11/03/2012

Bayrou, Schengen et la casse dans les manifs

Entre Bayrou et Sarkozy, j'avais hésité. En matière de politique internationale, Sarkozy me semblait plus profilé. Mais je sentais l'homme prêt à tous les renoncements pour grapiller des voix. Cela n'a pas loupé. La politique dans toute son horreur. Celle qui vous fait piétiner vos opinions profondes pour l'orgueil du pouvoir. Ce qui se ressent bien davantage en France qu'en Suisse, pour une raison bien simple: le bipartisme. Tout étant basé en France sur l'obligation de rassembler plus de 50% des voix pour être élu, et seulement sur un bord, vous devez fatalement faire des concessions graves pour aller les chercher dans les marges, là où l'intelligence et la lucidité ne sont plus des vertus cardinales.  C'est vrai de Sarko à droite comme de Hollande à gauche, qui sont obligés de donner des gages à leurs extrêmes.

En Suisse, la proportionnelle, la diversité des partis, la fréquence des référendums et surtout les directions collégiales réduisent considérablement ce phénomène,en permettant des alliances responsables au coup par coup, le plus souvent au centre. Heureusement. En attendant, je suis outré par le glissement protectionniste et limite xénophobe de l'actuelle présidence française. Face à cette dérive, le seule rempart pour les vrais républicains parait bel et bien être Bayrou. Parviendra-t-il à passer l'épaule ? Je n'en sais rien. Ce qui est certain, c'est qu'un système qui risque fort d'éliminer le candidat préféré des Français, celui que 60% d'entre eux souhaiteraient voir arriver en tête, et qui est certain de gagner s'il atteint le 2ème tour... Ce n'est pas un bon système.

Votez Bayrou, donc et sans le moindre scrupule. De toute manière, Sarkozy est en train de déplacer sa base électorale sur la droite. Donc il devrait réduire le risque Le Pen. Et laisser un boulevard au Centre.

Côté Suisse, ces votations m'ont surpris. L'acceptation de l'Initiative Franz Weber me parait très difficilement applicable. Concrêtement, comment va-t-on faire si je réside en Valais et que je veux vendre le chalet où je vis à quelqu'un qui en fera sa résidence secondaire ? Où si je veux juste lui louer ? Cela sera-t-il interdit ? Probablement pas. Et si je construis un chalet dans lequel je vais vivre disons 2 ans avant de le vendre ou de le louer ? Bref on va louvoyer entre état policier ou magouille, sans compter les pressions à la hausse que cela risque de créer sur les biens existant.

Content en revanche que Genève ait accepté le principe d'une défiscalisation de l'accession à la propriété, même si la Suisse dans son ensemble la repousse. Cela prouve que les gens commencent à comprendre que d'être un peuple de locataires présente de sérieux inconvénients. La crise révèle la vraie nature des problèmes et la situation sera bientôt mure pour prendre de bonnes décisions en faveur du logement dans le canton. Des décisions qui devront faciliter l'accès à la propriété pour la classe moyenne, n'en déplaise à l'ASLOCA.

A Genève encore, je comprends tout à fait que la gauche veuille attaquer la votation sur les manifs devant le TF. Je pense que la gauche va perdre à Lausanne, mais sur le principe, je suis d'accord: il est des règles, nationales et internationales qu'il s'agit de respecter, parce que c'est important pour la démocratie et que parfois, le peuple peut se tromper. Nous avons tous en mémoire quelques choix démocratiques qu'il aurait mieux valu éviter.

Concrètement cependant, cette loi sur les manifs ne remet nullement en cause le droit de manifester. Parler de recul de la démocratie est abusif, au contraire. La démocratie n'est pas l'absence de règles, c'est une règlementation équitable et juridiquement fondée. Sur le  Code des Obligations, qui est une loi fédérale, et aussi sur le fait qu'un responsable doit assumer ses responsabilités. Contrairement à ce que j'ai pu lire sous la plume de certains didirgeants du PS, il est faux de dire que cette loi est plus restrictive que ce qui existe à Moscou. Parce qu'à Moscou, ce n'est pas la loi qui compte. C'est à la tête du client que vous obtenez votre autorisation et si vous passez outre, ou si quelque chose déplait durant la manif, vous encourrez les pires ennuis. Vraiment pires: prison, tabassage, privation de tous vos biens et même une balle entre les deux yeux.

En tant qu'ancien manifestant, au cours de mes années étudiantes françaises, j'ai toujours appris qu'un service d'ordre était une nécessité absolue. Pour ne pas se faire déborder, pour ne pas laisser commettre des dégâts préjudiciables à la cause, pour se défendre aussi, le cas échéant et défendre les manifestants contre les incursions diverses et variées.  Genève n'est plus un village, depuis quelques temps déjà. Il est inadmissible de laisser la violence s'exprimer sans contrôle. Et pour les commerçants ou les simples badauds subissant des dégats suite à une manif, il est légitime d'obtenir réparation. Quitte à ce que les organisateurs concluent des assurances spéciales...

 

Commentaires

Bonsoir Philippe, plus que Sarkozy encore, ce sont les responsables politiques de l'UMP et des partis centristes, hors MoDem, qui donnent le plus d'inquiétude. Comment ne peuvent-ils rien voir venir et rester scotcher sur le candidat Sarkozy? C'est de la folie pure, à mon avis. J'ai écris deux billets sur mon blog suite à ce discours de Villepinte. Sarkozy, comme Hollande, c'est la chute de la maison France. Reste Bayrou. Mais qui va convaincre le peuple de France à part lui-même? Les Français doivent faire une Révolution mentale. Mais savent-ils au moins qu'ils doivent faire la Révolution pour mettre Bayrou au pouvoir? Un bulletin de vote, une urne, un stylo. C'est facile comme Révolution et ultra non-violente mis à part la violence psychologique du résultat et du chamboulement dans les consciences politiques de France. Seulement il faut oser la faire cette Révolution. On attend de voir...une promesse réelle de nouvelle démocratie française qui tuera le bipartisme.

Écrit par : pachakmac | 12/03/2012

Bonjour Philippe,

Globalement d'accord avec vous. Seul bémol: la loi sur les résidences secondaires. Non que j'y sois opposé ou favorable, c'est un point où j'ai voté blanc faute d'avoir pu me faire un avis.

Sur Bayrou, oui, il faudrait qu'il mette rapidement le turbo. Peut-être est-ce une stratégie: laisser les autres se dévoiler et se fatiguer, connaître leur programme, et faire court pour rester comme neuf jusqu'au bout de la campagne. Espérons-le.

Hollande se couche et propose chaque jour une mesurette pour rester présent dans les médias, Sarkozy tente de se faire remonter sur le dos de l'Europe. Que de faiblesses, que de reniements.

Bonne journée.

Écrit par : hommelibre | 12/03/2012

Je n'ai qu'une idée dans la tête, Sarkozy pour moi n'est plus crédible, il faut changer la carte, merci

Écrit par : faire part | 15/03/2012

Les commentaires sont fermés.