21/03/2009

La différence entre Chavez et Uribe

Quelle est la différence entre Chavez, le Président vénézuelien et son homologue colombien Urribe ?

Urribe, qui est de droite, met les chefs paramilitaires d'extrême droite en prison, et laisse la justice inculper ceux de ses proches qui ont eu des relations peu claires avec les-dits paramilitaires. Malgré cela, une certaine gauche le traite de fasciste et de dictateur.

Chavez, qui est de gauche, jette en prison le chef de l'opposition, le maire de la 2ème ville du pays, son principal rival de la dernière élection présidentielle. Tout cela sous prétexte de corruption, sur un dossier contesté, alors que le Venezuela est officiellement premier de classe de la corruption en Amérique latine, que le Gouvernement est dénoncé tous azimuths en la matière et que toute la famille de Chavez fait main basse sur les richesses du pays, notamment dans sa province d'origine où ils se partagent tous les pouvoirs.

Curieusement, on entend très peu cette même gauche soucieuse des droits de l'homme s'exprimer sur la question. Imaginons que la Justice colombienne inculpe et jette en prison le maire de Bogotà, qui se trouve être de gauche et l'un des rivals de Urribe. Que n'entendrait-on pas ? En attendant, ce sont les Vénézueliens qui descendent dans la rue pour tenter de sauver ce qui leur reste de démocratie...

 

Commentaires

On peut aussi leur trouver un point commun : Urribe va faire voter une modification de loi qui lui permettra de se représenter à la présidence, contrairement à ce qu'il aurait pu faire actuellement. Comme Chavez ! Mais là point de Philippe Souaille pour s'en indigner.

Sinon, vous partis pris est tellement visible ... tellement loin de l'humanisme qui fait le titre de votre blog.

Écrit par : Djinius | 21/03/2009

Djinius, merci une fois de plus de démontrer si concrètement la manière dont vous fonctionnez mentalement. Chavez a fait voter une loi lui permettant de rester Président à vie. Urribe a fait voter une loi lui permettant de se présenter pour un 2ème mandat de 4 ans, pour lequel il a été brillamment réélu. Grosse différence.
Prétendre qu'Urribe va maintenant faire voter une nouvelle loi pour se présenter à un 3ème mandat, c'est jouer à Mme Soleil, car pour l'instant, les élections sont l'année prochaine, la campagne a quasiment démarré et Urribe n'a toujours pas annoncé la moindre proposition de changement de loi à cet égard.
Mais c'est vrai qu'un Djinius doit lire dans le marc de café...
On va encore m'attribuer un point Godwin, mais à l'époque du Petit Père des Peuples aussi, d'aucuns refusaient de voir...

Écrit par : Philippe Souaille | 21/03/2009

L'humanisme, pour moi, ce n'est pas de hurler avec les loups, mais plutôt d'essayer de clamer la vérité lorsqu'on s'en est approché, même si ce n'est pas celle que les gens ont l'habitude d'entendre.
C'est pourquoi je défend la Colombie et l'OMC, qui servent aujourd'hui de boucs émissaires à la société contemporaine du politiquement correct et ce de manière aussi injuste qu'irrationnelle.
Mais il est vrai que de la part d'anciens membres de sectes devenus socialistes comme d'autres, d'autres sectes, deviennent UDC, rien ne m'étonne plus.

Écrit par : Philippe Souaille | 21/03/2009

Je suis toujours effaré de la rareté et de la faiblesse des réactions que vos articles sur la Colombie suscitent. Aux exemples que vous donnez en faveur de vos thèses, vos contradicteurs se contentent soit de quelques insultes plus ou moins déguisées, soit de l'énoncé d'un credo de leurs convictions révolutionnaires et anti-américaines ou anti-colonialistes. J'en ai fait l'expérience lorsque j'ai une fois invité les défenseurs du Farc à énoncer les bénéfices que le peuple colombien avait tiré des décennies de guérilla menée par ce groupe, dont l'objectif premier ne pouvait à ses débuts que susciter la sympathie de tous ceux qui mettaient en ce genre de mouvement leur espoir d'une plus grande justice sociale.
J'aurais pu être "déçu en bien", comme on dit, car mon opinion était, hélas puis-je dire, faite depuis quelque temps, surtout depuis que j'ai été obligé de constater que toute révolution semblait mener inéluctablement à une dictature. Cela n'a pas été le cas, parce que contrairement à ce qui se passait il y a quelques décennies, plus personne n'avait l'air de vouloir défendre les régimes mis en place par les révolutions réussies en Union soviétique, en Chine, au Cambodge, à Cuba même, et je dois en oublier.
Il est évidemment possible que cela tienne à la nature de ces blogs et de ses fréquentations ou, dans mon cas, à la nature de ma question, mais je me suis trouvé dans la situation curieuse de défendre moi-même les acquis, ponctuels ou durables de certaines de ces révolutions, notamment celle de la Chine et de Cuba, alors que j'invitais à un véritable constat de leurs apports réels en ce qui concerne non pas la révolution réussie, mais le combat mené à cette fin dans ce pays.

Écrit par : Mère | 21/03/2009

"Chavez a fait voter une loi lui permettant de rester Président à vie."

Pas de rester président à vie,mais de pouvoir se représenter indéfiniment à chaques élections présidentiel.

A par celà,d'accord sur le billet en général.

D.J

Écrit par : D.J | 21/03/2009

La différence entre Uribe et Chavez, c'est que la loi permettant le deuxième mandat d'Uribe a été votée par corruption du parlement, notamment de Yidis Medina, condamnée pour corruption par la Cour suprême à 43 mois d'emprisonnement, alors que la loi permettant à Chabez de briguer tous les septennats qu'il souhaite a été votée par le peuple vénéuélien.

D'autre part, au Vénézuéla, des forces paramilitaires ne viennent pas intimider les électeurs au profit de Chavez, alors qu'en 2002 et 2006, de nombreux cas d'intimiditation d'électeurs par la force ont eu lieu en faveur d'Uribe, ce qui a été prouvé, notamment dans l'affaire Jorge 40.

En outre, aujourd'hui, la totalité des parlementaires membres du parti d'Uribe sont emprisonnés dans le cadre du scandale de la parapolitique, ce qui n'est pas le cas au Vénézuéla pour les partisans de Chavez.

Chavez n'a jamais figuré sur des documents officiels américains comme complice du cartel de Medellin et comme ami de Pablo Escobar, Uribe oui. Uribe était par ailleurs amis très intime d'Ochoa, autre membre du cartel de Medellin. S'expliquant sur ses liens avec Ochoa, Uribe a admis l'avoir fréquenté et en avoir été proche mais uniquement parce qu'ils partageaient la même passion des chevaux.

Chavez n'a jamais été impliqué dans des massacres de paysans par l'armée et les paramilitaires ; une enquête a été ouverte contre Uribe pour son rôle dans le massacre d'Aro.

Chavez n'a jamais été responsable de l'aviation civile vénézuélienne, alors qu'Uribe était à la tête de l'aviation civile colombienne, soupçonné d'avoir fourni des autorisations de vol à des avions chargés de cocaïne pour le compte du cartel de Medellin.

Cela fait donc en effet pas mal de différences entre Chavez et Uribe...

Écrit par : j.nizard | 21/03/2009

"D'autre part, au Vénézuéla, des forces paramilitaires ne viennent pas intimider les électeurs au profit de Chavez,"

Ce qui n'est pas vrai,Chavez a recemment évoqué,l'emploi de la force armée si les décisions populaire le désavouaient.

"Chavez n'a jamais été impliqué dans des massacres de paysans par l'armée et les paramilitaires ; une enquête a été ouverte contre Uribe pour son rôle dans le massacre d'Aro."

Chavez entretient de bonnes relations et un soutient actif avec les narcotraficants des FARC,le Hamas, Ahmadinejad et Fidel Castro ce qui n'est pas mieux.

D.J

Écrit par : D.J | 21/03/2009

Que de mensonges, M. Nizard... Ydis Medina a bien été condamnée pour corruption, mais pour des faits qui n'avaient rien à voir avec ce vote parlementaire. Au contraire, cela a été établi depuis par la justice colombienne, qui est indépendante, c'est pour tenter de monnayer (en vain) une protection qu'elle a monté ce bobard. Et Uribe a été éluis ensuite avec près de 70% des voix. La loi de Chavez est passée ric/rac.
Au Venezuela, c'est l'armée qui tire à balles réelles sur les étudiants en grève, ou les manifestations de l'opposition, et le Gouvernement qui interdit d'antenne la principale chaîne de télévision privée, pas assez aux ordres à son goût.
Urribe, lorsqu'il était maire de Medellin, a effectivement figuré sur un rapport d'un agent local de la DEA. Peu de temps après, Escobar était éliminé, le cartel de Medellin dissous et Uribe était à Harvard, invité par Washington, où il terminait son doctorat de résolution des conflits en droit international. M'est avis, personnellement, que si jamais Urribe a joué un rôle dans cette affaire c'est plutôt comme agent infiltré, mais bien sûr, cela n'engage que moi.
Lorsqu'il a été à la tête de l'aviation civile, il en a surtout profité pour faire réimmatriculer tous les avions privés et hélicoptères du pays, ce qui a permis d'identifier clairement tous leurs possesseurs et de rendre beaucoup plus facile leur surveillance par les forces anti-drogues. C'est dailleurs après cela que les trafiquants se sont mis à utiliser des sous-marins.
Certains parlementaires de son parti sont poursuivis par la justice, pas la totalité, et c'est plutôt un gage de démocratie. On attend toujours que Chavez en fasse autant.
Chavez dont les meilleurs amis à Cube ont été destitués parce que soupçonnés de trafic de drogue. El Païs, quaotidien socialiste espagnol a récemment publié une grande enquête sur les implications des hauts gradés vénézueliens dans le trafic de cocaïne livrée par les FARC.
Chavez a commencé en politique par un coup d'Etat, raté, mais avéré. Il a été en prison pour cela. Les accusations gratuites à l'encontre d'Urribe ne lui ont valu aucune inculpation. C'est un peu comme ce brave député PDC Genevois, Guy Mettan pour ne pas le nommer, qui prétend que le père d'Uribe a été victime d'un réglement de comptes maffieux, alors que ses assassins étaient membres d'un front des FARC parfaitement identifié, ce qui justifie d'ailleurs une autre accustaion largement répandue à l'égard d'Urribe, à savoir qu'il n'agirait que par esprit de vendetta. Lorsque les rumeurs et les accusations sans preuves deviennent parfaitement contradictoires, ne pensez-vous pas qu'il est temps de s'interroger ?
Maintenant sur le fond, une question tout de même, en tant que personne connaissant apparemment la Colombie, êtes-vous content ou non de ce que depuis 2002, première élection d'Uribe, l'immense majorité des Colombiens aient retrouvé le droit de se déplacer librement, de ne plus craindre pour leur vie, de faire des affaires et du commerce ou de cultiver leur champ sans craindre le racket ou l'explosion d'une mine ? Parce qu'évidemment, si cela ne vous réjouit pas, je peux comprendre vos calomnies. Mais autrement, j'ai du mal.

Écrit par : Philippe Souaille | 21/03/2009

Ce n'est pas Urribe sinon Uribe. Rien que ce détail illustre que vous n'êtes nullement au courant de la réalité colombienne mais vous répetez cepandant les mêmes propos inlassablement. Quelle est votre réelle motivation Monsieur Souaille?

Écrit par : Latino | 21/03/2009

Si l'on devait juger des connaissances des gens sur un sujet au nombre de leurs fautes d'orthographes, mon brave Monsieur, on aurait bien du mal... Amusant d'ailleurs, parce que d'habitude je l'écris juste et là faux un coup sur deux... je devais avoir l'esprit ailleurs, et puis j'ai un ami colombien qui lui met 2 r dans son nom. Peut-être pour se distinguer, car c'est un nom assez répandu parmi les paesas.
Si je répète les mêmes propos, pourquoi les lisez-vous ? J'ai juste fait 5 voyages en Colombie en 5 ans, interviewant des gens dans toutes sortes de lieux et de milieux. Sans compter les Colombiens et les Colombiennes avec qui je correspond régulièrement.

Écrit par : Philippe Souaille | 22/03/2009

Ce qui ne sera pas dit ici, c'est que le taux d'homicides est deux fois plus élevé en Colombie qu'au Vénézuela et que le taux d'incarcération y est également double.

La Colombie est le premier producteur de cocaïne, avec plus de 75% de la production mondiale. Et malgré cette "richesse", le pnb par habitant y est deux fois plus faible.

Le Vénézuela a eu cinq lauréates aux concours des miss monde. La Colombie zéro.

Écrit par : Johann | 22/03/2009

Tant d'affirmations sont erronées!
La criminalité par exemple: depuis qu'Uribe a été élu, le taux d'homicides a été divisé par 8, en Colombie, en dépit de la guerre, tandis qu'au Venezuela, avec Chavez, il prenait l'ascenseur en sens contraire. Comme vous n'êtes pas forcé de me croire, voici un extrait du 24 heures du 1er octobre dernier:
"Sur la liste des cinq villes les plus dangereuses par grands continents figure en tête Caracas, la capitale du Venezuela, devenue en quelques années la reine des capitales du crime de sang, détrônant Bogotá et Rio en Amérique du Sud. Depuis l’accession au pouvoir de Chavez, en 1999, le taux d’homicides a bondi (+67%). Selon le Ministère de l’intérieur, il aurait encore progressé de 27% depuis janvier".
Bogotà, en revanche, qui n'est même plus dans les 5 villes les plus meurtrières d'Amérique Latine, est aujourd'hui plus sûre que Washington, Los Angeles ou Nueva York...
Quant à l'économie, la coca, par nature clandestine, rentre difficilement dans les statistiques du PNB! Le pétrole, en revanche, dont le Venezuela est l'un des plus gros producteurs mondial, si. De plus la coca est produite en Colombie, mais c'est après en être sortie qu'elle prend de la valeur, et cette multiplication des billets verts, c'est actuellement au Vénézuela (grâce aux FARC et à l'armée vénézuelienne qui lui vend des armes contre la coca), au Brésil et au Mexique qu'elle s'opère. Pour le malheur de ces pays.

Écrit par : Philippe Souaille | 22/03/2009

Le jeu des 18'000 différences entre Chavez et Uribe ? En voilà un qui n'est pas facile, assurément.

Bien entendu, j'espère que cela se passera pour le mieux, démocratiquement, pour l'un comme pour l'autre des peuples gouvernés. Mais cela ne vous aura sans doute pas échappé, M.Souaille, que l'approche gouvernementale est bien différente dans les deux cas qui nous occupent ici, et, comme qui dirait, inversée.

Car si l'évaluation du succès d'un gouvernement ou d'un président peut porter dans les deux cas sur des indices de corruption, indices de satisfaction, élevation moyenne du niveau de vie et j'en passe, les moyens de gouvernance sont eux, certainement bien différents avec des amitiés et inimitiés qui jouent des rôles déterminants.

Loin de moi l'idée d'argumenter en faveur de l'un ou l'autre ici: je n'en sais pas assez sur le sujet, et le déplore. Mais j'aurais préféré de votre part un pointage plus précis de la situation du Venezuela et de ses dysfonctionnements supposés ou avérés. Quoique si ce pointage devait être fait de façon trop partiale, il ne me serait que de peu d'utilité.

Écrit par : Fufus | 22/03/2009

Johann, vous vous trompez sur tous vos points.

1) Le Venezuela a aujourd´hui le taux de violence et d´homicides le plus haut du continent, et l´un des plus hauts du monde - ça c´est monté en chandelle dans les dernières années, toutes sous Chávez. Vos statistiques sont un peu dépassées.

2) Quant au ciffre de 75% de "production" de cocaïne, c´est vrai que ce pourcentage passe par la Colombie comme partie de toute la chaîne de production - mais de ce chiffre à peu près la moitié est cultivée en Bolivie, au Pérou et en l´Équateur. Le PNB de la Colombie est évidemment plus petit que celui du Venezuela, mais cela vient depuis des décennies, bien avant l´avènement de Chávez. Ça se doit en premier lieu au cours du pétrole - spécialement quand le baril était aux environs de US$130! Et de tout ce PNB, bien peu n´arrive à la population... il est dépensé en grande partie à exporter la "révolution", à donner son pétrole pour rien à Cuba et à acheter des armements à la Russie, etc.

3) Même votre ridicule statistique sur les candidates à Miss Monde est fausse... La Colombie a eu une Miss Universe, en 1958. Elle s´appelait Luz Marina Zuloaga. À l´époque, le Venezuela souffrait une autre dictature militaire, celle de Marcos Pérez Jiménez. Et plusieurs "2ème places" aux concours de beauté, parce que les juges (dont plusieurs européens) ont considéré que ce n´etait pas "politiquement correct" d´octroyer la 1ère place à "un tel pays"!

Écrit par : Fernand | 22/03/2009

Comme je sais que vous êtes attaché à cette région et à une information rigoureuse, vous lirez avec attention ceci : http://www.acrimed.org/article3299.html

où on apprend que l'odieux dictacteur terroriste à accusé les USA d'être la cause du tremblement de terre d'Haiti ... ou alors ne serait-ce que la n ème opération de désinformation ?

Je pense dans le même domaine, que vous pourrez nous pondre quelques articles sur ce qui se passe actuellement dans la démocratie paradisiaque qu'est le honduras (http://www.primitivi.org)

Écrit par : Djinius | 31/01/2010

Djinius, votre mauvaise foi, de même que celle d'Acrimed est désarmante. Le texte original accusant les Etats-Unis d'être la cause du tremblement de terre en Haïti n'est peut-être pas de Chavez (encore qu'il serait intéressant de réécouter tous ses discours de ces dernières semaines) mais il a été publié par un site officiel du "gouvernement bolivarien de Venezuela" dont dépend la radio télévision en question.
Dans un pays où les chaînes de télé privée sont carrément interdites d'antenne et les étudiants qui manifestent mitraillés dans les rues, croyez vous que n'importe qui peut écrire n'importe quoi sans contrôle sur le site officiel du gouvernement ? Il est évident que le gouvernement de Chavez, se rendant compte de l'énormité de l'accusation et de l'éclat de rire mondialisé qu'elle provoquait, a fait machine arrière. Jusque là, c'est pas trop grave.
Mais se servir de l'incident en le retournant pour tenter de démontrer qu'il y a un complot de l'information contre votre dictateur chéri, c'est carrément gonflé.

Écrit par : Philippe Souaille | 31/01/2010

Les commentaires sont fermés.