22/12/2011

Priorité aux chômeurs. Pas forcément résidents !

Pascal Décaillet et Mauro Poggia devraient apprendre à lire. Et à contrôler leurs sources. Pour leur éviter de se vautrer dans l'erreur, il leur aurait suffit de consulter le communiqué du Conseil d'Etat d'hier mercredi, relatif à la priorité accordée aux chômeurs dans les offres d'emploi du grand Etat. Il y est clairement indiqué que cela concerne "les chômeurs inscrits à l'Office Cantonal de l'Emploi". Ce qui inclut bien évidemment les frontaliers, suisses, français ou ressortissants de l'UE ou de l'AELE indemnisés en France et recherchant du travail à Genève, parce qu'ils sont suisses ou bénéficient déjà d'un permis F.

En clair, s'ils ont travaillé et cotisé en Suisse, ils conservent leurs droits. C'est bien la moindre puisqu'en dehors du fait que d'habiter sur France soit parfois juste la conséquence de la crise du logement, leurs cotisations versées à l'assurance chômage en Suisse... restent en Suisse, alors qu'ils sont indemnisés en cas de chômage par les ASSEDIC françaises, sur la base de salaires suisses (donc mieux que la plupart des cotisants français), bien que n'ayant souvent jamais côtisé en France.

Une préférence cantonale ou résidentielle, comme le prônent MM Décaillet et Poggia serait évidemment contraire aux accords bilatéraux signés par la Suisse et largement acceptés  en votation par le peuple genevois. Ce serait en plus une stupidité de première grandeur sur le plan du logement, puisqu'elle contraindrait un certain nombre de frontaliers, suisses, français ou ressortissants de l'UE/AELE à se loger ou reloger à Genève (ou sur le Canton de Vaud). Un nombre qui pourrait bien croître dangereusement dans les mois qui viennent si la crise s'installe ce qui parait plus que probable. On verrait donc la pression sur les loyers augmenter encore, pour des catégories de population susceptibles de s'en remettre à l'aide sociale, ou alors émigrer sur Vaud et dès lors ne plus payer d'impôts du tout.

Tout ceci résume assez bien la différence existant entre un parti de gouvernement et d'élus responsables et un club de blablatteurs aux solutions aussi simplistes qu'inapplicables.

Commentaires

Philippe ne soyez pas si dur avec Mauro. Il est tout neuf tout vert. Il n'a pas du lire le lien suivant

http://www.geneve.ch/emploi-recherche/inscription.asp

Qui indique bien les conditions d'inscription. Il est tellement occupé à Berne qu'il découvre tel une rosière.

Écrit par : Joe Cool | 22/12/2011

1. La procédure qui veut que le "grand état" doive solliciter l'OCE avant de demander un permis de travail ne concerne bien évidemment pas les candidats suisses à un emploi. En effet, ils n'ont pas besoin de permis de travail.

2. L'inscription des frontaliers titulaires d'un permis F est possible. Le site de l'OCE le confirme. Ils bénéficient alors des prestations en nature de l'OCE, mais bien entendu pas d'indemnité de chômage.

3. Peuvent aussi s'inscrire ceux qui, au chômage dans leur pays européen d'origine, viennent chercher un emploi en suisse. Ils bénéficieront des prestations en nature de l'OCE et seront, pendant 3 mois au maximun, indemnisés. A ce sujet on peut lire la brochure "716_204_f_2006.pdf" que l'on retrouve via google.

4. Pourquoi faire preuve de mansuétude à l'égard de Poggia, le prétendu spécialiste des assurances sociales !

5. La joie de Poggia nous éclaire. Si le MCG n'aime pas les frontaliers, il est aussi vrai qu'il n'aime pas les suisses.

Écrit par : CEDH | 22/12/2011

Je crois utile de rajouter :

1bis. La procédure qui veut que le "grand état" doive solliciter l'OCE avant de demander un permis de travail, qui ne concerne pas les suisses, ne concerne bien évidemment pas ceux des frontaliers UE/AELE qui sont déjà titulaires d'un permis F puisque bénéficiaire d'un permis, ils n'ont pas besoin que le "grand état" fasse la demande d'un tel permis. Rappelons que ce permis délivré pour 5 ans est valable pour tous les employeurs.


3bis. Si les prestations en espèce sont versées par l'autorité suisse elle sont à la charge du pays d'origine.

Écrit par : CEDH | 23/12/2011

Précisions utiles, indeed...

Écrit par : Philippe Souaille | 23/12/2011

Comme c'est triste vostre critiques, je vois que vous n'êtes pas suisse par coeur sinon par convenance!!!! la ménage commence pour la maison et non de notre voisin.

Écrit par : sceptique | 24/12/2011

Chère Madame sceptique, être Suisse, pour moi, ou Français, ou Borduro-syldave, cela ne signifie pas m'attacher à des privilèges liés à la couleur de mon passeport. De manière générale, je suis plutôt contre les privilèges et en tout cas contre tous ceux qui ne découlent que de la naissance et non pas d'un mérite quelconque ou de la récompense d'un dur labeur. En ce sens, je pense être suisse également.
Mais plutôt Dunand, Pestalozzi ou Fazy que Blocher ou Stauffer, si vous voyez ce que je veux dire.

Écrit par : Philippe Souaille | 24/12/2011

Les commentaires sont fermés.