03/05/2010

Extrême-droite genevoise: une mauvaise foi sans borne

S'il est une chose dont l'extrême-droite genevoise sait faire montre sans lésiner c'est bien la mauvaise foi.

Quelques exemples.

A - Sur la xénophobie, les frontaliers et le boulot :

variante 1) : On n'aime pas ces salauds de frouze, parce qu'ils acceptent de bosser pour des clopinettes

variante 2) :  On n'aime pas ces salauds de frouze, parce qu'ils font la grève à l'aéroport pour gagner davantage

En bref, ce serait plus honnête de dire simplement: qu'ils fassent ou non de la sous-enchère salariale, on n'aime pas les frontaliers. Parce qu'ils sont frontaliers. Le jour où ils accepteront de louer un appart à Genève, comme ils en auraient le droit, il n'y aura plus de problème, on les aimera très fort... Comme les Portugais et les Italiens et même les suisse-allemands, du moment qu'ils ont le droit de vote et peuvent nous élire. D'ailleurs à la Constituante on a fait élire des gens qui clament qu'ils ne sont pas MCG et on s'en fiche. Le seul et unique truc que l'on a exigé d'eux, c'est qu'ils refusent le droit de vote aux étrangers...

 

B - Sur l'Union européene, la solidarité et la Grèce

variante 1) : L'UE est pourrie, elle laisse tomber la Grèce sans l'aider. C'est bien la preuve qu'il ne faut pas y rentrer

variante 2) : L'UE est pourrie, elle va aider la Grèce et si on était membre, on devrait payer aussi. Mieux vaut s'en tenir à l'écart.

En bref, ce serait plus honnête de dire simplement: On n'aime pas l'Union Européenne et qu'elle fasse une chose ou son contraire, de toute manière, on dira que c'est mal. C'est très rigolo comme jeu. C'est celui qui dit le plus de mal de l'Europe qui gagne. Y a qu'une seule chose qu'on déteste plus que l'Europe, c'est le reste du monde. Comment vous dites, on est quasi tous d'origine européenne? Ben oui et alors? C'est connu que les nouveux convertis sont toujours les plus fanatiques, non ? C'est comme dans Pain et Chocolat, quand le travailleur italien qui vient de débarquer se teint en blond et va hurler contre la Squadra Azzura dans un bistrot où ils passent un match à la télé. Jusqu'au moment où l'Italie marque un but... Cela fait 38 ans, mais rien n'a changé...

 

C - Sur l'orientation politique

variante 1) : On n'est pas d'extrême-droite. Et on n'est pas l'UDC. Il y a chez nous des gens de gauche et on était pour les minarets.

variante 2) : On adore l'UDC (comme la Liga tessinoise d'ailleurs) et on a été voir Blocher pour devenir leur section genevoise.

 

D - Sur la sécurité

variante 1) : L'augmentation de la criminalité est due au fait que la drogue est plus abondante et moins chère en Suisse qu'en France et que notre code pénal et notre justice sont plus clémentes pour les petits délinquants que ne le sont les Français...

variante 2) : L'augmentation de la criminalité est due à Schengen qui fait qu'on ne peut plus arrêter les voyous à la frontière... Faudrait y mettre l'armée à la frontière...

A noter que les mêmes refusent que les tâches administratives de la police ou le contrôle du stationnement soient laissés à des frontaliers (le cas échéant formés pour ça), ce qui libèrerait le personnel ad hoc pour les vraies tâches de police. Ils refusent parce qu'ils soutiennent l'action syndicale des policiers. Mais ils sont prêts à ridiculiser toute la formation des policiers en confiant la chasse aux malfrats sur la frontière - Tâche essentielle, puisque selon eux cause première de l'accroissement de la criminalité - à des jeunes recrues n'âyant pas reçu la formation adéquate...

Poster à la douane des jeunes troufions à peine formés avec des vrais flingues, des armes de guerre et des vraies balles. Voilà une idée qu'elle est bonne. Comme ça on serait certain qu'ils tireraient sur tout ce qui bouge et qu'on aurait quelques bonnes bavures par année. Pas seulement sur des malfrats, mais aussi forcément sur des passants qui se trouveraient là par mégarde... parce qu'il y a aussi des gens honnêtes qui passent la frontière... Quelques dizaines de milliers tous les jours, pour aller bosser, ou pour aller faire leur course... Ambiance barbelés, aussweiss bitte et files d'attente. Trop cool !

Commentaires

DRONE DE DRAMES?

Écrit par : briand | 03/05/2010

On reeeespiiiireeee ^^
Moi, je les aime bien, les frouzes, surtout ceux qui veulent se rattacher à Genève ;)

ça pourrait régler un problème de frontaliers, du moins, ce ne serait plus les mêmes.

Et à part cela, avez-vous de bonnes idées pour régler:
La question d'un commerce un peu gênant et moralement douteux? (substances qui ne se vendent pas en épiceries...quoi que, aux Pâquis, ça reste à voir)
Délinquances diverses (agressions, vols à l'arracher, "fouilles corporelles" à la gare de Cornavin etc...)d'où "vague sentiment d'insécurité" et hématomes divers au mieux.
Clandestinité (esclavage des temps moderne, aussi nommé: sens de l'accueil et tolérance) = travailleurs au rabais corvéables à souhait à la grande joie d'un patronat "humanitaire" et "solidaire".
Travail au noir = un grand merci de la part des chômeurs restés sur le carreau car soit trop compétents, soit peu qualifiés mais dans tous les cas - trop chers.

Autre.

Merci d'avance pour toutes vos suggestions.

Bonne soirée et meilleures salutations

Écrit par : Mireille Luiset | 03/05/2010

premières phrases de grandes oeuvres :
"Longtemps je me suis couché de bonne heure."( M.P.)
"La mauvaise foi est la chose du monde la mieux partagée"(R.D)

....et moi j'me teins pas en blond, je n'ai plus de cheveux et je soutiens la Squadra Azzura qui sera championne du monde à mi-juillet
p.l.

Écrit par : pierre losio | 03/05/2010

Pierre, comme tu le sais, peut-être, je n'ai jamais aimé le foot. Ce qui nous sépare irrémédiablement. Mais je n'ai plus de cheveux non plus. Et puis quand j'étais gosse, à Neuchâtel, j'étais un "cochon de francillon". J'étais le seul dans ce cas, à l'Ecole de la Promenade Noire. Ce qui me donnait le droit, avec l'unique suisse alémanique de l'école, de rester neutres à la récré, durant les batailles rangées qui opposaient mes copains neuchâtelois et mes copains tchinks (en France on disait "ritals") qui se partageaient les effectifs à peu près moitié-moitié... Puis je suis allé au lycée à Pontarlier, où tout soudain, j'étais devenu "le p'tit suisse"...
Episodes enfantins de connerie humaine qui m'ont définitivement guéri contre les nationalismes de tous ordres. A part ça, de qui exactement sont ces citations, Michel Platini et Raymond Domenech ?

Écrit par : Philippe Souaille | 04/05/2010

Mme Luiset, je n'ai effectivement pas de remède miracle à la délinquance, surtout lorsqu'elle se greffe sur une opulence un peu exhibitionniste... Genève est un phare, dont la richesse attire les malfrats et aussi les gens honnêtes (ou moins honnêtes) qui font sa fortune et entretiennent sa richesse.
Par quelque bout qu'on prenne le problème, on se retrouve devant la même équation:
Si on ferme la frontière aux malfrats et aux marchandises illégales, on la rend aussi moins commode pour les gens honnêtes et pour les marchandises légales et fatalement, la richesse diminue. C'est vrai pour les malfrats, pour la drogue, pour le travail au noir, pour toutes ces choses qui nous dérangent en fait.
L'alternative est simple, vu que l'on vit dans un monde qui évolue, où la concurrence se renforce tous les jours et où le fait même d'avoir été du côté des privilégiés ces soixante-cinq dernières années nous a rendu plus vulnérables et moins dynamiques...
On peut décider que la croissance et le luxe c'est mal, et décider d'appuyer sur le frein. Mais il ne faut pas oublier que la Suisse en général et Genève en particulier n'ont aucune ressource particulière, hormis celles qu'elle se sont construites elle-même, qui impliquent justement un haut degré d'ouverture et de luxe : finances, diplomatie, éventuellement recherche scientifique.
Si on change notre fusil d'épaule, la prospérité va baisser, c'est certain, et notablement. Si on ne le change pas, on aura forcément les inconvénients qui vont avec: petites frappes, clandestins... De toute manière, il est urgent de se faire à l'idée que le monde entier court après notre prospérité et que nous devons pour l'essentiel, à Genève en particulier, notre prospérité à ce monde entier et à ce monde uniquement. Pas à nos superpouvoirs de Suisse aux bras noueux.
Prétendre le contraire et avancer des solutions, c'est mentir. C'est pourquoi j'ai arrêté la politique, parce qu'on ne peut pas être élu en disant la vérité aux gens lorsque cette vérité, c'est que les choses vont empirer. Et je ne veux pas mentir. En plus, dans toute société, il faut des gens qui disent la vérité.
Maintenant, pragmatiquement, on peut tout de même essayer deux ou trois choses. Renforcer notre code pénal, plutôt laxiste, par exemple en remplaçant les jours-amendes par de la prison... Mais évidemment, pour ça, il faut construire des prisons, donc accepter de les payer... Et aussi plus de flics, donc soit accepter de les payer, soit accepter d'ouvrir le recrutement. Je penche personnellement pour la 2ème solution, car de manière générale, je pense que Genève doit commencer à se réaligner avec le reste du monde. L'alleingang économique a ses limites.
Pour prendre un exemple, mes cousins dans le sud-ouest de la France, vivent avec des salaires qui sont la moitié des nôtres, mais comme les prix des loyers ou des supermarchés, sont aussi la moitié, ils ne s'en sortent pas si mal. Sauf quand ils viennent faire du ski en Suisse, ce qui met à mal leurs économies...
Pour la drogue, une solution pourrait être de légaliser et de contrôler la vente par des régies d'état, ce qui court-circuiterait les malfrats... Et réduirait aussi la délinquance en en supprimant l'une des causes. Mais la baisse des prix et la tolérance pourraient augmenter le nombre de dépendants, ce qui n'est pas le but. De plus, tant que nos voisins resteront dans la prohibition, légaliser unilatéralement ne ferait qu'augmenter le tourisme d'approvisionnement, ce qui n'est pas le but non plus.
Ce que je sais en revanche, c'est que lorsqu'on élève les frontières, ou qu'on y met des gens armés, on augmente les risques de guerre. Et que la guerre, ou la révolution (j'en ai vu quelques unes en vrai, en tant que journaliste) c'est pire que la délinquance.
Nous sommes aujourd'hui, en tant qu'européens, et plus encore en tant que Suisse et Genevois, dans la situation de l'aristocratie du XVIIIème siècle ou plutôt de la grande bourgeoisie du XIXème. Les cris qui montent du reste des peuples du monde ne s'arrêteront plus. Plus tôt nous les entendrons et nous accepterons de partager, de rééquilibrer et plus tôt nous en aurons fini avec ce climat de crise pré-révolutionnaire. Si nous préférons nous retrancher dans nos beaux quartiers et nous contenter de la charité dispensée par nos dames patronnesses modernes que sont les ONG, nous aurons les malfrats, les guerres, les révoltes et les révolutions.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/05/2010

L'Extreme droite.... c'est vaste. Mais je pense que vous faites allusion qu'au MCG. Ce serait bien d'avoir le courage de le dire.

Le problème des frontaliers existe. Genève a le taux de chomage le plus élevé et a vu son nombre de frontaliers exploser. Il y comme du dumping salarial dans l'air. Les gens ont le droit d'être en colère (contre les patrons et l'ouverture du marché des travailleurs et la gauche qui fait dans l'internationalisme dogmatique (sauf quelques vraies coco)).

L'Union Européenne? C'est à croire que ce projet est made in Geneva! C'est beau sur le papier, mais cela ne fonctionne pas. Les travailleurs se muent en chômeurs, c'est cela l'UE.

L'orientation politique... c'est celle du MCG. Le parti des déçus (à ne pas confondre avec toute l'extreme droite).

La sécurité: Je crois que les deux variantes sont juste! La criminalité augmente dans notre canton, c'est évident. La frontière est une passoire et Genève a toujours été une zone importante de deal (place des volontaires, cornavin et depuis 5 ans un peu partout...). Ceci est dû au laxisme de la politique fédérale et l'insuffisance des effectifs de police, une justice de bisounours aussi.

L'armée aux frontières.... c'est du populisme, rien d'autre!

Écrit par : Riro | 04/05/2010

M. Souaille,merci pour votre réponse détaillée

En bref: comme tous, vous constatez qu'il est difficile de régler certaines problématiques, surtout lorsqu'il se trouve systématiquement des opposant à chaque action susceptible d'avoir une efficacité.
Perso, je suggère une collaboration avec la police et douane française dans le cas du tourisme délictueux – nos lois sont laxistes ? Déplaçons l’action.
Nos policiers sont écœurés de la vanité de leur travail – rendons-le efficace.
Quant aux autres délits – ce qui est gênant, ce n’est pas seulement les jours-amendes, mais la non-exécution des décisions de renvois.
2% à Genève – 70% à Zürich.
Pour reprendre une idée de Madame Cristina Meissner – délocalisons les peines de prisons.

Il n’est pas insurmontable de trouver des accords en ce sens avec certains pays.

Une prison à Rabat ou Ankara est nettement moins attractive que nos palaces helvétiques.

Il existe aussi des lois (votées par le peuple) sur l’immigration.

Elles ne sont pas appliquées, car certains mouvements, partis et autres hurlent au scandale si quiconque tente une manœuvre dans ce sens.

La sincérité et l’humanisme de ces opposants systématiques sont pour le moins douteux, au vu des intérêts financiers et abus que cela permet – et je ne parle pas du respect humain, gaillardement piétiné au nom d’un « sens de l’accueil et d’ouverture d’esprit »

Bref : l’hypocrisie à de beaux jours devant elle – mais ce n’est pas pour cela que je vais renoncer à la politique.
J’ose encore y croire ^^

Écrit par : Mireille Luiset | 04/05/2010

Riro, je vise effectivement le MCG davantage que l'UDC, n'ayant pas pour habitude de tirer sur les ambulances... Mais j'ai cru comprendre qu'ils risquaient fort de ne faire qu'un, dans un proche avenir ? Enfin, nous verrons bien.
Pour le reste, vous vous trompez. Il y a eut bien des démonstrations ces dernières semaines dans ces blogs, qui ont prouvé que le surcroit de chômage genevois était structurel et précédait nettement l'embellie du nombre de frontaliers. Je ne vais pas y revenir. La perception de la population est certes différente, mais ce n'est qu'une question de perception erronée, et exploitée comme telle par les populistes.
Sur l'Europe, vous vous trompez aussi. L'UE ne fabrique pas du chômage. Additionnez les taux de chômage des pays avant leur entrée dans l'UE et quelques années après et vous verrez, c'est édifiant. De même qu'en sauvant la mise de la Grèce, puis sans doute du Portugal, l'UE est en train de nous sauver la mise à tous. C'est une mutualisation des risques. Si l'on avait laissé courir, on aurait vu se déclencher la crise gravissime que l'on a eu tant de mal à enrayer, il y a deux ans, en renflouant les banques...

Écrit par : Philippe Souaille | 04/05/2010

Je confirme que l'UE n'est pas créatrice de chômage.

En 1997, pour l'UE le taux de chômage moyen en d'environ 11%, alors qu'il que de 5% aux Etats-Unis.
Mais en 2008 (avant la crise, donc), le taux de l'EU est descendu à 7% alors qu'aux USA le taux reste aux environs de 5%.
Et à ce jour (pendant la crise, donc), EU:9% et USA:10%.

Donc pendant les 10 ans de vaches grasses, l'EU a fait baissé le chômage, alors que les USA et la Suisse stagnent. Et pendant la crise, on constate que l'EU progresse moins (+30% env.) que les USA (doublement) ou la Suisse(+60% env.).

sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%B4mage_en_France
http://www.seco.admin.ch/themen/00385/00387/index.html?lang=fr

Écrit par : Philippe C | 04/05/2010

"Sur l'Europe, vous vous trompez aussi. L'UE ne fabrique pas du chômage. Additionnez les taux de chômage des pays avant leur entrée dans l'UE et quelques années après et vous verrez, c'est édifiant. De même qu'en sauvant la mise de la Grèce, puis sans doute du Portugal, l'UE est en train de nous sauver la mise à tous."

Désolé, je partage pas votre point de vue. Se baser sur les chiffre du chômage pour analyser le marcher de l'emploi, c'est un peu léger. Il faudrait tenir comptes des travailleurs pauvres, des demandeurs d'emplois, des migrations et de la pauvreté. Cette dernière explose en Europe, y compris à Genève. Caritas sonne et a sonné plusieurs fois la sonnette d'alarme. Concernant la crise des pays du Club med, c'est un peu "Tous unis dans la déscente". Avec des dettes colossales des pays comme la France ou l'Allemagne tente de sauver des économies à la dérives, faute à un système de spéculation qui reprend de plus belle. On essaie de colmater la brèche avec du papier journal...

Écrit par : Riro | 04/05/2010

C'est amusant tous ses gochos d'opérette qui bloquent leurs commentaires!


Stalin est toujours vivant!

Écrit par : dominiquedegoumois | 04/05/2010

M. Souaille ne souhaite pas y revenir, mais on peut quand même illustrer très succintement la chose:

1995: chômeurs = 15'000, frontaliers = 27'000
2004 (entrée bilatérales) : chômeurs = 15'000, frontaliers 40'000
2009 : chômeurs = 15'000, frontaliers = 52'000

Écrit par : sek | 04/05/2010

M Degoumois, comme vous y allez ! Staline ! C'est faire injure à ses nombreuses victimes.
Je modère les commentaires parce que je ne souhaite pas que n'importe quoi pollue mon blog. Et je ne peux pas le faire 24h/24 parce que je ne fais pas que ça... Mais en temps utile, je lis, je publie et parfois je commente.
Merci à Sek et Philippe C pour ces précisions utiles sur le non lien entre le chômage à Genève et le nombre de frontaliers...
Riro, ce n'est pas l'Europe qui est cause de la crise économique et du fait que les ressources de cette planète sont limitées et qu'il faut apprendre à les partager autrement. Allez voir en Irlande, en Espagne, en Grèce etc... comment c'était avant l'UE, tous indicateurs économiques et sociaux confondus.
Et comment étaient la France ou même l'Allemagne il y a 20 ans.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/05/2010

Zum Teufel, Philippe Souaille, en cette période, ou une rigide rikeur escronomik risque d'accélerer un processus de guerre civile, vous auriez une occasion rêvée aber réalistik, de calmer en clamant, d'expliquer sur VOTRE blog les bienfaits des organisations supra-truks sensées désobscurcir ce qui relève de la nuit de ténèbres mondiale et mondialisée que vous allez vanter sur les autres.
De lutter contre les déprimaturen, et de nous faire enfin profiter de toutes ces choses visionairienen qui nous échappent, à nous pauvres andouilles, nous les Harry Pomtterchips débarquant pour la première fois à l'école des sorciers, nous pauvres égarés, débarqués du wagon à bestiaux, qui ne connaisons rien du sekret des dieux voleurs, pardon volants. Pourquoi ne nous conter fleurette par quelques anecdotes rassuranten de votre expérience de l'Afrique, de l'Amérique du sud oder de la marzienne planèten?
Che me permets de survoler votre auguste tranchée, ja et vous trouve bien retranché dans le local non globalisanten, Teufel!
Bien à vous! Aber vous auriez une allumette?

Écrit par : Red Baron, ja! | 07/05/2010

Kuku, RedBaron, quetal la vida ? Cela fait plaisir de vous lire. Je constate avec enchantement que les ténèbres mondiales et mondialisées n'ont pas encore obscurci votre proverbial quoiqu'enduit de caustique sens de l'humour.
C'est d'autant plus amusant que j'ai précisément ouvert mon ordi ce matin pour pondre un texte sur la gouvernance mondiale et la crise grecque, texte qui m'a été commandé pour être publié dans un magazine mensuel, qui me sera donc payé. Ce qui fait que je peux difficilement en délivrer toute la teneur gratuitement dans ce blog au préalable...
Vous me direz que c'est bien égoïste, mais la crise est là pour tout le monde et si je ne suis pas payé pour ce que j'écris, vu que c'est mon métier, je ne peux plus manger (même pas juste des légumes le lundi) et donc je ne peux plus écrire non plus... Mais rassurez vous, vous pourrez vous délecter de mes lignes sans bourse délier, vu que le magazine qui me paie est lui gratuit, le tout fonctionnant grâce au miracle moderne de la publicité.
Comme quoi non seulement rien n'est simple, mais tout se complique.
A part cela, avec vous des nouvelles de Blondie ? Est-il toujours au CESCO ? Le DVD du Secret des Dieux est sorti et je souhaiterais lui en offrir un en mains propres. Ainsi qu'à vous d'ailleurs. La lueur de l'écran et celle des témoins de charge du DVD devraient vous faire un peu de lumière dans votre
Très Obscur Univers Terrestre
Vraiment An-artiste
Bénévole Insolent Et Nihiliste

Écrit par : Philippe Souaille | 07/05/2010

Ja, Hello, Philippe, l’april enonce piu et pourtant! Un peu gaga la vida, wie le papillon d’acier l’eut singen unt spielen, langzeit jetzt… Nein, che ne suis pas obscurci, juste assombri, mit étincelles ja!
Wieso, vous ouvrez votre ordi ? Pour lui secouer les puces? Gut ! dizipline, ja! So, ich unt les anderen leuten interresiert sauront attendre!
Nein, che ne dirais pas ça, che sais touten leuten sont soumis à la survie, unt miche, ja auch, aber... J’ai le stomak qui couine! Kein kollecte machen, nein, un mars en mai et ja… on peut tout oublier, diktaton, ja! Che faire pub, là pour avoir gratos! Aber, che ne connaît pas le magazine gratuit, nein, sauf pour les petits malins qui volent sans DR1, ja! So. Kommunikationen obligatoirienen, Hier oder sur le topsekretenkanal...

So deux interlignes, jetzt, pour scrypter de Blondie, ja. Ja, hélas, il est toujours au cesco, che mettre minuscules pour prise de distanciation brechtienne... Ja, nécessairiungen ou Jungienstinien, che suis cranté des nerves malgré la minerve, ja! So, che suis sûr il recevra avec plaisir, ja! Unt miche auch, ja ! Che pourrais la langue tirer au Trio-Octet, avec leur enregistrement, wieso, blub! Abrutis de trio-octet! Neue Unt ja, ganz tableau de bord, mit viel luminescence jetzt, un sekretenwaffen, offert par une agente-sekrete, que je laisse sekrete, ja!
Ja, che voir le TOUT VA BIEN rikolo… Lesen-sie le très énervant mais malgré ça intéressant Dantec (heureusement il a un c,ja) ? Il utilise aussi,ja… Mais che termine, ja ce message un peu personnel, ja!
A pientôt, ja Philippe

Écrit par : Red baron, là! | 08/05/2010

Les commentaires sont fermés.