31/01/2010

Un pow wow plutôt que de jeter de l'essence sur le feu

Mon texte d'hier, lettre à des musulmanes voilées, appelle quelques précisions.

Je ne représente aucun parti, même si je suis membre de deux (un en France et un en Suisse), encore moins un quelconque pouvoir politique ou étatique et ne m'exprime ici qu'en mon nom personnel.

A aucun moment je ne prône l'interdiction du voile. Je remarque juste que de le porter, c'est jeter de l'huile sur le feu, et cela ne me parait pas être ce dont on a besoin en ce moment.

Je ne suis pas un fan des interdictions, en général, mais d'un autre côté, une société pour fonctionner, a besoin de règles. Donc d'interdits. Pour que la liberté de parole et d'action ait du sens et ne vire pas au n'importe quoi, comme en ce moment d'ailleurs sur ces blogs, du fait d'une poignée de fous et folles furieuses.

Maintenant, pourquoi est-ce que même à moi, qui suis considéré comme quelqu'un de particulièrement ouvert et tolérant, frotté au monde depuis des décennies, le voile fout la trouille ?

D'abord une précision, pas tous les voiles. Le voile des touristes du Golfe, même le masque de cuir, ne me dérange en rien. Ce sont des touristes, qui ne remettent pas en cause mon mode de vie, à aucun moment. Le voile des femmes visiblement à peine sorties de leur village, que l'on peut croiser en ville, réfugiées ou à l'inverse épouses ou membres du personnel diplomatique, ne me dérangent pas davantage. Elles sont dans leur coutume, l'assument et au contraire je trouve cela plutôt sympa.

 

Le voile qui me dérange clairement, c'est celui de ces jeunes femmes, orientales, africaines, maghrébines, européennes ou même afro-américaines qui ne le portent que depuis peu, pour souligner une conviction. Cette conviction n'est pas la mienne, mais en soi, cela ça m'est égal si elle n'empiète pas sur ma liberté. Ce qui me dérange, c'est précisément ce qu'elle signifie quelque part: l'Islam progresse, mais pas n'importe quel Islam. L'Islam du commun des mortels, musulmans ou musulmanes, ne me dérange en rien. Il n'oblige pas les femmes à se voiler lorsqu'elles sont en occident. Il dit juste qu'elles doivent être couvertes. Ce qui reste une notion très relative, comme me le rappelait, en bikini, une jeune sénégalaise qui venait de remporter un concours de Miss Suisse Black... Attention je ne dis pas que pour être acceptée, les musulmanes doivent se mettre en bikini. Habillées, cela me va très bien aussi... je dis juste que « couverte » cela veut dire « pas toute nue ».

Et c'est évidement, une injonction masculine...

Le message islamique qui est véhiculé par ces jeunes femmes voilées, c'est un Islam rigoriste, celui des intégristes, même si c'est à des degrés divers, vécu comme une réponse à notre société occidentale. Une réponse agressive. Ce voile là, je l'ai vu de mes yeux progresser comme une trainée de poudre à Harlem (chez les blacks muslims, il y a déjà plus de vingt ans) au Maghreb, en Egpyte, dans nos banlieues, et aussi en Afrique Noire, dans des pays où jamais, jamais, les femmes n'avaient été voilées. Alors qu'aujourd'hui, ce sont les petites filles qui le sont, évidemment sans vraiment leur consentement.

C'est un symbole, comme les minarets et comme la barbe des hommes. Sauf que la barbe, il y a des tas de gens qui la portent sans être musulmans et que c'est donc moins voyant. Ce symbole a tendance à me hérisser le voile, pardon, le poil, car même si je n'ai jamais lu le Coran intégralement j'ai assez voyagé en terre d'Islam pour savoir que je ne voudrais pas y vivre à long terme et encore moins être soumis à ses règles. Et que cet Islam là n'a rien. Mais strictement rien à voir avec la laïcité, il en est même l'exact opposé. Un débat global avec ses responsables serait nécessaire, pour fixer les règles du vivre ensemble, comme cela fut le cas avec les églises chrétiennes il y a un siècle.

Cela permettrait de décrisper le débat, en fixant des règles équitables et tolérables, qui ne risqueraient pas d'être remises en question à tout bout de champ, comme c'est le cas actuellement.

Le problème, c'est qu'il n'y a pas de responsable, ou plutôt qu'il y en a une floppée. Chacun n'étant responsable que de lui-même. Et qu'entre un musulman laïc et un islamiste, il y a autant de différence qu'entre un franc-maçon et un intégriste d'Ecône. Mais ce débat, il faudra le mener, sérieusement. Posément. Dans le but d'obtenir des résultats, quitte à marginaliser clairement ceux qui ne voudraient pas s'y plier. On en revient là à l'exigence d'une autorité de l'islam en Suisse. Pour savoir à qui l'on parle. Reste à la créer.

Commentaires

Un vote démocratique organisé par la communauté musulmane de Suisse pour créer cette autorité? Bonne idée. Oui, il manque une structure claire qui puisse se mettre à table avec nos politiciens, éventuellement avec les rabbins et évêques des autres Eglises issues de la lignée d'Abraham. Votre mise au point, Mr Souaille, était nécessaire car le voile brouille toutes les pistes. Entre constater une progression d'un islam agressif et la tolérance de la construction d'un minaret supplémentaire ou la demande très minoritaire du port du voile par une jeune fille durant un match de basket, il faut trouver une ligne claire décidée ensemble avec les communautés d'intérêts. Ainsi les chiens enragés ne pourront plus avoir de capacité de nuisance à part leurs éructations ridicules, et les jeunes filles (pour ne citer que ce cas) sauront qu'une autorité religieuse légitime de leur bord à accepter (peut-être) la neutralité et l'absence du couvre-chef durant un match de sport. Dès lors, elles n'auront plus qu'à l'accepter ou, effectivement à se retirer dans les gradins pour voir leurs copines jouer. Les accusations de racisme de la jeune fille ne seront par conséquent plus acceptables de notre part. Et je pense que vu l'intelligence de cette jeune fille, elle saurait laisser tomber d'elle-même cet argument-là. Bonne journée à vous

Écrit par : pachakmac | 31/01/2010

C'est étonnant, j'aurais dit le contraire ;-)

Je veux dire par-là que les voiles intégraux, becs et autres (désolée ça va pas être objectif) "muselières" en cuir des touristes me choquent bien plus que le foulard de celles qui choisissent de le porter...

Après, c'est évidemment dû au fait que je me fixe sur l'aspect volontaire de la chose plus que sur les intentions. L'aspect en lui-même ne me parle d'ailleurs pas de la même manière. Tout en évitant de juger au maximum, j'avoue rester parfois muette devant certaines proportions. Je pense néanmoins que les intentions de celles qui le portent sont multiples*. A la limite, s'il fallait considérer que le voile est un indicateur de progression de rigorisme (analyse qui nécessite d'être nuancée et à mon avis réversible), je dirais que cela a au moins le mérite de rendre ce phénomène visible. C'est toujours mieux que de voir les évangelistes cacher leur morale chrétienne sous la burka des coûts économiques ;-)

*voir notamment "Les filles voilées parlent", des entretiens réalisés entre autres par le sociologue Pierre Tévanian avec des jeunes femmes voilées en France. L'étude ne se veut pas représentative, mais ça peut être un moyen d'entamer une démarche plus compréhensive.

Écrit par : Audrey | 31/01/2010

Les commentaires sont fermés.