13/02/2009

Ce racisme qu'on stimule

Les tensions sont de plus en plus vives entre certains représentants des communautés noires et juives. C'est d'autant plus regrettable que les jeunes juifs de gauche, qui étaient alors majoritaires au sein de leur communauté, furent le principal allié des noirs étasuniens dans la lutte pour les droits civiques. Certains en sont morts, massacrés et enterrés ensemble, par le ku-klux-klan.

A l''époque, le souvenir concret de la seconde guerre mondiale nourrissait un but commun et admis de presque tous : mettre fin au racisme, quel qu'il soit.

Depuis, les noirs sont restés minorité visible, tandis que les juifs ont pu se fondre dans la population blanche occidentale. Malheureusement, l'Etat d'Israël attise de nouvelles tensions et sa gestion du problème palestinien alimente fréquemment l'anti-sémitisme. Au sein duquel on trouve de plus en plus souvent des noirs, dont certains sont musulmans, mais de loin pas tous.

L'affaire de Durban, assemblée sous l'égide de l'ONU qui condamne avec raison l'esclavage et la traite triangulaire, mais oublie comme par hasard la traite musulmane, pourtant bien plus longue et au moins aussi cruelle (la plupart des hommes étaient châtrés) est l'un des points de départ de cette animosité que l'on constate aujourd'hui jusqu'à Genève.

Il circule, parmi les intellectuels africains, des couriels rappelant par exemple l'histoire d'une jeune noire esclave d'une famille juive de Jérusalem au XIXè siècle, en oubliant de préciser que si cette famille juive avait une esclave noire, c'est parce que les lois ottomanes et islamiques l'autorisait et que les familles arabes alentours en avaient bien davantage...

L'affaire Dieudonné vient encore le rappeler. L'humoriste français, qui reste drôle la plupart du temps, dérappe incontestablement. Tous les ennemis de mes ennemis ne sont pas forcément mes amis et pactiser avec des gens qui nient l'holocauste est impardonnable. L'holocauste a existé et ce fut innomable. Il est juste cependant de rappeler que cela n'est pas le seul massacre innommable dans l'histoire de l'humanité.

Le génocide des Amérindiens en Amérique du Nord a été plus complet, la traite des noirs a fait davantage de victimes, le massacre des tutsis a été d'une brutalité insoutenable et dans les camps de la mort, un peu plus de la moitié des victimes étaient juives, ce qui signifie aussi qu'il n'y avait pas que des juifs, mais des tziganes, des homosexuels, des résistants et quelques noirs... Ceci sans remonter aux pogroms ou aux massacres de toutes ethnies depuis l'Antiquité.

Il faut tracer des lignes claires et objectives pour barrer la route à l'hydre hideuse qui relève toutes ses têtes en même temps. Car face au racisme anti-juif, un racisme anti-arabe et maintenant anti-noir s'exprime assez ouvertement au sein de la communauté juive. On le voit en Israël mais aussi en Europe et à Genève. Sans qu'il soit d'ailleurs évident de savoir qui a commencé en premier.

La remarque d'un jeune con nommé Pascal Bernheim émise à la TSR est juste inadmissible. Non seulement parce qu'il traite Dieudonné de nègre, mais qu'il le dit pour expliquer ce qui serait sa bêtise. Le problème n'est pas tant qu'il insulte Dieudonné, qui à la limite se l'est bien cherché, mais qu'il insulte toute la commuanuté noire en l'assimilant à une communauté de gens idiots. On franchit là clairement les limites du racisme, on est à pieds joints dedans. D'autant que le 2ème degré, en l'occurrence n'est pas forcémment évident.

Assimilier la communauté des noirs à la communauté des blondes pour justifier à posteriori ce qui prétend être un trait d'humour est un raisonnement bancal. Personne n'a jamais émis sérieusement ou tenter de justifier scientifiquement l'idée d'une déficience mentale liée à une couleur de cheveux qui de plus, 3 fois sur 4, est fausse... Celui qui l'oserait ferait même oeuvre comique, à l'évidence. En revanche, des cohortes de pseudo-chercheurs ont tenté de justifier par l'infériorité intellectuelle l'oppression des noirs et les violences qui leur étaient faites.

Si Dieudonné avait traité publiquement Pascal Bernheim de youpin cupide et avaricieux, nul doute que personne ne l'aurait trouvé drôle. J'estime personnellement que la TSR a été bien lègère en ne prenant aucune sanction et en défendant ce qui n'était pas un trait d'humour, mais bien du racisme pur et simple. Si l'on veut en finir avec la bête immonde il faut en rester à des définitions basiques: étendre les défauts de quelqu'un à l'ensemble de sa communauté, ou à l'inverse, lui attribuer des défauts qui seraient ceux de l'ensemble de sa communauté, c'est du racisme, et c'est condamnable.

Commentaires

Bon, c'est la troisième fois, il ne faudrait pas que cela devienne une habitude...

Vous qualifiez Pascal Bernheim comme il se doit. On ne combat pas le racisme par le racisme. L'humour écoeurant de Dieudonné ne doit pas donner lieu à un humour tout aussi vomitif pour le contrecarrer.

Écrit par : Soli Pardo | 16/02/2009

Les commentaires sont fermés.