26/02/2012

Quand les gendarmes rient d'un verre d'eau, révélant un grave conflit d'intérêts...

Je soutiens généralement les gendarmes et la police. Je trouve qu'ils font un boulot remarquable, difficile et mal perçu par la population, notamment par les jeunes dont j'ai fait partie, mais oh combien nécessaire. Là cependant, je suis estomaqué par le soutien qu'ils semblent porter, dans l'ensemble, à Eric Stauffer après son attitude inadmissible vendredi soir au Grand Conseil.

Rappelons qu'avant d'être pris à partie verbalement par Pierre Weiss, il avait fait perdre un temps considérable au parlement, aux frais du peuple, pour tenter de faire inverser une décision d'utilité publique, votée par ce même peuple (son parti usant de manoeuvres dilatoires également fort coûteuses à l'égard du-dit projet) et ce pourquoi ? Pour défendre les intérêts d'une poignée de gens ayant les moyens de loger à Champel et qui craignent que la valeur de leurs biens diminue. Ce qui en passant est un grossière erreur. De bonnes liaisons de transport publics ont TOUJOURS fait monté le prix des terrains et immeubles concernés. Il est faux, archi-faux de prétendre que ce combat est livré pour le bien des Genevois, car il ne fait que faire grimper la facture d'un projet qui de toute manière se fera. Car il a été voté et correspond à un besoin évident.

Pourquoi donc les gendarmes semblent-ils soutenir Eric Stauffer, qui est l'agresseur violent, qui a transgressé la loi, en perdant ses nerfs, contre Pierre Weiss, qui n'a fait que s'exprimer, comme il en a le droit, en maîtrisant les siens ? On sait que nombre de gendarmes sont du parti de Stauffer. Mais même ceux qui s'en défendent d'y être le soutiennent. Pourquoi ? En face, il y a Pierre Weiss. Député PLR, anciennement libéral, membre de la commission des finances, qui à ce titre a toujours été en pointe dans l'examen pointu des comptes de la police. L'un des premiers a tenter de démmêler l'incroyable écheveau des heures supplémentaires et des divers avantages non directement salariaux. Ceci expliquerait-il cela, alors que Stauffer, au contraire les a toujours soutenu dans leurs revendications?

Les gendarmes sont assermentés. Ils doivent respect et obéissance à la loi. Pas à celui qui la transgresse, même si celui-ci leur promet monts et merveilles. L'un des plis les plus redoutables des régimes totalitaires, c'est leur police politique, aux ordres, prêts à couvrir la violence. Stauffer, lui a réussi ce tour de force d'avoir une police à sa botte, avant même d'avoir atteint les marches du pouvoir. C'est grave, très grave, surtout lorsqu'on met cela en relation avec le comportement violent, irrascible et égocentrique du personnage, qui ne reconnait jamais ses torts. A ce propos, on aimerait bien savoir ce qu'il est advenu de cette affaire, dans laquelle Eric Stauffer avait été arrêté par la maréchaussée, au guidon d'un scooter, alors que le permis de conduire lui avait été retiré? Une telle affaire conduit normalement à une condamnation pouvant atteindre 3 ans de prison. N'y a-t-il pas là potentiellement un scandale gravissime ?

Conduire sans permis dénote aussi une nature profondément irrespectueuse des lois de la société. Il m'est arrivé de commettre des excès de vitesse, et même à deux reprises de me faire retirer le permis pour cela. Mais jamais je n'aurais osé conduire après cela !!! Cette attitude pathologique, inadmissible de la part de quelqu'un prétendant accéder au pouvoir et diriger la police, Stauffer la confirme en affirmant ce matin même, dans l'édition dominicale d'un quotidien orange, qu'il serait prêt à réitérer son geste. Que les gens chargés du maintien de l'ordre n'aient que les yeux de Chimène pour un tel individu c'est inquiétant. Je dirais même plus, ça fout les jetons, car c'est alors la démocratie qui est en danger.

Commentaires

Très mauvais billet. Premièrement je remarque que votre analyse n'est pas très ouverte, l'effet tunnel d'un titre tapageur probablement, dommage.
1) M. Weiss n'est pas apprécié par bon nombre d'employés de la fonction publique il me semble, n'est-ce pas lui qui avait, à des fins d'économies, proposé une baisse drastique dans tous les départements de 1% du personnel, sans tenir compte des besoins, des nécessités, pire encore des manques. Il peut défendre ses idées, qui j'ose croire sont aussi celles de son parti, mais de matraquer sans cesse la fonction publique n'est pas la solution. Donc si certains employés du DSPE n'apprécient probablement pas ce député, il en va sûrement de même dans d'autres départements. Mais M. Weiss ne fait pas de la politique pour être apprécié, il suffit de lire son blog, sinon cela se saurait. M. Stauffer est devenu, grâce aux autres partis aussi, un rassembleur d'une population déçue, un homme et un parti en qui une partie de la population s'identifie, à travers ses idées souvent je suppose, à travers son comportement parfois je suppose aussi, une grande gueule de genevois. Libre à chacun de choisir son parti, ses élus, ne sommes-nous pas en démocratie ? L'erreur du plus grand nombre est de croire que tous les policiers son assujettis au MCG, ce qui est faux. La police est constituée d'hommes et de femmes aux idées politiques diverses, ils s'engagent donc comme électeurs, comme membres, comme élus parfois. Certains partis mettent en avant ces gens, d'autres pas, c'est un choix, mais la police est un tableau multicolore de notre société politique car constituée de tous les genres et donc représentative de sa population. Ce ne sont donc pas les idéaux des policiers qui sont en jeux, mais les politiques choisies des partis sur la mise en avant, ou pas, de tels représentants politiques que sont ces citoyens, au demeurant policiers. En ce qui concerne vos affirmation sur des problèmes de permis, permettez moi de vous dire que c'est à la justice qu'il vous faut poser ces questions, pas aux policiers. Ayez donc une vision plus large de notre société, et vos billets en deviendront plus crédibles et moins stigmatisant. Walter Schlechten, habitant la Croix-de-Rozon.

Écrit par : Walter Schlechten | 26/02/2012

Merci Walter. Je n'ai jamais dit que tous les policiers étaient au MCG. J'en connais plusieurs qui n'y sont pas. Dont vous, et d'autres au PLR. Mais j'ai du mal à comprendre le soutien des policiers à l'agresseur contre la victime (car si l'on en reste aux paroles, Stauffer n'avais pas cessé de calomnier des élus PLR depuis le début de la soirée, Pierre Weiss n'a fait que lui rendre la monnaie de sa pièce). Vous me confirmez que Weiss n'est pas aimé pour des raisons syndicales. C'est bien ce que je craignais. Cela ne devrait pas entrer en matière dans une affaire qui peut avoir des suites judiciaires. Merci de vos infos sur le permis. Elles confirment ce que je craignais.

Écrit par : Philippe Souaille | 26/02/2012

Merci pour cet article. Oui, Stauffer mériterait d'être condamné, et destitué de ses fonctions.
Il serait temps d'accorder au Peuple le pouvoir de révoquer ses élus !

http://gregoiresapereaude.blog.tdg.ch/archive/2012/02/25/de-l-utilite-de-la-revocabilite-des-elu-e-s-pour-combattre-l.html

Écrit par : Grégoire Barbey | 26/02/2012

Ce qui est étonnant, c'est qu'en revoyant une partie des débats je constate plusieurs choses en ma qualité de téléspectateur.

Avant le lancé du verre d'eau, je vois : Une député MCG qui s'énerve et qui dénonce; Un député MCG qui dénonce la gestion du Parlement et de la présidence d'une commission; Un député MCG qui dénonce la gestion d'un Conseiller d'Etat; Un député MCG qui dénonce des dysfonctionnements étatiques.

Avant le lancé du verre d'eau, je vois : Un député PLR qui porte des attaques personnelles contre un élu; Un député PLR qui provoque un député MCG; Des propos diffamatoires ou calomnieux qui portent atteinte à la sphère privée d'un député MCG; Un député MCG qui use d'un verre d'eau pour laver son honneur ou pour faire taire son interlocuteur.

Après, j'estime que Stauffer a provoquer le Parlement mais sur le terrain politique, car même s'il s'est attaqué à des personnes, il l'a fait dans le cadre des intérêts politique (conflit d'intérêts d'un ancien président de la Commission des travaux, plus personne ne se pose la question aujourd'hui, et pourtant nous nous devons d'en connaître la réponse). Certes chez M. Stauffer il n'y avait ni la manière et ni le ton, mais les propos de M. Weiss étaient une attaque qui touchait la vie privée et personnelle de Stauffer, calomnie ou diffamation je ne sais, mais Weiss se devait de critiquer le comportement de Stauffer, sa politique, ses idées, mais en aucun cas venir sur la sphère privée. Trois perdants, Weiss qui s'est ridiculisé tel un gamin gâté, Stauffer qui s'est ridiculisé tel un enfant colérique, et la République qui s'est ridiculisée tel un état ou les droits démocratiques ne sont plus respectés. Enfin, le titre de votre billet me fait rire, car en regardant lesdites images, on constate qu'après avoir reçu son verre d'eau, M. Weiss traite M. Stauffer de voleur à sept reprises, en le pointant du doigt, avant d'arborer un sourire de satisfaction. Pourtant, M. Weiss n'est pas gendarme que je saches, mais il trouve la force d'en rire.

Ces évènements font que nous sommes, Genève, la risée de tous, mais c'est bien la République et la démocratie qui sortent perdantes de ceux-ci, et ça ce n'est pas drôle.

Walter Schlechten, habitant la Croix-de-Rozon.

Écrit par : Walter Schlechten | 26/02/2012

Dans le même article du matin ,Monsieur Weiss se sentant menacé , est allé chercher sa voiture entouré de ses collègues Il avait oublié le numéro de la police.?

Écrit par : briand | 26/02/2012

Monsieur Sehlechen, vous avez raison pour la déception provoquée par les décideurs et ceux qui ont eu une parcelle de pouvoir, ils sont vraiment pas bons depuis des années et ont été incapables de faire avancer les choses. Mais vous êtes aussi un ex acteur de ce fiasco, vous pouvez aujourd’hui vous placez au milieu du gué pour distribuer les bons ou les mauvais points, il me semble que c’est une position pour le moins bizarroïde.
De plus on a le droit d’être déçus sans devenir pour autant des simplistes dangereux.

Écrit par : PA Gilliéron | 26/02/2012

Il était une fois une délégation des Commores qui a assisté à une session parlementaire genevoise. Ils sont sortis l'air réjoui, en disant: "Ah, c'est exactement comme chez nous!"

Écrit par : NIN.À.MAH | 26/02/2012

Il serait grave de vouloir banaliser ce lancé de verre d'eau !

" Stauffer, lui a réussi ce tour de force d'avoir une police à sa botte, avant même d'avoir atteint les marches du pouvoir. "

Je ne saurais dire si Stauffer a une police à sa botte, mais ce dont je suis certain, c'est qu'il serait catastrophique pour Genève de voir un hôte tel que Stauffer sévir à la Tour Baudet !

Quant aux policiers qui ont toute mon admiration et ma confiance de citoyen, il faut les remotiver en leur donnant notamment les moyens de remplir leur mission. Il va de soi que les moyens auxquels je fais allusion ici ne dépendent pas tous de décisions politiques prises à Genève, je pense notamment au nouveau Code de procédure pénal et au Code pénal lui-même.
Toutefois Genève détient elle-aussi des solutions susceptibles d'améliorer la situation, pour peu qu'il y ait un pilote dans l'avion ?
J'ose espérer les policiers suffisamment matures pour ne pas se laisser charmer par la "sirène" Stauffer.

Pour le reste, il faut que Genève recouvre sa dignité politique perdue et ce ne sont pas les derniers incidents en date, qu'il s'agisse d'un verre d'eau lancé ou d'un pugilat de réveillon qui nous feront progresser dans cette voie. L'élection de Stauffer au Conseil d'Etat encore moins !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 26/02/2012

Walter, pour vous répondre, je me contenterai de recopier le commentaire que j'ai posté à l'intention de Mauro Poggia sur le blog de M. Bertinat.
"Suite à votre réponse à Pierrafeu, j'ai été à nouveau regardé la vidéo du litige. Ce que j'y ai vu :
1) M. Weiss ne traite M. Stauffer de voleur qu'APRES avoir reçu le verre d'eau.
2) M. Stauffer avait à plusieurs reprises auparavant, au cours de la soirée, accusé plusieurs élus PLR de corruption entre autres nombreuses vociférations et manifestations d'intimidation physique comme il en est coutumier.
3) Avant le jet du verre d'eau, M. Weiss dit précisément ceci : "Vous avez été condamné par le tribunal administratif pour un montant de 50 000 Francs". Là, M. Poggia, vous jouez sur les mots, car vous savez très bien que le montant de CHF 50 000.- n'est pas celui de la condamnation, mais le montant du litige (à savoir la somme indûment perçue par le MCG pour la rétribution fictive - en tout cas non prouvée et non prouvable - d'un assistant parlementaire) et M. Weiss ne dit pas autre chose. Sinon il dirait, vous avez été condamné "à" CHF 50 000.- et non pas "pour" CHF 50 000.-
4) Traiter M. Stauffer de voleur pour avoir perçu indûment et tenté de conserver un montant qui n'était pas dû est peut être abusif, mais ce genre d'abus est la pratique habituelle des élus du MCG et de M. Stauffer en particulier, dans leurs dénonciations tous azimuths de tout et n'importe quoi dans la République.
5) Evoquer cette somme de CHF 50 000.- que le MCG a tenté de soutirer aux finances publiques et donc aux électeurs n'est en aucun cas une affaire privée, contrairement à ce que les commentateurs du MCG dont vous mêmes tentent de faire accroire, mais bel et bien une affaire à la fois publique et politique qui prend tout son sens lorsque M. Stauffer accuse des gens de corruption ou de collusion d'intérêts. En l'occurrence, puisqu'on semble être à la cour de récré, il semble bien que "c'est celui qui dit qui fait..."

Écrit par : Philippe Souaille | 26/02/2012

Pour tout mouvement populiste, le peuple n'a raison que s'il suit les mots d’ordre du parti, dans le cas contraire le parti se substitue au peuple et en quelque sorte devient le peuple, cela est vrai pour le débat sur le CEVA adopté en votation et saboté par le MCG, j'ajoute pour comparer que Marine Le Pen adopte la même attitude lorsqu'elle dit à Monsieur Mélanchon qu'en l'insultant il insulte 40 millions de français.
Je respecte les choix populaires évidemment , mais je ne me prive pas de penser , qu'une part importante de la population se fourvoie en accordant sa confiance à l’extrême- droite:pour terminer je ne sais pas si des États Généraux regroupant les partis et associations capables de discuter hors cadre institutionnel " grand Conseil-Constituante" permettrait plus facilement de mettre à plat les problèmes liés au développement anarchique de la région , et peut-être d' obtenir un minimum consensuel , qui donne une vision cohérente aux projets concernant les transports, le logement, la sécurité.

Écrit par : briand | 26/02/2012

nano rebondissement, le député Stauffer porte une énième plainte ,alors qu'après réflexion il admet, qu'une micro condamnation... Maitre P et son valet S devraient coordonner leurs émotions scandalisées ,il y a de la friture sur la ligne du mouvement. Après l'eau, le feu . le fonctionnaire astigmatique de l'ASIN préposé à la stigmatisation, Beria tinat propose le renvoi des sans papiers enfumés de la Jonction femmes et enfants évidemment, probablement par le TGV Cornavin- Drancy, puis plus loin au-delà de la ligne brune des Vosges

Écrit par : briand | 26/02/2012

Une police républicaine se doit d'être neutre en toute circonstance. Il en va de sa crédibilité. En envoyant ses plus éminents syndicalistes - ex ou actifs - au parti MCG, dans les législatifs et même exécutif (à Vernier de façon temporaire), la police et notamment la gendarmerie s'est façonnée une image qui se confond avec un parti politique dont les moeurs sont pour le moins particulières. Quant au président de ce parti, il assume une image tout aussi trouble, des méthodes expéditives et une ambition en marge de la normalité. D'après les échos que l'on a, il naviguerait volontiers en borderline. Il est ainsi très légitime de s'interroger sur cette proximité qui soulève, dans l'absolu, des questions très pertinentes quant à l'indépendance et à l'objectivité de la Police genevoise. Il appartient au législateur d'y remédier mais les récentes tentatives, notamment de la gauche, ont échoué. En conclusion, le verre d'eau ne doit pas masquer l'incapacité de la députation dans sa globalité de résoudre les problèmes de son propre fonctionnement et de celui de l'Etat, puis de ceux de la société en général.

Écrit par : Paul Marbach | 27/02/2012

La chute des anges: à l'insu de mon plein gré , je tombe sur un after du Genève à Show Pascal avec Maurice Druon , version lémanique, qui réussit malgré un étalage d'objets métaphoriques assurant une ambiance baroquissime, à nous faire la démonstration , qu'il n'a pas compris le hiatus politique qui est à l'origine de la démission du soldat Müller.
il ne s'agit pas de savoir si les WC étaient fermés de l’intérieur , il s'agit du capital de confiance que l'on peut garder avec un membre du gouvernement qui a menti à ses collègues .
J'ai un unique point commun avec les vrais chasseurs, je n'aime pas les êtres blessés .
Post postscriptum : je partage le point de vue de Paul Marbach ,j'ajoute que dans une société totalitaire , lors d'un contrôle d'identité, on ne sait pas si on a affaire à des policiers ou à des voyous, cela m'est arrivé en Amérique Latine ...

Écrit par : briand | 27/02/2012

Il est vrai qu'ils font beaucoup pour la société, mais cela n'exclut pas certaines dérives voir des actes abusifs de certains policiers ou gendarmes! merci pour l'article

Écrit par : faire part | 28/02/2012

Les commentaires sont fermés.