29/05/2010

Le MCG est-il atteint de delirium très mince ou de contorsionnite aigüe ?

Plié de rire, il n'y a pas d'autre mot, en découvrant la nouvelle note du MCG, qui parvient à dénoncer "la dictature de l'Etat Nation" dans le cadre d'une manifestation de soutien aux gardes-frontières! Il en rajoute une couche en prônant "le modéle de région franco-valdo-genevoise entre peuples souverains" tout en dénonçant "la destruction programmée de la Suisse" et bien sûr "l'Europe bureaucratique" et "la mondialisation capitaliste"...

Donc en fait, le MCG est nationaliste, mais contre la nation. Il est régionaliste mais aussi contre l'Europe, alors que c'est l'Europe qui soutient et finance l'autonomie et l'essor des régions, en particulier les régions tranfrontalières. Le MCG vote aussi avec la droite contre la gauche sur tous les sujets importants, et défend mordicus le secret bancaire, arme numéro un du capital et de la finance mondiale, mais se déclare opposé à la mondialisation capitaliste...

Bref, en dehors du fait que tout cela ressemble furieusement à un catalogue détaillant toutes les vieilles lunes de l'extrême droite, les apports idéologiques incontrôlés, aussi divers que variés, font de ce texte un véritable modèle de pensée pataphysique. Dans le genre, c'est même une pieuvre d'art. Mais avec encore un peu d'effort, je suis sûr que le MCG peut faire mieux.

Pour les membres du MCG qui n'auraient pas tout compris, je rapelle que la Suisse est un Etat-Nation. Même si elle est plurilingue. Et les gardes-frontières sont censés protéger ses frontières. Donc dénoncer l'Etat nation et en même temps sa destruction programmée, c'est extrêmement contradictoire. Ce qui n'est d'ailleurs pas nouveau, puisque le MCG par le passé a déjà prôné l'autonomie genevoise, puis romande, tout en draguant l'UDC qui comme chacun sait est viscéralement fédérale...

En résumé l'affaire est simple: le MCG n'a aucune ligne politique. C'est juste un marchepied pour permettre au Numéro Zéro de l'organisation de gagner sa vie, après avoir échoué dans la plupart des combines qu'il avait essayé de monter auparavant. A voir la teneur et l'illogisme de ses communiqués, on comprend pourquoi...

 

19/05/2010

Taxi XXII le retour... Et pourtant la solution crève les yeux.

Les taxis bleus manipulés par le MCG manifestent parce qu'ils trouvent le ticket d'entrée dans le métier trop cher, les taxis jaunes grommellent parce qu'ils estiment que le ticket de sortie n'est pas assez cher... Bref cela fait 35 ans que je vis à Genève et cela fait 35 ans que j'entends les taxis genevois qui râlent. Petit coucou souvenir en passant au brillant mais défunt Claude Savary, qui fut un temps, avec talent, leur porte-parole...

Pourtant Genève aurait besoin, plus que jamais, d'un service de taxi performant et bon marché, complément indispensable d'un réseau de transports publics de qualité dans une ville dont les voitures privées sont écartées de manière de plus en plus dissuasive. Seulement des taxis il n'y en a pas assez et surtout, ils sont trop chers... Et pas assez payés !

C'est un cercle vicieux: les taxis engraissent l'Etat (par la taxe d'entrée, par les impôts annuels et par la taxe sur l'essence), alors que les TPG sont grassement subventionnés. Ce qui me parait normal, notez, pour un service public. Mais le taxi c'est aussi un service public. Opéré par des individus ou des petites entreprises privées, mais service public quand même. Tout le monde ne peut pas attendre et utiliser les TPG ou la bicyclette pour ses déplacements. Si vous avez plusieurs rendez-vous en ville, des bagages, des commissions, une famille, ou que votre trajet sort de la norme, le recours au taxi  ne devrait pas être un luxe. Pas dans une ville embouteillée et sans parking.

La solution parait donc évidente. L'Etat annule les tickets d'entrée et les tickets de sortie (en dédommageant ces derniers), et accorde une aide au taxi qui compense au moins en partie ce que les-dits taxis lui rapportent (ne serait-ce qu'en essence), de manière à trouver de concert avec la branche, un tarif de la course qui permette aux chauffeurs de vivre (mais disons, taxi, faut pas non plus s'attendre à un revenu de conseiller d'Etat, dans les 5000 /mois me paraitrait juste, variable évidemment en fonction des heures travaillées de nuit etc...) et à la population de trouver des taxis à un prix abordable.

Comme le prix de la course sera moins cher, il y aura plus de gens pour l'utiliser. Le nombre de Genevois que je connais qui se déplacent en taxi à Paris, New York ou Madrid, mais jamais à Genève est juste hallucinant. Donc les chauffeurs s'y retrouveront. Vraisemblablement même, cela crééra des emplois pour les gens peu qualifiés qui habitent Genève depuis longtemps et la connaissent... Parce qu'à New York, le 1er immigrant venu s'y retrouve, avec les rues numérotés, mais à Genève, faut connaître.

Au final, cela fera certes un manque à gagner pour l'Etat (encore qu'à la longue, ce ne soit pas sûr) mais le prix à payer parait ridicule pour une amélioration considérable et immédiatement disponible des moyens de circuler en ville. Parce qu'un taxi ne remplace qu'une voiture à un instant T, mais sur la journée, au niveau des places de parc, il en remplace facilement une vingtaine, qui n'auront pas à se garer en ville.

Qu'en pense mon ami Pierre Jenny? Respire, va jouer quelques notes de musique (le chef des taxis genevois, tendance bonbonne jaune est un musicien de talent, à ses heures perdues), réfléchis et dis nous si le shéma pourrait tenir la route. Et sinon pourquoi? En n'oubliant pas qu'il y a toujours deux façons de gagner de l'argent: vendre très cher un service rare, ou bon marché un service abondant et très demandé...

10/05/2010

Des nouvelles de Blondie

Ce dimanche j'ai pu aller voir Blondie, yop la boum, le chéri de ses dames, brésiliennes surtout, mais pas que...

Il va bien$, j'ai trouvé, il a la pêche autant qu'on peut l'avoir dans sa situation.

L'appareil dont on l'a muni pour qu'il puisse parler l'irrite et il le débranche souvent. Mais si on se met assez près de lui, on entend ce qu'il dit. Du moins quand on est seul avec lui et qu'il n'y a pas de bruit dehors... Sinon, il communique avec stylo et petit calepin.

Surtout, il n'a rien perdu de son sens de l'humour, et se sent placide, voire décontracté à l'égard de ce qu'il sent venir de manière de plus en plus inéluctable.

A l'appui de ce constat, il m'a raconté cette anecdote, lors d'un vol long courrier, durant lequel il avait commencé à discuter avec son voisin.

Tous deux se commandent un apéritif, que l'hôtesse vient leur servir... Scotch pour l'un, ginn fizz pour Blondie. Soudain, un trou d'air! Un gros. Un énorme même... Plusieurs centaines de mètres de chute, suffisamment en tout cas pour que de nombreuses personnes dans la carlingue se mettent à hurler de terreur. Les deux compères se regardent et lèvent leur verre !

- Santé! dit l'un, très calme...

- Au moins on aura bu le dernier ! dit l'autre, tout aussi calme...

Heureusement, pendant qu'ils vident leur verre, le pilote retrouve enfin une masse d'air portante sous ses ailes...

J'spère moi aussi avoir, lorsqu'il sera temps, le même calme et le même détachement. D'avoir le sentiment d'une vie accomplie, ça aide forcémment. Que l'on croit ou non à l'existence d'un après, dans mon cas, je n'y crois pas, il reste toujours le souvenir qu'on laisse. Evidemment on ne peut pas plaire à tout le monde. Mais au-delà des divergences, idéologiques ou autres, il y a le sentiment d'avoir été un type (ou une fille) bien... Je laisse à chacun le soin de définir soi-même ce "bien" en fonction de ses valeurs propres.

Blondie, en tout cas, a été un type bien. Du peu que je l'ai connu, je garde d'excellents souvenirs. Je ne sais pas s'il lira ces lignes. Il m'a dit ne plus venir très souvent sur les blogs de la Tdg, un peu las du tour qu'ont pris les conversations par ici...

"Israël, l'Islam, Israël, l'Islam, Israël, l'Islam", je lui ai dit en l'approuvant... Il a hoché la tête, avec ce petit sourire en coin qui signifiait : "Ils nous gonflent".

Bon c'est pas tout ça, mais si tout va bien, la semaine prochaine, Paula devrait être tirée d'affaire. Après être passée devant M. le Maire... "Elle était vraiment récalcitrante, m'a dit Blondie, mais en fait c'est une vraie histoire d'amour. Ce qu'elle fait pour moi, c'est de l'amour pur, il n'y a pas d'autre mot pour ça, et sans elle, je ne serais déjà plus là !"

D'aucuns remercieront évidemment la divine providence. Blondie et moi, on préfère se dire que le hasard et aussi les humains, quand ils sont motivés, font parfois bien les choses...

Simplement, dans la vie et face à la mort aussi, il faut savoir quand on peut agir et le faire alors avec détermination. Et quand l'inéluctable survient, le regarder en face. Droit dans les yeux. ça occupe.

 

 

 

03/05/2010

Extrême-droite genevoise: une mauvaise foi sans borne

S'il est une chose dont l'extrême-droite genevoise sait faire montre sans lésiner c'est bien la mauvaise foi.

Quelques exemples.

A - Sur la xénophobie, les frontaliers et le boulot :

variante 1) : On n'aime pas ces salauds de frouze, parce qu'ils acceptent de bosser pour des clopinettes

variante 2) :  On n'aime pas ces salauds de frouze, parce qu'ils font la grève à l'aéroport pour gagner davantage

En bref, ce serait plus honnête de dire simplement: qu'ils fassent ou non de la sous-enchère salariale, on n'aime pas les frontaliers. Parce qu'ils sont frontaliers. Le jour où ils accepteront de louer un appart à Genève, comme ils en auraient le droit, il n'y aura plus de problème, on les aimera très fort... Comme les Portugais et les Italiens et même les suisse-allemands, du moment qu'ils ont le droit de vote et peuvent nous élire. D'ailleurs à la Constituante on a fait élire des gens qui clament qu'ils ne sont pas MCG et on s'en fiche. Le seul et unique truc que l'on a exigé d'eux, c'est qu'ils refusent le droit de vote aux étrangers...

 

B - Sur l'Union européene, la solidarité et la Grèce

variante 1) : L'UE est pourrie, elle laisse tomber la Grèce sans l'aider. C'est bien la preuve qu'il ne faut pas y rentrer

variante 2) : L'UE est pourrie, elle va aider la Grèce et si on était membre, on devrait payer aussi. Mieux vaut s'en tenir à l'écart.

En bref, ce serait plus honnête de dire simplement: On n'aime pas l'Union Européenne et qu'elle fasse une chose ou son contraire, de toute manière, on dira que c'est mal. C'est très rigolo comme jeu. C'est celui qui dit le plus de mal de l'Europe qui gagne. Y a qu'une seule chose qu'on déteste plus que l'Europe, c'est le reste du monde. Comment vous dites, on est quasi tous d'origine européenne? Ben oui et alors? C'est connu que les nouveux convertis sont toujours les plus fanatiques, non ? C'est comme dans Pain et Chocolat, quand le travailleur italien qui vient de débarquer se teint en blond et va hurler contre la Squadra Azzura dans un bistrot où ils passent un match à la télé. Jusqu'au moment où l'Italie marque un but... Cela fait 38 ans, mais rien n'a changé...

 

C - Sur l'orientation politique

variante 1) : On n'est pas d'extrême-droite. Et on n'est pas l'UDC. Il y a chez nous des gens de gauche et on était pour les minarets.

variante 2) : On adore l'UDC (comme la Liga tessinoise d'ailleurs) et on a été voir Blocher pour devenir leur section genevoise.

 

D - Sur la sécurité

variante 1) : L'augmentation de la criminalité est due au fait que la drogue est plus abondante et moins chère en Suisse qu'en France et que notre code pénal et notre justice sont plus clémentes pour les petits délinquants que ne le sont les Français...

variante 2) : L'augmentation de la criminalité est due à Schengen qui fait qu'on ne peut plus arrêter les voyous à la frontière... Faudrait y mettre l'armée à la frontière...

A noter que les mêmes refusent que les tâches administratives de la police ou le contrôle du stationnement soient laissés à des frontaliers (le cas échéant formés pour ça), ce qui libèrerait le personnel ad hoc pour les vraies tâches de police. Ils refusent parce qu'ils soutiennent l'action syndicale des policiers. Mais ils sont prêts à ridiculiser toute la formation des policiers en confiant la chasse aux malfrats sur la frontière - Tâche essentielle, puisque selon eux cause première de l'accroissement de la criminalité - à des jeunes recrues n'âyant pas reçu la formation adéquate...

Poster à la douane des jeunes troufions à peine formés avec des vrais flingues, des armes de guerre et des vraies balles. Voilà une idée qu'elle est bonne. Comme ça on serait certain qu'ils tireraient sur tout ce qui bouge et qu'on aurait quelques bonnes bavures par année. Pas seulement sur des malfrats, mais aussi forcément sur des passants qui se trouveraient là par mégarde... parce qu'il y a aussi des gens honnêtes qui passent la frontière... Quelques dizaines de milliers tous les jours, pour aller bosser, ou pour aller faire leur course... Ambiance barbelés, aussweiss bitte et files d'attente. Trop cool !

01/05/2010

My Generation: merci mes fans et vive le rock

Oui je sais, je me fais rare, et vous m'êtes plus fidèle que moi: merci mes fans ! Même quand je n'écris rien, vous êtes près de 150 par jour à venir consulter ce blog.... Et avec 2 billets seulement dans le mois, j'en suis à plus de 2500 visiteurs différents, en avril. Et cela dure comme ça depuis 3 ans, avec des pointes à 7000, 9000 visiteurs différents par mois lorsque j'écris quasi tous les jours sur des sujets chauds.

En ce qui me concerne, le podium des sujets est essentiellement politique: Colombie, MCG, Islam sont les thèmes qui m'attirent le plus de lecteurs et de commentaires. L'Afrique par exemple, nettement moins, alors qu'elle me tient pourtant à coeur. Mais il n'y a pas vraiment de polémique locale sur le sujet, au contraire des trois précités, qui tous comportent de chauds partisans pour ou contre à Genève, et dans ces blogs en particulier.

Ainsi par exemple, si je voulais faire un carton, et d'une pierre deux coups, je recopierai les lignes qui s'écrivent un peu partout dans le monde au sujet du Ministre vénézuelien de la justice et de la sécurité publique. Tarek el Aissami, islamiste notoire, est le fils d'un leader du parti Baas syrien, dont il reprend allègrement les méthodes dans ses nouvelles fonctions. Ce qui est très pratique avec sa double casquette, c'est qu'il est à la fois la personne qui décide de tirer sur les étudiants qui manifestent pour la démocratie à l'université (jetant en prison son ex-rival qui l'avait battu quelques années auparavant pour l'élection à la présidence du syndicat étudiant), et celui qui éventuellement devrait se juger ou juger les policiers pour avoir tiré à balles réelles sur des cibles vivantes (de vraies personne humaines qui couraient pour s'enfuir) dans les couloirs de l'alma mater.

Mais de toutes façons, au pays de Chavez (qui vient de faire son entrée sur Twitter) cela n'arrive jamais. Donc pas de problème de conflit d'intérêt, puisque le problème n'a aucune chance de survenir... Au pays de Chavez, en revanche, les dirigeants de la ETA basque deviennent hauts fonctionnaires, ce qui leur permet d'organiser tranquillement des tentatives d'assassinat en Europe de dirigeants ennemis des FARC... Ce qui fait très plaisir à la Justice espagnole, qui a déposé quelques demandes d'extradition restées lettre morte. Les personnes concernées sont réfugiées un peu partout: à Cuba, au Venezuela... et en Suisse, à ce que supposent les juges espagnol d'après le blog ci-dessous (c'est apparemment un site des Falun Gong.

http://www.lagrandeepoque.com/LGE/International/Venezuela-des-gangs-a-lassaut-des-commissariats.html.

A noter que l'arrestation, par ce même Aissami d'un inconnu accusé d'avoir planifié l'assassinat de Chavez tombe drôlement bien. D'autant que l'assassin putatif est entré au Venezuela avec un ordinateur contenant tous les détails du complot et de ses contacts avec des para-militaires fachos colombiens... Il aurait aussi pu téléphoner directement à El Aissami, c'eût été plus simple.

Remarquez, les para sont aussi assez cons et fachos pour avoir tenté le coup pour de vrai...

Pour en revenir à ma petite personne, je ne recopie jamais les lignes des autres. Au pire (cela m'est arrivé quelques fois dans ma carrière), je réécris mais copier, ça non jamais. J'aime bien trop me faire plaisir en instillant un peu de mon style dans les sujets les plus ardus... Et je ne trouve pas si souvent des auteurs ayant les mêmes opinions que moi, avant moi. Chacun sa vision de sa très haute suffisance... En ce qui me concerne, sur Moi et Moi-Même, mon opinion est faite. On se console comme on peut, vu que d'avoir un métro d'avance ne nourrit pas toujours son homme. Mieux vaut être "just in time". Comme Léo Fender en 1954.

Figurez-vous que je n'étais pas là ce soir pour dénoncer les errements marxo-terroristo-intégristes de Chavez, mais pour vous parler de rock et de My Generation. On ne se refait pas. Je suis né la même année que la première guitare électrique de Léo Fender: la Telecaster. Gibson avait une demie longueur d'avance avec sa Les Paul, et la révolution était en marche. A pas de canard...

http://www.youtube.com/watch?v=6ofD9t_sULM

Puis il y eut les premiers ronds de fumée en repassant en boucle sur nos Teppaz le petit solo de Hendrix dans Hey Joe. A 1'42'' dans ce clip exhumé des flammes de l'enfer:

http://www.youtube.com/watch?v=m8Ebcx-mTns

Et aussi la transe d'un Farfisa qui sort de ses gonds, à 3'30'' dans la version Joplinienne (Janis, pas Scott) de Me & Bobby Mc Gee...

http://www.youtube.com/watch?v=AEBTamMrYbw&feature=re...

Bref mes copains, mes copines et moi, nous avons grandi avec le rock'n roll... Qu'il soit devenu heavy metal entre temps et que pour ma part, le flambeau de la blue note me semble mieux transmis du côté des cadences tropicales (Hola! Juanes...) ne change rien à l'affaire. Les scientifiques se demandent en ce moment si une évolution induite par le milieu peut s'inscrire dans les gênes pour ensuite se transmettre... Si si, sérieux, il y a vraiment des cas où l'on peut se poser la question. Le rock par exemple. Mes copains, mes copines et moi, du moins ceux qui sont encore en vie, survivants des premiers ronds de fumée et de tout le reste, nous avons eu le temps de faire des enfants. Même certains, qui ne sont plus en vie, en ont eu le temps.

Eh bien ces enfants ont le gêne du rock dans le sang... Si je vous assure. Et je vous le prouve. Ce soir samedi 1er mai au MAD de Genève (en face du Palladium) Stealer's Band renaît de ses cendres, groupe mythique genevois de 1976... Avec Patrick Mama Mahassen (ex-Krokus) au chant, venu tout spécialement de Berlin pour l'occasion, Lauren Schwaar à la guitare, Jacques Berta, Daniel Berset et d'autres. Et avec en première partie, deux groupes "The Basement Prophets" et "Wild Nation" dont les batteurs sont... les fils du batteur de Stealer's Band, Paul Zouridis (ex-Zero Heroes). Bref, ça va swinguer intergénérationnel, ce qui n'est pas si fréquent. Mais surtout, on peut s'attendre à un tout grand moment de rock: des années de désir de scène, de bruit et de fureur qui resurgissent, ça dépote.