08/05/2009

Le livre électronique à la radio

Echange de bons procédés:  l'émission Médialogues de la RSR m'invite et me fait de la pub, donc je leur en fais aussi. D'autant plus que je la trouve vraiment super et qu'ils ont d'excellents invités :-)) .

Voici donc le lien pour écouter mon intervention :

http://www.rsr.ch/la-1ere/medialogues/selectedDate/08/05/...

A un moment je parle des ménagères qui lisent les romans d'Harlequin (sans parler des journalistes historiennes spécialistes de politique internationale qui les écrivent (elle se reconnaîtra - mais chut, c'était une erreur de jeunesse, il faisait froid dehors et elle avait faim). ce qui mâ valu ce couriel d'une auditrice

Bonjour,
Je suis mère de famille ET ménagère (un terme que j'abhorre, par ailleurs) et je souhaite réagir à une petite phrase malheureuse de l'invité de "Médialogues", Philippe Souaille, dans le cadre de son intervention sur le livre électronique.
Il a prétendu que les ménagères sont de grandes dévoreuses des romans de la collection "Arlequin", littérature au rabais à l'eau de rose et romans "quai de gare".
S'ils vous plaît, ne nous mettez pas toutes dans le même panier ! Ce n'est pas parce que nous nous occupons de notre famille (6 personnes dans mon cas) que notre réflexion se situe au niveau des pâquerettes !
Laissez-moi juste énumérer les titres de mes dernières lectures:
"le Monde selon Monsanto" de Marie-Monique Robin
"La Chinafrique" de Serge Michel et Michel Beuret
"La Haine de l'Occident" de Jean Ziegler
"L'avenir de l'eau", d'Erik Orsenna
"Le Génie Indien" de Guy Sorman
"La Main de Dieu" de Yasmine Char
"Le Déréglement du Monde" d'Amin Maalouf
"Les Rêves de mon Père" de Barack Obama (version originale).
Je ne demanderais pas mieux que d'avoir une activité professionnelle valorisante et qui me permette d'utiliser ma tête. Mais lorsqu'on n'a pas travaillé depuis longtemps et que de surcroît on ne bénéficie pas d'une formation à la hauteur de ses aspirations, on est condamnée à rester à la maison.
Alors non, Monsieur Souaille, personnellement, je n'ai jamais lu la collection Arlequin et oui, je sais réfléchir et développer une argumentation sur des sujets autres que "people" ou casseroles-aspirateur.
Si vous avez un poste intéressant à me proposer, je suis partante !
Avec mes sincères salutation

Tout d'abord je présente mes excuse les plus plates à cette dame qui s'est sentie blessée, car ce n'était pas mon intention.

Cela étant je ne fais que parler des ménagères qui lisent Harlequin. pas de celles qui ne les lisent pas. Il se trouvent qu'il y en a un certain nombre qui lisent. Ces bouquins sont de loin ce qui se vend le plus. Et c'est très très rarement des hommes qui achètent. Ce qui n'est pas un jugement de valeur:  les ménagères, au moins lisent, ce qui n'est pas forcément le cas des homnmes...

En fait, il semble que les femmes préfèrent lire des romans à l'eau de rose tandis que leurs hommes préfèrent regarder des photos de déesses callypiges les fesses à l'air. Lorsque j'aurai compris pourquoi, j'aurai fait faire un pas de géant à l'humanité, et je pourrai écrire un livre qui s'apellerait "les femmes cherchent la Lune et et les hommes la regardent..."

Cela étant chère Madame, des jobs  intéressants (et tant qu'à faire, correctement payés) je connais des tas de gens qui en cherchent... Beaucoup plus que de postes à pourvoir et d'ailleurs si j'en trouvais un, je commencerais par sauter dessus moi-même. Mais puisque vous semblez apprécier la littérature socio-politique, puis-je me permettre de vous recommander mes propres ouvrages ?

 

 

Commentaires

Monsieur Souaille

Un grand bravo pour: "Les femmes cherchent la Lune et et les hommes la regardent..."


Mais une Noix d'Honneur*** pour: "... puis-je me permettre de vous recommander mes propres ouvrages?"
Dommage! Votre mercantilisme forcené vous perdra! Surtout que vous ne proposez même pas à cette "ménagère" intellectuelle de lire votre prose sur la toile, vous lui proposez implicitement d'acheter vos bouquins!


*** C'est le Canard Enchaîné qui me l'a gentiment fournie pour vous la remettre.

Écrit par : Père Siffleur | 09/05/2009

Merci pour le compliment, qui fait toujurs plaisir.
La pique me laisse froid, pour plusieurs raisons.
1) Une noix d'honneur du Canard, j'en ai reçu une en vrai, au tout début de ma carrière, pour une description au 2ème degré du Macumba, le lendemain de l'inauguration, que mes excellents confères parisiens avaient pris... au premier degré.
Cette histoire s'était terminée quelques mois plus tard, suite à un autre article dans la Tribune de Genève par la condamnation du Macumba pour racisme à l'entrée, et c'était sans doute la première condamnation du genre en France...
2) Je ne vois pas en quoi j'incite cette brave dame à acheter mes bouquins ? Je le lui reccomande. Il se toruve qu'elle peut les trouver sur Internet en cusultation gratuite. Et accessoirement le payer si elle veut le télécharger. je ne l'incite à rien d'autre.
Je trouve moi au contraire assez peu mercantil ma pratique qui consiste à mettre mes bouquins en ligne gratuitement... Que faudrait-il que je fasse pour être à votre gout ? Que je paye mes lecteurs pour qu'il me lise ?

Écrit par : Philippe Souaille | 10/05/2009

Les commentaires sont fermés.