28/02/2012

C'est le PS qui va passer, sauf à conclure une nouvelle alliance de l'Entente avec les Verts. Pour l'amour de Genève et des cleantechs

Dans une élection pour un seul poste, il suffit de savoir compter. Stauffer va se présenter. Sauf à être déclaré inéligible, mais vu que Weiss ne semble pas décidé à porter plainte, cela parait compromis.
Stauffer ne sera jamais élu. Il n'a aucune chance dans une élection à un seul poste. Et Maudet pas davantage. Parce que la gauche et l'extrême gauche votent compacte et qu'ensemble, elles représentent moins que la droite et l'extrême-droite réunies, mais clairement plus que la droite et l'extrême-droite se présentant séparées.
Personnellement, je pourrais entrer en matière pour voter pour certaines personnes raisonnables à l'UDC, à condition qu'elles se distancient de certaines affiches ou attitudes extrêmes de leur parti, voire avec certains au MCG, mais Stauffer, No Way, pas question ! Jamais. Trop dangereux pour l'avenir de Genève. Or j'aime Genève. "Le jour où la droite votera Stauffer, il pleuvra des briques" a récement écrit une élue PLR. Elle a raison.
Je dis cela, je ne dis pas rien, car si je ne représente que moi-même, je ne suis de loin pas seul de cette opinion, à l'intérieur du PLR et plus encore à l'extérieur, parmi les électeurs potentiels.
Par ailleurs, le PLR est constitué de deux corps défunts. Trop de gens, à commencer par Décaillet, ont soufflé sur les braises en prétendant que certains au sein du PLR auraient scié la branche sur laquelle était assise Muller. Laissant entendre que peut-être les radicaux... A ma connaissance, le seul PLR qui ait flingué Muller, c'est Barth et il était libéral.
Pour la paix des ménages, je pense qu'il est souhaitable que ce soit un ou une libérale qui s'y colle. Certes, il ou elle n'aura aucune chance, cette fois, mais ce sera un fameux piédestal pour s'élancer en 2013, aux cotés de Maudet, de Mme Rochat si elle persévère et probablement d'un ou une 4ème. Qui ne devrait pas être Longchamp, car à mon avis, il devrait avoir envie de changer d'air. A moins que ce dernier ne soit réellement réclamé par la base du parti dans son ensemble.
Qui pourrait être le ou la courageuse ? Weiss je ne crois pas. Il devrait se contenter d'avoir été le Winkelried de la démocratie face au serial dérapeur, et personnellement je l'en remercie. Plutôt deux fois qu'une.
Lüscher ? Il a mieux à faire à Berne et s'il connait les problèmes de l'immobilier, il est, à cause de cela, sans doute le dernier à proposer pour ce job en particulier, si l'on ne souhaite pas une déculottée homérique.
Gautier ? Sauf son respect, il n'est plus tout jeune, mais il a du panache. Le veut-il ? cela pourrait être une candidature de sacrifice. Histoire de compter les grognards...
Barth ? Il m'étonnerait fort qu'il soit choisi par l'assemblée. Mais perso je serai prêt à voter pour lui, histoire de lui faire endosser la veste promise.
Non, sérieusement, je pencherai assez pour une femme, dont j'apprécie depuis un moment les interventions intelligentes, humanistes et concernées. Elue d'une petite commune, elle connait le problème du logement au quotidien, sur le terrain. Et ce sera le principal sujet à traiter en cas bien improbable d'élection, jusqu'au grand rendez-vous de 2013: négocier le plan directeur avec les communes. J'ignore entièrement si elle souhaite se présenter. Mais Christiane Favre me paraîtrait une excellente candidate.
Quant à Alain-Dominique Mauris, l'actuel Président, il est dans la même situation que Maudet: mieux vaut attendre.
Cyril Aelen enfin ? Une candidature kamikase, pourquoi pas, cela aurait du panache et pourrait faire remonter sa cote, dévalorisée par trop d'interventions intempestives.
Pour ce qui concerne Maudet, sa seule chance d'être élu serait qu'une partie importante des verts votent pour lui. Une partie tellement importante que cela devrait être quasiment une consigne de parti. Cela est-il possible ? On sait Maudet proche de Hodgers et vrai représentant de l'aile historique du radicalisme écolo. En plus, cela pourrait être l'occasion de conserver 2 vrais écolos au conseil d'Etat après 2013, puisqu'il est probable que Hiler ne se représente pas et que Künzler aura bien du mal à être réélue...
Sauf que les Verts présenteront certainement un candidat capable en 2013... Qui ne sera élu qu'avec les voix de gauche. Auront-ils le cran de ne pas présenter Künzler et de proposer deux nouveaux ? J'ai comme un doute. Mais dans tous les cas de figure, ils ne placent un candidat qu'avec la gauche et probablement dans ce cas, un seul. Hodgers ou Rochat ?
L'alternative, c'est de s'entendre dès à présent avec l'entente, pour faire passer Maudet, et faire élire ensuite un vert avec le centre-droit en 2013. ce qui permettrait de gouverner avec 2 ou 3 PLR, un PDC, un vert. Une petite révolution... Moi j'aime ça, les révolutions, surtout lorsqu'elles sont pacifiques. Et cela serait bien dans la ligne des intérets de Genève, qui doit certes contrôler sa croissance, mais aussi jeter toutes ses forces dans la bataille des cleantechs, pour laquelle nous avons de sérieux atouts.
Bataille que l'on ne pourra pas financer sans nos banques privées.

Commentaires

Les socialistes sont dans l'opposition depuis un certain temps. Ils sont même les alliés objectifs du MCG. Position sur le budget, prise de parole de Deneys, refus vendredi de voter (2x de suite) une motion d'ordre qui aurait empêché la pantalonnade de vendredi et j'en passe.
De plus le programme proposé est irréalisable et franchement surréaliste.
L'Etat pourvoira...
Vous avez raison, il faut une candidature crédible du centre droit qui puisse aussi recueillir des voix vertes.
Je ne suis pas sur de leur soutien sans faille aux socialistes (à moins que Tornare soit retenu).
je ne vois que 2 candidats qui puissent rallier des suffrages : Maudet ou Dal Busco.
Et oui on doit, mais c'est probablement de la science fiction, évoquer une candidature PDC en cas du renoncement du PLR.
Cette élection est cruciale pour l'avenir de Genève.
Pas de tabou.
Le sauvetage de Genève est à ce prix.

Écrit par : Bertrand Buchs | 28/02/2012

Vous avez raison Bertrand, Dal Busco ferait un excellent candidat. En 2013 à mon avis. Deux PLR, un Vert, un PDC et pourquoi pas un UDC ? A condition qu'ils se démarquent, comme je l'ai dit des excès de leur parti central, que l'on peut considérer représenté à Genève plutôt par le MCG. Les verts Lib étant évidemment de la partie, ils en sont au coeur, mais ne semblent guère avoir, à ce stade de candidat réellement papable.
Les cleantechs, c'est l'avenir de Genève, qui au fil du temps a su affronter bien des crises touchant au coeur des métiers qui faisait sa force et qui à chaque fois, su sortir de l'ornière en changeant de métier, ou en en défrichant de nouveaux. Nous avons de sérieux atouts.
De l'argent disponible pour des investissements prometteurs. Je le rappelle, nos deux principales banques privées genevoises sont de longue date et profondément impliquées dans la défense de l'environnement, au niveau politique, médiatique et technologique, car cela correspond aux préoccupations morales, humanitaires et financières de leurs dirigeants.
Des ingénieurs et techniciens de haut niveau et les moyens de recruter ceux qui manquent.
De la main d'oeuvre de qualité.
Un arrière-pays avec lequel partager les fruits de nos investissements, qui offre de la place, un savoir-faire (le décolletage) et des conditions-cadres pour l'implantation d'entreprises peut-être plus favorables que les conditions suisses, en matière de recherche...
Bref, Genève a besoin d'un nouveau départ.
Il apparaît clairement à mes yeux que les deux partis les plus conservateurs sont le PS et le MCG, vous avez raison, deux partis repliés sur eux-mêmes et sur leurs acquits. Il est significatif, à mes yeux, que le Parti Socialiste, qui détient les cordons de la bourse en matière de culture et de sport, et qui met en place une rencontre annuelle sportive des jeunes de tout le canton n'ait pas daigné à ce jour y inviter au moins quelques délégations de jeunes d'Annemasse, Saint-Julien ou Ferney, alors même qu'il se positionne en défenseur de l'idée régionale. En paroles, mais pas en actes...
Du côté des verts, ou plutôt des plus rouges d'entre eux, ils doivent impérativement cesser de jouer sur les deux tableaux. On ne peut pas d'un côté prôner le contrôle de la croissance (ce qui peut se défendre), voire la décroissance, et prétendre défendre le niveau de vie des habitants. L'un et l'autre sont parfaitement contradictoires, quel que soit le niveau d'imposition des riches envisagé.
On peut prôner une société plus économe et respectueuse de l'environnement (ce qui ne signifie pas l'arrêt de la construction des infrastructures nécessaires) mais cela aura un coût, pour tous, y compris les classes populaires. C'est clair et net, et il faut le dire. Comme il faut dire également qu'une part importante de ce coût devra être pris en charge par les classes plus aisées, ne serait-ce que pour assurer la cohésion sociale nécessaire. Prétendre le contraire, c'est certainement électoralement plus porteur, mais c'est mentir.
Les jeunes Indignés et autres à gauche, qui se réclament beaucoup ces derniers temps d'honneur, de morale, et d'intégrité feraient bien d'y songer.

Écrit par : Philippe Souaille | 28/02/2012

Pour quelqu'un qui soutient Bayrou, qui s'efforce à longueur de billets de louer le centrisme déclarer :
"Personnellement, je pourrais entrer en matière pour voter pour certaines personnes raisonnables à l'UDC, à condition qu'elles se distancient de certaines affiches ou attitudes extrêmes de leur parti, voire avec certains au MCG" accrédite ce que je dis et écris urbi et orbi depuis toujours : le centre est un ectoplasme, une imposture euclidienne. Le centre c'est toujours la droite, toujours : de Lecanuet au dernier soutien de Sarkozy, Hervé Morin, leader du Nouveau Centre.

....non, cher Philippe je ne suis pas fâché avec toi, pas du tout.

La droite PLR genevoise (si elle ne saute pas un tour pour avaler l'infusion et bien préparer 2013) n'a que deux solutions : le recours à l'excellllent et pugnace Renaud Gautier immédiatement opérationnel ou avancer de deux ans la carrière de Pierre Maudet.
Quant à l'espiègle Christiane Favre, stp laissons-la tranquille : nous avons besoin d'elle pour la rédaction de quelques textes de la Revue des députés dont le travail commence.
Bonne journée
p.l.
p.l.

Écrit par : pierre losio | 28/02/2012

postscriptum :
pas d'alliance avec l'Entente Genevoise pour les Verts.

Écrit par : pierre losio | 28/02/2012

Deux ou trois choses, mon ami Pierrot:
1) le candidat putatif UDC en question me fait un procès pour avoir osé exprimer ce que je pensais de certaines de ses attitudes politiques. APRES que j'aie fait partie de ceux qui lui ont coûté son élection à la Cour des Comptes, en assortissant mon éventuel soutien de sa dénonciation des horribles affiches de son parti. Ce qu'il n'a pas fait. Il a eu tort. Mais la condition que je mets à mon soutien est claire et précise. C'est ainsi qu'un Gianfranco Fini, en dépit de son passé, a su faire ce qu'il fallait pour se débarrasser de ses scories insupportables.
2) Ceux que je vois monter au créneau contre le péril MCG - bien réel à mon avis - sont jusqu'à preuve du contraire des Républicains de droite ou de centre-droite, membres du PLR. A gauche, il semble que l'on se contente d'admirer la manière dont l'extrême-droite démonte la droite traditionnelle, quitte à prêter les outils de temps à autre. Te souviens-tu de la phrase de Brecht ?
3) Genève (comme le monde qui l'environne et dont elle dépend) est entrée dans la crise. Une vraie crise. Personnellement, droite, gauche, centre, extrêmes, frontières, nationalités, tout cela, pour dire les choses clairement, je n'en ai rien à carrer. Quels sont les problèmes et quelles sont les solutions? Pour notre région, pour nos habitants, qui soient durables et compatibles, je dirai même plus pertinentes avec/dans un cadre global. J'en propose une, qui n'est absolument pas exclusive à l'égard du PS, pas plus qu'elle ne l'est à l'égard du MCG: les gens du peuple abusés par le discours d'idéologues imbus d'eux-même ne sont pas mes ennemis. Seuls le sont certains ténors de ces deux partis dont les canines font des trous dans le parquet de l'étage du dessous. Et qui développent des idées dangereuses pour le bien commun.
4) Il me parait tout à fait inutile de claquer du fric pour des prunes dans une élection perdue d'avance. Si le PDC veut s'y coller à notre place, libre à lui. Je n'avance là bien sûr que mon opinion personnelle. En revanche, si Renaud a la moindre chance de gagner, il faut qu'il y aille. Mais la moindre chance de gagner, cela signifie que quelqu'un comme toi vote pour lui, contre le ou la candidate du PS. Est-ce le cas ? Serais-tu prêt à voter Renaud Gautier, Pierre Losio, même sans alliance formelle des Verts avec l'Entente ?

Écrit par : Philippe Souaille | 28/02/2012

ps: Pierrot, ôtes-moi un doute ? Ton apparent courroux n'a tout de même pas pour cause l'omission de ton nom de ma revue des candidats à la candidature ? Je l'ai écrit par ailleurs, si tu te présentais, je voterais pour toi. Et je pense que tu aurais de sérieuses chances. Mais te présenteras-tu ?
Ceci étant, j'ai dit une bêtise: il y a une raison essentielle à la présence d'un candidat PLR, ou à défaut PDC, à la prochaine élection: faire en sorte que Stauffer ne soit pas élu. Quitte à faire passer le PS, en ce qui me concerne. Il n'y a pas que le MCG et l'UDC qui peuvent jouer à ce jeu débile.
Que le MCG laisse Stauffer faire ses preuves à Onex et qu'il choisisse plutôt ceux qui, parmi ses membres, ont un discours mesuré et responsable. Notamment vis-à-vis de l'économie et de la région. Ils sont rares, mais il y en a.

Écrit par : Philippe Souaille | 28/02/2012

Je suis extrêmement flattée par votre billet, Cher Monsieur Souaille.

J'ignore si j'ai les qualités nécessaires pour le poste. Je n'en suis pas sûre. Mais ce qui est certain, c'est qu'il faut aborder une candidature de ce type avec foi, énergie et passion. Or, ce matin, comme beaucoup d'hommes et de femmes politiques, je suis au bord de l'écoeurement. Je n'ai aucun goût pour la chasse à courre. Ni du point de vue du chasseur, ni de celui du cerf.

Le mandat de maire d'une petite commune est le plus beau des mandats politiques. Il s'accomplit sans projecteur et sans intermédiaire, en prise directe avec ceux que l'on représente. C'est une bénédiction.

Mais ça ne prépare pas au sacerdoce du magistrat cantonal. Qui n'a droit ni à l'erreur, ni à l'hésitation. Qui doit avoir, pour survivre dans cette république, une mentalité de tueur ou la sérénité d'un yogi, une peau de crocodile ou des plumes de canard et trois gourous de la communication pour déminer les bombes de l'adversaire ou bétonner l'information. Et qui, malgré ça, se réveille tous les matins en se demandant quel missile pervers va faire exploser sa journée.

Je ne crois pas être formatée pour cela et m'en vais garder cette jouissive perspective pour une autre vie...

Bien à vous.

Écrit par : Christiane Favre | 28/02/2012

Intéressant billet, mais on peut oublier toute alliance électorale entre les Verts et l'Entente.
Je ne suis pas votre dernier commentaire M. Souaille, et ne pense pas que la droite doive présenter qui que ce soit pour éviter l'élection de Stauffer. J'ai suffisamment confiance aux genevois, de droite ou d'ailleurs, pour ne pas élire ce dangereux et triste personnage, même s'il était en lice seul face à un socialiste.
Les gens de droite que cela révulserait de voter socialiste s'abstiendront, et Stauffer ne passera jamais.

Écrit par : David Rochat | 28/02/2012

Je dirai que cela dépendrait du socialiste, et de la politique qu'il entend mener. Car au-delà des hommes (ou des femmes), il y a les politiques menées. Entre Charybde et Scylla...
Le salut de Genève, en période de crise, ne peut venir que d'une volonté commune dégagée sur des objectifs précis. Un programme, républicain, et forcément médian, ce qui ne veut en aucun cas dire mièvre. Mais la politique partisane, malheureusement et l'égo démesuré de certains - y compris à gauche -, va exactement à l'encontre de cela.

Écrit par : Philippe Souaille | 28/02/2012

Les commentaires sont fermés.