06/02/2010

MCG-UDC: quand les zégos font les inégaux

 

Tout a commencé par le dépit d'un journaliste mégalo de talent, qui un jour, pour faire bisquer la gauche qui l'avait déchu de son trône à la radio, imagina de bouleverser la culture politique de ce pays. Il voulait la mort du système de consensus développé patiemment par la démocratie helvétique. Il rêvait d'un affrontement, classique ailleurs, des blocs antagonistes. A commencer par Genève, où la télé locale lui offrait l'asile médiatique.

Pour parvenir à ses fins, il fallait que l'Entente et l'UDC se rapprochent, alors que les deux ailes centristes de l'entente (oui je sais, la géométrie et la politique ne sont pas toujours juxtaposables) lorgnaient plutôt du côté des verts pour l'une, des girouettes pour l'autre. Le journaliste émule de Machiavel eut beau faire des pieds et des mains, trépigner et tempêter, rien n'y fit. Il attribua son échec aux talents stratégiques d'un adversaire de l'ombre, en grande partie fantasmé et qui en rit encore, dont il fit désormais son ennemi numéro 1.

Il faut dire que ses plans avaient été largement mis à mal par le goût de certains udcistes pour les affiches et les slogans déplacés... et par l'émergence d'un OVNI populiste, dont il se mit à flagorner la mâle prestance, y décelant très tôt un parfum d'extrême droite qui lui stimulait agréablement les neurones. Pâmé devant sa propre extase, investi de sa mission mystique, il imagina de rassembler les deux pôles de l'extrême droite genevoise, pour enfin pouvoir courir sus aux gueux de gauche et à ce satané consensus, coupable d'affadissement de la vie politique... Là où tout ce qu'il l'amuse et le fait vibrer, c'est l'étalage de la tripaille et les coups de jarnac.

C'est alors que les deux gros nigauds tombèrent dans le panneau, à pieds joints.

L'Eric et le Christof, tout heureux de se serrer la main, se voyaient déjà, par la grâce de leur alliance, assis tout en haut de l'affiche. Sans voir un instant que les leaders, quels qu'ils soient, ne sont pas propriétaires des voix de leur parti, et qu'une fusion entre frères ennemis ne s'improvise pas. Qui sera le Röhmel de l'histoire ? La question reste ouverte, et les mois qui viennent seront un délice pour notre journaliste amateur d'intrigues et d'assassinats politiques.

L'argent bien sûr, tient son rôle: le premier. Le MCG est fauché, l'Eric bien davantage encore. Il est comme à son habitude aux abois. L'argent de M. et Mme Poggia n'ayant pas suffit à assurer la victoire, mais ayant conduit le MCG à voter pour les minarets, contre l'UDC, il devient évident que M. Poggia va faire les frais de l'accord. Pour lui, la chute est rude, on le voit mal revenir frapper aux portes du PDC... Du pain bénit que cet assassinat public, pour notre journaliste.

Du côté de Christof, on a les bourses pleines. Outre la fortune personnelle du Chef, les généreux donateurs n'ont jamais manqué. A commencer par l'UBS aux temps de sa splendeur, lorsque Blocher et Ospel étaient copains comme cochons... Remarquez que je n'ai pas dit qu'ils étaient des gros porcs, « copains comme cochons » c'est juste une expression de la langue française, comme "moutons noirs", par exemple.

Sentant le vent tourner, Christoph a lâchement abandonné son pote Marcel en rase campagne, où ce dernier s'est tout de même trouvé un immense pied à terre à un prix défiant toute concurrence. Des malveillants ont insinué qu'il avait bénéficié d'appuis politiques pour ce faire, mais ce n'est que pure calomnie. Revenons à nos moutons, euh non à nos corbeaux, enfin brefs, à l'amitié sincère qui successivement allie Christoph à ces as de la créativité financière que sont Marcel et Eric... Encore que l'un soit fauché et l'autre non...

Reste que si la fusion laisse les copains-rivaux sur le carreau au MCG, il en va de même à l'UDC. Hormis l'ex-chef de bande de la guerre des boutons qui se la joue solo, pardi, et qui serait prêt à tout pour se venger de ses ex-amis qui l'ont descendu de charrette en cours de route, les ténors de l'UDC genevoise ont du mal à déglutir ces jours. La couleuvre est un peu grosse.

Surtout pour le sémillant vigneron écolo dont le noeud pap de Président du Grand Conseil eut plus d'une fois maille à partir avec Eric le trublion, le paralyseur de débat, le squatteur d'antenne... Les stratèges zuricois, qui tout de même se plantent au moins une fois sur deux depuis quelques années, ont cette fois commis une grosse bourde. Car Eric le Sémillant digne, au contraire d'Eric le Trublion grotesque c'est les voix de la paysannerie, dont on sait qu'à Genève, elles votent groupées comme c'est pas permis.

Quand au MCG, sans son aile gauche, il est mal barré. Le résultat de ce voyage éclair du Christof à Genf, cela risque bien d'être un MCG-UDC amputé de ses voix de gauche et de ses voix paysannes, rien d'autre qu'un soufflé qui retombe comme une vieille chaussette. Avec peut-être deux nouvelles mini-formations à la clef... A moins que l'Eric (le trublion), soit à son tour descendu de son piédestal de Président de son parti, pour être propulsé vers... quoi ? L'UDC ? A coup sûr, il va rester des morts politiques sur le carreau !

 

Ps: pour la bonne bouche, rappelons que l'actuel vice-président du MCG, blogueur auto-anobli à l'orthographe aléatoire, membre fondateur de l'UDC genevoise, avait été exclu de son parti naissant pour faits de racisme... Il règne sur tout ce demi-monde aligné-couvert (pour l'instant...) un certain parfum de je ne sais quoi...

Commentaires

Et dire que le MCG ne se considérait pas à droite et voulait une place au centre... depuis l'"OPA", les choses semblent avoir changé du côté de chez Eric

Écrit par : mindart | 06/02/2010

"Remarquez que je n'ai pas dit qu'ils étaient des gros porcs, « copains comme cochons » c'est juste une expression de la langue française, comme "moutons noirs", par exemple."

J'adore!

Cette histoire d'OPA m'intéresse peu, car finalement que les cons ne soient ni de gauche ni de droite ou qu'ils soient d'extrême-droite, ça reste des cons. Comme disait Brassens, quand on est con, on est con.

Écrit par : Kad | 06/02/2010

Jarry aurait apprécié cet article ,en attendant peut-être de nouveaux listings on saura qui sont les Sarko et Villepin genevois mais aucun doute sur celui qui sera l'Elkabach de service qui sait s'extasier devant les hommes de pouvoir, ne vient-il pas dans dans même émission de frétiller devant notre Maurice Druon .
pour qui le verbe et le sexe ont la même ortographe.
La mienne hélas ne vaut pas mieux que celle de Eric.

Écrit par : briand | 06/02/2010

Ce qu'il y a d'intéressant dans cette mini alliance, c'est de montrer à quel point le landerneau genevois est pourri. Si les leaders, quels qu'ils soient, ne sont pas propriétaires des voix de leur parti, on peut être sûrs qu'ils sauvent leur peau, eux. L'ex-président udc qui se l'est toujours en solo et qui a planté son parti (manque de charisme, incompétence crasse, nul à l'interne comme à l'extérieur) discute avec l'Eric qui se croit dans la poche de Christof, mange avec lui souvent, et le voilà qu'il lui fait dire que son encart - une staufferie - a sauvé le quorum de son parti (alors qu'il lui a fait perdre des sièges)... Président ennuyeux comme la pluie, il a fait perdre membres (certains ont démissionné en direct) et électorat. Il répétait à qui il voulait l'entendre qu'il n'en voulait pas de cette alliance lors des dernières élections. Le ridicule!

La population n'en a que faire de ces égos inintéressants, elle veut des positions politiques et un peu d'éthique!

Poggia constitue une meilleure carte que le pseudo-ténor et on n el'entend plus alors qu'il a fait un meilleur score: étrange!

Pourvu que l'électorat sache voter pour les bonnes personnes, les leaders ne se représentant que eux-mêmes!

Écrit par : François T. | 06/02/2010

En plus maintenant, ils font le grand écart, en essayant de relier l'UDC à la "gauche populaire, autrement dit l'extre^me droite à l'extrême-gauche... On savait que les extrêmes se touchent, mais de là à les voir fricoter ensemble...
Il y avait un très bon doc sur Mussolini, sur arte avant-hier, où l'on voyait comment il avait louvoyé ainsi de l'extrême gauche à l'extrême droite, avec comme seul bagage un nationalisme forcené...
Je me réjouis de voir la poignée de main entre Cerutti et Vanek... Ou entre Stauffer et Salika Wenger... Vive le nationalisme prolétarien !

Écrit par : Lev Davidovitch Bronstein | 06/02/2010

C'est pas une OPA qu'a fait Stauffer, c'est une OPV. Une offre publique de vente. Il s'est vendu avec tout son parti et tous ses électeurs au plus offrant. Celui qui avait les moyens de payer. Sauf que Blocher, il s'est fait arnaquer, parce que Stauffer, c'est du vent et que son parti ne lui appartient pas, et moins encore ses électeurs. Alors peut-être que les appareils de parti vont rester, parce qu'il faut du pognon pour faire de la politique et qu'ils n'en ont plus... Mais les électeurs seront-ils dupes une fois de plus ? C'est le pari que fait Blocher. Ce serait drôle que les Genevois lui montrent que "ça ne se passe pas comme ça, au bout du lac"

Écrit par : La caissière | 07/02/2010

J'ai souri, et même ri, en lisant votre excellent billet.
Mais je me suis également souvenue que dans les années 30, en Allemagne, on règla la question des tensions lors de la "Nuit des longs couteaux". Nombreux furent ceux qui pensèrent que tant qu'ils se dévoraient entre eux, ces tristes sires ne pèseraient pas trop lourd sur l'avenir du pays.
On a vu la suite. La bête s'était repue d'une partie de ses petits, et son appétit n'en fut qu'accru.
Alors, comme vous le dites "Il règne sur tout ce demi-monde aligné-couvert (pour l'instant...) un certain parfum de je ne sais quoi..."

Écrit par : Anne-Marie Brunner | 08/02/2010

Ajout à ma note précédente :
Alors rions, mais restons attentifs. Et votons les yeux ouverts, et par pour celui qui nous fait le plus rire.

Écrit par : Anne-Marie Brunner | 08/02/2010

"Mais je me suis également souvenue que dans les années 30, en Allemagne, on règla la question des tensions lors de la "Nuit des longs couteaux"."

Pauvre ... bip = censuré par le modérateur

Écrit par : Scipion | 09/02/2010

A propos du "message" précédent, je ne l'ai pas posté pour que vous ne le publiiez pas, mais parce que je me suis dit que peut-être vous ne le publierez pas, peut-être oui...

Écrit par : Scipion | 09/02/2010

C'est dommage d'avoir sucré ce qui faisait le sel de ma première intervention...

Écrit par : Scipion | 09/02/2010

Les commentaires sont fermés.