28/02/2009

Aliose, a Twin Star is Born

 

Une étoile double est née au firmament de la chanson romande. Elle s'appelle Aliose. Comme Alisé Oswald, sa jeune chanteuse nyonnaise, 20 ans tout juste et son alter ego, le Genevois Xavier Michel, tout frais émoulu prof de lettres au civil. Etonnant de trouver tant de maturité, de réflexion et de talent dans un duo si jeune. Clairement, ils ne visent pas les premières places des hits parades. Leur ton, leurs rythmes et leurs arrangements sonnent bien davantage poèsie subtile que racolage bling bling.

Alisé a de qui tenir: deux grands-pères musiciens, dont l'un avait ouvert la première boîte de jazz de Caracas, une maman choriste, étoile filante de la scène genevoise aux premiers temps du New Morning (avant de se reconvertir dans l'éclosion d'autrui), une maison familiale ouverte aux musiciens de passage, connus ou non... et surtout l'envie dévorante de monter sur les planches depuis son premier concert familial... à 4 ans.

Mais Alisé n'est certainement pas le produit d'une volonté maternelle ou parentale. Elle s'est faite toute seule, à son rythme et à son idée, labourant sans relâche un style très personnel et finalement dans l'air du temps. Au gré de rencontres enrichissantes, elle a su s'attirer l'appui des plus talentueux, comme le painiste Moncef Genoud, pour son premier CD, dont elle fêtait la sortie vendredi soir, au Box, à Carouge.

Tout ce qu'il y a de meilleur et de plus professionnel dans la scène musicale romande se penche sur son berceau. Et sitôt le CD entendu, se met en quatre pour l'aider. Azimuths sur Radio Cité, Option Musique sur la RSR et bientôt Gérard Suter pour Radio Paradiso. Paris déjà est à l'écoute. Nul doute, Aliose ira loin.

Ce n'est pas un secret, mes goûts personnels sont clairement dédiés au swing du rock et aux cadences tropicales. N'empêche, les textes brillants et intimistes, autant que les voix si subtilement placées d'Aliose ont su m'envoûter, sans attendre quelque bossa plus guillerette que véritablement endiablée. D'ailleurs la bossa n'est pas endiablée, elle laisse cela au samba. La bossa, qui le sait, c'était l'interprétation brésilienne d'une chanson française, qui à l'époque du rockn'n roll naissant, tenait encore le haut du pavé mondial

Il semblerait qu'avec une nouvelle génération de chanteurs à textes, qui font virevolter leurs mots et leurs sons sans sombrer dans le flonflon, la chanson française soit en pleine phase de réveil. Aliose surfe cette vague là et c'est une excellente nouvelle. Inutile pour elle de chanter en anglais. Sa voix, sa voie, est ailleurs et c'est en français qu'elle déploie toute sa musicalité subtile.

Le concert du Box ayant fait salle comble et laissé de nombreux fans à la porte, une nouvelle date est programmée le 10 avril.

Commentaires

J'y étais... un privilège que d'assister à la naissance d'une étoile au firmament de la Sincèrité et de la Maîtrise artistique et musicale

Écrit par : TS | 01/03/2009

Les commentaires sont fermés.