêtement, le niveau correct de l'endêtemment des pays menbres de l'UE. Bon, je pense que les 1300 milliards d'euros de dette de la France sont anecdotiques par rapport aux autres pays tels que l'Italie, le Portugal, l'Espagne, etc. L'UE est en faillite que vous le vouliez ou non ! Tous ces pays ne sont pas capables de subvenir aux besoins de leurs ressortissants. C'est l'avenir de notre époque ! Bientôt, c'est la guerre que vous le vouliez ou non

Écrit par : Octave Vairgebel | 11/02/2009

Le niveau d'endettement des pays européens n'est rien en comparaison de celui des Etats-Unis, vraiment rien. Et pas grand chose à côté de l'endettement de nos braves Genevois !
Les 1270 milliards d'euros dont vous parlez pour la France concernent l'ensemble des dettes publiques : Etat,Régions, départements, communes, entreprises publiques et assurances sociales. Pour les plus de 60 millions de français, cela fait 20 000 Euros par tête, soit 30 000 Francs.
Puis-je vous rappeler que la seule dette cantonale genevoise se monte à 12 milliards pour 400 000 habitants, soit... 30 000 Francs par tête !
Cela pourrait être amusant, cette coïncidence, s'il ne fallait pas rajouter à cela les dettes des communes, de la confédération, des entreprises publiques et des assurances sociales (AI notamment). Ce qui fait donc que c haque genevois est nettement plus endetté que chaque français.
Maintenant, pourriez-vous m'expliquer ce que vous vouliez dire avec votre argument ? Que l'UE allait envahir la Suisse pour s'emparer de nos dettes ?

Écrit par : Philippe Souaille | 11/02/2009

La libre circulation des personnes,n'oblige pas à la Suisse de s'aligner sur la France en matière de politique économique.Le Danemark,la Grande bretagne ou l'Autriche ne sont pas en faillite.Bon nous somme dans une periode de ralentissement économique ou de recession.La Suisse non plus n'y échappe pas. Seulement il y a les bons élèves et les autres.La France contrairement à l'Espagne ou l'Angleterre marche mal .même en haute conjoncture mondial.

D.J

Écrit par : D.J | 11/02/2009

Les commentaires sont fermés.