02/02/2012

Bientôt 2 députés genevois à Paris ?

Juste après les présidentielles françaises viendront les législatives. Et cette année, il est fort probable que le Genevois franco-suisse envoie à l’assemblée nationale deux députés bi-nationaux, tous deux issus de la famille radicale. Ce ne serait pas la première fois.  La Révolution de 1789 vit de nombreux Genevois élus et même ministres à Paris.

404216_354740691204383_354740274537758_1478615_1021576094_n.jpgNos deux favoris sont bien connus à Genève. Marie-Françoise de Tassigny souhaite représenter les français de Suisse et Claude Deffaugt la 4ème circonscription de Haute-Savoie, comprenant Annemasse et Saint-Julien.

Claude Deffaugt, patron de Migros France, lut longtemps Numéro 2 de Migros Genève. Sa mère est d’origine suisse. Son grand-père, Maire d’Annemasse pendant la guerre, a dirigé discrètement la Résistance et fut un Juste devant les Nations pour avoir organisé le sauvetage de nombreux enfants juifs. Il se présente sous l’étiquette divers droite, avec le soutien de nombreux élus locaux de l’UMP qui n’ont guère apprécié le parachutage par Paris (sans concertation aucune de la base des élus et militants locaux) d’une jeune candidate née à Bonneville et… élue dans une autre circonscription : Virginie Duby-Muller.

Les parachutages, cela marche rarement dans la région, qui tient à connaître ceux qu’elle élit, simple question de tradition démocratique et de respect des particularismes régionaux, fortement enracinés. C’est ainsi qu’un certain DSK, qui possède un chalet à Cranves-Sales, s’était pris une veste spectaculaire à Annemasse, en 1986, lorsqu’il s’était présenté contre Robert Borrel, pourtant exclu du PS pour l’occasion… Depuis, personne n’a plus tenté l’aventure de se faire élire contre l’avis des militants locaux de son propre parti...

Sauf Mme Duby-Muller donc, assistante parlementaire de Claude Birraux, élu et réélu sans interruption depuis 1978. Que celui-ci accepte de passer la main, à 66 ans, est en soi un évènement. Mais il ne le fait qu’en partie, puisqu’il sera le suppléant de Mme Duby-Muller. Qui vient d’accoucher tout récemment d’un charmant bébé. Les mauvaises langues prétendent que cela ressemble un peu au chassé-croisé Poutine-Medvedev, sauf que Medvedev n’était pas la maman d’un nourrisson…

C’est la pression de Claude Deffaugt, appuyé par la plupart des décideurs économiques de la région frontalière qui semble avoir conduit Claude Birraux à tenter le pari du rajeunissement. Un choix risqué, la candidate étant étrangère aux réalités transfrontalières de la circonscription. Birraux lui-même, natif d’Ambilly, fut étudiant et chargé de cours à l’UNI de Genève avant d’entrer en politique. Outre Deffaugt, qui connait sur le bout des doigts les institutions et les systèmes économiques des deux pays, l’autre challenger, Guillaume Mathelier, maire d’Ambilly, jeune loup socialiste de la région, est lui aussi professeur à Genève : il enseigne la communication à la Haute Ecole de Gestion.

Antoine Vielliard, conseiller général de Saint-Julien et Président du MODEM 74 est lui né aux Grangettes à Chêne-Bougeries, et a longtemps travaillé chez Procter & Gamble. Une partie de sa famille vit toujours en Suisse.  A l’instar d’une bonne partie des élus de la région et de leurs administrés, qui ont très souvent un pied (ou un cousin) de chaque côté de la frontière…  Reste à savoir si Vielliard se présentera contre Deffaugt. Ce combat fratricide entre deux représentants d’une droite humaniste et éclairée peut être évité, si chacun y met du sien. D’autant que l’on attend d’autres candidatures, qui  devraient s’arrêter au 1er tour : le Front National, les verts, l’extrême gauche, et un ou deux divers droite : un ex-transporteur routier de Seyssel qui veut mettre sur la table les problèmes de sa profession et peut-être le maire d’une petite commune qui dit-on hésite.

Mme Duby-Muller sera donc la seule candidate « sérieuse » de la circonscription à n’être pas un excellent connaisseur des problèmes transfrontaliers. Dommage, car pour pouvoir défendre à Paris les intérêts spécifiques du Genevois, mieux vaut les connaître. « Pour ma part, je souhaite défendre un modèle de développement régional basé sur la concertation et la complémentarité, plutôt que sur l’affrontement et les guerres de clochers » précise Claude Deffaugt.

Fin connaisseur également des problèmes transfrontaliers, Etienne Blanc, le député maire UMP de Divonne, poids lourd de la politique régionale, fut chargé de mission sur les problèmes transfrontaliers par le Président de la République. Il est notamment l’auteur de la proposition visant à instaurer des zones franches autour de la frontière, bénéficiant dans la mesure du possible de fiscalité et de normes sociales helvétiques, pour rééquilibrer l’emploi. Sauf énorme surprise, il devrait être réélu, encore que le nouveau découpage électoral a rattaché au pays de Gex une partie de l’Ain située outre-Jura et donc plus loin des préoccupations genevoises.

Pour ce qui est de Genève et de la Suisse, une chose est sûre:  le député sera une femme. La favorite est une vraie genevoise : nyonnaise de naissance, fribourgeoise d’origine (Glasson de son nom de jeune fille) et élevée à Marie-Thérèse, institution privée genevoise appliquant le système français. Elle a effectué l’essentiel de sa carrière à la ville où elle a organisé et dirigé le service des crèches sous la houlette de Manuel Tornare. Députée radicale, elle fut Présidente du Grand Conseil où elle a initié les rencontres transfrontalières. Elle est française à la fois par sa mère et par mariage.

Centriste elle-aussi, comme Claude Deffaugt, femme de terrain, elle a surpris tout le monde en se faisant élire, sans étiquette, à l’Assemblée des Français de l’Etranger. Devenue entretemps Présidente de l’UFE Genève, elle s’est imposée comme une sorte de super-assistante sociale pour les Français et double-nationaux rencontrant des accidents de vie… Soutien de François Bayrou en 2007 qui, avec 24%, avait fait mieux que Ségolène Royal au premier tour en Suisse, Mme de Tassigny récidive en 2012.

Elle devrait vaincre sans trop d’effort Mme Nicole Castioni, elle-aussi double-nationale et ancienne députée au Grand Conseil Genevois, qui se présente pour le PS. L’électorat français de Suisse n’est en effet pas vraiment réputé porter à gauche. Mme de Tassigny trouvera cependant aussi  sur sa route Mme Claudine Schmidt, candidate officielle de l’UMP, qui a contre elle le gros handicap d’habiter Zurich où vivent à peine 5% des Français de Suisse, contre 85% en Suisse romande. Enfin, Mme Micheline Spoerri, l’ancienne conseillère d’Etat libérale genevoise se présente également.  Ce qui nous donnera un premier tour très disputé, la seule certitude étant qu’il devrait en sortir deux femmes, dont au moins une genevoise…  Avec une longueur d’avance tout de même pour Mme de Tassigny qui laboure le terrain avec constance depuis plus de cinq ans.

De plus, le label UMP ne devrait pas être un atout à Genève cette année. Les gros donateurs du parti gouvernemental  y sont en effet nombreux… Mais aussi passablement fâchés de l’attitude présidentielle en matière de fiscalité et de rapports avec la Suisse. On murmure que quelques unes des peaux de banane sur lesquelles ont trébuché Woerth et consort seraient venues du « premier cercle » des gros donateurs genevois. Sans compter que des représentants de l’UMP ont proposé, à l’instar de certains au PS, de taxer tous les français résidant à l’étranger, comme le font déjà les Etats-Unis pour leurs ressortissants.  A quoi s’ajoute l’évidente décote d’amour du Président en exercice !

Le plus gros danger, pour beaucoup à droite, c’est une victoire de la gauche. Qui semble inéluctable si Sarkozy arrive au 2ème tour face à Hollande. Même Sarkozy commence à le penser, et évoque son prochain retrait de la vie politique… Le Pen n’est aucunement en mesure de faire mieux que Sarkozy au 2ème tour et heureusement. Même redorée, son image et ses propositions, comme la sortie de l’Euro, font office d’épouvantail. Le seul capable de battre Hollande en duel,  c’est Bayrou.  Mais pour cela, il doit franchir l’obstacle du premier tour et de l’UMP rangée derrière un candidat qui semble pourtant battu d’avance.

En cas de victoire de Bayrou, les chances des centristes aux législatives seront décuplées. Et si Hollande est élu face à Sarkozy, on peut s’attendre à l’habituelle déculottée brutale de la droite aux législatives. Tandis que les centristes devraient parvenir à sauver les meubles.

Commentaires

On raconte sur France 3 qu'une blogueuse de la Tribune de Genève, mon amie Magali Orsini, militante d'Attac, serait candidate, pour le compte du Front de Gauche de Jean-Luc "Supergaucho" Mélenchon. Souhaitons-lui bonne chance, même si elle n'en a aucune :-) D'autant que sa candidature ne pourra qu'affaiblir celle de Mme Castioni, que l'on dit proche d'Arnaud de Montebourg, qui devra également compter avec une candidate écolo, Xiména Kaiser-Morris élue dans le Canton de Vaud et ancienne parisienne.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/02/2012

Les prochaines élections législatives concernent tous les Français de Suisse
Mon petit doigt me dit...
Que Mme Glasson de Tassigny, auto-bloggeuse, autoproclamée Députée des Français de Genève oublie qu'il s'agit d'une élection couvrant la Suisse et le Liechtenstein.
Mon petit doigt me dit que malgré l’investiture reçue de Jean-Louis Borloo et de Hervé Morin elle soutient François Bayrou: une loyauté à toute épreuve.
Mon petit doigt me dit que les différents écrits de Mme Glasson de Tassigny comporte un certain nombre de fautes d'orthographe et de syntaxe. On ne dira rien à l’école Marie-Thérèse, mais des cours de rattrapage s'imposent.
Mon petit doigt me dit que n'assistant qu'à 55% des réunions locales de l'Assemblée des Français de l'Etranger, elle en est la moins assidue.
Mon petit doigt me dit le président socialiste de la commission des finances de l’Assemblée nationale a proposé en octobre dernier la création d’un impôt sur le revenu des Français de l’étranger. Son homologue du sénat, centriste, a jugé « légitime » cette proposition. L’UMP François Baroin a exprimé son refus.
Mon petit doigt me dit que les jeux ne sont pas faits et qu'il ne faut pas vendre la peau de l'ours de Berne, de Genève, de Lausanne, de Zurich ou de Vaduz avant de l'avoir etc.

Écrit par : Stock Alba | 05/02/2012

Les prochaines élections législatives concernent tous les Français de Suisse.
Mon petit doigt me dit...
Que Mme Glasson de Tassigny, auto-bloggeuse, auto proclamée Députée des Français de Genève oublie qu'il s'agit d'une élection couvrant la Suisse et le Liechtenstein.
Mon petit doigt me dit que malgré l’investiture reçue de Jean-Louis Borloo et de Hervé Morin elle soutient François Bayrou: une loyauté à toute épreuve .
Mon petit doigt me dit que les différents écrits de Mme Glasson de Tassigny comporte un certain nombre de fautes d'orthographe et de syntaxe. On ne dira rien à Marie-Françoise, mais des cours de rattrapage s'imposent.
Mon petit doigt me dit que n'assistant qu'à 55% des réunions locales de l'Assemblée des Français de l'Etranger, elle est la moins assidue.
Mon petit doigt me dit le président socialiste de la commission des finances de l’Assemblée nationale a proposé en octobre dernier la création d’un impôt sur le revenu des Français de l’étranger. Son homologue du sénat, centriste, a jugé « légitime » cette proposition. L’UMP François Baroin a exprimé son refus.
Mon petit doigt me dit que les jeux ne sont pas faits et qu'il ne faut pas vendre la peau de l'ours de Berne, de Genève, de Lausanne, de Zurich ou de Vaduz avant de l'avoir etc.

Écrit par : Alba Stock | 05/02/2012

Monsieur,
Votre commentaire ci-dessus servirait-il de couplet supplémentaire à la Chanson du film très connu: "Jules et Jim"?
Vous pensez à votre "amie", à telle autre et telle autre ...mais...."J'ai la mémoire qui flanche, j'me souviens plus très bien...on s'est perdus d'vue..." et...je boude Villepin, je boude Villepin, je boude Villepin ???
C'est bien ça, n'est-ce pas???

Est-ce sérieux ???

Écrit par : Miss Nicopéia | 05/02/2012

Miss Nicopéia. Je ne comprend pas bien le sens de votre blog. Je soutiens mes amies, et mes amis, effectivement. Avec plus ou moins d'insistance et de conviction selon que nous sommes d'accord politiquement ou non. Ou que je les imagine dans la peau d'un dputé ou non. Pour ce qui concerne Villepin, il ne présente pas à ma connaissance de candidat à la députation en Suisse ou dans le Genvois Français, ce qui est le sujet de la présente note. Pourquoi donc en parlerais-je ?
Si vous voulez connaître mon opinion sur sa candidature à la présidentielle, elle est simple. Il aurait la stature et j'aime assez ses idées, généralement, mais visiblement, là, il n'a aucune chance. Donc à quoi bon s'obstiner? Si c'est pour obtenir quelque prébende, cela ne m'intéresse pas.

Écrit par : Philippe Souaille | 06/02/2012

Stock Alba ou Alba Stock, vos notes identiques sont très significatives.
Vous les avez postées et repostées à 6 reprises ce dimanche. Pardonnez-moi, les modérateurs aussi ont droit à leur we, même s'ils ne sont pas rémunérés. Vous avez posté sous deux identités et surtout deux adresses IP différentes, la première en milieu de journée à Marseille, la seconde en fin d'apm à Berne.
Que vous soyez mandaté par l'UMP ou proche d'une candidate, une chose est claire, la candidature de Mme de Tassigny vous titille et vous gêne. Dommage pour vous. Inutile cependant d'être trop vindicatif, en cas de rassemblement des forces au 2ème tour, il vaut toujours mieux être resté poli.
Mme de Tassigny ne s'est jamais auto-proclamée "députée de Genève". C'est moi, à titre personnel qui en fait ma favorite du fait de son ancrage romand et de sa personnalité.
La loyauté d'un(e) élu(e), à mon avis, est d'abord due à ses électeurs. C'est une chose assez bien admise en Suisse en général. La France aurait tout à y gagner de mon point de vue, plutôt que de vivre sous le diktat des partis politiques, dont on voit tous les jours les conséquences désastreuses. Pour le reste parler de loyauté en évoquant Hervé Morin me fait doucement rigoler. Quant à Borloo, il aurait pu se présenter, il ne l'a pas fait. Un peu partout en France, à commencer par la Haute-Savoie (qui fut déjà le premier département à se libérer seul en 44, avec l'aide armée de quelques suisses - j'y vois un heureux présage) les Radicaux se rallient à Bayrou. Même Rama Yade hésite, au point d'être à nouveau reçue à l'Elysée pour la retenir... Cela sent très fort la fin de règne...
L'ours de Berne et de Zürich, dites-vous ? Combien de divisions au juste ? D'autant que même outre-Sarine, le Modem a ses antennes.
Enfin, qu'appelez-vous les "réunions locales" des élus de l'AFE ? Où se déroulent Ces réunions? En Suisse ? Qui les a instaurées, quels sont leurs but et leur pertinence ? Est-il plus pertinent d'assister à ces banquets de notables ou d'être sur le terrain, auprès de ses électeurs, occupée à résoudre leurs problèmes ainsi qu'à Paris, lors des Assemblées de l'AFE, là où les débats ont vraiment de l'importance.

Écrit par : Philippe Souaille | 06/02/2012

Notre seul candidat déclaré pour le Mouvement Hypophrène, Edouard Jeunet, sera également au rendez-vous. Dommage que votre article ne mentionne que les "grands favoris".

Écrit par : Hypophrène | 07/02/2012

Vous auriez du mettre le lien vers votre profession de foi:
http://hypophrene.blogspot.com/

Écrit par : Philippe Souaille | 07/02/2012

J'ai tout simplement pensé que les liens n'avaient pas forcément leur place dans les commentaires. Je me remercie de l'avoir ajouté.

Écrit par : Hypophrène | 08/02/2012

Vous vous remerciez que je l'ai ajouté ??? Whaouh, ça a l'air grave, docteur ! :-)

Écrit par : Philippe Souaille | 08/02/2012

Je vous remercie, bien sûr. Cela m'apprendra à faire deux choses en même temps.

Écrit par : Hypophrène | 08/02/2012

@ M. Souaille.
Concernant Villepin vous prétendez: "il a assez la stature et j'aime assez ses idées, généralement , visiblement il n'a aucune chance. Alors pourquoi s'obstiner?"
A d'autres, mais pas à moi.
Si vraiment vous "aimez assez ses idées" allez! un peu de courage !!!!

Écrit par : Miss Nicopéia | 14/02/2012

Les commentaires sont fermés.