17/05/2011

Exit DSK : A qui le (1er) tour ?

L'expulsion spectaculaire de DSK rebat les cartes des papables au 2ème tour de la Présidentielle française. Sans prétendre lire l'avenir, on peut se hasarder à quelques supputations.

Il est clair que l'éclatement de l'affaire, maintenant, n'arrange pas forcément Sarkozy. Un scandale du même genre après les primaires socialistes, à quelques semaines de l'élection, eut été infiniment préférable. C'est d'ailleurs ce qui avait été prévu et annoncé, par Sarkozy lui-même. Dans ce contexte, l'attitude de la mère de la jeune journaliste qui dit avoir échappée de peu à DSK en 2002 paraît étrange. Elle, simple conseillère générale, parfaitement inconnue des masses, se présentait à la primaire socialiste. Avec quel programme sinon celui de nuire à DSK?

L'avantage Numéro 1 de DSK était qu'il concentrait les voix d'une grosse partie de la gauche et du centre, ce qui lui assurait quasi mathématiquement sa présence au second tour. Son éviction réveille les espoirs au centre, et à gauche. Mais au lieu de concentrer clairement les voix sur une personne, elle les divise en au moins deux candidats. Et l'on risque de connaître à nouveau la configuration de 2007, avec une forte dispersion entre un candidat centriste très bien placé et un candidat de gauche au moins aussi bien placé. Sauf que cette fois Marine Le Pen ne va pas faire de figuration.

On a donc potentiellement 4 candidats dans un mouchoir, pour une finale à deux seulement. S'il est entendu que Marine Le Pen ne sera jamais élue, sa présence au second tour assurant automatiquement l'élection de l'autre candidat, quel qu'il soit - c'est peut-être d'ailleurs la seule chance de Sarkozy d'être réélu - cela reste très ouvert pour les trois autres.

A condition, notamment, qu'il se dégage un authentique candidat du centre, un candidat rassembleur, qu'il s'agisse de Bayrou ou de Borloo, mais en aucun cas des deux. Or pour l'heure, ils n'ont pas vraiment l'air près de s'entendre... A gauche, Martine Aubry ou François Hollande, c'est un peu bonnet blanc et blanc bonnet. Les membres du PS choisiront. Quel que soit le candidat choisi, il ou elle aura toutes les chances d'être élu, contre Sarkozy et à fortiori contre Le Pen, à condition d'être au second tour. Pour cela, il faut évidemment éviter de multiplier les candidatures de dispersion comme celle de Mélenchon, ou des verts.

A la différence d'un Mélenchon, issu de l'extrême-gauche, qui n'a pas plus de chances au 2ème tour qu'une Marine Le Pen, un(e) vert(e) ne servirait pas forcément de repoussoir. Encore qu'en matière de caractère emporté, je ne suis pas certain que les deux Nicolas soient bien différents... Mais le scénario "Mélenchon + un vert = duel Sarko-Le Pen au 2ème tour" ne peut être écarté. L'idéal serait bien sûr qu'un centriste, Bayrou ou Borloo, peu importe, passe devant Sarkozy, mais pour cela, il faudrait impérativement que l'un des deux fasse le deuil de son ego et apporte franchement son soutien à l'autre. Ou qu'ils trouvent une formule adaptée entre les deux. Ce qui serait d'ailleurs un excellent signal de mâturité et de responsabilité donné aux français. Leurs egos en seront-ils capables ?

Resterait ensuite à dammer le pion de la machine de guerre UMP. Certes pas une partie de plaisir, mais dans ce domaine, tout est possible.

 

Commentaires

ASK : Anne Strauss-Kahn

Edgar Poe a inventé un mot : "hyperobstrusif".
On pourrait l'appliquer à l'Amérique.
Il signifie qu’il y a quelque chose « de trop » dans leur dispositif…
Tout y est chargé… surchargé... de fausses petites pudeurs...
toutes prêtes à trancher la tête d’un homme...
pour une caresse de trop…

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/ask-anne-strauss-kahn/

Écrit par : le journal de personne | 17/05/2011

Le comble est atteint par le pauvre Borloo. Il avait prévu d'annoncer dimanche le ralliement du Parti radical à la grande confédération du centre. La nouvelle est passée totalement inaperçue !

Écrit par : Sebastien | 17/05/2011

Ces conjectures sont inutiles et incertaines. Nous ignorons quels seront les effets de l'affaire Strauss-Kahn dans l'opinion publique. Nous ignorons si le candidat du centre parviendra à réunir de nombreux suffrages. Nous ignorons tout de ce qu'il se passerait si Marine Le Pen accédait au deuxième tour (encore qu'une chose soit certaine : son concurrent, s'il est élu, ne le sera pas comme le fut Chirac en 2002).
Un dernier point : on oublie, ici comme ailleurs, que les présidentielles seront complétées des législatives ; or, si N. Sarkozy parvenait, par extraordinaire, à se faire réélire (à l'occasion d'un duel l'opposant à Mme Le Pen), probablement n'obtiendrait-il pas de majorité. D'autre part, on peut raisonnablement supposer que le F.N. (ou ce qui le remplacera pour l'occasion) enverra des députés à l'Assemblée nationale, malgré le scrutin majoritaire.
Que sortira-t-il de tout cela ? On peut, certes, se livrer à de chimériques supputations ; on peut aussi bien observer le vol des oiseaux, tels les prêtres de la Rome ancienne.

Écrit par : Jean Osborne-Gould | 17/05/2011

Détrompez-vous, l'ami, vous verrez bien que Marine Le Pen serra élue et haut la main ... les français en ont marre des juifs ... comme Sarkozy et DSK !

"S'il est entendu que Marine Le Pen ne sera jamais élue, sa présence au second tour assurant automatiquement l'élection de l'autre candidat, quel qu'il soit - c'est peut-être d'ailleurs la seule chance de Sarkozy d'être réélu - cela reste très ouvert pour les trois autres."

Cela a marché en 2002 ... soit, mais plus maintenant !
Vous, le français, vous connaissez mal votre peuple et vote pays ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 17/05/2011

Cher Monsieur Osbourne-Gould, il est probable que la présence de Marine Le Pen au 2ème tour ne se traduirait pas par un cuisant 20-80 comme ce fut le cas de son père contre Chirac. Mais de là à atteindre la majorité, il y a une marge qui ne pourra jamais être franchie, quels que soient les efforts déployés pour gommer l'image fascisante du FN. Et c'est une excellente nouvelle pour la démocratie. Entre autres pour éviter le genre de délire anti-sémite dont se rend coupable ici-même Victor Dumitrescu et tout ce que cela représente de détestable.
Un peu comme en Suisse où n'en déplaisent aux électeurs de l'UDC ou du MCG, "le peuple" dont ils se prétendent les porte-paroles ne leur a jamais accordé 50% des suffrages, très loin de là.
La différence étant qu'en Suisse, la collégialité - s'ils la respectent, ce qui n'est pas vraiment prouvé - peut leur donner un poids relativement important à l'exécutif tandis qu'en France, si l'on ne dépasse pas 50%, on a perdu et l'on n'est pas élu. Marine Le Pen ne sera jamais élue. Quant au nombre de députés dont elle pourra disposer, je doute qu'il puisse atteindre un réel pouvoir de nuisance. Mais vous pouvez toujours rêver.

Écrit par : Philippe Souaille | 17/05/2011

Dumitrescu, toujours nostalgique de Codreanu et sa garde de fer, étale son antisémitisme.

Peut-on dire qu'on en a marre des sales cons dans son genre?

Écrit par : Azrael | 17/05/2011

@ Souaille

Je ne suis pas coupable de l'opinion publique française ... ni d'autre chose.
Dans le cas contraire ... plainte, juge ... Mabut, etc.

Bien à toi, l'ami ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 17/05/2011

En quoi est-ce antisémite de dire que Dominique Sex-Kahn est un juif, comme Sarkozy ... Philippe ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 17/05/2011

Bonjour Philippe Souaille,

Assez d'accord avec votre analyse de la situation.

Toutefois, vous oubliez de citer Jean-Pierre Chevènement, l'homme qui priva probablement Lionel Jospin de sa qualification au second tour en 2002. Or comme en 2002, "Le Chè" est capable de ravir suffisamment de voix au candidat officiel du PS pour priver ce dernier d'une qualification au second tour. Un scénario pas si inimaginable que cela, surtout que Mélenchon siphonnera lui aussi passablement de voix de la gauche contestataire et celles d'utopiques nostalgiques d'une France protectionniste et économiquement autarcique ...

Quel destin que celui du "Chè", cet ex-proche voisin, ce fils de l'institutrice du Luhier (Haut-Doubs), qui a usé ses fonds de culottes sous les ramées des fermes comtoises, dans l'odeur du bétail et de la fumée qui s'échappe des tuyés où l'on fume les saucisses de Morteau ...

Mais nostalgie oblige, je digresse et m'éloigne du sujet ...

Or donc "Le Chè", malgré son âge pré-canonique, et Mélenchon réunis risquent fort de priver le PS du second tour, si d'aventure les militants socialistes n'arrivent pas à s'entendre sur un candidat suffisamment fédérateur et surtout crédible.
On assisterait alors à un "remake" de 2002 opposant Sarkozy à la dynastie "Le Pen", car malgré ma sympathie pour le Centre, je ne crois pas aux chances d'une équipe Borloo + Bayrou ...

Quant à la fille Le Pen, ses chances de qualification pour le second tour ne font plus guère de doutes, dans une France pessimiste où les dirigeants politiques sont en total décalage avec la réalité du terrain et des préoccupations quotidiennes de la population ...

Bonne journée quand même !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 17/05/2011

Vous trouvez que c'est une bonne chose pour la démocratie que des ennemis jurés (tels que le sont la droite et la gauche !) s'entendent pour éliminer un candidat qui aurait battu l'un des 2 susnommés ? J'appelle cela justement un déni de démocratie.

Mais bon, si les gens arrêtaient de faire ce qu'on leur dit et votent selon leur propre réflexion, on aurait peut-être droit à un président représentatif du sentiment des citoyens. Alors que là, ce sera blanc bonnet bonnet blanc.

Écrit par : Pavel | 17/05/2011

Pavel, la droite et la gauche ne sont pas des ennemis jurés, mais des sensibilités politiques divergentes sur un point certes fondamental: comment et par quels biais répartir les richesses de manière à ce que la société fonctionne harmonieusement, ce qui implique un minimum de solidarité.
Mais, historiquement, la droite et la gauche partagent un certain nombre de valeurs républicaines, que l'extrême-droite tend à remettre en cause, ou a remis en cause à chaque fois qu'elle s'est retrouvé au pouvoir. Des valeurs qui sont essentielles à l'harmonie de la société. C'est pourquoi une majorité de gens, de droite et de gauche, s'accordent généralement à exclure l'extrême-droite du jeu politique. Une majorité. C'est ça la démocratie. Avoir la majorité, soit plus de 50% des voix. Ce que l'extrême-droite, fort heureusement n'est jamais parvenu à atteindre en Europe.

Écrit par : Philippe Souaille | 17/05/2011

Victor, vous avez à de multiples reprises manifesté votre désir de voir Marine Le Pen l'emporter. Par ailleurs, qu'un certain nombre de Français sombre dans l'anti-sémitisme est incontestable, il suffit de lire les blogs pour le constater. Mais de là à en faire une règle majoritaire, tout en vous en réjouissant - puisque vous appelez à l'élection de "Marine", en bon militant MCG ex-UDC - il y a une marge. De celle dont on fait les réflexions anti-sémites. Même si vous êtes juif vous-mêmes et ancien du Bethar qui plus est... Ce n'est là qu'une de vos multiples contradictions. Mais perso, je ne porterai pas plainte. Ce n'est pas mon karma.

Écrit par : Philippe Souaille | 17/05/2011

Tout changement est bon à prendre, Philippe, pour la France, sa grandeur, etc.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 17/05/2011

Cher Monsieur Souaille,
Vous manquez de sang-froid, et vous ne savez pas lire. Vous commencez votre pensum par l'évocation de "supputations", pour nous asséner ensuite une certitude : Marine Le Pen ne sera jamais élue. A lire votre réponse (dont je vous remercie), je comprends cependant qu'il convient de lire, en filigrane de votre assertion : la fasciste M. Le Pen ne doit en aucun cas être élue. Ce n'est pas la même chose, et vous seriez plus honnête en vous en tenant à ce souhait. Car vous ne savez pas (et moi non plus) ce qui adviendra en 2012 ou 2017. Et je n'ai pas voulu dire autre chose.
Quant à la représentation parlementaire du F.N., elle est souhaitable sur le plan démocratique, au même titre que celle de l'extrême gauche. Il est important que ces partis soient associés au jeu politique, de façon qu'on évite qu'ils puissent trop facilement se targuer d'avoir les mains propres, ou jouir du bénéfice ambivalent de l'exclusion.
Il est bien évident, d'autre part, que ce ne sont pas des catégories de pensée empruntées aux années 1930 qui vous permettront de comprendre quelque chose à la situation politique de la France en 2011.
Cordialement
J O-G

Écrit par : Jean Osborne-Gould | 17/05/2011

M. Osbourne, ne vous faites pas plus bête que vous l'êtes. Pour se livrer à quelques supputations qui fassent sens, il faut partir de faits établis. La non éligibilité de Marine Le Pen (au sens de son impossibilité pratique à réunir 50% des voix sur son nom) en est une. Certes, aucune loi écrite ou mathématique ne l'affirme, mais les âneries fascistes du style de celles de M.Dumitrescu le confirment et le front républicain, partout où il a été mis en place, en France comme en Suisse, n'a jamais été mis en défaut jusqu'à présent.
Ce ne sont pas des données datant des années 30, mais en ce qui concerne Genève, d'il y a moins d'un mois. Or dans l'histoire et depuis au moins la révolution de 1789, on peut observer un parallélisme troublant des comportements électoraux, des deux côtés de la frontière, entre la Petite République et la Grande Nation.
Indépendamment du fait que le contexte politique français m'est à peu près aussi étranger que peuvent l'être ses antennes à un escargot. Les miennes sont partout, dans tous les milieux, du premier au dernier barreau de l'échelle, et ce quelles que soient la couleur, la religion ou l'idéologie des votants. On en reparle au soir du 2ème tour.

Écrit par : Philippe Souaille | 17/05/2011

Victor a déjà hérité des dérapages du père Le Pen qui un temps ne s'en prenait par hasard qu'aux journaliste juifs .
Plus sérieusement, je m'étonne que parmi tous les commentaires aucun ne fait référence au fait que DSK affublé des mêmes troubles que JFK pouvait tout de même
définissant comme l' héritier d'une idéologie et d'une histoire politique qui a fait du combat féministe une marque essentielle de son identité.

Écrit par : briand | 17/05/2011

J O-G :
..."Quant à la représentation parlementaire du F.N., elle est souhaitable sur le plan démocratique, au même titre que celle de l'extrême gauche. Il est important que ces partis soient associés au jeu politique, de façon qu'on évite qu'ils puissent trop facilement se targuer d'avoir les mains propres, ou jouir du bénéfice ambivalent de l'exclusion."...

C'est l'objectif de F. Bayrou depuis longtemps. Il est anormal et injuste qu'une partie de nos concitoyens ne soient pas représentés à l'Assemblée Nationale.

Écrit par : airlane | 17/05/2011

Briand, votre texte n'est pas très clair, hormis le fait que l'addiction de DSK pour les femmes ressemble effectivement beaucoup à celle de JFK... Hormis le fait que comme le raconte le bouquin sur Edgard Hoover que je termine, JFK se faisait carrément fournir en beautés locales par les shérifs des bleds qu'il visitait... Beautés explicitement menacées par les-dits shérifs des pires avanies si elles parlaient. L'hypocrisie étasunienne peut-être sans limite.

Écrit par : Philippe Souaille | 17/05/2011

mon commentaire est illisible ,bug au clavier, je disais que les comportements limites de DSK étaient connus et que cela semble-t-il n'a pas empêché le PS pourtant héritier d'une longue tradition de combats féministes d 'envisager de le présenter comme son candidat à l'élection la plus personnalisée de la Vème.
Si j'étais militant PS , je me réjouirai que cette affaire survienne maintenant et non pas après ou durant la Garden Party à l'Élysée le 14 juillet 2012.

Écrit par : briand | 17/05/2011

Vous vous dites escargot, cher P. S. ; eh bien, méfiez-vous, j'en connais plus d'un qui ont mal fini, en nos belles contrées (encore que pour le plus grand plaisir des gourmets).

Écrit par : Jean Osborne-Gould | 17/05/2011

Marine jamais elue? Je ne parierai pas ca si au deuxieme tour elle se retrouve face a hollande ou sego...

Écrit par : bobcrane | 18/05/2011

Et bien, moi je parie. Sans hésiter. Face à Hollande ou Royal, Le Pen se prend au minimum 60 à 70% de voix contre elle. Toute la gauche et l'extrême-gauche (soit la moitié du pays), quasiment tout le centre et une bonne partie de la droite.
Voter au centre ou à droite est une chose. A l'extrême droite en est une autre. Ce qu'un certain nombre d'idéologues de droite-droite refusent de voir en prenant leurs désirs pour des réalités.
Le jour où ce réjouissant constat ne sera plus d'actualité, en France comme en Suisse, il sera temps de penser à émigrer. Parce que cela marquerait une telle aggravation des facteurs de haine que l'étripage généralisé ne serait plus très loin. Les risettes électorales de Mme Le Pen fille n'y changeront rien.

Écrit par : Philippe Souaille | 18/05/2011

Je dois bien l'avouer ... vu de Suisse ... il se peut très bien que Marine Le Pen ne soit pas élue ... je prends donc la peine de me taire pendant une année.

Qui vivra verra ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 18/05/2011

L'extrême-droite, cela existe : néo-nazis, skinheads, blood of honours et autres tarés. Le FN de Marine Le Pen n'est plus l'allié des musulmans anti-juifs par goût de l'antisémitisme. Je vous rappelle que "Mein Kampf" est le seul livre européen auquel s'intéressent les masses arabes. Les nazis qui n'ont pas été récupérés par leurs grands amis américains pour leur anti-communisme (Klaus Barbie, entre autres, a conseillé l'OSS de nombreuses années), ces nazis ont trouvé un accueil enthousiaste dans les pays arabes, surtout en Syrie, où ils ont pu finir tranquillement leur vie. C'est pour cela que Jean-Marie Le Pen, anti-sémite notoire (Durafour crématoire...) aimait beaucoup les fascistes arabes...
Marine Le Pen lutte depuis longtemps contre les invasions barbares et musulmanes de l'Europe. Personne n'a trouvé un seul argument contre elle dans l'affaire de l'occupation et du blocage des rues françaises par les musulmans le vendredi. Personnellement, mais je suis loin d'être le seul à lire la presse française, je crois que Marine Le Pen, contre son père, cherche à transformer le FN en parti de droite nationale contre la droite atlantiste du Hongrois Sarkozy qui se vante de ne pas trop aimer la France et beaucoup l'Amérique. Comme les Hongrois, qui concurrencent la Suisse dans le rôle de putain de l'Amérique en Europe...

Écrit par : Géo | 18/05/2011

Ce qui est sûr, c'est que si ce que les ricains lui reprochent est vrai, DSK est un inconscient doublé d'un kamikaze:
si vous étiez en train de vous battre avec une panthère guinéenne de 10 cm de plus que vous et de 30 ans de moins, qui vous griffe le dos, vous lui mettriez votre asperge entre les dents?
Pas moi en tout cas. Parce que j'y tiens, moi à l'intégrité physique de mon asperge...

Écrit par : Concombre masqué | 18/05/2011

Trancher une asperge à coup de dents est une chose. Le sexe d'un homme une autre. Plusieurs fois j'ai entendu des femmes me dire qu'elles préfèreraient être violées et tuées plutôt que de se servir d'une arme pour neutraliser le violeur. Peut-être qu'aujourd'hui, les réponses seraient différentes mais ce n'est pas sûr. Les femmes suisses ont milité pour que nous soyons tous désarmés, même face aux pires truands.

Écrit par : Géo | 18/05/2011

Qui parle de trancher l'asperge Géo ? Il aurait suffi de la mordre ou de refuser de desserrer les dents. Bagheera s'est bien servie de ses griffes, pourquoi pas de ses dents ?
Après qu'elle ait accepté une petite gâterie au papa gâteau un peu lourd, moyennant arrangement pécuniaire ou parce qu'elle a cru naïvement qu'un prince charmant richissime lui tombait dessus, puis ensuite refusé la sodomie, que même les dames africaines qui font "boutique leur cul" surnomment "le sexe des blancs", c'est fort possible.
La question qui me turlupine, c'est "Quelqu'un avait-il un préservatif dans l'histoire ?" Parce que s'il n'en avait pas, le DSK, il est doublement givré. Je doute que la belle Anne accepte ce genre de risques. Et s'il en avait un, j'aimerais qu'on m'explique comment il a fait, à 62 ans, pour aller le chercher, l'enfiler, choper la gô, la maintenir etc... Sans qu'elle ne comprenne et se barre avant de consommer quoi que ce soit...
DSK, c'est pas directeur du FMI qu'il aurait du faire, c'est Superman. Ou plutôt Flesch Gordon...
Deh, comme on dit là-bas, ça sent la magouille.

Écrit par : Concombre masqué | 18/05/2011

Je suis de votre avis Concombre masqué : il y a quelque chose qui cloche dans toute cette histoire.

Écrit par : airlane | 19/05/2011

Les commentaires sont fermés.