18/03/2011

Le pamphlétaire qui se voulait faiseur de roi

Pascal Décaillet roule pour l'extrême-droite et le MCG. Il a l'Entente en horreur, pour lui qui n'aime que le sang et la castagne, du moins quand ce sont les autres qui se battent. Le terme même d'Entente lui écorche les oreilles. Il fait flèche de tout bois. Assassine son ex-collègue Chevrolet, lui reprochant même d'aimer les petits drapeaux, là où ceux de Stauffer, pour quelques centaines de voix supplémentaires deviennent légitimes et mérités. Même portés par des séides en chemises noirs, organisés en phalange.

Il complote aussi, Décaillet et annonce à tort et à travers des nouvelles qui ont pour point commun de nuire à cette Entente qu'il déteste, car son idole, en vrai, plus encore que Stauffer, c'est Blocher. Et ce n'est pas le panégérique dressé d'un candidat retoqué qui le dédouannera!

Les nouvelles que donne ce qu'il appelle pompeusement une agence de presse sont parfois distorsion de la réalité. Ainsi, le Parti Libéral doit se décider en Assemblée générale dimanche soir, à laquelle sont conviés les radicaux. D'ici là, toute liste à venir n'est que supputation. La présenter comme acquise, comme le fait Décaillet, au fait que les deux Présidents l'aurait négociée, est indigne d'un journalisme qui se voudrait sérieux. Même s'il précise que tout devra être entériné d'ici lundi midi.

Las, il y a longtemps que Pascal Décaillet n'est plus qu'un homme emporté par sa vision personnelle. Sa force est de parvenir malgré tout à faire prendre ses rêves pour la réalité. Ses vessies n'en deviennent pas pour autant des lanternes, comme ne devrait pas tarder à s'en apercevoir un Président de parti qu'il encense à longueur de chronique. Pour autant que celui-ci se laisser berner par si viles flagorneries.

Que pourrait-il se passer dimanche soir et d'ici le dépouillement ? Si Maudet refuse de participer au ticket commun avec l'UDC, il perd une partie des voix libérales. Combien et dans quelle mesure ? Cela pourrait-il remettre en cause son élection qui semblait assurée, cela ne parait pas impossible. Dès lors, c'est à priori Mme Kraft-Babel qui passerait l'épaule... Eric Bertinat restant de toute façon distancé.

Mais si la gauche, finalement, décidait de présenter un 5ème candidat, elle placerait à coup sûr ses 5 postulants au CA.

Si Maudet cède à ce qui serait du pur chantage, et met son nom sur la liste, il perd une partie de sa crédibilité, mais garde les voix libérales, plus celles de l'UDC... Tout en perdant une bonne partie de celles du PDC et sans doute ses fans de gauche, voire du centre. En clair, il se retrouve à faire jeu égal au concours de pronostics. Avant d'être une machine à faire gagner la droite, cet accord serait donc d'abord destiné à faire perdre Maudet. Qui a commis le crime de lèse-majesté de s'opposer au grand génie des caméras de Léman Bleu.

Une telle attitude laisserait des traces durables, dont la droite genevoise ne sortirait pas gagnante. Christian Lüscher pourrait dire adieu à son espoir de siège aux Etats. Le mariage libéral-radical risquerait de tourner au divorce. Et les électeurs pourraient bien se retourner en masse vers la gauche ou les verts libéraux.

Mais Pascal Décaillet serait content. Il aurait eu son heure de gloire. Et aboutit à cet étonnant paradoxe qui laisse la gauche en mesure de décider si elle veut ou non un candidat de droite et lequel. Car la gauche, en Ville de Genève, dans un scrutin majoritaire, est actuellement hégémonique en Ville de Genève, avec ou sans MCG.

Gauche-Droite, ce sont des mots. Qui veut du racisme ou qui n'en veut pas, qui veut de l'Europe ou qui n'en veut pas, qui veut haïr son voisin ou qui le refuse, ce sont là de vrais débats, qui même au niveau de la commune font qu'une partie notable de l'électorat du centre et de droite ne votera jamais pour l'UDC ou le MCG.

C'est ce que n'ont pas compris les idéologues qui dressent un parrallèle entre l'attitude de la droite face à l'extrême-droite et l'attitude de la gauche face à l'extrême gauche. Dans le deuxième cas, il sagit d'exacerbation de valeurs communes. Alors que dans le premier, il s'agit de valeurs fondamentalement divergentes.

Commentaires

Pourquoi tant de haine envers un journaliste qui a réussi mieux que vous ?

Écrit par : Andres Gomez | 19/03/2011

Pendant ce temps une autre émission à Léman bouge regroupe trois journalistes qui commentent intelligemment l'actualité locale sans prétention , ils sont d'horizons divers "le Courrier GHI La Tribune" le journaliste ne fait pas les questions et les réponses, ne donne pas l'impression d'examiner un élève au moment de l'obtention de permis de conduire la République.
Decaillet devient la caricature de lui-même, son show-room se situe de plus en plus à la rue des boutiques obscures où des Ego-tiers complotent le grand bon en arrière,j'en ai Oltramare qu'il dégage du côté de Saint Maurras.

Écrit par : briand | 19/03/2011

Votre opinion est fausse et faussée par la jalousie, ma parole !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 19/03/2011

On pourrait d'abord dresser la liste de tous les différents chouchous et chochottes qui se sont succédés soit à GAC ou aux matinales de Radio Cité, examiner comment ils-elles sont mis en scène, en valeur puis comment ils sont brocardés, parfois insultés ("Mme Kraft-Babel vous êtes candidate.... à....hmmm à la Maison de Quartier de la Jonction ?...non...c'est pas ça..... au Conseil Administrati") se retrouvent orphelins en manque de visibilité, leur téléphone ne sonne plus. Ca ressemble au L-L-L... oui, Philippe,c'est forcer le trait j'en conviens.
Reste à savoir si l'animateur des grandes surfaces commerciales de la Praille est un homme de convictions ou s'il s'arrange pour orchestrer son émission avec ceux/celles qui lui servent le mieux la soupe et qui entretiennent son taux d'écoute......c'est une interrogation...mais elle ne me prend pas la tête.
Ce qui est certain c'est qu'il se veut leader d'opinion, qu'il entretient des aversions (des haines ? je ne sais)tenaces et des engouements débordants mais peu durables.
Cette fois, à l'occasion des deux tours des municipales/administratives, il a choisi son camp. Est-ce le rôle d'un journaliste ? Je n'ai pas de réponses.....je ne connais pas bien le monde la presse et m'y intéresse assez peu.
Pour ma part quand je ne suis pas en séance de commission je regarde son émission : j'y apprends des tas de choses sur le teatrino ginevrino.

Tout est tellement complexe avant le dépôt des listes au Conseil administratif.
Un collègue m'a dit hier soir au GC : "Il ne faut plus parler d'alliances aujourd'hui mais de partouzes". C'est exagéré et fort illustratif, cependant.
Voili les réflexions matinales que m'inspirent ton billet.
Cet a-m je vais voir Suisse-Andorre de rugby : l'Ovalie reste le plus beau moyen de faire la guerre en temps de paix.
.....et pendant ce temps en Cyrénaïque et au Japon......
"Petit pays, petits soucis" chantait le beau Lac de Bâle.
.....tout passe....
cordialement
p.l.

Écrit par : pierre losio | 19/03/2011

Reçu 5 sur 5.

Au besoin je rajouterai Maudet sur la liste des 4 candidats de gauche. Car il est plus à gauche et plus intelligent que n'importe quel autre candidat de la droite. Et pour envoyer dans tous les cas le mcg aux pives.

Sur les liste de la droite, dans n'importe quel cas de figure, ce sera le jeu de massacre, à qui biffera le plus les "alliés".

Écrit par : Johann | 19/03/2011

Pierrot, Briand, Johann, Victor & Co, d'abord mes excuses pour cette modération tardive, mais j'étais en tournage dans les Vosges et dans le Jura, en des lieux sans connexion. Oui, oui, cela existe encore, à quelques centaines de kilomètres d'ici, dans les forêts profondes... Et ça fait du bien.
Pour le reste, quand-est-ce qu'ils organisent des matchs de rugby et de football-américain à la Praille, avec de grandes équipes d'Ovalie et et des Etats-Unis, qui viendraient en démonstration ?
Ah oui, et puis Andres, et Victor, jaloux ??? De Pascal ? Moi ??? J'ai l'immense bonheur de faire des films et des reportages aux quatre coins du monde, sur des sujets qui me passionnent et qui apprennent des choses à ceux qui les regardent. Lui fait de la radio en images à la Praille en se regardant le nombril... Y a pas photo !

Écrit par : Philippe Souaille | 20/03/2011

Vous n'aimez pas le MCG, c'est votre droit, et libre à vous de le dire et le redire. Par contre vos allusions au fascisme et aux chemises noires dépassent les limites et ne sont pas tolérables. En tant que fils de résistant de la dernière guerre en Italie je ne le tolérerai plus. Essayez donc de donner à votre critique une autre allure que l'invective à l'emporte-pièce, car ce sont précisément les fascistes qui stigmatisaient leurs adversaires en esquivant le débat démocratique. Je vous en remercie d'avance.

Écrit par : mauro poggia | 21/03/2011

Cher M. Poggia, je suis désolé. Mais ce n'est pas moi qui choisit la couleur des chemises des personnes dirigeantes de votre mouvement... Ou des membres qui entourent votre leader dans les manifestations publiques, à la manière d'un service d'ordre, chose que l'on croyait disparue à Genève depuis les années 30.
Vous devriez suggérer à vos instances dirigeantes de changer de "corporate design", comme elles ont récemment changé de ligne éditoriale, à la suprise générale.
Puisque si j'ai bien compris les discours de MM. Baertschy, Haas et Medeiros (tous en chemises dont je tairai la couleur pour ne pas vous choquer :-) lors du récent débat de la TdG, vous êtes désormais les amis des frontaliers. Que vous soutenez dans leur juste combat contre le grand capital qui les met au chômage... Tout en continuant de prôner la préférence aux résidents, comprenne qui pourra!

Écrit par : Philippe Souaille | 21/03/2011

Pour conclure sur cette navrante affaire d'annonce faite à Marie, ou plutôt à Genève, de manière un peu prématurée et présomptueuse par l'un de mes collègues pamphlétaire, qui a depuis rectifié le positionnement de son curseur, je suis ravi de constater que les Libéraux ne se sont pas laissés aspirer par les sirènes Udcistes, fussent-elles blondes et cavalières, ou pratiquantes de la messe en latin.
Le résultat des courses est clair: les Libéraux acceptent les voix, d'où qu'elles viennent. Mais conservent les leurs à l'Entente. Quel parti, dans cette situation, n'en ferait pas autant ? Cela pourrait (avec beaucoup d'espoir et encore plus de chance) permettre à Mme Kraft-Babel de brûler la politesse à une candidature de gauche. Cela reste cependant très peu probable et devrait surtout permettre de compter les forces en vue d'élections futures.
Le duo MCG part seul, avec un candidat fin lettré, mais blanchi sous trop de harnais, qui tire aujourd'hui sur le parti dont il était président l'an dernier... Et un autre, un peu fâché avec l'Histoire et les chiffres, qui affirme sans rire en conférence publique que le socialisme a causé des centaines de millions de morts au Portugal...
Sur ce, je vais vous laisser, chers lecteurs amis et ennemis, car j'ai trop de travail dans les semaines à venir. Un mot tout de même, à l'intention de mon collègue pamphlétaire, qui m'écrit entre les lignes et me cite, sans me citer, tout en me citant: je ne prends mes ordres de personne, pas plus de l'équerre ou du cocktail que du Conseil d'Etat. J'ai simplement des convictions politiques fortes, notamment que le recours aux extrêmes est à éviter en politique. Des convictions forgées lors de mes reportages tout autour de la planète autant qu'en Suisse, là où lui est toujours resté assis derrière son micro. Ce qui est tout aussi performant que ces cocktails qu'il dénonce à longueur de plume, pour s'abstraire de la réalité.

Écrit par : Philippe Souaille | 21/03/2011

@ mauro poggia

Eclairez-nous, au lieu de menacer M. Souaille quand il assène ses vérités sur votre démonstration de force dans uniMAIL : quel était l'effet voulu de cette marche dans uniMAIL?


@ briand

"Pendant ce temps une autre émission à Léman bouge regroupe trois journalistes qui commentent intelligemment l'actualité locale sans prétention"

Vous apprenez qqch dans cette émission? J'ai l'impression d'assister à un exercice d'auto-justification de leur travail, qu'aucun critique externe vient débriffer. La bonne humeur ne suffit pas pour faire une émission de qualité.

Bien à vous

Écrit par : benoit | 22/03/2011

@benoit: je suis assez d'accord avec vous la qualité intrinsèque de l'émission n'est pas fameuse ,il s'agit là de journalistes issus de la presse écrite peu aguerris à l'exercice en studio, on peut la comparer à "c'est dans l'air "sur france5, en tant qu'observateur lambda , la multiplication des canaux d'informations aboutit à un trop plein dont il est bien difficile de trier entre ce qui procède de la communication maitrisée d'agences de presse, de commentaires "éclairés" d'experts autoproclamés et de la volonté de journalistes d'apporter des "angles"originaux susceptibles de représenter une valeur ajoutée spécifique.
Ce qui me pose problème c'est le mélange des genres " interview-commentaire-communication propagande" citizen Decaillet y excelle ,le journalisme a tout a y perdre en terme de crédibilité, j'ajoute pour terminer que je ne suis pas un professionnel de la communication mais que feuilleter Le Monde m'a apporter des plaisirs quasi sensuels.

Écrit par : briand | 22/03/2011

VOTRE HAINE VICERALE, M'SIEUR SOUAILLE, FAIT DE LA PEINE À VOIR...

FAUT-IL VOUS PRÉCISER ET VOUS CONFIRMER EN CONNAISSANCE DE CAUSE, QUE MONSIEUR PASCAL DECAILLET EST TOTALEMENT NEUTRE DANS SES INTERVENTIONS,COMME LE SONT LES VRAIS PROFESSIONNELS DE L'INFORMATION; SEULS LES IMBECILES QUI PASSENT LEUR TEMPS À "DÉGUEULER" SUR LE BLOG DE LA TDG L'AGACENT SOUVERAINEMENT, SUIVEZ SON REGARD!

Écrit par : RAPPAZ | 23/03/2011

@ Rappaz

C'est du deuxième degré? Pas mal.

Par contre, le couplet sur "les vrais professionnels de l'information" fait très naïf. Pour pas dire autre chose.

Léonie

Écrit par : gonzales | 24/03/2011

Le "cinéaste " Rappaz quand il n écrit pas en cinémascope entretient un blog oû tous les commentaires qui ne le comparent pas à John Huston sont systématiquement censurés.
Par contre à Léman bleu aux plénières du Grand Conseil il joue à la perfection le rôle de Buster Keaton particulièrement muet apparaissant dans un petit rôle au bas de l'écran lorsque Victor Mature y va de son couplet contre l'emploi d'acteurs frontaliers.
Decaillet mérite tout de même mieux que ces nanars de séries B,

Écrit par : briand | 24/03/2011

@ briand
ouiiiiiiiiiiii Victor Mature inoubliable dans les films peplum, je n'y avais pas pensé.
Pour moi ça reste "le condicator gominé" (appellation protégée que j'ai déposée à l'OMPI)
p.l.

Écrit par : pierre losio | 26/03/2011

Les commentaires sont fermés.