14/10/2009

Conseil d'Etat: l'anti-candidat

Il a été impliqué dans la déconfiture de la société qu'il gèrait. Mis aux poursuites pour des sommes importantes et il a eu du mal à payer ses impôts. Il a changé de parti comme de chemise. Il s'est fait retirer le permis, puis a ensuite été pincé conduisant sans permis. Il arbore au poignet une montre bling bling... qui s'avère fausse, ce qui tombe, là encore, sous le coup de la loi. La psychologue qui m'accompagnait dans une réception où il était présent, sans le connaître et sans s'întéresser le moins du monde à la politique m'a déclaré spontanément, sans que je parle de lui: « Ce type a un gros problème d'ego. Un problème énorme ».

De fait, il faisait tout et son contraire pour se faire remarquer, posant ses semelles crottées sur les chaises rembourrées pour se donner du genre avec une grossièreté peu commune.

J'entend déjà les remarques courroucées: « Ce sont des attaques personnelles ». Si fait. Sauf que quand le type en question brigue publiquement des responsabilités publiques, il me semble légitime de rendre public le sentiment qu'il m'inspire... ou celui qu'il inspire à des gens dont c'est le métier de soigner les maladies psychiques. Après tout, le peuple a le droit d'être informé. Même les 14 % du-dit peuple qui votent pour lui et dont une partie va lire ce blog.

Il est tout de même étonnant qu'avec son pedigree, "Il" soit parait-il perçu par une partie de nos corps de police comme un prétendant valable au poste de responsable du DI, donc de la-dite police.

Certes il y a des précédents célèbres, comme l'ancien bagnard Vidocq qui fut un préfet de police exemplaire du XIXème siècle. Mais Vidocq était un truand repenti et je n'ai pas entendu dire que l'individu en question se soit jamais repenti...

 

Commentaires

Il faut de tout pour faire un monde!

Ce qui m'inquiète, c'est le pourcentage de policiers élus. Un état dans l'état.

Le pouvoir du policier doublé du pouvoir du politicien, cela me fait froid dans le dos.

Bien à vous

Écrit par : oceane | 14/10/2009

Des précédents ? Il me semble que ce n'est pas nouveau que certains hommes politiques aient des casseroles, bien plus grave que celles de ce Monsieur. Souvenez-vous d'un Conseiller Administratif qui "visitait" les chiottes publiques pour trouver quelques partenaires, ou cet ancien Conseiller d'Etat qui avait aussi certains penchants scatologiques ! Je ne vous donne pas les noms, vous les connaissez aussi bien que moi. L'un était socialiste et l'autre radical.

Écrit par : octave vairgebel | 14/10/2009

La vie sexuelle des élus, entre adultes consentants, reste à mon avis du domaine privé et ne remet pas en cause - sauf preuve du contraire - leurs compétences à administrer le bien public et les fonctionnaires sous leurs ordres.

Écrit par : Philippe Souaille | 14/10/2009

Bien d'accord avec vous Philippe Souaille, mais c'est aux "partis traditionnels" qu'il appartient de convaincre les électeurs et de démontrer à l'électorat que l'impétrant est un illusionniste qui fait de la politique un peu à l'image de Berlusconi en Italie et c'est flatteur pour l'individu auquel vous faites allusion ...

Les partis traditionnels n'ont pas su convaincre, ils n'ont pas lu les préoccupations de la population, ses soucis et ses problèmes quotidiens. Ils les ont minimisés, parfois même niés, telle l'insécurité qui serait selon certaine candidate PS au Conseil d'État, "un sentiment subjectif". On aboutit aujourd'hui à ce qu'il faut bien appeler une débâcle. Débâcle pour l'image de Genève avant tout !

Pour ma part, je ne crois pas à un succès du MCG à l'élection du Conseil d'État. Une telle hypothèse est mathématiquement improbable et surtout les électeurs dans leur grande majorité, sont matures, responsables et parfaitement lucides. Ils sauront faire la part des choses et voteront avec leur tête et non avec leurs tripes !

Quant au corps de police, il faut bien convenir qu'il n'a guère été compris, ni entendu, voire valorisé par son ministre et aujourd'hui on lui présente, à lui et aux électeurs, une supposée remplaçante, pâle copie de l'original dont le bilan n'a pas convaincu, ceci pour rester dans l'euphémisme ...

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 14/10/2009

ce n'est pas parcequ'on a eu un radical et un socialiste qui visitaient les chiottes qu'on doit accepter un MCG qui les habitent. Car il ne faut pas oublier, qu'il éructe sa haine de tout et de tous, qu'il se promène armé, qu'il occulte une partie de ses origines étrangères et que si on avait appliqué à sa famille ce qu'il prône, il ne serait pas là à déblatérer.
Ceci dit, les autres partis ne devrait pas être fiers d'eux, car s'ils avaient réagi de manière plus musclée aux propos de l'anti-candidat on en serait pas là. Les "vérités" de ce personnage auraient dû, depuis belle lurette, être démontées une par une et ce depuis le jour de la création de son soi-disant parti. On l'a laissé faire pensant qu'il était plus trublion que dangereux et aujourd'hui d'aucuns s'imaginent qu'il va s'arrêter là. N'en croyez pas un mot, même si Poggia le tempère, l'anti-candidat à l'égo surdimensionné continuera à jouer les ouragans destructeurs. A-t-on déjà vu un ouragan s'arrêter pour reconstruire ce qu'il avait détruit ? C'est pourquoi nous devons nous réveiller et en masse barrer la route à l'anti-candidat hyper actif.

Écrit par : une genevoise fière de l'être | 14/10/2009

Vairgebel, je passerai le reste de vos bouffées délirantes lorsque vous les assumerez en les signant de votre vrai nom.
Jean, flatteur, oui. Berlusconi lui a en effet au moins réussi à faire fortune... Suffisamment en tout cas pour se payer de vraies montres et un chauffeur, pour sa Maserati, s'il se fait retirer le permis !

Écrit par : Philippe Souaille | 14/10/2009

Personnellement, je trouve la petite devinette ci-dessous assez réussie...

http://www.youtube.com/watch?v=1lWjvkH7-Hw

Écrit par : pascontente | 14/10/2009

Excellente, oui, "pas contente". J'oubliais l'essentiel: l'arme à feu au Grand Conseil et tout le reste, condensé ici avec talent par Pierre Weiss.

Écrit par : Philippe Souaille | 14/10/2009

Anastase, je passerai vos messages et peut-être même vos insultes, quand vous m'enverrez votre identité et une adresse valable. Ce ne sont peut-être pas les règles d'Internet, mais ce sont les miennes.

Écrit par : Philippe Souaille | 14/10/2009

Quel talent ! Cela a rapporté combien de voix au MCG ?

Écrit par : Pierre Loriol | 14/10/2009

Quelle que soit l'opinion qu'on peut avoir des qualités émérites de Monsieur S., le fait est que comme dans les cas de messieurs Bigniasca ou Bossi à qui il semble disputer le trophée de la bêtise méchante, ce gouffre de la pensée pourtant attire sur son nom un nombre "respectable" de voix.

Est-ce à dire que les programmes de ses adversaires sont trop "intelligents" pour cette partie du peuple qui lui apporte son soutien ou plutôt que, mis au fait de la réalité du pouvoir des clowns que nous élisons, ce peuple choisit ses élus en fonction du "spectacle" à venir que cette élection lui promet?

Plus prosaiquement, est-il réellement plus démagogique de dire que les frontaliers sont la cause du chômage genevois que, par exemple, de prétendre que la compétition entre les caisses d'assurance maladie est une garantie de primes moins élevées?

Écrit par : Azrael | 14/10/2009

M. Philippe Souaille, vous ne m'en voudrez pas trop de squatter votre blog pour diffuser cette interview du "Temps" consacrée à l'analyse des élections au Grand Conseil genevois de dimanche dernier. Pour ma part, je la trouve très éloquente !

Interrogé par "Le Temps" (pardon aussi et surtout à la TdG de faire cette publicité sur son site, M. J.-F. Mabut ne m'en voudra pas je l'espère ?...), le directeur du département de sociologie de l’Université de Genève, M. Sandro Cattacin estime que les partis traditionnels ont négligé les peurs des citoyens, notamment sur le terrain de l’immigration et de la criminalité :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/07a65aca-b83a-11de-9c7f-eccaae6605b2/Gen%C3%A8ve_souffre_dun_probl%C3%A8me_didentit%C3%A9

Merci de votre hospitalité M. Souaille !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 14/10/2009

Si quelqu'un a un problème d'égo, c'est souaille!

Il me semble que votre billet pue la vindicte du perdant qui a été déculotté par le Peuple.

Votre façon de faire les poubelles est détestable. Le Peuple a clairement dit ce qu'il veut et les radicaux n'ont aucune légitimité avec leur modeste 11% à venir prétendre qu'il ont un droit divin à un conseiller d'Etat.

Si on sortait toutes les casseroles de l'Entente et de leurs alliés objectifs de l'alternative, on pourrait construire une cuisine capable de ravitailler une armée.
Mais la république des coquins continuera son oeuvre nuisible et la carpe pourra continuer à gouverner pour tondre le Peuple

Écrit par : Jonhanes Brahms | 14/10/2009

Qui parle de droit divin, Brahms ? Je ne parle que du choix des électeurs. François Longchamp, avec une présence médiatique qui doit être environ du dixième de celle de l'anti-candidat, a fait quasimment autant de voix que lui (14163 contre 14870). Et nul doute que dans un mois, il en aura nettement plus. Contrairement à l'anti-candidat.
Celà ne découlera pas d'un quelconque droit divin, mais simplement du sens de de la responsabilité des électeurs.
On n'élit pas des élohims, ou des bêtes de foire, mais des personnalités qui vont devoir assumer tous les jours l'exécutif de ce canton.
Vairgebel, je le répète, nommez-vous publiquement et je reproduirai peut-être vos accusations.

Écrit par : Philippe Souaille | 14/10/2009

Vous avez omis qu'il était venu armé aux séances du grand conseil.

D.J

Écrit par : D.J | 14/10/2009

Et bien, une psychologue qui se permet de balancer comme ça, sans connaître la personne, un jugement aussi péremptoire que : « Ce type a un gros problème d'ego. Un problème énorme », moi je ne distribuerai pas sa carte de visite.

D'abord elle n'a pas à utiliser ses connaissances pour définir des personnes sans les connaître. Elle n'a pas non plus à dire qu'il y a un problème d'ego, ou alors il va falloir le dire de beaucoup, beaucoup de monde! Elle aussi en a un gros pour se permettre d'être juge des autres. De plus elle agit comme un devin, non comme une psy. Et puis, de quoi se mêle-t-elle, personne ne lui avait demandé d'expertise si j'ai bien compris...

L'argument est pour moi non seulement abusif mais probablement contre-productif, de même que les autres arguments dans ce billet. Je doute que cela puisse desservir la personne dont il est question, et que curieusement personne ne nomme même dans les commentaires. Crainte d'une plainte en diffamation?

S'agit-il de Monsieur Stauffer?

Et depuis quand le fait d'avoir eu des problèmes financiers serait-il répréhensible?

Mauvaise critique, mauvais arguments, qui ne convaincront que les convaincus.

Ma foi, il ne suffit pas de rabaisser un adversaire pour faire monter les autres... J'ai déjà écrit sur mon blog, à deux reprises, ce que je pense des positions pro-Lega, du discours sur les sdf qu'il veut parquer aux Vernets sous la surveillance de l'armée, et récemment sur une pratique fort peu courtoise du MCG. Et je ne voterai certainement pas Stauffer au Conseil d'Etat.

Le problème est: mais alors pour qui voter? Car son succès est aussi la conséquence de l'inertie et de la suffisance des autres.

En parlant ainsi de Stauffer vous continuez à faire du bruit en sa faveur.

Puissiez-vous parler d'un autre candidat avec autant de ferveur que vous en mettez à démolir celui-ci. Mais y en a-t-il un autre qui vaille une telle ferveur?

Écrit par : hommelibre | 15/10/2009

John, en dehors du fait que cette amie n'a guère besoin de votre carte de visite, ayant déjà une clientèle fort remplie, elle m'a confié sa réflexion spontanément, en privé, sans savoir du tout qui était la personne en question, n'étant pas de Genève. Elle ne trahissait aucun secret professionnel, n'établissait pas davantage une expertise, donnait juste son opinion, comme quand on est au bistrot et qu'on regarde passer les gens... Sauf qu'elle est psy et même une excellente psy, reconnue et honorée par ses pairs. Et d'une intuition très au-dessus de la moyenne, effectivement, si c'est ce que vous appelez "agir comme un devin". Nieriez-vous John, que certain(e)s soient plus sensibles que d'autres à cet égard ? Cela dit, c'est moi qui ait choisi de rendre sa réflexion publique (ce qui n'était certainement pas intention), car elle confirme parfaitement mon sentiment. Je comprend que cela vous heurte, puisque vous n'avez pas du avoir la même première impression à l'égard de la personne que vous citez. Sinon, vous n'auriez jamais été un compagnon de route du MCG...
Il faut se méfier des premières impressions. A lire votre blog, par exemple, j'ai d'abord pensé que vous n'étiez qu'un phallocrate borné, puis je vous ai découvert peu à peu, j'ai appris votre histoire, et j'ai compris que vous étiez d'une profondeur bien plus grande. Et puis quelqu'un qui aime Gérard Manset ne peut pas être foncièrement mauvais... Vous êtes devenu mon ami. Seulement, il arrive que les premières impressions se confirment, jour après jour et même s'amplifient. Le portrait que je dresse est très en dessous, niveau gravité, de ce que révèlent d'autres blogueurs de la TDG, comme M. Zaugg, au sujet de ce Monsieur Stauffer dont vous parlez...
Faillites à répétition (trois comme, Bush junior !), passage en prison, démmêlés avec la pègre... Et même cette histoire de services secrets dont il se vante, contrairement à la discrétion élémentaire liée au métier...
Il se trouve qu'en tant que reporter, j'ai approché quelques-uns de ces grands malades obsédés par le pouvoir, généralement prompts à abuser les foules populaires, grâce à une forme de charisme quasi animal, s'appuyant sur une sûreté d'eux-même hors du commun. Ce que mon amie appelait l'ego hypertrophié. En règle générale, ils sont dangereux.
Maintenant, que mes réflexions n'atteignent pas les idolâtres, j'en suis conscient. Ils sont selon moi perdus pour quelques temps... Seule l'épreuve du temps et de la réalité pourra leur ouvrir les yeux. Seulement, je n'ai pas du tout envie que ce temps se déroule au pouvoir, car c'est infiniment dangereux. Les dégâts qu'une personnalité comme celle qui est décrite peuvent y causer sont gigantesques et pourraient être irréparables.
Ce qui m'importe, c'est que les sept personnes qui soient élues le mois prochain soit des personnes saines d'esprit et soucieuses du bien commun au moins un peu, plutôt que de prétendre aimer le peuple uniquement pour pouvoir s'en servir de marchepied. Des personnes compétentes dans leur domaine. En l'occurrence, j'en vois un qui n'est compétent dans aucun domaine, si ce n'est au concours de la plus grande gueule... Son succès est essentiellement la conséquence de la complexité des problèmes de l'heure et de la difficulté à les résoudre. Une difficulté bien réelle et dans ce genre de cas, les hommes providentiels sont généralement annonciateurs de catastrophes. En premier lieu pour ceux qui se laissent berner. Dont je me réjouis que vous ne soyez pas... En fait il suffit que 70% des votants ne soient pas dupes et en ce sens, mon papier peut permettre d'éclairer quelques lanternes.
Je ne crois pas avoir jamais éprouvé de ferveur pour qui que ce soit. Je connais en revanche, parmi les candidats, des personnes de grande valeur et depuis longtemps: François Longchamp et David Hiler, qui sont des amis de longue date, mais aussi Mark Müller, le Dr Unger et Isabel Rochat. Et même Charles Beer, que je respecte. Je connais moins Mmes Pürro et Künzler, même si je les ai côtoyées dans nos activités politiques respectives. Indépendamment du poids de leurs partis, je voterai, en 7ème, pour celle qui aura compris qu'il faut offrir aux gens - et notamment aux pendulaires - des solutions efficaces et pratiques leur permettant d'éviter le centre ville en voiture: des P+R et des transports publics (vive le CEVA), mais aussi une nouvelle traversée.

Écrit par : Philippe Souaille | 15/10/2009

Certaines personnes portent un pyjama Superman. Superman porte un pyjama Eric Stauffer

La seule chose qui arrive à la cheville d'Eric Stauffer... c'est sa chaussette

Dieu a dit: que la lumiere soit! et Eric Stauffer répondit : On dit s'il vous plait.

Quand Google ne trouve pas quelque chose, il demande à Eric Stauffer

Écrit par : ngeta | 15/10/2009

Le propos de Mr Souaille est extrêmement intéressant. Il dit que Mr Stauffer a un ego hypertrophié. Mais qui dit que les autres candidat(e)s n'en ont pas autant à leur service ? Pour ma part je pense que l'hypertrophie de l'ego est le trait de caractère le plus répandu que l'on puisse observer chez nos hommes et nos femmes politiques. Et c'est bien là une grande partie ( voir peut être même l'essentiel ) de notre problème...!

Des hypertrophies de l'ego, il y en a de toute sorte, il y en a des flatuleuses, des discrètes, des masquées, des pérorantes, des incapables de reconnaître leur erreurs, etc...


Du point de vue topique ( cf. la topique freudienne = division de l'instance psychique entre un moi ( ego ) un ça et un surmoi ) la problématique d'un moi hypertrophié est très souvent voir presque toujours liée à la faiblesse d'un surmoi déficient qui surveille et contrôle mal un moi qui n'a dès lors plus de limite à son expansion et ne se soumet plus vraiment à son "auto-critique".

==> Le danger vient donc non d'un moi hypertrophié mais bien de sa cause qui est la déficience de cette instance critique qu'est le surmoi ==> ce qu'on peut résumer par un déficit de la fonction auto-critique. ==> Alors Mr Souaille si vous regardiez bien ce qui s'est passé cette dernière législature vous vous apercevriez que la débacle de ce week-end des partis gouvernementaux est bien venue de leur incapacité "critique" à se regarder eux-mêmes et à mesurer les effets sur le peuple de leur politique. Vous avez dit vanité, egos hypertrophiés... Regardez bien le reste de la classe politique de ce canton et vous vous apercevrez que la vanité et l'amour de soi, le déficit d'analyse critique de leurs propres actes, y est une des "qualités" les mieux partagées... ( malheureusement pour nous ! )

simplement

Écrit par : nocommento | 15/10/2009

Vous avez en grande partie raison, nocommento, en ce sens que pour faire de la politique, mieux vaut avoir un ego surdimensionné, ce qui implique généralement (mais pas toujours) un déficit de la fonction auto-critique. Il arrive cependant que les deux soient hypertrophiés, donnant des phases alternatives d'euphorie et de dépression... Mais là n'est pas la question.
Le problème est d'une part qu'il y a des degrés dans l'inflation du moi, ce que votre propos laisse sous silence et que le cas dont nous parlons est probablement un cas d'école... Et d'autre part qu'il n'y a pas, à mon sens, de réelle solution au problème du "peuple" de ce canton. Le mot peuple étant à mon avis à prendre au sens de "classes populaires" et éventuellement de "classes moyennes".
Les conditions de vie du petit peuple et des classes moyennes de Genève ont été, ces dernières décades, parmi les 2 ou 3 meilleures du monde, à classe sociale équivalente. Voire les meilleures du monde. Ce du fait d'un environnement économique qui n'existe plus et qui n'existera plus.
D'un autre côté, l'environnement écologique fait que l'extension de notre niveau de vie à l'ensemble de la planète n'est pas possible. Le manque de ressources et la question des déchets font qu'il va falloir partager. La pression qui monte des pays émergents, en attendant le reste des pays pauvres est forte. Très forte. Pour que eux puissent améliorer leur qualité de vie, nous allons devoir réduire la nôtre. Genève, symbole de prospérité affichée est forcément en première ligne.
Penser comme le font le MCG ou l'UDC qu'il suffit de se barricader pour l'éviter est d'une grande bêtise, car nous tirons précisément notre prospérité quasiment exclusivement de nos contacts avec l'étranger. Fermer les frontières d'une quelconque manière, maintenant que l'étranger a compris comment les choses fonctionnaient, serait se tirer une balle dans le pied.
Une autre chose que partagent assez généreusement les politiques, c'est le manque de courage. Il faut savoir éviter de prendre des risques pour assurer son élection... (Mais le courage sans intelligence est pire encore, si vous voyez à qui je pense) Donc personne n'ose dire la vérité au peuple:
Notre prospérité passée, c'est du passé, il va falloir faire avec davantage de chômage, moins d'argent et plus de travail (au sens travailler plus durement). Il faut arrêter de se luger, en bref... Travailler plus pour gagner moins... Mais cela n'est pas la faute des politiques, c'est juste que l'Histoire continue, que la gouvernance mondiale se renforce, que c'est une excellente chose pour l'ensemble de la planète, mais que les niches privilégiées de l'ancien système, dont nous étions parmi les plus belles, ne peuvent plus profiter des mêmes avantages.
Anastase enfin, c'est très aimable au collectif que vous prétendez être d'instruire ainsi de telles enquêtes, à priori truffées d'erreurs, sur ma petite personne, ce qui lui donne précisément l'importance que vous lui niez. Oubliez-moi si je vous dérange tant.

Écrit par : Philippe Souaille | 16/10/2009

Tout ce que peuvent faire, en fait, les politiques, c'est gérer au mieux ce retournement de conjoncture, pour en atténuer les effets. Et c'est ce qu'ils font. Ailleurs c'est pire et c'est pourquoi Genève conserve sa force d'attraction.
De plus, comme par hasard, ceux qui mettent des bâtons dans les roues des projets de développement et d'infrastructure sont souvent les mêmes que ceux qui râlent que les politiques ne font rien...
L'exemple du MCG et du CEVA est particulièrement frappant !

Écrit par : Philippe Souaille | 16/10/2009

tous les politiciens veulent sans exceptions le bien de leurs electeurs en particulier et des autres en general, le probleme est qu'ils veulent atteindre cet objectif avec notre argent... mais une fois elus .....les excuses arrivent a flot.

Écrit par : 100blagues | 16/10/2009

Les frontaliers volent-ils le job des Genevois ? Ce sont les Genevois qui n'en veulent pas, ou qui n'ont pas les compétences dans les domaines requis, écrit le Temps, à l'issue d'une vaste enquête

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/54050b56-b9ce-11de-93cb-cce1da7c69cf/Frontaliers_la_dispute_et_les_faits

Écrit par : 2JR | 16/10/2009

"Ce sont les Genevois qui n'en veulent pas, ou qui n'ont pas les compétences dans les domaines requis,"

Et aussi surtout,c'est qu'il n'y a pas assez de genevois pour occuper les jobs pris par les frontaliers.

D.J

http://leblogdjetliberte.blog.tdg.ch/

Écrit par : D.J | 17/10/2009

Saviez-vous que c'est Rappaz qui a tourné la vidéo présentant un footballeur noir qui se promenait aux Pâquis comme un dealer? Quel cinéaste...

Et voici ce que le collectif Swissafro a préparé en réponse au MCG:

http://www.facebook.com/reqs.php#/video/video.php?v=317119005102&ref=nf

Le monde à l'envers: selon le conducator, c'est le footballeur qui aurait dû le contacter pour lui demander de lui présenter des excuses... et lui masser aussi les pieds tant qu'on y est?

Écrit par : tictac | 19/11/2009

Les commentaires sont fermés.