12/08/2010

C'est la faute au réchauffement...

Ris jaune en découvrant la déferlante climatologique obsessionnelle qui envahit nos médias depuis quelques jours. Loin de moi l'idée de remettre en cause, sur le fond, l'idée qu'il y ait un réchauffement, qu'il soit en bonne partie d'origine humaine et qu'il faille y faire attention. Mais le comportement de secte dominante et inquisitoriale des adorateurs de la climatologie me gonfle au plus haut point.

Depuis une semaine, donc, plus un seul pet de travers sur cette planète qui n'ait une origine anthropique et qui ne menace de nous conduire tout droit au tombeau, nous et tout le vivant avec... Sauf que les climatologistes ont plus d'une foi prouvé leur totale mauvaise foi, doublée d'une solide dose d'incompétence et de prétention hautaine. A force de prendre les gens pour des cons, ça les fache, les gens.

Lorsque l'OMM se permet de mettre, dans un film promotionnel qu'il finance et réalise, des images du tsunami d'Indonésie parmi les conséquences du réchauffement climatique, cela fait  réfléchir... De même, lorsqu'un pro climatologue justifie le juste combat en arguant que les gouvernements n'ont aucun intérêt économique à user de l'argument climatique, ce qui donc en établirait la véracité, il se fout du monde. Personne n'a jamais dit que les Gouvernements avaient un intérêt économique dans l'affaire (sauf les gouvernements du Sud, qui espèrent toucher un pactole en échange de leur renoncement de leurs droits à polluer à leur tour, et ils ont bien raison). Ce sont les climatologues qui ont un intéret économique évident à défendre: leur bifteck quotidien ! Le montant du financement de leurs recherches dépend en effet directement du niveau de trouille qu'ils parviendront à insuffler aux gouvernants qui les financent...

Maintenant, sur le fond, dire que toutes les catastrophes de cet été ont pour origine unique le réchauffement, c'est abuser. Des catastrophes, il y en a toujours eu, et il y en aura toujours. Liées à des causes diverses, dont certaines sont anthropiques, mais de loin pas toutes.  L'éruption du volcan islandais, et son immense nuage de poussière, on n'y est pour rien. De même que l'explosion solaire d'ampleur inégalée qui a bombardé la Terre, aux premiers jours d'août, d'une quantité record, depuis que les mesures sont faites, de particules électromagnétiques.

Or on sait que juste avant la Révolution française, une éruption des mêmes volcans islandais avait déclenché plusieurs années de catastrophes climatiques en Europe... A une époque où l'on venait tout juste d'inventer le Fardier de Cugnot, mais pas encore le moteur à essence. De même, il est de notoriété publique que l'activité solaire, notamment les éruptions, ont une influence directe sur le climat terrestre. Alors mettre tout sur le dos du réchauffement anthropique, lorsqu'on se prétend scientifique, c'est juste se foutre du monde !

Quant au petit jeune qui retoquait ma copine Magali Orsini en la disant victime de sa culture productiviste, il enfile juste la combinaison du révolté générationnel que Magali, moi et beaucoup d'autres ont enfilé avant lui, de même que les générations précédentes et les générations qui suivront... Jusqu'à l'extinction de l'humanité. La seule grosse différence c'est qu'à notre époque, on pensait que ce serait à cause de la bombe atomique... Une croyance tout aussi stupide que de penser, à l'inverse que l'être humain n'a pas de limites temporelles ou écologiques

Commentaires

Bonjour Philippe,

J'ajouterai que nous sortons de l'épisode "El Niño" le plus important depuis 1998. Et comme cette année-là, on voit un gros pic de température. Comme par hasard... Donc prétendre que cette année chaude prouve que le réchauffement climatique est reparti après dix ans de calage comme ça a été fait dans la Tribune d'hier, ce n'est pas seulement manipulateur, c'est carrément imbécile ! Même le GIEC n'a pas osé, car même si ses membres bénéficient de la trouille qu'ils provoquent, ils n'en sont pas moins scientifiques et savent très bien qu'une tendance sur un an ne fait une tendance à long terme.

Écrit par : Kad | 12/08/2010

Comme cest bien dit, Philippe ! Je souscris totalement ! Le réchauffement climatique est une question qui mérite d'être examinée de manière réfléchie, objective et rationnelle et non par une campagne émotionnelle, manipulatrice, impulsive ou culpabilisatrice, dirigée par les autoproclamés vertueux prétendument seuls à savoir ce qu'il faut faire pour sauver notre planète alors qu'en réalité ils sont souvent simplement fâchés contre papa qui a du fric...

v. également http://unegeneveouvertedynamiqueetoptimiste.blog.tdg.ch/archive/2010/07/30/consommation-d-electricite-naivete-pragmatisme-lachete-ou-hy.html et http://unegeneveouvertedynamiqueetoptimiste.blog.tdg.ch/archive/2010/07/12/une-loi-sur-le-co2-utile-et-realisable.html

Écrit par : Ashwani Singh | 12/08/2010

Merci Philippe, de m'avoir adoptée comme copine. Je trouve ton analyse tout à fait pertinente.

Écrit par : ORSINI Magali | 12/08/2010

Je ne peux que compatir à ce que vous endurez.

Vous relevez une chose que j'ai toujours dit

"A force de prendre les gens pour des cons, ça les fâche, les gens."

Et non seulement ils sont fâchés mais ne font plus confiance DU TOUT. Ce qui est bien pire. Mais pire encore, ils vont aussi tenter de les combattre et ça tourne à la guéguerre idéologique.

Écrit par : DdDnews | 12/08/2010

Bla bla bla...encore du grand n'importe quoi pour se voiler la face et se défaire d'une culpabilité qui a le malheur de remettre en cause à la fois votre mode de vie, mais en plus votre idéologie libérale... Attristant, mais pas très étonnant!

J'ai lu beaucoup d'articles ces jours et AUCUN climatologue-scientifique (j'ai bien dit "scientifique" et non "journaliste" ou "militant") n'a formellement dit que les catastrophes de cet été étaient sans aucun doute dues au réchauffement!

Tous les climatologues interrogés disent simplement qu'il y a de forts soupçons pour que ce soit le cas, d'autant plus que nous sommes dans ce qui s'annonce comme l'une des années les plus chaudes jamais mesurées. Ces forts soupçons sont notamment dus au fait que les événements extrêmes correspondent aux conclusions du GIEC.

Il faudrait attendre encore 10 ans pour être certains que ces événements s'inscrivent dans une tendance où leur fréquence augmente. Toute la question est : et si, dans 10 ans on arrive à la conclusion que c'est le cas, et si c'est trop tard?

Pour ce qui est des climatologues : votre théorie du "complot-des-chercheurs-qui-veulent-des-crédits" ne tient pas.

Pourquoi les gouvernements auraient-ils intérêt à financer des mecs qui tirent la sonnette d'alarme et qui amènent la population à prendre conscience que ce sur quoi repose notre système et les politiques de ces gouvernements (la croissance, les énergies fossiles) nous mène dans le mur? QUEL intérêt? Expliquez-moi!

À l'inverse, l'intérêt pour l'industrie pétrolière de financer des pseudo-scientifiques qui vont nier le réchauffement est lui, très clair, et c'est ce qui s'est produit ces 20 dernières années, avec succès, malheureusement!

Et s'il existait une théorie scientifique qui montrerait que le réchauffement actuel n'était pas majoritairement dû à l'homme, je serais prêt à discuter, mais cette théorie sérieuse n'existe PAS!

Quant à l'éruption solaire exceptionnelle, je veux bien mais :

1- l'influence de ces éruptions sur le climat terrestre à court terme n'est absolument pas démontrée

2- l'éruption a eu lieu le 5 août, et la canicule russe et la mousson asiatique exceptionnelle durent depuis mi-juillet

Cela n'a donc aucun rapport. Tout comme vos élucubrations historico-volcaniques, sans aucun intérêt dans notre débat.

Vous pouvez continuer à essayer d'enfoncer votre tête dans le sable. Vous pouvez essayer de faire dire aux scientifiques des choses qu'ils n'ont jamais dites, vous pouvez refuser de voir en face la réalité, mais cela ne la changera pas pour autant!

Il est grand temps de CHANGER!

Écrit par : Sandro Minimo | 12/08/2010

Je n'ai jamais été aussi d'accord avec vous. Pour rire, écoutez les imbécillités distillées sur "Impatiences" de RSR1 aujourd'hui sur Casablanca...

Écrit par : Géo | 12/08/2010

"J'ai lu beaucoup d'articles ces jours et AUCUN climatologue-scientifique (j'ai bien dit "scientifique" et non "journaliste" ou "militant") n'a formellement dit que les catastrophes de cet été étaient sans aucun doute dues au réchauffement!"

Sandro, vous devez avoir manqué cet article:

http://www.tdg.ch/actu/monde/expliquer-desastres-meteo-2010-08-10

Dominique Bourg n'hésite pas à prétendre que ce lieu de causalité est certain. Ce qui, étrangement, n'est pas le cas du GIEC. Selon lui, les 10 précédentes années, c'est du pipeau, par contre l'année 2010 est une preuve absolue que le réchauffement est une réalité. Un ami à vous ?

Écrit par : Kad | 12/08/2010

http://www.guardian.co.uk/world/2010/aug/12/heatwave-record-temperatures-world

Tiens, dans le genre : "c'est encore jamais arrivé de mémoire de mesure"... 17 records de températures dans le monde en 2010!

Bon je m'arrête là, parce que discuter avec des négateurs du changement climatique c'est comme faire bouillir une casserole avec une grenouille, ils vont continuer à nier jusqu'à ce qu'ils soient cuits!

Écrit par : Sandro Minimo | 12/08/2010

Mais bonjour, Grand Prêtre Sandro, comment allez-vous ce matin ?
Cela fait longtemps que l'on ne s'était plus croisé sur ce blog. Allez en paix mon fils, et que le Grand Pastafari du Climat vous soit bénéfique aujourd'hui, demain et tous les autres jours de la semaine prochaine.

Écrit par : Séraphin Lampion | 13/08/2010

Au fait, Sandro, en dehors du fait que si l'on en croit 20minutes, le réchauffement 2010 aura été le plus court de l'histoire, je tenais tout de même à vous signaler que les années de famine qui ont précédé (et causé, donc) la révolution de 1789, sont dans tous les livres d'histoire. L'explosion de plusieurs volcans islandais qui les a précédé étant un fait scientifique avéré. Mes "élucubrations" donc. Je vous accorde que le lien de causalité entre les deux n'est qu'une hypothèse scientifique et non un fait avéré. Mais à contrario des modélisations climatologiques qui tirent des plans sur de futures comètes en oubliant forcément des paramètres, cette hypothèse là repose sur des faits constatés, qui d'ailleurs se sont reproduits à plusieurs reprises dans l'histoire.
Maintenant, relisez-moi. Je ne dis nullement qu'il faut nier le réchauffement, je dis qu'il faut l'étudier scientifiquement et arrêter de fonctionner dans l'émotionnel, le pathos et le politique. Et que les scientifiques climatologistes doivent arrêter de bidonner leurs chiffres ou d'utiliser les médias pour répandre des messages du type Grande Peur de l'an 2010.
Quant à l'intérêt des gouvernants à écouter des scientifiques alarmistes, il découle tout simplement du principe de précaution et de la démocratie. Le premier dit que si problème il y a, qu'ils ont été avertis et qu'ils n'ont rien fait, ils auront des ennuis, qui peuvent aller jusqu'au tribunal et à des condamnations. Voire l'affaire du sang contaminé. La seconde rappelle qu'il existe une opinion publique et des électeurs et que si ceux-ci prennent peur et exigent des actes et que rien n'est fait, les politiques ne seront pas réélus.
Tout le monde se tient par la barbichette, mon cher et naïf Sandro. Et il n'y a pas des gentils d'un côté et des méchants de l'autre. Vous n'avez aucune idée des luttes de pouvoir et d'argent féroces auxquelles peuvent se livrer certains de vos scientifiques chéris au sein d'organismes comme le GIEC et l'OMM. Féroces étant parfois l'initiale du prénom.
L'OMM étant d'ailleurs, avec l'OMPI, celle des organisations internationales qui ces dix dernières années, a le plus été entachée de scandales divers et variés. Pour de gentils météorologues sans enjeux financiers, vous avouerez que c'est curieux.

Écrit par : Philippe Souaille | 13/08/2010

En parlant de record climatique, j'avais fait en 2007 un article pour montrer que l'on peut faire 208 ans de record climatique en gardant des années plus ou moins semblable (et QUE sur les variations de température sans parler d'autre variation tel que lhumidité et j'en passe).

http://ddddnews.blog.24heures.ch/archive/2007/12/06/les-records-climatiques-potentiels.html

A ce niveau là, les record climatique tel qu'ils sont présentés ne sont pas un élément fiable poru parler de dérèglement.
Alors je sais, je suis négationiste et blabla au yeux de Sandro (et d'autres) mais ce sont eux, les UDC de l'écologie qui voient le mal partout.

Écrit par : DdDnews | 13/08/2010

Oh, le 20Minutes parle de la fin de l'été sur le territoire Suisse Romand (environ 0.01% de la surface de la planète)? Confondons cette information avec le réchauffement global.

Voilà, si besoin, la preuve faite de votre incompétence en la matière et de la petitesse de vos arguments de comptoir de bistrot.

Concernant les élucubrations historico-volcaniques, je n'ai jamais prétendu qu'elles étaient fausses : elles sont simplement sans aucun rapport avec notre discussion qui évoque l'impact de l'homme sur la planète AUJOURD'HUI. Il y a eu et il y aura toujours des catastrophes naturelles sans aucun lien avec notre présence sur terre (séismes, tsunamis, éruptions, etc.) mais cela ne change STRICTEMENT RIEN au problème posé par le changement climatique d'origine humaine qui est historiquement assez unique.

Il faut étudier scientifiquement le réchauffement? Mais c'est ce que font des milliers de chercheurs depuis 30 ans! Ce n'est pas parce que leurs conclusions vous déplaisent que vous pouvez vous permettre de les accuser de fonctionner dans l'émotionnel, le pathos et le politique".

Vous accusez les climatologues de bidonner leurs chiffres? Mais apportez-moi une preuve de ce que vous avancez!!! Il y a eu 3 enquêtes suite au piratage des e-mails d'East Anglia, toutes les 3 ont conclu que les climatologues étaient blanchis de tout soupçon de manipulation!

Quant à votre théorie du complot sur l'intérêt des gouvernants, j'espère que vous plaisantez!

"si problème il y a, qu'ils ont été avertis et qu'ils n'ont rien fait, ils auront des ennuis, qui peuvent aller jusqu'au tribunal et à des condamnations"

Voyez-vous un seul homme politique aujourd'hui faire ce qu'il faut du point de vue climatique? C'est-à-dire nous mettre sur la voie d'une réduction de 80 à 95% de nos émissions d'ici à 2050? Pas un seul! Tous n'ont qu'un objectif : la croissance à n'importe quel prix! Il serait donc précisément dans leur intérêt de nier la réalité du réchauffement pour qu'on ne puisse pas les accuser de n'avoir pas agi alors qu'ils savaient. Remettre en cause notre système économique leur paraît bien trop risqué.

Votre théorie ne tient tout simplement pas debout!

Je n'ai jamais prétendu qu'il n'y avait pas de luttes de pouvoir au sein du GIEC, ni prétendu qu'ils étaient tous gentils. Leurs conclusions ont simplement été attestées scientifiquement par des dizaines de recherches et d'articles scientifiques, elles semblent (j'ai dit "semblent") aujourd'hui se vérifier dans les faits, et là encore, il restent d'une extrême prudence (cf. le Temps de ce jour)!

Combien d'inondations et canicules dramatiques vous faudra-t-il pour comprendre? À partir de quand allez-vous enfin vous décider à regarder la réalité en face?

Merci d'avance de votre réponse à cette dernière question.

Écrit par : Sandro Minimo | 13/08/2010

Sandro, l'allusion à la manchette du 20' était une plaisanterie. Qui a surtout prouvé une chose, c'était votre carence en sens de l'humour... Vous pensez sérieusement que je base mes affirmations sur ce, disons, journal ?
Concernant les accusations de bidonnage, j'ai déjà écrit ici ceux dont j'ai été témoin dans les publications passées de l'OMM. Sans oublier l'histoire des glaciers de l'Hymalaya... Ah oui, une fois découverte, c'est devenue une erreur, pas un bidonnage... Sandro, je ne vais pas refaire ici ce sempiternel débat.
Le fait que vous parliez de la croissance est effectivement intéressant. Voyez-vous, les politiques sont coincés entre la peur que tente de leur flanquer les climatologistes et la réalité crue des nécessités du développement pour disons un tiers à deux tiers des habitants de cette planète (selon où l'on met les niveaux de pauvreté) qui estiment qu'ils ont droit eux aussi à un peu de confort matériel.
Pour votre dernière question, je me contenterai de vous la retourner. On n'en sort pas ? Ah bon. Sauf que je dois bien avoir une trentaine d'années d'avance d'expérience sur vous, en matière de grandes peurs, de communication politique, de colportage de fausses nouvelles, de catastrophes ultimes, ou de menaces de catastrophes ultimes et de de manipulation des consciences et autres psychologie des masses... Alors si vous le voulez bien, cessons-là et on en reparle dans 30 ans, si je suis encore vivant...

Écrit par : Philippe Souaille | 13/08/2010

"Combien d'inondations et canicules dramatiques vous faudra-t-il pour comprendre? À partir de quand allez-vous enfin vous décider à regarder la réalité en face?"

Pour éviter cela, il faudrait encore plus bétonner partout, et faire encore plus de barrage pour controller les eaux. Et ce n'est vraiment pas le bon truc à faire au niveau écologique.

@Sandro
Petite question (de manière objective, sans sous-entendu etc..)

Comment aujourd'hui arrive-t-on à distinguer une innondation, une cannicule, un incendie naturels par apport à une qui ne le serait pas ?
(attention, je dis naturel, sans parler du mégot de cigarette ou de la dinge mal construite).

Écrit par : DdDnews | 13/08/2010

"Et s'il existait une théorie scientifique qui montrerait que le réchauffement actuel n'était pas majoritairement dû à l'homme, je serais prêt à discuter, mais cette théorie sérieuse n'existe PAS!"

Sandro, je vous invite à visionner un documentaire diffusé sur Arte en avril. Il traite des travaux du scientifique danois Henrik Svensmark. Pour votre info, le CERN et son projet CLOUD sont entrain de reproduire ses travaux expérimentaux (les premiers résultats sont positifs) ; preuve du sérieux de sa théorie.

http://www.dailymotion.com/video/xcteyl_1-5-le-secret-des-nuages_news
http://www.dailymotion.com/video/xctetz_2-5-le-secret-des-nuages_news
http://www.dailymotion.com/video/xctepg_3-5-le-secret-des-nuages_news
http://www.dailymotion.com/video/xctele_4-5-le-secret-des-nuages_news
http://www.dailymotion.com/video/xctehq_5-5-le-secret-des-nuages_news

"(...) À partir de quand allez-vous enfin vous décider à regarder la réalité en face?"

La réalité est qu'il y a débat au sein des scientifiques attachés à l'étude du climat. Mais la conscience humaine, habituée aux croyances, n'admet pas aisément les incertitudes. Depuis 30 ans, la théorie du CO2 anthropique est majoritairement acceptée, c'est vrai. Mais depuis ces dernières années des découvertes très importantes ont été faites (autre exemple : les effets sur le climat des oscillations océaniques naturelles ont été complètement sous-estimées ; ils sont absents des modèles utilisés par le GIEC au passage).

En tant que citoyen et écolo, ce qui me préoccupe le plus c'est notre dépendance au pétrole et l'approche bien réel du pic pétrolier dans 5 ou 10 ans. Réduire notre dépendance au pétrole en investissant très fortement dans les énergies renouvelables fait donc parfaitement sens. Cela améliorera notre autonomie énergétique (80% de l'énergie totale consommée en Suisse provient de l'étranger) et diminuera l'impact de la pollution sur notre environnement et notre santé.

Écrit par : Richard Golay | 13/08/2010

@ P. Souaille : OK pour l'humour sur le 20'… mais franchement si j'ai pas vu que c'était une plaisanterie, c'est parce que vos arguments ne sont pas tellement au-dessus de ce niveau…

Concernant les bidonnages : Ouh-la-la, oui, il y a une erreur dans les 3000 pages du dernier rapport du GIEC! Oui. Ils se sont plantés sur la date à propos de l'Himalaya. En plus ils ont sorti ce chiffre d'une étude du WWF. Oui, c'est grave. C'est naze. C'est tout ce qu'on veut. Mais ça ne remet pas en question les conclusions générales de ce rapport, qui sont que les émissions de CO2 d'origine humaine réchauffent la planète.

Pour la croissance : pour les ayatollahs de la croissance infinie comme vous, c'est toujours pareil. On instrumentalise la nécessaire croissance des pays pauvres pour justifier la croissance dans nos pays obèses de richesses. Toujours le même discours : "Vous voulez arrêter la croissance? Et les pauvres paysans Burkinabés, vous y pensez?" Comme si c'était leur croissance qu'il s'agissait d'arrêter. Non, je vous le dis : c'est la croissance française, suisse, américaine, australienne, japonaise, etc. qu'il s'agit d'arrêter. C'est donc un autre système économique qu'on se doit d'inventer. D'ailleurs, contrairement à vos dogmes néo-libéraux qui sont figés depuis 30 ans, la réflexion là-dessus avance, avec récemment un bouquin anglais "La Prospérité Sans croissance" qui imagine ce que pourrait être un monde débarrassé du dogme de la croissance infinie.

Pour ce qui est du "j'en ai déjà vu d'autres", peut-être. Peut-être qu'on a trop crié au loup depuis 30 ans alors que ça n'en valait pas la peine. Peut-être. Je n'y étais pas. Reste que si cette fois-ci il y a vraiment un problème et qu'on ne réagit pas sous prétexte de "on en a vu d'autres", on prend un risque monumental. Non?

Tout est là finalement : quel risque encourt-t-on de ne pas agir et voir les catastrophes se succéder jusqu'à ce que ça devienne incontrôlable? De l'autre côté, quel risque encourt-t-on à agir et nous débarrasser de nos gaspillages énergétiques et matériels (bagnoles en ville, viande à tous les repas, publicité qui incite à surconsommer, portables jetables, etc.) et inventer un monde plus solidaire, moins inégal?

Donc, on ne cesse pas là, on n'en reparle pas dans 30 ans. Ce monde doit (et va!) changer, ne serait-ce que parce que, comme le dit Roger Golay, le peak oil va nous y obliger.

Ne serait-ce aussi que parce qu'un monde où l'on consommera moins d'énergie fossile et où on apprendra à s'auto-limiter et à PARTAGER les ressources restera infiniment plus souhaitable que la fuite en avant que vous proposez.

PS : Pour Roger Golay, sur les rayons cosmiques de votre ami danois, l'idée est jolie mais ses études sont truffées d'erreurs et rien ne permet pour l'instant d'établir un lien entre ces phénomènes et le RC :

http://www.skepticalscience.com/cosmic-rays-and-global-warming.htm
http://www.realclimate.org/index.php/archives/2006/10/taking-cosmic-rays-for-a-spin/
http://www.skepticalscience.com/Svensmark-Friis-Christensen-rebut-Lockwood-solar-paper.html

Écrit par : Sandro Minimo | 13/08/2010

"En tant que citoyen et écolo, ce qui me préoccupe le plus c'est notre dépendance au pétrole et l'approche bien réel du pic pétrolier dans 5 ou 10 ans"
Même pas besoin de dire écolo. Quant au pic, il serait déjà passé. Mais personne parmi nous ne le sait vraiment, ces informations-là étant quelque peu secrètes, et je ne m'imagine pas qu'un crétin de base écrivant des commentaires ou des billet dans les blogs de la TdG en disposent...

Écrit par : Géo | 13/08/2010

Sandro, vous vous méprenez. Je ne suis pas un ayatollah de la croissance infinie, très loin de là. Cela fait des années que je dis et que j'écris, notamment dans mon livre "L'Utopie Urgente" que la Terre est un espace fini et qu'il faut s'organiser pour partager le gâteau de manière plus équitable, parce que oui, les Burkinabe aussi ont le droit de consommer et de polluer. Chacun son tour.
Or comme eux doivent pouvoir polluer un peu plus et que la Terre ne peut guère supporter davantage de pollution, il faut que nous réduisions notre train de vie... Entre autres en remplaçant l'impôt sur le revenu par un impôt très progressif sur la consommation... Et qu'il est urgent de remplacer le pétrole par des énergies renouvelables. Lisez mon bouquin que diantre...
Pour le reste, je l'ai déjà écrit et je le réécris une fois encore:
j'ai lu, il y a 7 ou 8 ans le prologue du rapport annuel de l'OMM, centré sur le réchauffement, qui expliquait, noir sur blanc, que les influences non anthropiques sur le climat (en général) étaient 40 fois plus puissantes que les causes anthropiques, mais que comme on n'avait aucune prise sur elles, on n'allait pas en parler dans le rapport qui suivait, pour se consacrer uniquement à l'étude des phénomènes d'origine anthropiques.
Et pour ce qui est des canicules, je m'en souviens d'une particulièrement grâtinée, en Pologne (!), au mois de mai (!!!) l'année de la visite du Pape, ce devait être en 85: il avait fait plus de 30° durant un mois. Certains dévôts y voyaient même un signe du très haut... C'était à peu près en même temps que la mort des forêts, prédite à court terme à peu près par les mêmes personnes qui nous annoncent aujourd'hui l'apocalypse climatique pour demain.
Encore une fois, je ne nie pas qu'il y ait un problème. Mais juste qu'il faut l'évaluer sereinement.

Écrit par : Philippe Souaille | 13/08/2010

Je n'ai pas lu vos bouquins, en effet. Mais vos solutions me font froid dans le dos. Un impôt sur la consommation en lieu et place de sur le revenu c'est la porte ouverte à l'explosion des inégalités. Les biens et services de bases deviendraient inaccessibles aux faibles revenus pendant que les riches deviendraient encore plus riches! Une superbe société à 2 vitesses.

C'est exactement l'inverse qu'il faut faire : il faut délibérément sur-taxer les plus riches pour réduire leur pouvoir d'achat (et donc de polluer), couper court à la consommation ostentatoire (4x4, bagnoles de luxe, jet privés, etc.). Et cela nécessite certainement une concertation internationale...

Pour le reste, "remplacer le pétrole par les renouvelables" c'est très joli mais si le potentiel des renouvelables est bien plus grand que ce qu'on veut bien exploiter aujourd'hui, vous n'avez pas la moindre idée des ordres de grandeur. Remplacer le pétrole par les renouvelables implique de réduire MASSIVEMENT notre consommation d'énergie. Et donc : isoler massivement les bâtiments, réduire massivement le trafic automobile et le transport de marchandises (le pétrole est irremplaçable pour les transports), et donc réduire la consommation de gadgets à tout-va, et pour cela diminuer massivement l'emprise de la publicité, vecteur principal de notre surconsommation. Bref, c'est l'inverse du libéralisme de l'OMC dont vous vous faites sans cesse le relais ici.

Je me rappelle une discussion précédente où vous m'aviez dit qu'il fallait sacrifier tout le pétrole existant pour le bien du transport des marchandises selon la loi de l'avantage comparatif dans le libre-échange le plus pur. J'avoue que j'en reviens toujours pas.

Bref, agir pour le climat, c'est un plan gigantesque qui implique de renverser totalement les valeurs de notre société et de ce système économique, incapable de prendre la mesure de ce qui nous attend. Et évidemment cela implique de revoir nos valeurs prométhéennes de domination de la nature.

Pour le reste, encore des idées reçues, toujours les mêmes clichés... vos souvenirs du texte de l'OMM sont certainement assez exacts, la vapeur d'eau est le principal gaz à effet de serre et le CO2 n'est que 0,038% de la composition de l'air. Sauf que la quantité de vapeur d'eau est naturellement stable et que RIEN d'autre que le CO2 ne peut aujourd'hui expliquer sérieusement le réchauffement constaté depuis 30 ans!

Quant à vos souvenirs de vacances en Pologne, c'est super. Non, vraiment, c'est passionnant. Mais ça ne dit rien du tout. Ce qui compte ce sont les tendances climatiques à long terme et les moyennes globales. Et là, il n'y a pas photo : la planète se réchauffe inéluctablement.

Mais je sens bien qu'il est impossible de faire entendre raison à quelqu'un qui ne veut rien entendre. On imposera donc certainement des mesures écologistes contre votre avis. Le changement se société se fera contre votre gré... eh oui, il y a toujours une minorité rétive au changement. Si on l'avait toujours écouté il y aurait encore l'esclavage, la peine de mort, pas de vote pour les femmes, etc.

Écrit par : Sandro Minimo | 13/08/2010

"Entre autres en remplaçant l'impôt sur le revenu par un impôt très progressif sur la consommation... "

Pouvez-vous élaborer ?

Écrit par : CEDH | 13/08/2010

"Sauf que la quantité de vapeur d'eau est naturellement stable et que RIEN d'autre que le CO2 ne peut aujourd'hui expliquer sérieusement le réchauffement constaté depuis 30 ans!"

Et le méthane ?

Écrit par : CEDH | 13/08/2010

Je développe, CEDH, et Sandro, arrêtez de supputer sur mes positions, à partir de vos oeillères qui vous font déformer mes propos. Lisez (en plus c'est gratuit, sur internet pour encore très peu de temps, car nous sommes en train de refaire le site) http://www.utopieurgente.org/e-books/Tome%20G1.htm

Par exemple, je parle de tva fortement progressive. En clair cela signifie que les biens de première consommation et écologiquement souhaitables seraient très peu taxés, voire pas du tout ou même subventionnés pour certains, tandis qu'au contraire, les produits de luxe et/ou écologiquement indésirables seraient très lourdement taxés. Les mesures prises par le Grenelle de l'environnement en France vont dans ce sens, ce qui n'est pas très étonnant, vu qu'ils avaient eu le bouquin. Deux responsables des finances cantonaux romands l'ont lu également et l'ont trouvé fort cohérent. Et pour ceux qui trouveraient cela impossible, je précise juste que l'ensemble des impôts indirects sur l'automobile en France rapporte davantage que l'impôt sur le revenu.

Pour en revenir à vos élucubrations sur la base de vos déductions personnelles, Sandro, le texte de l'OMM ne parlait pas de vapeurs d'eau mais de phénomènes tels que les oscillations de la Terre sur son axe et les variations de son orbite circumsolaire, les éruptions volcaniques, les variations océaniques, etc... Le directeur suivant de l'OMM a d'ailleurs nié après coup devant moi que ce texte ait pu être publié...

De même, l'OMC n'est pas le libéralisme le plus pur, mais la réglementation des échanges.
Le pétrole n'est certainement pas la seule source d'énergie utilisable pour les transports et ne l'a jamais été, la plus grande partie du commerce se faisant par mer et sur des durées relativement longues, où la voile peut-être une alternative fort crédible... Alliée aujourd'hui à des technologies de pointe. Quant à me dire que je n'ai aucune idée des quantités d'énergie en cause, vous vous fourvoyez mon jeune ami.

Mais relisez, nom d'un chien, relisez... Il faut réduire notre consommation. Je le disais déjà bien avant votre naissance. La seule vraie différence, c'est que vous avez la haine des bagnoles, pas moi. S'il faut les supprimer, je l'accepterai, la mort dans l'âme, car c'est un outil fantastique et que je crois qu'il existe des solutions alternatives. Tandis que vous en avez fait votre ennemi numéro 1, à fortiori si elles sont luxueuses. C'est du pathos idéologique, ce n'est pas du pragmatisme, ni la preuve d'un esprit scientifique.
Quant à me citer sur l'utilisation du pétrole au profit du commerce, pourriez vous je vous prie rappeler tout le contexte, au minimum le paragraphe, pour qu'on y voit clair ? Merci.

Écrit par : Philippe Souaille | 13/08/2010

Merci à Philippe Souaille et Sandro Minimo pour ces échanges intéressants. Je vais prendre connaissance avec intérêt de "L'Utopie Urgente".
@ Philippe : avez-vous essayé de mettre la main sur ce texte de l'OMM. Ne se cache-t-il pas au fond d'une bibliothèque ? Ce que vous énoncez est en parfait accord avec ce que j'ai lu depuis octobre 2009, date de mon "coming out" (!).
@ Sandro : toute les théories nouvelles sont contestées. L'intérêt de celle de Svensmark est qu'elle a été validée expérimentalement. Attendons les résultats du projet CLOUD qui devraient être publiés ces prochains mois.
@ GEO : vous oubliez que les critiques acerbes s'adressent en premier à soi-même. Je doute donc que vous preniez connaissance du texte suivant : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2888&var_recherche=pic+p%E9trolier

Écrit par : Richard Golay | 14/08/2010

C'est la faute au réchauffement ! Je veux bien du moment qu'on en fait la démonstration scientifique : le fait est que je la cherche encore !

Pourquoi ne parle t-on pas de l'un des plus froids hiver austral qui se produit en même temps que les autres catastrophes que l'on observe dans l'hémisphère nord ???

Pourquoi ne relayer qu'une partie des infos et pas les autres ? Est-ce la faute au réchauffement aussi si la banquise antarctique ne s'est jamais aussi étendue depuis qu'on l'observe que depuis 2005 ???

Je veux comprendre et je demande que l'on m'explique ces faits et pourquoi on nous les cache !

En juillet, les masses d'air issues du pôle sud ont été si froides qu'elles sont parvenues à provoquer une catastrophe biologique jusqu'en Bolivie !
http://cozop.com/actu_latino/bolivie_la_vague_de_froid_decime_des_millions_de_poissons_dans_oriente_du_pays

Écrit par : Florent Planchon | 14/08/2010

Je précise que je prévois un prélèvement carrément confiscatoire au moment de la transmission de l'héritage, pour les très grosses fortunes, la transmission des patrimoines industriels étant traitée séparément.
Ce pour alimenter les collectivités, bien sûr, mais surtout pour empêcher la formation de fortunes aussi colossales qu'héréditaires et donc la formation d'une nouvelle aristocratie. En revanche du vivant d'un individu, l'enrichissement reste possible et même encouragé.

Écrit par : Philippe Souaille | 14/08/2010

Aux débuts de l'automobile, le moteur à essence et l'électricité ont été quelques temps en concurrence. Genève a d'ailleurs abrité une usine de voitures électriques. Les véhicules électriques étaient plus performants, mais souffraient de leur faible rayon d'action. Ce qui fait que le pétrole l'a emporté. C'est moins l'autonomie en tant que telle qui posait problème (la différence est réelle mais pas insurmontable) que le temps de recharge des batteries, comparé à celui nécessaire pour refaire le plein.
Aujourd'hui, les constructeurs, Renault notamment, travaillent sur un concept de batteries en rack, échangeables en quelques secondes. Cela pourrait être une vraie solution. Et parmi les moyens de produire de l'électricité, des inventeurs travaillent actuellement sur des moyens révolutionnaires d'exploiter la houle marine, avec des unités de toute taille et à faible coût, avec des technologies très simples. Mon frère, architecte naval en retraite, est l'un d'eux.
De même sur les porte-conteneurs du commerce international, des solutions mixtes voiles-panneaux solaires sont tout à fait envisageables. Bref, si on veut, on peut. Mais on ne peut pas tout, le monde n'est pas sans limite, je vous l'accorde.
Cependant Sandro, la faille pour l'heure gigantesque qui nous sépare, c'est que vous ne voulez pas. Pire même, cela vous embêterait que les voitures deviennent non polluantes, que les marchandises produites dans le sud (et lui permettant de se développer et de s'enrichir à son tour) parviennent jusqu'à nous avec un bilan écologiques sans concurrence...
Cela dérangerait votre vision du monde bien manichéenne avec les gentils décroissants d'un côté, les méchants profiteurs de l'autre. Grandissez Sandro. Il est temps.

Écrit par : Philippe Souaille | 14/08/2010

Ah merveilleux : la voiture électrique va nous sauver!

C'est oublier que ça fait 80 ans qu'on cause de voiture électrique et qu'elle n'a jamais encore vu le jour. C'est oublier aussi que les études les plus optimistes montrent qu'en 2025, ce serait au mieux 3% du parc qui serait électrique.

http://www.actualites-news-environnement.com/21466-vehicules-electriques-marche-2025.html

L'électricité restera une solution pour les véhicules "irremplaçables" qui devront rester (ambulances, livraisons, trajets de nuit en campagne, etc.), mais pour le reste il faut revoir nos habitudes.

Le remplacement du parc auto actuel par des voitures électriques serait un désastre (extraction du lithium pour les batteries, explosion de la conso. électrique et donc retour du nucléaire en force + charbon avec un bilan global probablement aussi mauvais qu'aujourd'hui). Heureusement, le tout-électrique est impossible et n'adviendra jamais!

En plus, en revoyant complètement notre usage de l'automobile (en la bannissant des villes par exemple et en limitant au maximum son usage), on gagne sur plein de plans : CO2 évidemment, pollution de l'air, encombrements, bouchons, stress, accidents, coûts exorbitants pour les ménages et la collectivité, laideur, bétonnage (les sols ne peuvent pas être imperméabilisés à l'infini), etc. Et c'est possible, maintenant. Il n'y a aucun obstacle technique (on sait faire des tramways, des bus, des pistes cyclables, des vélos même électriques, etc.), juste un obstacle politique!

Pour ce qui est de vos porte-conteneurs miracles, je veux bien... mais vous savez bien qu'ils n'existent pour l'instant que dans vos rêves!
Et là encore, la question n'est pas technique mais doit être celle des besoins : a-t-on besoin d'importer des pommes de Nouvelle-Zélande? A-t-on besoin de fraises en hiver? A-t-on besoin de consommer toujours plus et de jeter toujours plus de déchets en tout genre? Ne devrait-on pas plutôt revenir à l'agriculture de proximité, recommencer à réparer, réutiliser, etc.

Ne vivrait-on pas mieux en réduisant notre consommation à ce qui est nécessaire et en partageant au maximum l'usage des objets sur le modèle des bibliothèques, de Mobility ou du vélo en libre-service?

Ca me paraît infiniment plus raisonnable que d'espérer avec foi dans la technoscience et ses miracles (voitures "propres", porte-conteneurs miracles, etc.) pour surtout éviter de questionner notre modèle économique et nos modes de vie.

La question essentielle est là : vous refusez d'imaginer qu'on peut faire autrement, et c'est pour ça que vous appelez la science en renfort... sauf que la science, aussi utile et ingénieuse soit-elle, ne peut pas tout, et en l'occurrence, tous ceux qui se sont penchés sérieusement sur la question de l'énergie, des transports ou de l'alimentation sont formels : nos comportements, nos habitudes et l'organisation de notre société doivent changer radicalement. La progrès technique ne suffira pas en quantité et ne viendra pas assez vite.

Écrit par : Sandro Minimo | 14/08/2010

Sandro, vous ne raisonnez pas, vous affirmez ce que vous croyez juste. Quitte à nier l'évidence. C'est là une caractéristique essentielle des comportements sectaires. Vous en voulez une preuve ?
Vous cherchez à démontrer qu'il ne saurait y avoir d'intérêt financier pour les climatologues à "faire le buzz" sur le réchauffement climatique. Vous élucubrez toutes sortes de projections sur la manière dont réagissent les gouvernants. Un peu comme les programmes nous prédisant l'avenir climatologique.
Mais vous oubliez l'essentiel, les faits: les climatologues ne vivent pas d'amour et d'eau fraiche. Partout dans le monde ils reçoivent des budgets pour leurs travaux, budgets publics dans leur immense majorité. Y compris l'OMM qui est un organisme public. Sans oublier le GIEC lui-même, créé, tenez-vous bien à la demande du G7 dès 1988 et mis en place conjointement par l'OMM et le PNUE, financé par les plus grosses économies mondiales. Donc vous pouvez construire tous les schémas que vous voulez, Sandro, les faits sont là.

Écrit par : Philippe Souaille | 16/08/2010

Les faits sont là? Mais quels faits? Pouvez-vous me démontrer par A+B un lien entre ceux qui auraient intérêt à faire croire à un réchauffement catastrophique et les climatologues?

Je ne comprends toujours pas : QUI a intérêt à ce qu'on remette en cause l'usage du pétrole, de l'avion, des bagnoles, de la bidoche à tout-va, etc.? Qui? Quels gouvernements? Pourquoi? Dans quel but? Quand on voit que de nombreux écologistes eux-mêmes sont incohérents avec ce qu'ils prêchent (avion, etc.), cela démontre que la démarche à opérer pour diminuer les émissions de CO2 est changement absolument énorme, très difficile à atteindre, même pour les convaincus! Qui donc aurait intérêt à toute cette histoire?

Pourquoi les grands dirigeants, amoureux de la croissance et donc de l'industrie de la bagnole, du trafic aérien et du libre-échange à tout-va, pourquoi financeraient-ils des climatologues qui devraient du coup, par milliers, trafiquer leurs chiffres, pendant des années et des années? Comment infiltrer les comités de peer-review dans les revues scientifiques pour faire accepter les articles allant dans le sens du RC et pas des sceptiques?

Expliquez-moi, je suis désolé, mais ça ne tient pas debout.

Écrit par : Sandro Minimo | 16/08/2010

Les climatologues ont un intérêt direct à voir financer leurs travaux et leurs recherches, grâce auxquels ils peuvent gagner leur vie, nourrir leur famille, rouler en voiture, prendre l'avion, etc... S'ils faisaient des recherches sur la sexualité des escargots, ou le sens de rotation de la pâte de reblochon lorsqu'elle s'écoule, ils auraient du mal à obtenir de gros budgets. Parce que tout le monde s'en fiche.
Si en revanche, ils clament à hauts cris que la Terre et la civilisation courent à leurs pertes, qu'il faut comprendre le phénomène et qu'ils ont les moyens de l'éviter (l'un des trois volets du GIEC est la proposition de solutions), ils ont évidemment beaucoup plus de chance d'être écoutés et subventionnés. Parce que personne n'a envie de se suicider, et encore moins de faire disparaitre toute l'humanité, voire tout le vivant s'il s'avérait qu'il n'existait que sur Terre - ce qui reste peu probable.
Cet intérêt financier n'est évidemment pas la cause de tout ce remue-ménage (encore que parfois on ait vu pire, il y a des industriels de l'armement qui déclenchent des guerres rien que pour vendre des armes) mais il est de nature à biaiser les résultats autant que l'intérêt contraire de certains scientifiques travaillant pour l'industrie pétrolière. Qui soit dit-en passant investit énormément sur les énergies alternatives. Pas pour le plaisir, mais parce qu'ils pensent que cela va leur rapporter.
Par ailleurs, il y a une conviction idéologique forte (du genre de la vôtre), chez nombre de chercheurs actifs pour le compte du GIEC, qui est de nature à biaiser également leur perception des choses. Ce n'est pas parce qu'on croit oeuvrer pour le bien de l'humanité ou du vivant que l'on en devient un saint pour autant. Sinon, il n'y aurait jamais eu de guerres de religion, ni de massacres perpétrés par des communistes, etc...

Écrit par : Philippe Souaille | 16/08/2010

La réalité vous emmerde tellement que vous êtes prêt à sombrer dans le plus pur fantasme conspirationniste. C'est comme un adolescent à qui on explique que fumer peut le tuer, il est prêt à croire n'importe quelle légende urbaine sur le tabac pour s'épargner l'effort de se débarrasser de sa dépendance. C'est très humain, après tout.

Si les climatologues ne s'intéressent pas au reblochon ou aux escargots c'est parce que leur job est de regarder le climat : et les conclusions qu'ils tirent de leurs observations et de leurs études sont claires! Après, qu'elles vous déplaisent, c'est un autre problème.

Vous êtes bien trop intelligent pour croire sérieusement que des milliers de chercheurs et des centaines d'articles scientifiques puissent avoir été modifiés dans un sens alarmiste uniquement pour toucher des fonds... Les études qui ont été menées sur le GIEC et les chercheurs anglais piratés ont d'ailleurs conclu qu'on ne pouvait pas remettre en doute leur honnêteté scientifique et leurs conclusions.

Écrit par : Sandro Minimo | 16/08/2010

Sandro, merci du compliment, qui me va droit au coeur, vraiment, mais j'ai précisément suffisamment fréquenté de scientifiques pour savoir qu'il ne s'agit nullement de conspiration, mais juste de conjugaison d'intérêts personnels et idéologiques concommittents. Un peu comme les Suisses avec le secret bancaire...
Et pour ce qui est de vos vérités scientifiques incontestables, l'essentiel de la climatologie se résume à des mesures, à partir desquelles on tire des plans sur la comète. Si la première partie est objective et se doit d'être à peu près exacte, la 2ème est des plus aléatoires.
La réalité ne m'ennuie pas du tout, Sandro, je vis très bien avec, merci. J'essaie tout au plus d'avoir prise sur elle par des moyens pragmatiques et... réalistes, compte tenu du maximum de facteurs que je peux appréhender.
ps: les conclusions du rapport (de qui, nommés par qui etc ???) sur les travaux des universitaires anglais me semblent à côté de la plaque. On ne les a pas accusés, à ma connaissance, d'avoir truqué leurs propres travaux. Par contre, j'ai lu leurs couriels, et ils ont clairement et délibérément censurés des travaux qui ne leur plaisaient pas. Tous les rapports après coup ne pourront aller contre ça.

Écrit par : Philippe Souaille | 16/08/2010

Richard Golay@ Merci pour ce lien très intéressant. Depuis la publication dans "Pour la Science", édition française de "Scientific American", de l'article de Colin Campbell écrit avec Jean Laherrère paru en mai 1998 (n°247): " La fin du pétrole bon marché", les grandes compagnies ont fait paraitre de très nombreux articles dit scientifiques pour combattre l'effet "oil peak" en faisant croire à des découvertes mirobolantes un peu partout dans le monde. Je n'ai comme vous probablement aucun moyen de vérifier la pertinence de leurs affirmations. Quand les réserves de pétrole diminueront, ces compagnies passeront à l'exploitation des schistes bitumineux et à la transformation du charbon en hydrocarbures, avec toutes les conséquences désastreuses que cela va impliquer.
Ce que je constate en attendant, c'est que la Suisse ne fait aucun geste pour fermer les raffineries du Rhône, aux mains de gens, les Khadafi, qui nous HAISSENT profondèment et dont l'objectif semble être de nous polluer le plus possible en pratiquant des expériences les plus dangereuses possible. La défense écologique de la Suisse n'existe pas, seuls existent les cantons. Les Vaudois ont en leur temps sagement refusé la présence de ces raffineries, les Valaisans qui n'ont peur de rien les ont évidemment acceptées. 50 ans (ou plus ?) de production de phosgène à Monthey, cela vous marque à jamais...

Je n'ai pas compris que vous traitiez de "critique acerbe" mon dernier commentaire. Pourriez-vous argumenter ? Ce que je disais : il suffit d'être citoyen, pas besoin d'être écolo (=pastèque, vert dehors, rouge dedans...)

Écrit par : Géo | 17/08/2010

Allez, je veux pas relancer le débat mais pour vos allégations sur les chercheurs du GIEC qui seraient grassement enrichis pour leurs recherches, cet article de George Monbiot du Guardian qui revient sur les accusations portées sur Rajendra Pachauri, le président du GIEC qui touche pour sa (lourde) responsabilité à la tête de ce groupe la somme faramineuse de :

...ZERO FRANC!

Mais comme le dit bien Monbiot en conclusion : ceux qui veulent continuer à dénigrer continueront, et finiront peut-être par convaincre la population que le réchauffement climatique n'est qu'un fantasme. Tout comme la population américaine est de plus en plus persuadée que Barack Obama est un musulman!

Encore un grand merci à tous les Philippe Souaille du monde.

Écrit par : Sandro Minimo | 26/08/2010

Sandro, vous êtes la candeur incarnée ! Vous croyez sincèrement que M. Pachauri vit d'amour et d'eau fraîche ? Je veux bien croire qu'il ne touche aucun salaire pour ses activités à la tête du GIEC (encore que les voyages en 1ère classe, et les hôtels 5 étoiles aux frais de la princesse équivalent annuellement au salaire d'un paquet de travailleurs de son pays) mais... il est déjà rétribué en tant que patron du TERI, The Energy and Resources Institute, anciennement connu sous le nom de Tata Energy Research Institute, Tata étant si vous l'ignorez le nom d'un conglomérat familial indien très porté sur les nouvelles technologies qui est l'un des plus puissants groupes industriels du monde. Ce sont eux notamment qui fabriquent la Tata, petite voiture vendue dans les 1000 euros...
Accessoirement fidèles d'une très ancienne religion zoroastrienne.
Le Dr Pachauri est également ou a été membre d'un certain nombre de conseils d'administrations pour lequel il touche des jetons de présence.Y compris dans le business des crédits carbones qui au cas où vous l'ignorez, rapporte énormément d'argent, notamment en Inde, où des usines bidons ont été montées rien que pour pouvoir être dépolluées, ce qui a permis à certains d'encaisser des centaines de millions de dollars... Une véritable escroquerie aux dépens de la communauté internationale.

Voici la liste des liens d'intérêts connus de Pachauri :
Il a été membre :
du conseil d’administration de l’Indian Oil Corporation de janvier 1999 à septembre 2003
du conseil d’administration de GAIL (en) d’avril 2003 à octobre 2004
du National Thermal Power Corporation d’août 2002 à août 2005
du conseil des gouverneurs de Shriram la recherche scientifique et industrielle Fondation (septembre 1987)
du comité exécutif de l'India International Centre (en) (IIC), New Delhi (1985)
du conseil d’administration de l’India Habitat Centre (en), à New Delhi (octobre 1987)
de la cour des gouverneurs de l’Administrative Staff College of India (ASCI) (1979-1981)
Pour sa contribution à l’environnement, Pachauri a reçu le Padma Bhushan (en) en 2001, l’une des distinctions civiles les plus élevées en Inde, reconnaissant tout service éminent rendu à la nation. Il est officier de la légion d'honneur depuis 20062.
Pachauri représenta le GIEC lors de la remise du prix Nobel de la paix 2007, que le GIEC partagea avec Al Gore.
Il est également l’un des membres de l’External Advisory Board du Chicago Climate Exchange (CCX), la bourse américaine des crédits carbone.

Écrit par : Philippe Souaille | 01/09/2010

P. Souaille, comme l'indique cet article :

http://www.guardian.co.uk/environment/georgemonbiot/2010/aug/26/rajendra-pachauri-financial-relationships

l'écrasante majorité des accusations que vous proférez ici ont récemment été démenties par un rapport, et le Sunday Telegraph a du s'excuser d'avoir accusé à tort Pachauri. Aurez-vous la décence d'en faire autant?

Au-delà de ces fausses accusations de tabloïds anglais, il est vrai que Pachauri est précisément un modéré, qu'il a travaillé dans le passé dans les énergies fossiles et que c'est précisément pour cette raison qu'il a été mis à la tête du GIEC, afin de remplacer un précédent directeur jugé trop "alarmiste" par les américains notamment. Sauf que Pachauri a précisément tout fait pour être indépendant et pour communiquer les conclusions scientifiques, qui restent, ne vous en déplaise, TRÈS alarmantes!

Il est compréhensible que puisque le message vous déplaît, vous tentiez de vous en prendre au messager, mais cela n'apporte rien au débat.

Pour ce qui est des crédits carbones, sur le fond : c'est un système idiot, bourré d'arnaques en plus d'être inefficace et dangereux, car il sert précisément la cause de ceux qui comme vous, veulent le statu quo dans nos pays (compenser à l'étranger est bien commode)...et pour surtout ne pas bousculer les dogmes néolibéraux que vous chérissez tant. C'est un système que je combats de toutes mes forces et qui est voué à un échec cuisant dans les prochaines années. Les récentes multiples arnaques révélées dans ce marché ont contribué encore un peu plus à le discréditer.

Rien ne remplacera le changement de civilisation nécessaire et son cortège de régulations, lois, mesures fiscales, interdictions... et certainement pas un marché des émissions! Ce changement de société la seule condition de l'épanouissement de l'humanité dans un monde aux ressources finies. Comment faut-il s'y prendre est une autre question.

Le débat maintenant n'est donc plus de savoir s'il faut ou non réduire massivement notre usage des énergies fossiles pour transiter vers une société de sobriété... mais COMMENT on va s'y prendre!

Écrit par : Sandro Minimo | 01/09/2010

Sandro, faut pas croire tout ce qu'on lit dans les journaux. Ou alors, faut lire attentivement. Je ne tire aucun renseignement de tabloïd anglais. Perso, je ne qualifierai d'ailleurs pas le Daily Telegraph de tabloïd, ni le Guardian d'ailleurs. Ce sont juste deux quotidiens sérieux de sensibilités politiques différentes qui sélectionnent l'info qui les arrangent...
L'article du Guardian examine les comptes 2008-2009 du Monsieur. Mais les diverses mandats au sein de conseils d'administrations que je mentionne se sont achevés avant la phase auditée par KPMG.
Je n'ai jamais accusé Pachaudry de malversation (mais il est vrai qu'il a très très mal réagi quand on lui a mis le nez dans son erreur au sujet de l'Himalaya...). En revanche il est clair que certaines de ses activités sont rétribuées et d'autres non. Mais que celles qui ne sont pas rétribuées lui permettent aussi d'obtenir des mandats (grassement) rétribués.
On peut comparer le salaire de Pachaury avec les boss des OI (ce qu'il n'est pas, le GIEC est juste une commission consultative) et le trouver maigrelet, ou le comparer avec un salaire moyen du pays où il vit et où il est rétribué, l'Inde. Et là, c'est simple (48 000 livres de salaire + primes déclarées), il est un peu plus de cent fois plus élevé que le-dit salaire moyen indien...
Un peu comme si vous trouviez maigrelet un salaire suisse de 800 000 (huit cent mille) Francs par mois ! Avec un tel revenu, M. Pachauri se classe parmi les très privilégiés de son pays.
Si vous établissez vos préceptes scientifiques et vos avis tranchés sur l'avenir de la planète avec le même sérieux que vos avis financiers, je comprends mieux leur outrance détachée des finesses de la réalité.

Écrit par : Philippe Souaille | 01/09/2010

http://www.guardian.co.uk/environment/georgemonbiot/2010/sep/01/rajendra-pachauri-ipcc

Encore un article de Monbiot pour se battre contre la désinformation constante sur Rajendra Pachauri dont vous continuez, malgré l'évidence, à vous faire le relais ici.

C'est bien triste de devoir en venir à commenter les costumes du président d'une organisation internationale pour venir "prouver" ou discréditer la réalité scientifique qui nous indique que l'humanité est entrain de dérégler d'une manière irréversible les équilibres de l'écosystème. Le débat en est là, et c'est plutôt inquiétant.

Tout ceci n'est que diversion, car la réalité, vous le savez autant que moi, c'est que sur cette planète aux ressources finies, nous devons changer radicalement de cap. Toute autre discussion que celle sur les moyens de parvenir à ce nouveau modèle de société qui donne accès à tous aux besoins vitaux en restant dans les limites de la planète n'est qu'un moyen de nous acheter du temps pour tenter de croire que "notre modèle n'est pas périmé" ou que "on peut encore continuer".

Le "business as usual" est mort.

Écrit par : Sandro Minimo | 03/09/2010

Les commentaires sont fermés.