04/04/2011

Bonne nouvelle: l'extrême-droite, ça marche une fois, mais pas deux !

Quelques éléments intéressants ressortent d'une étude statistique toute récente sur le vote Front National aux cantonales françaises. Certaines enfoncent des portes ouvertes, d'autres moins. Ainsi les 400 cantons (environ 1 sur 10) où le front national s'est maintenu au 2ème Tour étaient caractérisés par une population ouvrière plus forte, moins bien éduquée et connaissant des taux de chômage plus importants que la moyenne nationale. L'autre point commun, c'est une abstention très forte, culminant à Sarcelles (région parisienne) avec à peine 20% de votants...

Même si le taux d'abstention est souvent lié au niveau d'éducation (plus les gens ont fait d'études, plus ils votent), il est frappant de constater que l'abstention profite à l'extrême droite. Ce qui est à mettre en rapport avec une autre source d'étonnement : on sait que  les jeunes - 18 25 ans - votent très peu; mais lorsqu'ils votent, c'est dans leur tranche d'âge que le FN recueuille le plus de voix! Ce qui pourrait signifier que les jeunes sont davantage acquis aux idées de l'extrême droite que leurs aïeux (ce qui peut être vrai, après tout, ils n'ont pas connu la guerre)... Ou que dans cette tranche d'âge, les abstentionnistes sont plus nombreux et que comme ailleurs, lorsqu'ils se mettront à voter, ils ne voteront pas FN ! Ce qui n'est pas sans importance quant à l'avenir :-)

Au niveau des  reports de voix, les résultats n'ont pas été les mêmes selon le parti qui restait opposé au FN au second tour, mais les écarts ont été relativement peu significatifs. Les meilleurs, face au FN ont été les candidats de centre droite (Modem ou Nouveau Centre), le FN ne progressant que de 9,7% entre les deux tours, suivis des communistes, tandis que les moins bons ont été les candidats radicaux de gauche, qui ont laissé le FN progresser de 11,4%. Communistes, socialistes et UMP se situant entre les deux, dans cet ordre. Il n'y avait apparemment pas de verts au deuxième tour dans ces circonscriptions très populaires. toutefois, la faible ampleur des chiffres et des écarts ne permet guère une étude statistique probante.

A noter encore (et c'est la meilleure nouvelle de cette étude) que si le FN a pu faire élire ses candidats dans 15 cantons (sur plus de 4000) en tout et pour tout depuis 25 ans (dont deux lors de la dernière élection), il n'a jamais réussi à faire réélire un sortant sous son étiquette (la seule sortante réélue ayant entretemps quitté le Front National) ou à reconquérir un canton qu'il avait gagné et perdu. Ce qui tendrait à prouver s'il en était encore besoin, qu'entre le discours populiste et l'efficacité reconnue aux affaires, il y a comme une très grosse marche.

Commentaires

Vous n'avez rien compris à l'affaire ! Le but premier de l'extrême droite n'est pas d'avoir des élus...

Écrit par : Dolorès | 04/04/2011

N'oubliez tout de même pas que les cantonales sont des élections où les enjeux locaux donnent tout leur poids à des notables qui sont pour la plupart du temps élus et réélus depuis des lustres. Le vote protestataire qu'il se situe à droite ou à gauche peut- être éventuellement un réflexe au premier tour peu au second
D'autre part et c'est hélas là que se situe la véritable capacité de nuire du FN, il influe considérablement sur la stratégie politique du centre autour de débats "laicité-identié etc" stigmatisant une partie de la population française non- assimilée et dont veut faire croire qu'elle n'est pas assimilable pour des raisons ethno-culturelles."Hugues Lagranges sur l'origine ethnique des comportements délinquants" plus récemment Mainard de reporter sans frontières "Vivie Le Pen"

Écrit par : briand | 04/04/2011

Dolorès, voudriez-vous éclairer notre lanterne ? Quel est le but premier de l'extrême-droite si ce n'est pas de remporter des victoires dans les urnes démocratiquement ?

Écrit par : Philippe Souaille | 05/04/2011

Les commentaires sont fermés.