08/09/2009

Première Mondiale du film LE SECRET DES DIEUX

J'ai été trotskyste dans ma jeunesse et j'en ai gardé une valeur: l'internationalisme. Pour moi, un paysan, un comptable ou un ouvrier de mon pays ne valent ni plus ni moins qu'un paysan, un comptable ou un ouvrier d'un pays pauvre éloigné de plusieurs milliers de kilomètres. D'autant plus que le Togo, la Colombie, le Maroc directement pour des raisons familiales et beaucoup d'autres, pour des raisons affectives sont autant mes pays que la France ou la Suisse. Ces gens, ailleurs ont en théorie les mêmes droits qu'ici et je m'efforce, dans la mesure de mes moyens de faire en sorte que cela soit vrai aussi en pratique.
La mondialisation est le meilleur moyen d'y parvenir. Une mondialisation améliorée, bien entendue et plus équitable. Sauf que les altermondialistes prennent la solution pour le problème et vice versa. Le problème, c'est l'Etat-Nation, qui n'est plus de taille à faire contreproids aux puissances de l'argent, qui elles sont internationales. Cela ne date pas d'aujourd'hui puisque durant la guerre de 14 déjà, certains dénonçaient "le grand capital apatride..."
Tenter de refermer les frontières comme veulent le faire les altermondialistes serait une catastrophe économique majeure, qui nous mènerait tout droit à la guerre. Nucléaire la guerre ! Ce qu'il faut, c'est une forme d'Etat mondial, démocratique, qui dispose de pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires multinationaux pour créer les conditions de la stabilité et du développement, dans le respect de normes environnementales, sociales et fiscales qui s'imposeront alors, tout naturellement et surtout équitablement.
Des socialistes visionnaires et pragmatiques comme Pascal Lamy, Juan Somavia (le patron du BIT) et d'autres l'ont compris. Le changement ne se fera pas en quinze jours. Il prendra des années, mais la crise vient de lui donner un sérieux coup d'accélérateur. C'est très exactement le thème de mon film, dont la première mondiale aura lieu ce mercredi - sur invitation - 9 09 09 à 9 heures du soir (et c'est un hasard, mais il parait de bon augure) au CICG, en clôture du Forum Médias Nord Sud sur "LA FAIM DU MONDE".

Tourné en Haute Définition, "LE SECRET DES DIEUX" , documentaire de 90' sera visible en salles à Genève avant la fin du mois et à Lausanne ensuite. Il existe dès à présent en français et en anglais, tandis que les sous-titrages allemand, italien et espagnol sont en cours. Il sera diffusé par la TSR avant la fin de l'année, sans doute au moment du sommet de Copenhague.

On peut en voir la bande annonce ici :

http://www.lesecretdesdieux.ch/trailer.php

Le site

http://www.lesecretdesdieux.ch renseignera sur les sorties en salle et sur l'achat du DVD qui sera livrable en format classique et en Blu-Ray Haute Définition début octobre.

Au casting, parmi beaucoup d'autres, on trouve plusieurs chefs d'Etat, dont Lula et Sarkozy, des patrons d'organisations internationales, comme Lamy (OMC), Somavia (BIT), Jarraud (OMM), Steiner (PNUE), des banquiers (Pictet, Peyrelevade) des altermondialistes (Wenger, Orsini), des Professeurs (Saab, Sapir, Badie)... Et même le Président du Conseil d'Etat, David Hiler. Tout un monde qui réfléchit et qui agit sur la manière dont notre planète, demain sera gouvernée.

C'est beaucoup de blabla, c'est sûr, et ça manque d'érotisme et d'action, c'est certain, mais c'est du blabla intéressant, qui nous concerne tous. Ces gens sont ceux qui dessinent notre réalité de demain. Les crises, servant de catalyseur, vont semble-t-il permettre de débloquer certaines pesanteurs. profitons de l'occasion, car si la gouvernance mondiale ne progresse pas, c'est le chaos qui occupera le terrain.

Merci d'avance à MM. Pascal Lamy, Juan Somavia et David Hiler d'avoir accepté d'honorer de leur présence cette première mondiale.

 

Commentaires

Comment fraire pour obtenir un pass ?

Écrit par : charly schwarz | 08/09/2009

J'adore ton lapsus mon Charly... En clair, avec qui doit-on coucher pour obtenir le droit de voir ce soir mon film à l'oeil ?
Le problème est double :
1) au plan physique, tu n'es pas vraiment mon type
2) le nombre de places est limité. je sais qu'il en reste quelques unes, mais très peu. Le plus simple est de s'adresser à la Fondation pour Genève, qui gère la chose.

Écrit par : Philippe Souaille | 08/09/2009

"J'ai été trotskyste dans ma jeunesse" ah ah ah....Au café de flore alors ?, plutôt au café de la pointe avec quelques poivrots. Je ne sais pouquoi tous les les neolib comme vous on besoin de justifier le cynisme de leur pensée en affirmant qu'ils ont été de gauche un jour. Pour dire ... Oh vous savez être gauchiste c'est une erreur de jeunesse, lorsque l'on comprend mieux les désordres du monde on devient raisonnable...

Je sens déjà le film lourdingue avec des ficelles grosses comme le bras.Pauvre paysan togolais qui devra vendre son lopin pour devenir salarié chez Monsanto.Il va apprécier votre humanisme rance.

Écrit par : Anastase | 08/09/2009

De toute façon, quoi que vous disiez, si vous pensez encore qu'au XXIè siècle on va pouvoir continuer à faire voyager des produits d'un bout à l'autre du monde comme on le fait aujourd'hui, vous êtes complètement dans le faux. Le pétrole, qui n'est pas disponible en quantités suffisantes, et l'urgence d'agir pour le réchauffement climatique nous en empêcheront.

Je pense au contraire que ce sont les gens qui, comme vous, encouragent les pays du sud à devenir dépendants des pays du Nord (et inversement), ceux qui, comme vous, veulent qu'on consomme à Genève des patates d'Ukraine parce que c'est "moins cher" (car la main d'oeuvre y est quasiment exploitée), vont nous mener dans des guerres sans merci au XXIè siècle. Car lorsqu'il n'y aura plus assez de pétrole pour tous ces voyages de marchandises inutiles (et il n'y en a déjà largement pas assez si tout le monde consommait comme un Suisse ou un américain moyen!), nous serons dans une merde noire. On aura perdu le savoir-faire paysan, voire même bâti sur nos terres arables... et il faudra repartir à zéro. Les habitants des villes recommenceront à connaître la faim.

Bref, vous êtes tellement dépassé que c'en est pas drôle.

Écrit par : Sandro Minimo | 08/09/2009

Ce n'est pas Anastase que vous devriez vous appeler, mais Mir et Miroska, puisque vous parvenez à voir, mieux que moi, la manière dont j'ai occupé ma jeunesse ainsi que le contenu d'un film que 4 personnes seulement ont vu à ce jour...
Vous avez le bonjour des paysans togolais, du moins ceux de ma famille qui survivent - très péniblement - sur leurs petits lopins. Je les visite régulièrement au village et pour eux, un vêtement neuf, une bicyclette chinoise ou un médicament constituent un rêve inaccessible.
Le problème n'est pas Monsanto ou pas, mais comment faire en sorte d'accéder à un mieux être, et à un début de maîtrise de leur existence, ce qui pour l'heure n'est pas le cas. Cela ne passe pas forcément par Monsanto, mais sans doute par l'usage d'OGM, qui restent incontournables si l'on veut éviter des crises alimentaires majeures à l'avenir.

Écrit par : Philippe Souaille | 08/09/2009

Sandro, le commerce international représente moins de 5% des échanges de produits alimentaires. Ce n'est certainement pas un problème majeur. Et la plus grosse part de ces échanges internationaux s'opère par mer, mode de transport le moins gourmand en pétrole qui soit. Alors arrêtez de flipper.
Le savoir faire paysan peut fort bien être conservé en produisant des aliments de qualité, bio et autres, des aliments pour lesquels nos coûts de production occidentaux et suisses en particuliers peuvent être inclus dans une réelle valeur ajoutée, parce que sans concurrence réelle.
Et quand il n'y aura plus de pétrole, on fera autrement. Les méthodes alternatives existent, il suffit de les développer. Dès maintenant.

Écrit par : Philippe Souaille | 08/09/2009

"Et quand il n'y aura plus de pétrole, on fera autrement. Les méthodes alternatives existent, il suffit de les développer. Dès maintenant."

Comme la marine à voile? Avec des bateaux en bois?


"le commerce international représente moins de 5% des échanges de produits alimentaires."

Et 0% serait mieux. Mais bigre, ça ne ferait pas l'affaire des compagnies bananières... et autres.


"La mondialisation est le meilleur moyen d'y parvenir."

D'accord sur les valeurs qui précèdent, pas sur le moyen. Les ressources, et pas seulement le pétrole, sont épuisables et vont être épuisées. Penser que la croissance est infinie est un utopie, voire même une imbécilité.


"Cela ne passe pas forcément par Monsanto, mais sans doute par l'usage d'OGM, qui restent incontournables si l'on veut éviter des crises alimentaires majeures à l'avenir."

Et en voilà une d'imbécilité frappée du coin de la croissance infinie. Privatiser les semences c'est rendre les paysans encore plus dépendants et encore plus pauvres. La fin du pétrole c'est la fin de l'aviation et la fin de l'agriculture intensive.

Et finalement je vous trouve naïf si vous pensez que l'humanité fera l'économie d'une 3ème guerre mondiale. Ce sera une guerre pour les ressources. Déjà les pays occidentaux se fâchent quand la Chine ne veut plus respecter les règles du jeu énoncées par eux. Trop drôle. L'hypocrisie est l'une de nos valeurs la plus sûre. La population mondiale est déjà trop nombreuse pour affronter la fin du pétrole et comme l'humanité ne sait se réguler que par la guerre (sauf les Chinois justement). Ou les épidémies... (bien utiles le cas échéant tous ces labos militaires P4)

C'est personnel, mais je n'ai jamais pu encadrer les trotskystes, et apparemment ils restent rigides même quand ils ont viré leur cuti, ce qui est rare.

"Vous avez le bonjour des paysans togolais, du moins ceux de ma famille qui survivent - très péniblement - sur leurs petits lopins. Je les visite régulièrement au village et pour eux, un vêtement neuf, une bicyclette chinoise ou un médicament constituent un rêve inaccessible."

Si j'avais de la famille là-bas (ou ailleurs du reste), ils ne survivraient pas.
Mais qu'est-ce que j'en sais moi? Chacun son truc.

Écrit par : Johann | 08/09/2009

N'en jetez plus, on voit pour qui vous roulez. Le vivant breveté par 3 ou 4 multinationales c'est évidemment la solution pour les paysans du sud.

Mais dites-nous monsieur Souaille, cela doit coûter très cher de réaliser un documentaire comme celui-ci, en plus en haute def... pourriez-vous nous donner plus de détails sur les généreux donateurs qui ont permis la réalisation de ce projet ?

Écrit par : Anastase | 08/09/2009

Première mondiale seulement ? On m'avait laissé entendre que ce serait une première galactique.

Écrit par : pierre bamio | 08/09/2009

L'utilisation d'OGM est obligatoire pour alimenter la population mondiale de manière décente dans les années à venir. Cela ne signifie pas forcément le brevetage du vivant, encore moins nécessairement des multinationales. Il y a des OGM hindous et chinois qui émanent de la recherche publique et qui sont tout à fait efficaces. Il y en aurat aussi des européenes, si José Bové et consorts voulaient bien laisser la recherche - publique - travailler. les agronomes de Changins ou de l'INRA sont fort capables.
Cela ne signifie pas non plus qu'il faille continuer de croître sans limite, bien au contraire. mais en attendant, Johann, les gens qui sont nés il faut bien les nourrir, ou dois-je comprendre qu'ils n'ont pas le droit de survivre, pour que vous puissiez continuer à jouir de votre confort européen ?
Vous ne savez tellement pas de quoi vous parler, Johann, qu'il vaudrait mieux vous taire effectivement. Que savez-vous des dimensions d'une famille africaine et du poids que fait peser la solidarité clanique traditionnelle sur toute l'économie du continent, phagocytant l'investissement et débouchant immanquablement sur la corruption ?
Quand au financement du film (300 000 FS), il est public, il suffit de regarder la liste publiée à la fin du générique sur le blog: les départements de la culture de la Ville de Genève, du Canton de Genève, le Fonds Regio, la Fondation pour Genève ainsi qu'Adavi productions, que je dirige depuis 19 ans et avec laquelle j'ai produit plus d'une trentaine de films.
Il s'agit bien effectivement d'une première galactique et même intergalactique. mais comme je n'ai aucune perspective de débouché extraterrestre, je n'avais pas mentionné. En revanche, le Secret des Dieux sera distribué mondialement, en salles et en télévision, à l'instar de mon premier long métrage, Ashakara, diffusé dans plus d'une cinquantaine de pays. De la Chine à l'Afrique en passant par la Corée du Nord, les Etats-Unis ou le Brésil.

Écrit par : Philippe Souaille | 08/09/2009

La problème de la faim dans le monde n'est actuellement pas une problème de quantité de denrées alimentaires produites, mais est lié à une répartition inégale des aliments entre riche et pauvre. La preuve: l'Europe est en surproduction et vend le surplus en Afrique (avec des subventions payées par nos impôts) et tue ainsi l'agriculture locale....... Alors au lieu de nous faire croire que les OGM vont sauver le monde, soyons internationalistes et arrêtons d'innonder ces pays avec nos produits subventionnés. La Terre a largement la capacité de nourrir la population mondiale.... ( si on se met pas à produire des biocarburants pour les riches)

Écrit par : Albert | 08/09/2009

"les départements de la culture de la Ville de Genève, du Canton de Genève, le Fonds Regio, la Fondation pour Genève"

Cher Philippe, J'ai cru m'étouffer de rire à la lecture de vos sponsors. Il faut avouer que vous ne manquez pas d'humour. Est-ce le même Souaille qui traitait les Genevois d'assistés ? eh bien ... Je crois que je vais vous inscrire à la catéchèse de votre ami Mabut pour qu'il vous explique la parabole de la paille et de la poutre. Ainsi c'est mon argent de contribuable genevois qui finance ce plaidoyer inepte pour la mondialisation galopante et qui offre une tribune complaisante à ce bouffon de Sarkozi ? Ce sont mes impôts qui paient votre salaire ? Les bras m'en tombent.

Écrit par : Anastase | 08/09/2009

Plaidoyer inepte, avant même de l'avoir vu ? Belle preuve d'objectivité ! Donc si je suis financé par des sponsors privés, je suis un vendu et si je suis financé par les fonds publics prévus à cet effet (et qui si je vous comprend bien devraient être réservés aux films qui vont dans votre sens), je suis un assisté ?
Donc, en clair ce qui vous plairait, c'est que je ne puisse pas faire de films ?
Soyons précis : Sur les 300 000 Francs de budget, la Ville et le Canton, ensemble ont mis 12 %, la Fondation pour Genève 18 %, la TSR, par un achat, 10%, le Fonds Regio 5%, Différentes institutions qui vont de la SDN (représentée par l'ONU) à l'Union Européenne m'ont mis leurs archives à disposition pour environ 8% et j'espère encore un soutien d'une importante institution semi-publique de bienfaisance pour un montant d'au moins 20%. Le reste, soit entre 20 et 40%, dont mon salaire sur un projet de plusieurs années, est apporté par moi-même.
Si le film se vend à l'étranger, comme il est prévu, je vais sans doute gagner pas mal d'argent. Dans d'autres pays, je devrais rembourser les avances de l'aide publique, pas en Suisse. Habituellement ce sont les cinéastes et créateurs d'extrême gauche qui en profitent, pour des sommes beaucoup plus importantes que moi. A vrai dire, en 20 ans, j'ai produit et ou réalisé une trentaine de films (plus de nombreux courts de moins de dix minutes pour la télé) et c'est la première fois que les offices culturels fédéraux, cantonaux ou municipaux me donnent de l'argent.
Le système existant, je ne vois pas pourquoi je me priverais d'y avoir recours, pour financer un film que j'estime important pour l'avenir du monde et qui sert au passage les intérêts de Genève. Mégalo, peut-être, mais il se trouve que je ne suis pas le seul à le penser
Si c'est un bide, j'aurais fait travailler et payé des gens, donné leur chance à des jeunes bourrés de talent, mais moi, j'aurai bossé des années pour rien. Si c'est ce que vous appelez être assisté, alors je le suis.

Écrit par : Philippe Souaille | 08/09/2009

J'attends de voir le film pour donner mon avis sur son contenu.

En attendant, chapeau : pour une fois que l'aide publique est utilisée pour autre chose que pour des niaiseries gauchistes, il faut le relever.

Écrit par : j.nizard | 09/09/2009

comment faire pour acheter ce doc ?

Écrit par : joaquim MIlho Raposo | 04/05/2010

Vous ne pouvez pas mieux tomber ! Il arrive aujourd'hui même du pressage en DVD. Vous pouvez envoyer une demande à l'adresse couriel suivante:
ps(arobase)adavi.ch

Écrit par : Philippe Souaille | 04/05/2010

Les commentaires sont fermés.