11/04/2011

Abidjan: la guerre est finie, la paix commence

Laurent Gbagbo a donc été arrêté. Tant mieux. Pas tant parce qu'il le mérite (pour ça aussi, mais il n'est de loin pas le seul) que pour l'espoir de paix qui s'allume dans tous les foyers d'Abidjan et de Côte d'Ivoire, où l'on vivait terré chez soi depuis des jours, voire des semaines, et parce que si tout va bien, cela va mettre fin à dix années de conflit. Et au moins 6 d'usurpation du pouvoir.

Le plus étonnant, c'est le déferlement de messages de joie de la part d'ivoiriens qui depuis tant de temps se tenaient coi. Car sous le rouleau compresseur internautique des partisans de Gbagbo, ils n'étaient plus très sûrs d'avoir encore le droit d'exister. Aussi bien pour ceux de l'extérieur, une bonne partie de l'intellignetsia afro-européenne ayant pris fait et cause pour le boulanger d'Abidjan, victime expiatoire des méchants blancs, que pire encore, pour les habitants d'Abidjan, qui n'osaient plus parler politique qu'entre amis vraiment très sûrs, et jamais dans un lieu public. Comme dans les pires dictatures.

La haine et le machiavélisme sont certes récurrents dans les guerres virtuelles qui se livrent sur le Net, mais les gbagbistes auront vraiment enfoncé tous les records en la matière, en mentant, déformant, inventant... Dernier exemple en date, relayé cet après-midi sur certaines pages facebook romandes: Une vidéo particulièrement horrible montrant un trio se faire brûler vif par un groupe de villageois, qui les repoussent dans le feu tandis qu'ils tentent de s'en échapper... Scène insoutenable, sous-titrée (en espagnol) "un groupe de chrétiens brûlés vifs en Côte d'Ivoire..." C'est donc forcément une atrocité à mettre sur le compte des musulmans de Ouattara... Et c'est bien pourquoi le buzz est né parmi les soutiens de Gbabgo.

Sauf qu'en réalité, c'est un vieil enregistrement, tourné au Kenya il y a trois ans, et montrant des villageois (à priori chrétiens) brûler trois d'entre eux accusés de sorcellerie. Ce que l'on faisait régulièrement en Europe il y a trois siècles. Rien à voir donc avec la politique ni avec la Côte d'Ivoire, mais on ne sait jamais, si Gbagbo n'avait pas été arrêté, cela aurait pu servir à susciter quelques réactions supplémentaires contre l'intervention de la France et de l'ONU.

Reste qu'il va falloir maintenant faire la paix, désarmer les jeunes patriotes, leur trouver des activités, juger Gbagbo sans en faire un martyr et surtout recommencer à travailler, à faire la fête, à faire ses courses, à rouvrir les cliniques et les pharmacies lorsqu'elles n'ont pas été trop bombardées... Tout un programme. En espérant que les cris d'allégresse qui ont retenti tout l'après-midi dans Abidjan auront été entendus par les jeunes patriotes et les auront convaincus: la guerre est finie. Il y a bien davantage à gagner dans la paix !

Commentaires

Moi je remerci le Dieu tout puissant qui a mis fin la soufrance de mes freres ivoiriens.Et en plus je vais prier aux autorites Ivoiriens,Africains,Union-Eropeen de laisser la vagence (le jugement) aDieu le tout puissant.Merci pr votre comprehension!!!!

Écrit par : BALLO KOSSIVI BEN | 12/04/2011

Encore une fois un excellent billet. Durant les dernières années de Savimbi, on a pu assister par ici à un même festival de mauvaise foi et de désinformation de la part de la presse suisse romande. Savimbi a fait ses études à Lausanne (mais n'a jamais fait de doctorat, contrairement à la propagande suisse romande). L'extrême naïveté politique de certains personnages, Reto Breiter et le professeur Riesen, prix de la ville de Lausanne remis par la syndique Jaggi (socialiste !), a été utilisée par l'UNITA pour remettre en cause les élections des 28/29 septembre 1992 gagnée comme c'était très prévisible par le MPLA, alors que ces élections avaient été déclarées "fair" par les NU.
Bertil Galland, le Grand Commandeur de la culture vaudoise, avait réalisé un grand reportage sur ce "Chevalier de l'Occident en Afrique". Tu parles, la légende (mais est-ce une légende ?) dit que quand les idiots utiles dans son genre étaient partis, Savimbi faisait remettre les portraits de Marx, Engels, Lénine, Staline et Mao dans son QG de Jamba.
Les arguments des sbires lausannois du fou furieux fasciste* Savimbi ont contribué à la reprise de la guerre peu de temps après les élections. Je me suis évacué de Huambo avec le dernier avion des NU, la tension était proprement respirable, visible ou sensible. Rien qu'à Huambo, il y a eu alors 50'000 morts, dont les deux fillettes d'une amie cap-verdienne, dont je vais vous envoyer les photos sur votre mail, PS.
Et pendant ce temps, il y avait dans la presse française et suisse romande, des gens qui défendaient ce criminel ignoble, comme ces "spécialistes de l'Afrique" qui ce matin encore défendent Gbagbo.

Les Américains s'étaient rendus compte qu'ils avaient misé sur le mauvais cheval. Les Sud-Af n'avaient aucune estime de cet allié (?) encombrant. Lors des grandes batailles du sud angolais (entre Lubango et Ondjiva...), ils l'avaient laissé soigneusement de côté. Les Américains ont voulu convaincre un des jeunes brillants seconds de Savimbi, Winston dos Santos, de prendre la place du Maître. Et celui-ci, évidemment, l'a appris. Winston a été mis en première ligne d'une bataille dans le but d'y mourir, sa famille (~100 personnes) a été intégralement brûlée (jetée dans un feu, du nouveau-né au vieillard) en présence de toute la population qui dansait et battait des mains autour du feu. (Témoignage d'un général UNITA qui s'est enfui à Luanda peu après ces événements).

Le professeur Riesen est mort dans le respect de tout le monde. Son oeuvre a été reconnue par toutes nos "autorités" civiles et religieuses, et à ma connaissance, l'ancien patron des syndicats de journalistes vaudois Breiter vit une retraite heureuse. La mort de 50'000 personnes dont les fillettes de Maria à Huambo en 1992-93 à la suite de ses déclarations pour le moins malhonnêtes ne vont certainement troubler personne. L'UNITA a eu un bureau ouvert à Vevey sans le moindre problème durant toute cette période. Le type de l'ambassade suisse à Luanda m'avait demandé de contacter la presse en Suisse à mon retour pour essayer de faire ce que lui ne pouvait pas : essayer de leur dire que Savimbi était dangereux. Il craignait de voir débarquer Carlo Jagmetti bras dessus bras dessous avec ce criminel. Alain J. ou Alain M**. de l'Hebdo, a pris 30 secondes pour m'expliquer que tout cela n'intéressait pas sa rédaction...
J'ai aussi rencontré Breiter av gare 33. Il a moins écrit de bêtises après, reconnaissons-le. Mais il lui suffisait de lire la presse zurichoise...
Jean Ziegler, contacté, m'a répondu que tout cela était la faute des banquiers suisses. Je ne blague pas, j'ai toujours sa lettre.

Comme tous ces journalistes et spécialistes pourris qui nous parlent de leur ami Gbagbo aujourd'hui ne seront jamais inquiétés pour les conséquences de leurs déclarations mensongères et criminogènes...
Vous comprendrez peut-être mieux maintenant la haine profonde que je ressens pour les journalistes en général.

*ou Khmer noir, puisque vous n'acceptez pas la parenté entre communiste extrême et fasciste. Qui me parait à moi évidente...
** S'agissait-il de celui de Médialogs ou l'actuel rédac'chef, je ne sais plus.

Écrit par : Géo | 12/04/2011

Eh Philippe, c'est quoi tes sources, tu n'es pas sérieux, regarde ce que dit Amnesty International, je crois que tu devrais avoir de la retenue

"Je suis assez étonné de la teneur de la presse en France qui dit que Alassane Ouattara se donne deux mois pour remettre de l’ordre. On l’impression que les choses vont de mieux en mieux. Ce n’est absolument pas vrai. Nous n’avons aucune sympathie pour l’ancien régime mais ce qui est en train de se passer est inadmissible."

Côte d'Ivoire: Amnesty International appelle Alassane Ouattara à «mettre un terme» aux exactions


http://www.rfi.fr/afrique/20110415-cote-ivoire-ammnesty-international-appelle-alasssane-ouattara-mettre-terme-exaction

Écrit par : laser | 15/04/2011

Fred, les lignes ci-dessus ont été écrites dans les heures qui ont suivi l'arrestation de Gbagbo. J'écrivais déjà ce qui risquait de se passer : "espérons que les jeunes patriotes entendront... " Depuis, on a appris que les Jeunes Patriotes n'avaient rien entendu et, hallucinés par leurs pasteurs, refusaient de rendre les armes. Même si l'attitude de Blé Goudé est plus ambigüe et si tous les chefs militaires ont prêté serment à Ouattara! Que la fille de Gbagbo intente un procès, que le menteur en chef Toussaint donne des conférences de presse depuis le bureau de Me Vergès, bref, que les intégristes gbagbistes refusent de faire la paix.
En face, il y a eu des exactions, c'est certain. Regrettables et condamnables, nous sommes d'accord. Les responsables seront jugés assure Ouattara. Mais lorsque toi et les tiens commenceront à reconnaître les crimes, tortures et atrocités nombreuses commises par le camp Gbagbo, notamment sous la responsabilité directe de Simone et du défunt Ministre de l'Intérieur, nous pourrons commencer à discuter sérieusement. Crimes d'ailleurs régulièrement dénoncés par Amnesty, il y a 15 articles sur le sujet sur leur site !
Quant à mes sources, sachent qu'elles sont nombreuses, bien informées et ivoiriennes. Que je ne les citerai pas ici, car la situation est effectivement loin d'être revenue au calme et que les escadrons de la mort gbagbistes continuent de sévir dans certains quartiers d'Abidjan. Plus pour longtemps, espérons-le. La terreur exercée depuis des lustres sur tout ce qui n'était pas dans la ligne, à Abidjan, n'a que trop duré.

Écrit par : Philippe Souaille | 16/04/2011

Un article qui dépeint très bien la situation actuelle
http://www.liberation.fr/monde/01012331878-a-abidjan-sur-la-piste-des-cadavres

Écrit par : Simone Bolivares | 16/04/2011

Philippe,

Putain j'ai pas d'actions avec Gbagbo, je connais rien à l'Afrique hormis la musique, Abidjan, la mère de mon gosse (qui n'est pas Bété). J'ai pas envie de parler politique café du commerce sur le sujet. Je suis en soucis pour des amis qui ne répondent plus. Je vois pas de réconciliation facile surtout avec des articles pourris vas-en-guerre comme les tiens, c'est vraiment décevant.

Écrit par : laser | 16/04/2011

Article pourri va-t-en guerre, Fred ? Je n'en ai pas le sentiment. Discussion de café du commerce ? Je te laisse juge. Il y a au moins un point sur lequel nous serons d'accord, je l'espère: plus tôt le calme sera rétabli, mieux cela vaudra pour tout le monde en Côte d'Ivoire.

Écrit par : Philippe Souaille | 18/04/2011

Et maintenant, la guerre est finie?
Quelle connerie tout ça

Écrit par : laser | 21/04/2011

Les commentaires sont fermés.