01/02/2010

Agora, un film d'une actualité brûlante

J'ai été voir dimanche soir un excellent film, que je reccomande à tous: Agora. L'histoire de la conquête d'Alexandrie au IVème siècle, par les fanatiques chrétiens. Qui exterminent les païens (grecs et égyptiens) puis, sous la conduite de l'évque Cyrille, les juifs... et finalement les chrétiens pas d'accord avec le massacre des précédents. Et enferment les femmes derrière leurs voiles. rappelant ce passage des Ecritures qui dit que les femmes doivent être réduites au silence.

Amenabar a signé là un un grand, un très grand film. Hipathie en est l'héroïne personnage bien réel, féministe grecque, astronome et philosophe réputée, qui ne voulut pas se soumettre à loi d'un dieu dont elle voulait pouvoir continuer à douter.

Commentaires

Ce film est un merveilleux concentré d'histoire. Tous les ingrédients des affrontements actuels entre fanatiques religieux et esprits libres, entre pouvoir temporel et pouvoir religieux, entre féminisme et pouvoir mâle y sont déjà. Et pas du fait de l'invention du cinéaste, mais parce que ces évènements, avec ces ingrédients, se sont bel et bien déroulés.

Écrit par : Philippe Souaille | 01/02/2010

Saint Paul dit effectivement que les femmes ne doivent pas prendre la parole en public. Mais est-ce qu'inconsciemment, quand on refuse aux femmes le droit de porter le voile islamique, est-ce qu'on ne réagit pas toujours spontanément à ce principe qu'une femme n'a au pas le droit d'exprimer en public sa conviction personnelle, puisque les marques distinctives arborées par les mâles font l'objet de moins nombreux débats? Ce n'est pas la présence du voile qui est en cause, car nous parlons des femmes qui le portent volontairement, et non de celles qui sont contraintes à le faire par un pouvoir extérieur à elles-mêmes. Pour le voile, cependant, dans saint Paul, on trouve que la femme qui prie doit être voilée, et cela s'est retrouvé dans le voile des nonnes, et elle doit être voilée seulement des cheveux, parce que les cheveux sont un ornement physique et que les anges ne regardent que l'âmeet ne doivent regarder que l'âme. Le reste du temps, néanmoins, saint Paul ne dit pas qu'elles doivent être voilées, ce qui signifie que la femme musulmane est censée être en prière continuelle, du point de vue de saint Paul.

Écrit par : RM | 01/02/2010

"Tous les ingrédients des affrontements actuels entre fanatiques religieux et esprits libres, entre pouvoir temporel et pouvoir religieux, entre féminisme et pouvoir mâle y sont déjà. Et pas du fait de l'invention du cinéaste, mais parce que ces évènements, avec ces ingrédients, se sont bel et bien déroulés."

Et bien, si en seize siècles, vous et les vôtres avez été infoutus de gagner, vous ne gagnerez pas cette fois non plus, parce que vous ne gagnerez jamais !

Et je crois que c'est tant mieux. Parce que le fanatisme des tolérants, des esprits qui s'autoproclament libres, est certainement le pire de tous.

Écrit par : Scipion | 01/02/2010

Tel que vous présentez ce film que je n'ai pas vu, il ne mettrait en scène que des antagonismes caricaturaux.
Même si ceux-ci existent, il n'en reste pas moins que face aux "esprits libres" il n'y a pas, fatalement, que des "religieux fanatiques" etc.
Parlons aussi de l'immense majorité des croyants et des pratiquants, toutes religions confondues, et qui demandent simplement que ne soient pas montés systématiquement en épingle les faits divers qui contribuent à discréditer lesdites religions.

Forcer le trait est le propre de toute oeuvre d'art, cinématographique ou autre, mais de là à prendre cela pour de "l'argent comptent", il y a une marge.

A moins bien sût, que l'on veuille contribuer à faire monter la mayonnaise ...

Écrit par : Santo | 01/02/2010

Allez le voir Santo (il passe encore à 18h ce soir à Ferney), et revenez en parler. Je ne crois pas qu'Amenabar ait voulu "faire monter la mayonnaise". Il est évident que quelque part, les chrétiens d'alors sont dans le rôle des intégristes musulmans d'aujourd'hui, les juifs dans le leur, éternel, et les philosophes grecs, d'inspirations païenne ou athée, plus ou moins protégés par le pouvoir romain, dans celui des libres penseurs occidentaux.
Mais c'est la réalité historique. Epluchez les livres d'histoire, ou plus rapidement Wikipedia et vous pourrez constater que tout y est. Oreste, Hypathie, Cyrille, c'est un moment d'Histoire passionnant et pas un simple fait divers.
J'espère comme vous qu'une majorité de gens normaux, croyants ou non, cherchent simplement à vivre en paix. Il n'en est pas moins vrai que les guerres de religion et les fanatismes en tous genre y compris athée (j'inclus le communisme et la Terreur dans le lot, ce qui est un peu abusif, mais passons) ont été un des grands pourvoyeurs de massacres de l'histoire.
Les gens ouverts et tolérants sont rarement des agitateurs, des leaders naturels des foules en liesse... De même qu'ils arrivent rarement au pouvoir temporel... Pour essayer de contrer ces excès, on a inventé la laïcité. Qui fonctionne pas trop mal, mais qui implique des concessions de part et d'autre. Certains intégristes tentent de jouer au judo avec la laïcité, de la pousser dans ses derniers retranchements. C'est dangereux. Pour tout le monde.
Et je sais moi que si mes règles et mes lois tendent à donner des droits à mon ennemi potentiel, le fanatique religieux, et j'en suis heureux, et je trouve cela nécessaire, ses règles et ses lois, s'il parvient au pouvoir, et son envie naturelle, le feront hésiter entre m'égorger, m'exiler ou me réduire au silence. Et je n'ose même pas penser à ma compagne et à mes enfants.
Donc pour préserver cet équilibre auquel je tiens, je dois y réfléchir et prendre mes précautions.
Le gentil film de 2' qu'Inside a mis en ligne sur tous les blogs hier montre une Suède de carte postale où tout le monde est beau, gentil et voilé s'il en a envie, dans des piscines réservées aux femmes voilées à heure fixe etc...
Sauf que la Suède n'a pas vraiment connu de guerre de religion dans son histoire, qu'en réaction à ces largesses, les scores politiques de l'extrême droite montent en flèche, que les bagarres entre communautés ethniques sont de plus en plus nombreuses, comme dans les pires ghettos de New York, que les musulmans y sont vingt fois moins nombreux qu'en France (et 3 à 4 fois moins nombreux en proportion)... et que les immams y sont formés par le gouvernmement suédois.

Écrit par : Philippe Souaille | 01/02/2010

@Philippe Souaille.
Vous vous battez pour la laïcité, et vous avez raison.
Sauf qu'une laïcité réussie, est celle qui "digère" les religions, et non pas celle qui les vilipende, les considère d'une manière goguenarde et caricaturale, ou peint le diable sur la muraille à des fins politiques, journalistiques, esthétiques ou idéologiques.

La laïcité devrait être le fruit d'une juste distillation des croyances, ayant pour objectif d'en dégager certaines valeurs éthiques universelles que l'humanité colporte d'une manière stratifiée, tant bien que mal (parfois très mal), depuis le moment où certains singes se sont redressés sur leur pattes pour contempler le cosmos et les mystères transcendants que celui-ci inspire.

En cultivant les phobies immédiates et qui font frémir, du genre : "je n'ose même pas penser à ma compagne et à mes enfants", cela fait penser à ceux qui vont beaucoup plus loin en disant : "que feriez vous si votre femme était violée et vos enfants massacrés par des extrémistes religieux".
On pousse dès lors les uns et les autres dans des retranchement qui éloignent toute possibilité de vrai dialogue avec l'Autre. Surtout dans une Suisse dont les nerfs sont actuellement à fleur de peau ...
Autrement dit, à l'inverse ou en contrepoint de ce que vous écrivez, c'est parfois la laïcité qui peut pousser les religions dans leurs retranchements.

Il est vrai que notre culture est devenue "immédiate", en butte à l'actualité et à ses vertiges, aux scoops journalistiques et à la nécessité de mobiliser rentablement l'intérêt d'un public blasé, car bombardé en permanence d'informations en tous genre. Comme les chats sensibles à certains tropismes, nous réagissons principalement face à tout ce qui bouge !

En me citant Wikipedia, vous me faites précisément bondir, car cette encyclopédie interactive répand urbi et orbi des informations non vérifiées, et dont beaucoup sont fausses.
Ma bibliothèque privée, qui compte environ 4000 ouvrages (dont les plus anciens remontent à la première moitié du 16e siècle) me sont des références bien plus utiles que le maelström d'Internet, où le bouillonnement d'idées fonctionne avant tout pour frapper les imaginations de ceux qui ne lisent jamais ou on renoncé à le faire.

Écrit par : Santo | 01/02/2010

Santo, il y a cependant une différence avec la modernité. Du moins si je considère ma façon de penser comme représentant de celle-ci.
Hipathie, dans le film, progresse dans son savoir astronomique parce qu'elle pense que si dieu a créé l'univers, il l'a forcément créé de la manière la plus simple, la plus pure possible. En fait elle est chrétienne (nestorienne ?), voire pré-islamique dans sa démarche unicitaire. C'est du moins comme cela qu'Amenabar la voit et là, je crois qu'il extrapole car les détails de sa philosophie furent brûlés par l'évèque Cyrille. On ne les connait donc qu'indirectement.
Les penseurs plus récents ne mettraient jamais en avant cette idée de simplicité, d'unicité ou de pureté... L'Univers est complexe, infiniment complexe et divers et même les lois physiques les plus simples peuvent devenir aléatoires en physique quantique. Alors l'idée d'un dieu créateur ayant réponse à tout, à l'origine de tout...
L'autre constat étonnant que l'on peut faire à la lumière du film (et des lectures historiques que j'ai pu faire sur cette période régressive), c'est l'insondable vacuité des questions sur lesquelles ratiocine durant des générations la théologie de l'époque (après avoir proprement assassiné la recherche scientifique véritable, grecque et hindoue, donc interdites), pour savoir par exemple si Jésus est le fils de dieu, ou une excroissance de dieu, ou un simple prophète... Et si l'Immaculée conception a droit au titre de Mère de dieu ou non...
Ils en discutent durant des siècles, font des congrès mondiaux (rapportés à la globalisation de l'époque), s'étripent et s'excomunient, passent des villes entières au fil de l'épée pour s'être ralliées à telle ou telle cause. Pour eux, l'essentiel du savoir se résume à cela.
Pendant ce temps, la science véritable, dont ils ont brûlé les parchemins et écartelé les savants, entre en léthargie pour dix siècles, sauvée in extremis par les perses et les andalous musulmans et juifs, puis par les catholiques, d'après Thomas d'Aquin...
Dix siècles de perdus, à l'échelle de l'humanité consciente, c'est énorme. Et ce n'est pas "un détail de fait divers".

Wikipedia répand urbi et orbi des informations. Vérifiées et amendées par qui veut bien le faire. Des études comparatives ont prouvé qu'elle ne comportait guère davantage d'erreurs que l'Encyclopediae Britannica, considérée comme la référence en la matière. En l'occurence, 162 contre 123, sur un panel d'articles pluridisciplinaires.
Evidemment, sur un sujet très polémique, je prendrai wiki avec des pincettes, mais là, compte tenu de la bibliographie jointe et de mes lectures antérieures sur cette période fascinante... mais antérieure au XVIème siècle, je retiens, c'est un bon résumé.
En ce qui me concerne, ma bibliothèque s'est sérieusement réduite suite à plusieurs déménagements. Il doit m'en rester combien attendez je regarde, à raison de 3 à 400 par étagère Billy, on en est à 1500 environ, tous lus, évidemment, de même que les 3 ou 4 000 de chez ma mère dont je viens de me débarrasser le mois dernier, et les nombreuses centaines que je revendais lâchement aux Puces à vil prix un bouquiniste lorsque j'en faisais la critique pour la Tribune... sans compter les articles de revues... En fait, depuis ma tendre enfance, je lisais un bouquin par jour... Mais depuis quelques années, ça m'a passé. Je préfère écrire. Et voyager en vrai, plutôt que dans les livres.
Bon on arrête de jouer à qui a la plus grosse ?

Écrit par : Philippe Souaille | 01/02/2010

@Philippe Souaille.
Il est banal de dire que l'Histoire est faite de flux et de reflux. "Les dix siècles de perdus" dont vous parlez, sont sans doute comparables à la jachère pour un terre cultivée. J'ose cette métaphore, car un forme de jachère est nécessaire pour favoriser les cycles fertiles de tout domaine cultivé.

Les êtres humains auraient très bien pu vivre déjà sur notre planète à l'époque des dinosaures il y a 100 millions d'années, sauf qu'il fallait laisser à l'évolution le temps de se faire.
Lorsque l'être humain eut atteint son "seuil d'efficacité" il y a quarante mille ans, pourquoi a-t-il fallu attendre encore 35.000 années pour que les premières grandes civilisations n'apparaissent ?
Autrement 10 siècles "de perdus" à l'aune de cette réflexion, ce n'est vraiment pas grand chose ! Comme dit le proverbe, "plume à plume se plume l'oie".

Lorsqu'on voit par ailleurs les dégâts peut-être irréversibles que la science mise durant ces fameux dix siècles sous le boisseau, a provoqués sur Terre en l'espace d'à peine un demi-siècle, on se surprend à regretter le Moyen-Age, son obscurantisme, ses ridicules controverses et son fables courtoises ...

Écrit par : Santo | 01/02/2010

Tien,voilà un bon film à voir. Il y a aussi le Film de Ridley Scott " kingdom of haven " sur les croisades et la reprise de Jérusalem par Saladin.

D.J

Écrit par : D.J | 01/02/2010

Pensez-vous vraisemblable, Philippe, que vous ayez aussi souvent raison que vous en êtes persuadé?

Écrit par : RM | 01/02/2010

Je n'arrête pas de me tromper Rémy... Et je ne considère rien comme acquit. Ni ce que je sais, ni ce que je lis. Je doute en permanence. En tout cas j'essaie. Contrairement à vous qui faites sans cesse référence à vos auteurs favoris et à leur vision du monde... Tel qu'il était de leur temps. Qui n'est plus le nôtre.

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis et sincèrement, très humblement, je ne pense pas en être un. Mais je peux me tromper.
Cela ne m'empêche aucunement d'avoir un avis sur les choses, pas forcément toutes, mais un certain nombre sur lesquelles je réfléchis, me documente et expérimente depuis un certain nombre d'années. Et oh, comble de la prétention, comme tout le monde ici, j'ose défendre mon point de vue. Avec mordant, soit, mais j'essaie, sans méchanceté. Juste une ironie cinglante, de temps en temps, quand on me titille.

Et puis aussi, j'écris des livres et je fais des films sur ce que je pense et crois avoir compris du monde. Comme beaucoup d'autres avant moi. Ils ont pour l'heure un succès d'estime, pas de gros succès commercial (ça c'est bien dommage, mais si c'est que je voulais le plus, j'écrirais des SAS, je suis à peu près certain que je saurais...). Généralement, les gens qui écrivaient jadis des livres du même genre que les miens, n'écrivaient pas en même temps sur un blog, parce qu'internet n'existait pas.
Certains d'entre eux sont devenus célèbre, de leur vivant ou après leur mort, et vous en citez donc quelques uns, qui sont devenus vos modèles, vos gurus, vous sources d'inspiration. D'autre sont sombré dans l'oubli ou n'en sont jamais sorti.
Je ne sais pas ce qu'il adviendra de ce que j'écris. Et en dehors du fait que j'aimerais pouvoir mettre davantage de beurre dans mes épinards, je m'en fiche. J'essaie de faire du mieux que je peux, cela me suffit.
Est-ce grave docteur (de la foi) ?

ps: là je vais vous laisser et je l'écris officiellement, pour ne plus pouvoir y revenir: je suis en train de terminer un script que je dois déposer et je suis en retard. Je ne devrais pas être en train d'écrire ici. Donc je boucle pour quelques jours, probablement quelques semaines.
A+

Écrit par : Philippe Souaille | 01/02/2010

@ RM: si c'est le voile qui est en première ligne, plutôt que les tenues des hommes, c'est juste parce que les islamistes en robe dsilamistes sont plutôt rares par chez nous. Ils se planquent dans les banlieues frouzes et laissent leurs femmes monter à l'assaut.

Écrit par : paul abdul | 01/02/2010

Philippe, il ne faut pas confondre le monde qui change et les idées à la mode, qui changent aussi.

Écrit par : R.M. | 02/02/2010

Que je fasse allusion à mes auteurs de prédilection montre que je ne fais pas aveuglément miennes leurs idées, puisque je sais qu'elles viennent d'eux, tandis que beaucoup répètent ce qu'ils ont entendu dire ou ce qu'ils ont lu chez des autorités consacrées, comme si ce que ces autorités énonçaient relevait de l'évidence, comme si pour être intelligent il fallait bêtement reprendre à son compte ce qu'elles énonçaient. Moi, je pense, honnêtement, Philippe, que vis à vis de vos certitudes héritées d'un bagage culturel coloré d'une façon qu'il n'est pas difficile de voir, vous n'êtes pas aussi critique que vous vous l'imaginez. Je pense par exemple que vis à vis des religions en général, vous éprouvez une sorte d'antipathie spontanée et instinctive, plus que vous n'avez des pensées équilibrées et claires sur la question. Cela vient peut-être de votre éducation, ou alors de ce que, dans une autre vie, vous avez trop aimé une religion en particulier.

Écrit par : RM | 02/02/2010

Rémi, il est évident à la lumière d'une comparaison de vos lectures enfantines et des miennes que vous avez un goût pour le fantastique et le merveilleux que je n'ai pas. Goût qui se retrouve, forcément, dans vos choix métaphysiques. C'est votre droit, et vous faites certainement partie de la majorité qui a un besoin existentiel de ce merveilleux.
Vous me renvoyez l'ascenseur en estimant que votre goût du merveilleux est la norme et que son absence, chez moi ne peut être que la conséquence d'un déséquilibre présent (enfantin) ou antérieur (et vive la métempsychose).
Je vous croyais catho, vous ai découvert hier défendant l'islamisme et aujourd'hui hindouiste ! Vous synthétisez toute l'oecuménie en votre personne, Rémi, vous devriez faire attention, où vous allez finir saint...
C'est de bonne guerre. Le seul truc, c'est que ma façon de voir, à savoir la tolérance et l'équité entre les religions entre elles et avec les non-croyants, c'est nous, les nons-croyants ou les agnostiques qui l'avons inventé. Non sans avoir été persécutés durant des siècles par tout le monde pour notre incroyance et nos doutes. Et tout ce que je demande aujourd'hui, à mes soeurs (en humanité) voilées c'est un peu de circonspection et de modestie pour ne pas mettre en péril des équilibres fragiles. C'est vrai que je ne le demande pas aux barbus en robe grise ou blanche, mais d'une part ils sont beaucoup plus rares et donc moins "insidieux", d'autre part, je crois qu'ils sont pour longtemps étanche à tout discours de paix et de raison. Les femmes, je l'espère, c'est différent. Même si je m'y suis sans doute mal pris.

De votre côté, celui des mystiques, je ne connais pas un seuls système de croyance religieux, une seule religion qui, dominante, ait permis l'éclosion des autres sans les contraindre, les imposer, leur interdire certaines professions ou les massacrer, tout simplement. Pas une. Et les religions révélées, toutes autant qu'elles sont, se sont toujours montrées particulièrement gratinées à cet égard...
Alors même si vous avez raison et que j'ai développé une sorte de crainte réflexe et atavique des religions, il me semble que par précaution, vous devriez écouter mon message. Du moins si la part de message d'amour et de paix qu'il y a dans toutes vos morales religieuses a davantage de sens à vos oreilles que l'exaltation de suivre la vraie voie, l'unique !

Écrit par : Philippe Souaille | 03/02/2010

Je ne peux pas résister au plaisir de reproduire ici le dernier message reçu du pseudonommé Corto. J'ai pris sur moi d'en censurer quelques germes d'indélicatesse:
"Tes films de m...(bip), personne ne les regarde, en dehors de Genève personne te connais, tu n'es qu'un larbin de cette tsr pourrie par les oligarques t...(bip), va te faire f...(bip) avec tes pubs à la c...(bip)"

Écrit par : Philippe Souaille | 03/02/2010

Philippe, je pense que votre besoin de merveilleux est représenté par votre amour de la science-fiction, comme je l'ai dit sur mon blog. On peut croire à la science qui sauve l'humanité: c'est encore une forme de mysticisme qui peut déboucher sur de l'exaltation, et même sur des dogmes unitaires, voire exclusifs. Le scientisme peut être tout aussi dogmatique que n'importe quelle religion traditionnelle. C'est du reste mon opinion qu'il est en réalité issu de l'ancienne religion grecque et romaine, officiellement abolie, mais qui a reparu sous des formes apparemment laïques (justement parce que cela avait été officiellement aboli) à la Renaissance. C'est donc illusoire.

La réalité est quand même que le rationalisme des Lumières a débouché sur les massacres de la Terreur, en France, et qu'on peut dire qu'il s'est aussi imposé avec des guerres sanglantes. L'autre réalité est que l'idée de l'universalité d'une foi par-dessus les traditions religieuses a au fond été concrètement instituée par saint Paul qui ne voulait pas faire de différence entre les Juifs et les Grecs, entre ceux qui suivaient la loi religieuse instituée par Moïse, et ceux qui suivaient les principes du paganisme. Saint Paul disait que la foi s'adressait à un dieu universel, et donc n'avait pas à se soumettre à une tradition religieuse en particulier: les chrétiens n'étaient donc pas obligés d'être circoncis, ou ils pouvaient manger la nourriture qu'ils voulaient. Or, face à cela, la réalité est que Voltaire, par exemple, n'était pas toujours très bienveillant vis à vis des religions, qu'il avait à leur égard souvent la même haine larvée que les anciens Romains. Et je pense que la destruction des chefs-d'oeuvre de l'art religieux et la persécution des prêtres sous la Convention, en France, en est un résultat. La modestie doit donc être partagée aussi par les sectateurs du rationalisme scientifique, je pense.

Écrit par : R.M. | 03/02/2010

Je ne crois pas à la science qui sauve l'humanité. je vous l'ai déjà dit et vous avais je crois choqué. Je pense que l'être humain n'est qu'un épisode ans l'histoire de l'univers et qu'il sera tôt ou tard remplacé. Je crois aussi qu'il y a d'autres formes de civilisation, ailleurs, dont on ne peut même pas avoir idée. Bref je ne crois en rien à un quelconque rôle spécial de l'humanité.
En attendant, nous vivons l'épisode présent, et devons faire avec.
Que des penseurs liés à la religion aient dépassé l'aspect sectaire de toutes les religions est évident. C'est quasi une lapalissade, sinon, nous serions toujours religieux. Ceci dit, ce que vous me dites de Saint-Paul, c'est qu'il a créé une nouvelle religion, la dotant de nouvelles coutumes, avec des fidèles venant d'autres religions, d'autres coutumes. Là encore, vous ne m'apprenez rien. Le fait est que les fidèles de cette nouvelle religion, lorsqu'ils ont été en mesure de prendre le pouvoir, ont fait massacrer païens grecs et croyants juifs, ainsi que leurs savants respectifs.
La Terreur, la convention et même Staline tant que vous y êtes, ont effectivement massacré des gens. Ils n'auraient pas du. Mais en même temps, personne ne leur a vraiment remis les clefs pour qu'ils essayent leur truc. Tout au long de l'histoire des religions, l'incroyance a été sévèrement réprimée. C'est ainsi, vous n'y pouvez rien. Ne pas croire, c'est pire même que d'avoir une autre religion. Je ne sais pas qui a le plus une peur maladive de l'autre.
Par ailleurs votre religion universaliste pratiquait l'esclavage, par exemple. Et l'Islam aussi. Tout comme Voltaire d'ailleurs. Nobody's perfect.

Écrit par : Philippe Souaille | 03/02/2010

Vous avez raison, Philippe Souaille, de reproduire le message ordurier de "Corto", qui révèle une fois de plus la nullité de ce personnage barricadé dans un pathétique anonymat soigneusement préservé par la tdg (et pourquoi ?).
J'ajouterai qu'ailleurs et sur d'autres blogs, il déshonore en permanence le judaïsme qu'il prétend défendre, et incarne la frange la plus extrémiste de l'opinion publique israélienne.

Écrit par : Santo | 03/02/2010

Je pense, Philippe, que c'est vous qui avez essayé de faire croire que le rationalisme des Lumières était plus vertueux que les autres courants philosophiques et religieux, et moi, je pense que c'est déjà faux qu'il y ait une différence, car pour moi, ce rationalisme des Lumières est simplement la résurgence tardive de l'ancienne religion des Grecs et des Romains, et donc, ce n'est pas différent, mais exactement pareil. Je ne suis donc pas en train de prétendre que ce courant rationaliste n'a pas été persécuté, puisque j'ai dit que le paganisme grec et romain avait été interdit officiellement, et que je dis aussi que le rationalisme des Lumières ne fait qu'en être la résurgence. Maintenant, je crois qu'on ne peut pas prétendre que ce courant soit plus fraternel par essence que les autres. Les anciens Romains ont aussi essayé d'interdire le judaïsme et le christianisme, et l'interdiction du paganisme a en a simplement été l'effet, la réaction. C'est comme quand Genève a interdit le catholicisme après s'être plainte que les catholiques ont interdit le protestantisme.

Quoi qu'il en soit, que vous croyiez ou nom au salut par la science, la science-fiction répond bien à un besoin de merveilleux répandu dans la population nourrie de science matérialiste et de machines.

Écrit par : R.M. | 03/02/2010

@ RM et Santo - Un besoin d'aventure plus que de merveilleux, selon moi Rémi. Ce qui rejoint mon goût d'enfant pour Alix ou Salambô, ou le Vicomte de Bragelonne...
Pour le reste, évidemment que la science et la philosophie de la Renaissance ont un lien avec l'Antiquité. Et que les dieux de l'Antiquité n'étaient pas plus sympas que les dieux uniques. D'ailleurs, la pensée athée ou agnostique était déjà pourchassée dans l'Antiquité, avant d'être quasiment éradiquée au Moyen Age... Mais en même temps, et là je suis d'accord avec Santo, entretemps, il y a eu mille ans de monothéisme, ce qui a changé la donne.
Le monothéisme a constitué une régression sur le plan scientifique, en bloquant la recherche, mais il a aussi été un progrès sur le plan mystique et moral, en épurant les choses et en réduisant les superstitions. Maintenant, il est temps de dépasser le monothéisme sur de nouvelles bases. Et surtout pas en persécutant les croyants, parce que la violence est indésirable et parce que les croyants sont souvent des personnes de grande moralité... Quand ils ne se laissent pas emporter par les délires mystico-politiques de quelques fous furieux.
Mais franchement Rémi, vous devriez lire mon bouquin, l'Anti-Prophétie (vous pouvez le télécharger gratos sur le site utopieurgente.org). Je ne vous dis pas ça par prosélytisme, mais parce que franchement, je ne vois pas très bien pourquoi je devrais vous réécrire toute ma pensée, alors que je l'ai déjà fait et qu'elle est disponible librement. Pour le moment en tout cas.

Écrit par : Philippe Souaille | 03/02/2010

Philippe, j'ai vu le film, et Hypatie est jolie. J'en ai fait un article sur mon blog.

Écrit par : RM | 01/08/2010

Les commentaires sont fermés.