12/10/2009

Dans un mois le Conseil d'Etat

Dans un mois, c'est l'élection du Conseil d'Etat. Si les partis de gouvernement s'entendent pour le bien du Canton, l'affaire est limpide:

Un vert

un libéral

une verte

une libérale

un radical

un socialiste

un PDC

Ce dans l'ordre d'arrivée à l'élection au Grand Conseil.

Manque le MCG et l'UDC me direz-vous. Il se trouve que c'est le peuple qui élit et que c'est lui qui choisira. Sur proposition des partis et en fonction des consignes données par ceux-ci qui, sans être impératives, influent tout de même sensiblement sur le résultat final.

L'UDC s'est grillée toute seule et son candidat putatif est loin dérrière.

Le leader historique du MCG peut toujours rêver de Conseil d'Etat, il n'a tout simplement jamais donné l'impression d'avoir les compétences et une poignée de fans en transe - même nombreux - n'assurent pas encore une élection au CE. Ce qui est heureux.

Le mercenaire de dernière heure parait un peu moins à côté de la plaque, mais justement, c'est un mercenaire. qui court toutes les élections (y compris italiennes) sous toutes les couleurs, et en tant qu'avocat se montre prêt à défendre n'importe quelle cause et son contraire, pourvu qu'elle soit médiatique. Nul n'est en mesure de dire quelle politique il entendrait mener et personne n'a la moindre idée de ses capacités à diriger un services de plusieurs centaines ou plusieurs milliers d'employés...

Reste aux partis de gouvernement à s'entedre, sur les noms et à défaut de programme, sur des objectifs qui sont une évidence: désengorger les transports et l'habitat.

 

Commentaires

Message personnel au Rédacteur en chef: cher Pierre, il faut savoir raison garder. Le MCG fait une percée, soit, mais il n'en représente pas pour autant les Genevois ou l'opinion des Genevois. Seulement une partie d'entre eux. 14% pour être prècis, ou encore un Genevois sur sept. Six sur sept ne se sentent pas représentés par ces clowns. Et c'est tant mieux.
De même, les sondages de la TDG n'ont pas plus de valeur sociologique que la température des blogs, qui sont une prime aux impétrants et autres glandeurs, professionnels ou d'occasion, qui n'ont que cela à faire toute la journée: déverser leur prose ou leur bile sur Internet. Je le sais, j'ai eu moi aussi du temps à perdre et ces blogs sont très chronophages.
Il serait d'ailleurs pertinent que la Tribune (et les médias en général) s'interrogent sur leur rôle objectif dans la montée du populisme... Parce que le sensationnalisme fait vendre, parce que la tribune ainsi offerte à ceux dont l'expression laisse à désirer leur permet d'arborer leur incompétence comme un oriflamme derrière lequel se retrouve et se range la partie la plus frustrée de l'électorat.
C'est un ancien journaliste de la Tribune (bien plus romand que Ziegler au demeurant, n'en déplaise à Rothenbühler), Roger de Weck, qui a dénoncé le premier cette alliance objective entre les aboyeurs plébéiens et la presse aux abois. L'un et l'autre se renforcent et se stimulent, mais la démocratie n'en sort pas grandie... Car il n'est pas dit qu'elle sache résister aux sirènes de la démagogie.

Écrit par : Philippe Souaille | 12/10/2009

La lumière à Genève se lit dans le regard d'Isabel!
Genevois, la victoire au Conseil d'Etat passe par Rochat!
Dans un mois sur l'air des Beatles nous chanterons "Isabel ma belle...", puis avec elle nous bâtirons un avenir fait de projets, de raison, d'écoute, de participation et d'action.
Halte aux concours de dupes et dîners de cons.
L'ère nouvelle aux USA c'est peut-être Obama, aux Genevois c'est Rochat!
Merci Princesse et chapeau bas!

Écrit par : Jeanne | 12/10/2009

Cher Monsieur,
Il n'y a rien de pire en politique que d'être mauvais perdant. Votre billet est consternant d'aveuglement et de petitesse.
A force de faire croire que les électeurs du MCG sont des imbéciles et que les élus de ce partis sont des incultes, vous finirez, vous et votre parti ainsi que vs alliés putatifs à la cave pour ne pas dire aux oubliettes.
Au lieu de gouverner avec ceux qui ont des points communs mais un vocabulaire différent, vous préférez pactiser avec l'adversaire sur le fond mais dont le vocabulaire vous convient.

Bel exemple d'ignardise politique. qui vous a déjà conduit aux portes de l'enfer et les genevois avec vous.

Écrit par : jean-jacques | 12/10/2009

Cher Monsieur,

Il faudra arrêter de dire n'importe quoi !

Lorsque vous dites : "…Le MCG fait une percée, soit, mais il n'en représente pas pour autant les Genevois ou l'opinion des Genevois. Seulement une partie d'entre eux. 14% pour être prècis, ou encore un Genevois sur sept. Six sur sept ne se sentent pas représentés par ces clowns. Et c'est tant mieux…"

Cessez de raconter les mêmes bêtises que d'autres partis et intervenants dans le canton de Genève.
En effet, comment osez-vous insinuer que l'abstention à près de 60 % explique le score du MCG ou ne reflète pas leur représentativité au parlement ?

A ma connaissance, vous n'avez jamais réagi suite aux deux précédentes élections de notre Grand-Conseil.
Vous n'avez jamais mis ou remis en cause le bien-fondé des résultats.

Pour votre information, vos copains socialistes, extrême gauche, libéraux, verts, pdc, radicaux… élus lors des deux précédentes l'ont été avec :

Pour 2001 : 36,30 % de participation
Pour 2005 : 40,74 % de participation

C'est-à-dire avec quasiment les MÊMES taux de participation de la population genevoise que celle d'aujourd'hui ! C'est parce-que les électeurs n'ont pas suivi vos "recommandations", mais LEURS CONVICTIONS, que ce vote n'est pas représentatif ?

La démocratie c'est le respect du choix des urnes, que cela vous plaise ou NON.

Meilleurs messages

Écrit par : équité | 12/10/2009

Intéressant ce billet de Jean-Jacques qui semble défendre les valeurs du MCG, et ce faisant crache le morceau: le ni gauche ni droite, c'est du pipeau. Les leaders de ce mouvement haïssent fondamentalement les gens de gauche, ce qui n'est pas du tout mon cas. Je trouve que la concurrence fonctionne mieux que le dirigisme étatique, mais le but est le même: améliorer le sort de tous, et la qualité du vivre ensemble. Et pas seulement le sort des Genevois, ou des suisses ou des européens. Parce que nous ne vivons pas sur des îles isolées.
Le discours officiel du MCG dit "ni de gauche ni de droite", mais Jean-Jacques rompt l'omerta involontairement en le présentant comme un allié potentiel de l'Entente (= de droite), dans un combat contre l'adversaire, qui serait donc la gauche.
Cela n'est pas mon raisonnement. Le MCG a toutes les caractéristiques d'un parti d'extrême-droite et j'ose même dire fasciste, tant par la personnalité de ses leaders que par son discours, fortement nationaliste à tendance sociale, tout en soutenant la production de richesse individuelle. Ce n'est pas de la politique de le dire, c'est de la sociologie et de l'histoire. Le franquisme, le fascisme italien, le nazisme partageaient toutes ces caractéristiques et ont développé toute sortes de programmes sociaux, syndicaux, d'habitation etc, à l'usage exclusif de leurs populations.
Si j'approuve le côté social, ce qui me rapproche de la gauche, je désapprouve fondamentalement le nationalisme, qu'il soit à l'échelle cantonale ou nationale. Car c'est, avec les religions, le premier facteur de division, de rivalité, de conflit et finalement de guerre. En plus, c'est con.
Et l'ennemi pour moi, n'est pas "la gauche", mais la connerie, celle qui nous mène dans le mur, nous Genevois, mais aussi les frontaliers, les Français et même le monde entier, si l'on ne réagit pas rapidement en réussissant à faire comprendre à la population qu'il y a des choses qui doivent changer, et vite, si l'on veut éviter que la planète explose et l'humanité avec.
Pour cela, nous avons besoin d'être sélectifs et exigeants sur les compétences, là où chez les populistes, la vulgarité, l'inculture et le surgonflement de l'ego tiennent lieu de brevet d'aptitude. Ce qui est là-encore une caractéristiques très classique des mouvements fascistes du siècle passé, italiens et allemands notamment.

Écrit par : Philippe Souaille | 12/10/2009

Equité, où avez-vous appris à lire ? Où avez-vous vu que je parle de l'abstention?
Il n'y a pas un mot, pas une ligne dans mon texte à ce sujet. Le MCG a obtenu 14% des voix des votants. Pas une de plus ni de moins. A aucun moment je n'insinue que les non-votants seraient des partisans ou des adversaires de ce mouvement...
Et puisque il faut vous expliquer les choses lentement, ce qui ne m'étonne guère, vu vos apparentes positions politiques, je précise donc: un Genevois votant sur sept a choisi le MCG et six Genevois votants sur sept ont voté contre ce mouvement. Qui de fait a doublé sa mise, mais qui ne représente toujours que 14% des votants... Très très loin d'une majorité ! C'est exactement le tiers de l'Entente... Donc reprenez-vous Messieurs, évitez le coup de sang qui vous guette, vous êtes encore très très loin du pouvoir et heureusement pour ce Canton et cette Région transfrontalière que personnellement, j'appelle de mes voeux.

Écrit par : Philippe Souaille | 12/10/2009

Monsieur Souaille,

Vous dites qu'un Genevois sur sept se reconnaît dans le MCG, se sentent représentés par des clowns. Êtes-vous certain que les autres représentants du peuple et les membres de leurs partis, Radicaux compris, ne sont pas des bouffons?... Et que c'est probablement pour cela qu'un Genevois sur sept préfère les clowns aux bouffons du Roi! Un roi qu'il reste à déterminé, mais qui ne doit pas être difficile de retrouver du côté des affairistes de tous poils!

Écrit par : Père Siffleur | 12/10/2009

Père Siffleur, il semble qu'un certain leader d'un certain parti populiste soit certainement parmi les politiciens les mieux pourvus de la République en matière d'affaires judiciaires...
Alors si le choix des Genevois tient à cela, c'est d'abord une excellente performance d'illusioniste, doublée d'une exploitation de la rumeur, souvent mensongère, quelque fois fondée. Là encore, c'est une grande tradition fasciste que d'exploiter les scandales causés par certains pour jeter l'opprobe sur tous.
Etes-vous bien sûr de vouloir participer à ce mauvais remake ?

Écrit par : Philippe Souaille | 12/10/2009

signez la pétition pour libérer Abel Chemoule des géôles fascistes

Écrit par : jok | 12/10/2009

Pour désengorger les transports, Philippe, il faudrait prendre sur soi de se plaindre qu'on a assez d'argent pour un nouveau "Grand Paris", mais pas assez pour une ligne de chemin de fer efficace entre Annecy et Genève. Cependant, vous-même avez assuré, auprès de moi, que Paris faisait beaucoup de bien à la province, en France, et qu'il était très malsain de prétendre que l'Île-de-France était la première région à profiter de la centralisation des fonds d'Etat. Mais je ne dois pas être assez intelligent, assez "universel", ou alors je dois être trop mystique, trop "déconnecté du réel", pour comprendre à quel point le monde a plus besoin du "Grand Paris" que d'une ligne de chemin de fer entre Annecy et Genève. En tout cas, ce n'est pas la Haute-Savoie qui financera un tel projet à elle seule.

Écrit par : rm | 12/10/2009

Très drôle, Jok. Pour ceux qui l'ignoreraient, Abel Chemoun est le héros d'un sketch des Inconnus, dont voici le lien sur youtube :

http://www.youtube.com/watch?v=3TX7PUf6W3A

Rémi, nul besoin d'être si agressif, je suis d'accord avec vous. Un train entre Annecy et Genève serait une excellente chose. Et c'est à la SNCF, donc à la France centralisatrice de se bouger... Mais en attendant, un renforcement de la ligne de bus existante me paraitrait prioritaire.

Sur ce, je dois retourner bosser, donc je ne modérerai la suite, si suite il y a, que ce soir... Bises à tous et à toutes

Écrit par : Philippe Souaille | 12/10/2009

Le nom! Le nom!... Attention! Sans ce nom, vous ne faites qu'attiser la rumeur!

Vous n'avez pas voulu comprendre mes propos. Vous préférer les traiter de fascisants. C'est vrai, ç'est plus simple!... Alors, combien de points Godwin?
Votre difficulté à vouloir comprendre m'amène à compléter mon premier commentaire.

À chaque fois qu'un parti (quel qu'il soit) n'obtient pas le résultat escompté ou que l'adversaire en obtient un meilleur que prévus, le premier trouve de multiples raisons de son échec à l'extérieur, là où il n'a aucune emprise jamais àl'intérieur, là où il est resonsable. Le réflexe est très humain, mais une analyse généralement sans grande vraisemblance et sans aucune portée pour l'avenir.
Mon propos peut être illustré aussi par la parabole de la paille et de la poutre. Une tradition récurrente et généralisée de la politique. Ne pas l'admettre est certainement plus fascisant que mes dires!...
Godwin: "Two points!" Wat? Only?... Yes, not more! It's just a bad remake!

La négation totale de ses propres erreurs et la glorification de ses "faits d'armes" est ancré dans la tradition des extrêmes. Et là... niveau glorification, j'en connais au moins un dont je tairai le patronyme par pure politesse et non pour attiser la rumeur! Mais je puis dire, pour sa gloriole personnelle, qu'il est le premier d'entre nous à avoir vérifié la loi de Godwin!

Écrit par : Père Siffleur | 12/10/2009

La France centralisatrice est partout en France, Philippe, mais ici, il faut s'adresser à Paris seulement.

Écrit par : rm | 12/10/2009

Père Siffleur, je viens de lancer les calculs de rendu du Mac pour mon film. Il annonce 17 heures, en Haute Définition... ce qui me laisse le temps de vous répondre :-)
J'ai très bien compris vos propos. Mais je ne suis pas d'accord, pour deux raisons principales qui n'engagent que moi et certainement pas mon parti, dont je doute qu'il me suivrait sur ce terrain.

1) La défaite n'en est pas une dans la mesure où il ne s'agit que d'une bataille et nullement de la guerre elle-même. Celle-ci porte sur des questions bien plus fondamentales que l'organisation de la région genevoise. A savoir comment allons-nous réorganiser le monde pour éviter qu'il ne courre à sa perte en klaxonnant... Et que les changements nécessaires ne suscitent pas une révolte ingérable de tous ceux qui vont y laisser des plumes... Mais qui refusent de l'admettre.
Que ces derniers regimbent est inévitable. Certes on aurait pu faire mieux, en matière d'aménagement cantonal, pour éviter le score des anti-frontaliers, mais je crains fort que le sieur Stauffer aurait trouvé d'autres boucs émissaires pour enrégimenter la colère populaire. Un des élus MCG, celui qui emploie 83% de frontaliers, l'a reconnu: il est entré dans ce parti en réaction aux amendes de stationnement !
Le MCG est autant le petit frère du parti des automobilistes que celui de Vigilance. En ce sens, si les Verts ont eu mille fois raison de développer les trams et le CEVA, ils ont eu mille fois tort d'oublier la Rade et d'aménager sciemment les travaux de manière à emm... le plus possible les automobilistes.

2) J'ai une vision assez spartiate des choses et des gens et je préfère mille fois un bandit d'honneur, ou un affairiste un peu limite avec le code, mais qui pense juste et qui a des valeurs, plutôt qu'un salopard qui ne prendra aucun risque avec la loi, mais qui se permettra les pires horreurs tant qu'elles sont légales. A noter que je ne place le leader du MCG dans aucune de ces deux catégories...
Dans la première catégorie, je place un Chirac ou un Villepin, qui sont des margoulins, mais qui ont eu l'attitude juste et de la classe, lorsque c'était vraiment important, en 2001-2002. Contrairement à Sarkozy, par exemple qui vendrait père et mère si c'était autorisé. Je ne dis pas que je préfère les margoulins aux honnêtes gens. Je dis que le caractère affairiste d'un leader politique n'est pas un critère de choix primordial pour moi. Et que si le mondes des affaires (au sens business) dirige le monde, c'est peut-être regrettable, mais cela vaut mieux que de le voir dirigé par des commissaires politiques. D'extrême droite ou d'extrême gauche.
Cela étant, le Parti Radical genevois nouvelle manière, tel qu'il s'est reconstruit sous la houlette de Bernard Favre, attache une importance essentielle à l'intégrité, bien plus que n'importe quel autre parti à Genève. Et je doute que l'on puisse trouver la moindre casserole aux basques de ses élus: François Longchamp, Pierre Maudet, Hugues Hiltpold ou encore Patrick Malek-Asghar

Écrit par : Philippe Souaille | 12/10/2009

Question Transports Publics, est-il normal que pour aller du centre de Saint-Julien à la frontière (soit environ un kilomètre), il n'existe pas d'abo jeune, que l'abo annuel coûte plus cher que l'abo toutes zones Genève et l'abo mensuel quasimment le même prix ? Et qu'il faille acheter le-dit abo, ou les tickets, dans un magasin de couture (!) ? Le tout pour voyager sur les TPG ?
Sans parler des horaires, qui ne sont pas franchement foisonnants. Tant que ce genre de choses subsistera, pour lesquels la responsabilité des édiles, des deux côtés de la frontière est engagée, y compris celle des élus français,les frontaliers continueront de se déplacer en voiture.

Écrit par : Frouze | 12/10/2009

Bandit d'honneur? Monsieur Madoff était-il un bandit d'honneur? Selon votre vision du monde oui! Il était un peu limite avec le code et avant qu'elles ne fondent ou qu'elles ne lui soient confisquées, il avait des valeurs (au sens business).

En tout cas, je me réjouis beaucoup de voir votre film lorsqu'il passera à Lausanne. Quand-est-ce?

J'adore les films avec les bandits d'honneurs: Farinet, Robin des Bois, Arsène Lupin... Dans le vôtre, le héro se nomme-t-il Dominique Galouzeau de Villepin? Un bandit donneur de leçon?

Écrit par : Père Siffleur? | 13/10/2009

"Dans un mois, c'est l'élection du Conseil d'Etat. Si les partis de gouvernement s'entendent pour le bien du Canton, l'affaire est limpide".

Pas si limpide que cela. Dans une élection, ce n'est pas aux partis gouvernementaux de s'entendre. Déjà le choix proposé (en réalité 8 candidats pour 7 sièges) montre la perversité du système électoral majoritaire genevois, avec ce système à 33,3 %, qui permet l'élection de gouvernants qui n'ont que rarement récolté la majorité des électeurs. Ce qui ne renforce pas leur légitimité.

Stauffer peut venir troubler ce jeu, de même que Poggia et, pourquoi pas, même Nidegger. C'est triste que ce soit eux, mais le ninisme gouvernemental durant 4 ans, consistant à ne rien faire ni son contraire, a placé Genève dans une situation difficile, ce que les Genevois ressentent durement.

Il est temps que les partis "gouvernementaux" comprennent que, pour le 15 novembre, le bilan ne va pas plaider pour eux et que les solutions à la Stauffer, irréalistes et irréalisables (demain on rase gratis) risquent d'emporter les suffrages d'un nombre inattendu de Genevois.

Écrit par : Pierre Loriol | 13/10/2009

Monsieur Loriol,

Vous avez raison! C'est d'ailleurs le même genre de propos que j'ai tenu plus haut et qui m'a valu une remise à l'ordre de Monsieur Souaille.

Mais, le seul gros, mais vraiment très gros problème, de Sieur Stauffer sera de liquider les mendiants en 45 jours, ainsi qu'il a déclaré vouloir faire!
Pour une élection du MCG au Conseil d'État, il devra ratisser large, faire des promesses de toutes sortes et surtout mendier beaucoup, lui aussi. il devra le faire à gauche et à droite, mais surtout très à droite! Dans une Cour des Miracles, tout au fond de l'extrême droite, Si bien que le capon*** (ne pas confondre avec chapon) devra ensuite se "virer" lui-même. (MCG = Mendiants et Capons Genevois?)

***Définition:
CAPON: Individu qui fait partie de la Cour des Miracle et qui est chargé de mendier dans les cabarets, les lieux publics et de rassemblement.
Il poussait les badeaux au jeu auprès de quelques camarades à qui il servait de compère. (MCG = Mauvais Compères Genevois?)

Écrit par : Père Siffleur | 13/10/2009

Monsieur Souailles n'aime pas ce que le peuple dit... Alors, au lieu de changer de comportement, de raisonnement, d'attentes, plutôt que de remettre en question les mécanismes qui assurent à sa classe, à défaut de talent, au moins certains talents, Monsieur Souailles préfère penser qu'il faudrait changer le peuple. Dont acte - ces anciens gôchistes ont un tel chic, quand ils quittent la révolte molle pour aller à la gamelle! On a presque envie de les croire, avant de les moquer, et peut-être de les plaindre.

Écrit par : caton | 13/10/2009

Caton, 14% des électeurs, ce n'est pas le peuple, c'est une petite partie de celui-ci. Un septième, très exactement...
MM Loriol et Siffleur, je ne trouve pas, moi que le bilan de ce CE soit mauvais. La dette a régressé sensiblement, les impôts de la classe moyenne ont été réduits (projet radical au demeurant) les Transports publics ont avancé (même si je regrette que les chantiers aient été gérés de la pire manière pour les automobilistes), le chômage a été contenu et son traitement s'est sensiblement amélioré, notamment du point de vue temps, de grands projets ont été lancés, comme le PAV et Genève semble pour l'instant résister nettement mieux qu'ailleurs à la crise, bien que les riches Genevois aient perdu beaucoup, énormément d'argent.
Certes, tout n'a pas été fait et les râleurs professionnels trouvent avec la crise une caisse de résonance à leurs doléances plus ou moins justifiées... Mais restons objectifs: ailleurs, c'est pire !

Écrit par : Philippe Souaille | 13/10/2009

Concernant mon film, Père Siffleur, je ne sais pas finalement si je vais le sortir à Lausanne, car cela coûte assez cher (la pub, la copie film, aucune salle à Lausanne n'étant équipée pour la HD) et nous n'avons pas obtenu d'aide de Berne. Et puis je suis beaucoup plus occupé à le vendre aux télévisions étrangères, ce qui rapporte nettement plus en termes d'argent (eh oui, il faut bien vivre) mais aussi en termes de spectateurs.
D'ailleurs il va passer à la fin novembre déjà sur la TSR et sortira également en DVD, et en Bluray, pour ceux qui tiennent à le voir en Haute Définition.
Entre nous, si vous avez de quoi dépensez 200 Francs pour un lecteur Blu Ray, n'hésitez pas, cela vaut vraiment la peine, pas seulement pour mon film, bien sûr, mais pour tous les autres, qui vont être tournés en HD à l'avenir.

Écrit par : Philippe Souaille | 13/10/2009

Concernant les chances de chacun au Conseil d'Etat: celles de M.Stauffer sont à peu près nulles. Il ne reçoit presque pas de voix en dehors de son parti. Nettement moins que les autres candidats potentiels. Il a déjà fait le plein et ses chances de se retrouver au CE sont aussi bonnes que les miennes d'être élu pape. Mais il a une telle opinion de sa propre personne qu'il est incapable de s'en rendre compte.

Écrit par : Philippe Souaille | 13/10/2009

Monsieur Souaille, vous êtes, curieusement, courtois. On s'attendrait à plus d'injures, d'opprobes de vos maitres (et donc de vous-même) envers les gueux de la droite. Et pourtant vous vacquez à vos occupations, et réservez vos phillipiques en frappant une fois à droite, l'autre à gauche. Vous êtes agaçant, mais peut être pas totalement injuste. On verra, et je suis peut-être trop... (optimiste? ridicule?...) We'll see.

Écrit par : caton | 13/10/2009

Monsieur Souaille,

Remerciements:
Merci pour les renseignements au sujet de votre oeuvre! Dommage que, pour raison d'économie, Lausanne-la-Rupestre ne soit plus dans vos projets économiques.

Mise au point:
D'abord, je confirme! Je suis un persifleur, donc un râleur. C'est mon lot!... Et j'assume!
Mais je tiens à dire haut et fort que je n'ai absolument rien d'un professionnel. Mon "oeuvre" (sic) personnelle ne me coûte que du temps. Du temps qui ne serait de l'argent que dans une optique radicalement libérale et non dans la mienne devenue anarchisante avec l'âge. Et si c'est également sans l'aide pécuniaire de Berne, certains de mes persiflages se font grâce à elle et aux Septs Nains qui y règnent.
En Suisse Romande, la satire n'a aucune chance. Elle est économiquement non viable! Le journal satirique en devenir de monsieur Barrigue nous le démontrera certainement ainsi que l'a déjà démontré un "Saturne"(au vinaigre)!
Un atavisme local, se retrouvant jusque chez les gens les plus critiques, interdit que l'on puisse se gausser de l' "Autorité" et de "Élite".

Remarque:
Dommage que vous n'ayez aucune chance de devenir Pape!
Un Pape genevois, un Pape et ses Souaille... ça aurait de la gueule!... Non?
Presque autant que l'actuel: le Berger Allemand de l'Église (Canard Enchaîné)

Écrit par : Père Siffleur | 14/10/2009

Selon Jean-Jacques, Genève et ses habitants seraient aux portes de l'enfer. Pourtant, en pleine crise économique mondiale, 99,9% de la planète semble d'un avis contraire et pense plutôt qu'accéder à Genève, c'est entrer dans l'antichambre du paradis...

Écrit par : Séraphin Lampion | 14/10/2009

Les commentaires sont fermés.