22/02/2010

Sommet de la Francophonie et 50ème anniversaire des Indépendances africaines

Au mois d'octobre doit se dérouler à Montreux le XIIIème sommet de la francophonie. Il coïncidera avec le 50ème anniversaire de l'Indépendance pour plusieurs pays d'Afrique, 1960 étant considérée comme la date clef pour tout le processus de libération des anciens Etats coloniaux.

Ce sera l'occasion de faire le point sur ces cinquante années, qui ont vu quelques beaux succès et pas mal d'échecs. Pourquoi, comment? Aurait-on pu mieux faire? Qu'est-ce qui a cloché et pourrait-on, à l'avenir, améliorer les choses, en matière de coopération et d'aide au développement, notamment ? Ce sont là des questions graves, qu'il importe de poser de temps à autre.

Les Chambres fédérales semblent un peu hésitantes sur l'engagement des crédits néecessaires à la manifestation, prévue initiatlement à Madagascar et sauvée in extremis par la Suisse devant l'impossibilité de la mener à bien dans la grande Ile... Le Canton de Vaud, qui accueille, se dit très réceptif. Il semblerait bon que celui de Genève l'épaule dans cette démarche, l'image de Genève ayant tout à y gagner.

Quant aux retombées économiques, en période de crise, il est toujours utile de pouvoir réchauffer d'utiles relations avec une soixantaine de gouvernements, pas forcément les plus riches, ni les plus influents, mais qui tous ont d'importants potentiels.

Commentaires

"Qu'est-ce qui a cloché et pourrait-on, à l'avenir, améliorer les choses, en matière de coopération et d'aide au développement, notamment ?"

Et aussi améliorer les choses en matière de bonne gouvernance par de bons gouvernants, non ? Des gouvernants honnêtes plutôt que corrompus, modestes plutôt que mégalomanes, compétents plutôt qu'ineptes, soucieux du bien général plutôt que de celui de leur clan, économes plutôt que gaspilleurs, ascètes plutôt que jouisseurs ?

Pourquoi c'est toujours le facho de service qui doit se sacrifier pour poser les bonnes questions ?

P.S. - Dans vos sympathiques boniments sur la mondialisation humaniste, je n'ai pas encore trouvé le passage où vous expliquez comment vous vous y prendrez : 1. pour débarquer les Mugabe, les Nguema, les Wade, les Kabila et les Gbagbo de demain - 2. pour les remplacer par des gens qui ne présenteront aucun risque, ou presque, de dérive despotico-népotico-sardanapalesque ultérieure... M'est avis que ça sera pas de la tarte.

Écrit par : Scipion | 23/02/2010

Voyez-vous Scipion, Marx ne disait pas que des bêtises. Lorsqu'il écrivait "C'est l'existence qui détermine la conscience", il avait certainement raison. la sagesse populaire disait aussi, "l'occasion fait le larron". En l'occurrence, la gouvernance, souvent mauvaise, est certes une donnée du problème, mais pas la principale. Lorsqu'on manque de tout, le jeu de patience qu'implique la démocratie peut paraitre fort long...
Par ailleurs, Les firmes occidentales (et dans une moins mesure chinoises, moindre mesure parce que les chinois paient plus cher) continuent de piller l'Afrique davantage que ne le font les potentats locaux. Qui par ailleurs, trouvent un refuge confortable dans nos banques (les multinationales et les potentats), dont nous profitons tous...
Mais il y a aussi toutes sortes d'autres raisons expliquant (sans pour autant les justifier) cinquante années d'échecs et quelques réussites. C'est très précisément le sujet du film que je prépare pour cet automne. Patience donc, et vous aurez vos réponses.

Écrit par : Philippe Souaille | 23/02/2010

"Lorsqu'on manque de tout, le jeu de patience qu'implique la démocratie peut paraitre fort long..."

C'est vous qui parlez de démocratie. A priori, n'importe quel dictateur pourrait être honnête plutôt que corrompu, modeste plutôt que mégalomane, compétent plutôt qu'inepte, soucieux du bien général plutôt que de celui de son clan, économe plutôt que gaspilleur, ascète plutôt que jouisseur ?

Ce n'est donc pas une question de régime politique mais de personnalité, de caractère, de mentalité. Il est possible que Mandela ait plus ou moins correspondu à cet idéal - il ne fallait pas compter sur nos médiateux pour attenter à l'icône avec des révélations scabreuses -, mais ce n'était déjà plus tellement le cas avec Mbeki et encore moins avec Zuma...

Écrit par : Scipion | 23/02/2010

Nous attendrons donc avec une douce patience votre prochaine proposition cinématographique !

De retour d'un petit déplacement, j'ai noté avec grand intérêt votre passage sur "vigilance républicaine". Grand merci !

Chaque regard qui vient darder sur ce continent un zeste de rappel à l'ordre est très bienvenu et lorsque ce regard vient d'un homme qui connait le continent africain pour avoir trouvé dans ces méandres quelques sources d'inspiration tout en lui consacrant son savoir (j'ai vu votre impressionnante bio)...dix fois bienvenu votre prochain film !

Nous suivrons ce sommet de la francophonie en espérant y rencontrer des politiques de premier plan de qui extraire quelques explications sur de nombreuses préoccupations qui habitent les amis de ce continent commun (en plus des Africains de la diaspora bien entendu) !

Bonne productivité (dans la blogosphère et ailleurs) en au plaisir !

Innocent Naki

Écrit par : Innocent Naki | 23/02/2010

Les commentaires sont fermés.