29/03/2012

Stauffer sera 3ème, les chiffres ne mentent pas. Eux.

Pas à dire, à deux, on rigole mieux que tout seul et l'UDC-MCG font preuve d'un sens de l'humour à toute épreuve. Réclamant le retrait de Maudet, leur dernier communiqué est un immense éclat de rire, bâti sur un énorme mensonge: leur alliance pèserait selon eux, plus du tiers de l'électorat en élection majoritaire... Quand cela, ou ça ?

Au Conseil National, à l'automne dernier, alors que toutes les voix de Poggia étaient doublées (ce qui sera impossible le 17 juin): 26%

Entente : 28,7%.

Le tiers à ma connaissance, c'est 33,33. En plus, le 17 juin, il faudra sortir en tête pour être élu.

Ces chiffres sont à corriger par le potentiel d'attractivité des candidats en dehors des partis...

Celui de Maudet semble extrêmement porteur. Probablement davantage que Lüscher, Barthassat ou Hiltpold, dans n'importe quelle élection.

Stauffer draine en revanche moins que Poggia. Ses différentes casserolles, son attachante personnalité et son verre d'eau lui barrent la route.

Si un avocat libéral susceptible prétend voter PS, on sait qu'une partie de l'UDC refusera de voter Stauffer. Quitte à dilapider ses voix.

Enfin, rappelons que comme déjà dit, 14% du corps électoral genevois réside en France voisine et qu'ils ne vont certainement pas voter pour le MCG. Pas davantage pour l'UDC si celle-ci s'allie avec ceux dont l'action peut les priver de leur job et diminueraient en tout cas leurs économies, placées dans l'acquisition de leur domicile... Tous ceux là vont majoritairement voter Maudet.

Les élections plus anciennes ont déjà été résumées ici: aux municipales d'il y a un an, en additionnant les résultats de toutes les communes, on note: 23% à la gauche, 40% à l’Entente, 10% au MCG-UDC et 27% de voix « sans parti », de nombreuses listes de petites communes étant sans étiquette et l’extrême gauche comme l'extrême droite n’étant pas présentes partout. Sale coup pour le MCG, les étrangers, leur gros réservoir aux municipales, ne votent pas pour les cantonales.

Au Grand Conseil de 2009 (sachant que les voix de l’extrême-gauche y sont dilapidées) :  31% à la gauche, 42% à l’Entente, 1% flottant entre les deux et 26% au MCG-UDC.

Donc Stauffer n'a clairement aucune chance d'être élu.

Maudet en a une. Petite, mais bien réelle.

Pour le reste, qu'est-ce que le MCG ? Un parti qui stigmatise une partie de la population des travailleurs de ce canton. Qui entretient à leur égard un climat de haine qui se traduit quotidiennement par des insultes à longueur de commentaires de la Tribune, mais aussi par des griffures sur les carroseries, des pneus crevés, des embûches de toutes sortes. Au niveau institutionnel, on prétend les priver d'accès à certaines professions ou à l'encadrement. Sans aucune autre raison que celle de leur domicile, qui ferait d'eux une catégorie à part. Et avec la bénédiction d'une partie importante de la population. Mais pas majoritaire.

Alors soyons clairs, Stauffer n'est pas Hitler et il n'a jamais écrit Mein Kampf, ni aucun bouquin d'ailleurs. Les frontaliers ne courrent aucun risque de se retrouver en camps de concentration, ce que l'UE ne laisserait évidemment jamais faire... Stauffer a bien évoqué la possibilité de parquer les déliquants dans des structures non conformes au droit et aux usages internationaux, ou de les renvoyer dans des cercueils, mais on peut mettre cela sur le compte d'un langage et d'une agressivité mal contrôlés. En revanche, on se réjouit d'assister aux étripées promises entre défenseurs des étrangers de Genève d'abord, et ceux des Suisse avant tout...

Reste le passé de Stauffer, les raisons qui font qu'il se promenait armé au Grand Conseil par exemple. On a beaucoup reproché à Mark Muller de profiter d'un logement dont le prix n'était pas à la heuteur de ce qu'il aurait pu payer. Reproche que l'on fait aujourd'hui aussi en France à nombre d'élus socialistes parisiens. Mais qu'est-ce à côté du fait d'élire - potentiellement pour prendre la tête de la police - quelqu'un qui reconnait devoir se promener armé pour se protéger de représailles liées aux démmêlés, dans la restauration, de sa famille avec la pègre marseillaise ?

Lorsqu'on lit les nouvelles alarmantes du Ministère Public fédéral au sujet des maffias italiennes, N'dranghetta et autres, qui investissent, par lessiveuses entières, dans des bistrots, ici, leurs petites économies illégales, veut-on vraiment d'un tel homme pour y faire face ? Lorsqu'on sait que le nettoyage de la place financière est l'un des enjeux vitaux de Genève, veut-on de quelqu'un qui a souhaité être rétribué comme apporteur d'affaires dans des cas de placement de fonds provenant de dirigeants politiques contestés dans leur propre pays ? Ce serait - au mieux - mettre en place un Vidcoq là où nous aurions grand besoin d'un Elliott Ness...

Ce serait peut-être efficace. Cela reste à prouver, l'homme n'ayant jamais réussi dans toute sa vie qu'à se faire élire à Onêx et restant extrêmement mystérieux sur ses recettes à la tête de la police... Mais ce serait très certainement désastreux pour l'image de notre canton. Et cette image là, elle vaut de l'or, c'est notre bien le plus précieux. Ne la gâchons pas.

Commentaires

C'est quand même incroyable M. Souaille que vous ne partagiez pas l'admiration béate d'un Décaillet concernant la classe, la rigueur intellectuelle, la réussite et la stature d'homme d'état d'un Stauffer, ou d'un Rappaz.

Je dois dire que l'avis de Charles Poncet sur cette élection est d'une rare pertinence...

Écrit par : Amusé | 29/03/2012

Je suis désolé, mais votre calcul des voix de la gauche est nettement en dessous de la réalité pour le Grand Conseil 2009: PS: 12.91 + Verts: 15.34; Sol/PDt + 6.40; + AVIVO 5.85= 40.5%!! Donc, la Gauche est bien placée!

Écrit par : Calcul | 29/03/2012

Effectivement, Calcul, je suis parti des élus, ce qui fait que les voix de l'extrême-gauche, n'ayant pas atteint le quorum, ne sont pas comptées. Comme je le disais. En partant des voix, on arrive à votre résultat, sans doute plus juste et qui donne 36% seulement à l'Entente. Et 23% au MCG-UDC.
Bon on peut pinailler pour savoir si tout l'Avivo vote à gauche (je connaissais un vice-président radical !), remarquer que les verts Lib vont sans doute prendre davantage aux Verts qu'à l'Alternative, que le MCG a pu mordiller un peu dans l'électorat de gauche, mais c'est juste, le favori est une favorite, la seule femme de la course.
Reste à la courir, cette course. Et à la gagner.

Écrit par : Philippe Souaille | 29/03/2012

Selon moi les Verts Libéraux prenne surtout des voix aux déçus du PLR. Notamment auprès des électeurs radicaux humanistes qui peine à se retrouver dans un PLR genevois très libéral et trop peu radical du genre Fazy ou Segond. Certe Maudet est candidat c'est un bon point pour ces électeurs. Toutefois je pense que les radicaux vont petit à petit venir grossir les rang des Verts Libéraux à l'image de ce qui ce fait déjà dans plusieurs communes genevoise...

Écrit par : Olivier | 29/03/2012

Lors des dernières élections nationales, les verts ont perdu 4,7% de voix. Que l'on retrouve pour moitié chez les jeunes verts et les verts de France voisine. Soit 2% partis chez les Verts Lib. Qui sont eux-mêmes constitués en partie d'ex-radicaux emmenés par Charly Schwarz, mais aussi d'ex-libéraux. Quant aux verts d'extrême gauche ils venaient à mon avis d'extrême-gauche et y sont restés.
Pour ma part, je pourrais me sentir plus proche des verts lib sur un point essentiel qui est le désir de rattachement à l'UE, trop délaissé à mon goût par le PLR, mais j'ai l'impression que Charly Schwarz n'est pas très clair sur cette question, si j'en crois certains de ses textes.
Mais pour une élection partielle dont on sait d'avance qu'un seul candidat passera, et très probablement au premier tour, il me parait tout à fait aberrant de faire passer les intérêts partisans en premier. Je peux le comprendre lorsqu'il y a un vrai désaccord idéologique grave comme avec le MCG, par exemple, mais entre les Verts Lib et le PLR, surtout représenté par Maudet, j'ai beau creuser, désolé, je ne vois pas.

Écrit par : Philippe Souaille | 29/03/2012

Suis estomaqué par l'article de l'Illustré, que je viens de découvrir ! Qui n'évoque pourtant que les faits ayant donné lieu à des enquêtes de police sérieuses, et pas le reste, comme cette conduite d'un scooter alors qu'il était sous l'effet d'un retrait de permis. Faute impardonnable, étonnamment classée par le parquet. Ce qui fait tout de même extrêmement désordre pour un type qui prétend devenir le Ministre de la Police !!!
Mais le pire, je crois que c'est Me Poggia qui prétend porter plainte pénale contre le magazine sous le prétexte du respect de la vie privée de l'individu. Que fait-il du respect du au citoyen, qui a quand même le droit d'être informé sur la personnalité de celui qui quémande sa voix, non ? Chacun des faits pour lequel Stauffer a été inquiété, selon l'Illustré, est à lui seul infiniment plus grave que ce que l'on a pu reprocher à Mark Muller, qu'il prétend remplacer. Et Mark Muller n'avait pas été condamné non plus.
Il est totalement incompréhensible et inadmissible qu'un individu puisse avoir des appuis à la gendarmerie avec un pedigree pareil. Même non condamné. Qui parlait déjà de République Bananière ??? Si Eric Stauffer veut le silence sur son passé, qu'il change de métier et cesse de briguer des mandats politiques.

Écrit par : Philippe Souaille | 29/03/2012

A vrai dire, si les genevois avaient deux sous de jugeotte, et lisaient l'Illustré, il sortirait bon dernier de cette élection. Pour se présenter comme candidat dans un parti démocratique, vous devez montrer non seulement votre casier judiciaire vierge et votre avis de non-poursuite, mais aussi faire état des différentes affaires susceptibles de remonter à la surface et d'éclabousser votre candidature et le parti avec. Mais évidemment, quand vous êtes le grand manie tout du parti, vous pouvez juste passer devant vous et vous. Pratique non ?

Écrit par : Petit Chaperon Rouge | 29/03/2012

Si Stauffer a le profil pour devenir Conseiller d'Etat, moi je veux devenir Président de l'Empire Galactique.

Écrit par : Homme Vert | 29/03/2012

Votre calcul est à côté de la plaque M.Souaille. M. Stauffer va être plébisciter le 17 juin. Il faut aller dans la rue prendre la température pour se rendre compte de la tendance qui va sortir des urnes le jour J.

Écrit par : Amar | 29/03/2012

@ps

Stauffer n'a, circulation routière mise à part, jamais fait l'objet de condamnation pénale. Et pourtant, vous réagissez comme s'il s'était rendu coupable des faits qui ont donné lieu aux enquêtes relatées par l'Illustré. Je pourrais me contenter de relever que vous violez l'un des principes cardinal de notre civilisation, la présomption d'innocence. Mais je crois plus utile de relever que notre société, notre justice et notre police, aiment à soupçonner et à se pencher sur ceux qui ont la "gueule à ..." et que Stauffer, victime dans sa jeunesse des difficultés liées à un meurtre dans son proche milieu familial, à très tôt et de ce fait, acquis une "gueule à ...". Dès lors il n'en faut pas plus pour expliquer que Stauffer ait à plusieurs reprises été ausculté par notre police et notre justice, sans toutefois que rien ne soit retenu contre lui.

Ces enquêtes ont l'avantage pour Stauffer qu'elles ont démontré qu'il était un honnête homme. Vous, Philippe Souaille, êtes innocent, certes, mais si vous l'êtes c'est parce que vous être présumé innocent et non pas parce que l'on a étudié de près vos agissements.

S'agissant de la conduite sans permis d'une deux roues, il est fort possible que l'affaire ait été classée par le parquet sans que cela ne soit le fruit d'un passe-droit. Il me semble que Stauffer déplaçait un deux roues d'un garage jusqu'à chez lui pour l'y stationner alors qu'il arrivait à la fin de suspension de son permis. Si tel est bien le cas, il est fort possible qu'il y ait eu classement, car à Genève la justice -et les tribunaux y veillent avec grand scrupule- est très laxiste en la matière. Par exemple, il est de jurisprudence que les condamnations fermes pour conduite sans permis sont quasiment impossibles dans ce canton alors que dans d'autres cantons le sursis est loin d'être acquis d'avance.

Enfin, Stauffer n'a jamais volé 50'000 francs dans la caisse de la Constituante comme l'a allégué une dizaine de fois un député en profitant opportunément de la télévision et lâchement de son immunité parlementaire.

Quant à l'article de l'Illustré qui a pendant une certain temps été mis sur le net puisque c'est là que je l'ai lu et récupéré, il n'existe plus sur la page de l'Illustré. En aucun cas cet article ne laisse entendre que Stauffer a quoi que ce soit à faire dans un meurtre. A la lecture de l'Illustré on comprend que la vie du jeune Stauffer a du être très dure suite à un meurtre commis dans son milieu familial proche. Laisser entendre que l'Illustré laisse entendre quoique ce soit d'autre est attenter à l'honneur de l'illustré.

Passer ce drame aurait été dissimuler une clef de la psychologie de Stauffer et l'explication de l'emballement de nos institutions.

Voyez-vous, à mes yeux, cet article de l'Illustré démontre les travers de nos institutions et de nos mode de penser et me fait découvrir Stauffer sous un angle encore moins déplaisant qu'auparavant. Et je découvre en lui une sacré faculté de résilience, faculté nécessaire en politique, et que n'avait guère Mark Müller son prédécesseur au Conseil d'Etat.

Écrit par : CEDH | 30/03/2012

En dehors de certains médias qui ont bien compris à quel point cela pouvait être rentable de surfer sur la vague populiste, je pense sincèrement (et Dieu sait à quel point, j’ai des doutes sur les motivations des médias) que tous les journalistes qui prennent la peine d’enquêter sur Eric Stauffer font, en l’occurrence, un véritable travail d’utilité public et même de prévention.

En effet, à force d’être caressé dans le sens de ses frustrations, il est clair qu’il y a un public prêt à voter pour ceux qui se présentent contre l’ordre établi. Et comme, en plus, la classe politique traditionnelle se distingue plus par ses gaffes et autres errements que par des propositions constructives, on arrive à comprendre pourquoi certains se mettent à croire que le MCG pourrait être le remède miracle à tous les maux de la république.

Sauf que si celui-ci existait ça se saurait et ce n’est en tout cas pas un homme qui traine autant de casseroles et qui a un comportement aussi limite qui va pouvoir, d’un coup de baguette magique, régler tout les problèmes.
Au contraire, son élection serait la pire la chose qui pourrait arriver à Genève et du coup s’il faut faire du « Stauffer Blashing » durant toute la campagne, on le fera, ce n’est pas forcément très intéressant, mais l’image et l’avenir de Genève le valent bien….

Écrit par : Vincent | 30/03/2012

Si je comprend bien ,il ne serait pas nécessaire de voter,les deux autres candidats se retireraient devant la fulgurance et la compétence réunies , suite à la fusion froide découverte pas loin du CERN entre les particules UDC et MCG.
Question subsidiaire, pourquoi Maitre P. conseiller national refuse de siéger aux côtés des députés UDC ce qui lui permettrait de participer aux travaux d'une ou plusieurs commissions et ainsi avoir une efficacité et une visibilité considérablement augmentée , j'ai une petite idée sur la question .... et vous.?P.S. Il faudra bientôt un procureur à plein temps pour instruire les plaintes émanant du MCG.

Écrit par : briand | 30/03/2012

CEDH, vous êtes hilarant(e). Une vraie groupie, comme Pascal Décaillet et tous ceux prêts à avaler n'importe quelle couleuvre, même les plus indigestes du moment qu'elle est née du sacro-sein de votre sauveur bien-aimé. Capable de vous emporter au 7ème ciel en louant un Airbus alors qu'il n'a pas un rond. Stauffer avait 28 ans au moment du meurtre de son beau-père. Il était déjà passé par les services secrets, à ce qu'il raconte, où l'on n'embauche généralement pas les enfants de choeur. Et vous osez venir parler de résilience et de traumatisme dans sa jeunesse?
Les plaintes réitérées de sa compagne pour violences, à la même époque, ont toutes été retirées par la-dite compagne. Aujourd'hui, cela ne serait plus possible, car c'est poursuivi d'office. Si cela s'était déroulé l'an dernier, M. Stauffer serait aujourd'hui très probablement condamné à quelques mois de prison... J'ai connu cela avec une personne qui m'était très proche, qui elle aussi avait retiré ses plaintes et dont le compagnon a finalement fait plusieurs mois de prison. Sans même pour cela avoir été soupçonné d'avoir mis le feu à son appartement.
Et puis il y a le scooter sans permis (juste à quelques jours du délai...), les démmêlés à l'Ile Maurice, les Airbus qu'on loue pour épater le client... L'avis de cette amie psychologue qui ne le connaissait ni d'Eve ni d'Adam: "Ce type a un ego disproportionné, qu'il ne contrôle pas". Avis corroboré et explicité par un élu de l'UDC, ce nouveau parti-frère: "Le problème de Stauffer, c'est qu'il n'a aucune inhibition, aucune petite lumière qui clignote pour l'avertir qu'il dépasse les bornes et comme il a toujours réussi à passer entre les gouttes, il se croit tout permis".
Pour moi, ce meurtre, n'est pas le problème. Je l'ignorais jusqu'à hier et cela ne m'a jamais empêché de considérer Stauffer comme quelqu'un de dangereux. Je pourrais vous rappeler qu'Al Capone n'a jamais pu être reconnu coupable de rien, sauf de fraude fiscale et que tant qu'on ne l'avait pas coincé pour fraude fiscale, il restait libre de vaquer à ses affaires... De là à l'élire à la mairie de Chicago, il y a une marge! Attention, je ne dis pas que Stauffer est Al Capone. Je dis juste qu'il est sain qu'un homme dont on n'a pas pu prouver qu'il était coupable, soit présumé innocent. Et que Stauffer n'a pas bénéficié de non-lieux dans la plupart des affaires dans lesquelles il a été impliqué. Juste de classement. Comme Mark Muller dans l'affaire du barman.
Il existe un truc qui s'appelle le principe de précaution. Si un type est soupçonné mais qu'on ne peut rien prouver contre lui, il est présumé innocent. C'est très bien ainsi. Mais de là à lui offrir le bon dieu sans confession, ni concession - ou un poste de conseiller d'Etat chef de la police - il y a une énorme marge.

Écrit par : Philippe Souaille | 30/03/2012

Le meurtre n'est toujours pas élucidé, on sait juste que le vol n'était pas le mobile et que Stauffer en avait un de mobile, qu'il est de caractère violent et remarquablement malin. Que le sang de l'autre personne sur le couteau n'est pas le sien. Voili voilà... Je suis amateur de polars et de séries américaines (comme Gominator sans doute) et je peux vous sortir mille explications plausibles faisant qu'un M. X (pas Stauffer, bien sûr, lui est présumé innocent), soupçonnable dans une telle situation, pourrait avoir payé quelqu'un ou même simplement laissé traîner l'arme du crime en ayant pris soin, dûment ganté, d'y mêler le sang d'une tierce personne. Alors M. Souaille, parlant du principe de précaution, je vous approuve, c'est exactement ça.

Écrit par : Inspecteur Clouzot | 30/03/2012

M. Amar, si la rue devait être le meilleur baromètre électoral, Mélenchon serait élu en France, ou peut-être même Le Pen. Mais ce ne sera pas le cas. Il y aura deux autres personnes, au moins, devant (et j'espère trois...). Parce que tous les gens qui votent ne sont pas dans la rue et que ceux qui y sont ne votent pas forcément. En plus, dans l'urne ou devant son enveloppe, on réfléchit et on s'informe. On ne vote pas sur un coup de tête. Du moins peut-on l'espérer.
L'UDC a fait une hénaurme baitise en se ralliant au panache blanc-blanc de M. Stauffer sans l'avoir été reniflé de plus près. Elle va le payer cash. Mais taaannnt mieeeuuux !

Écrit par : Philippe Souaille | 30/03/2012

Hihihi, je ne peux me retenir de citer cette fort pertinente remarque d'Antoine Vielliard, sur sa page Facebook. Il me pardonnera j'espère:
"Si je comprends bien l'accord signé entre le MCG et l'UDC, l'UDC doit contribuer à faire élire Pierre Maudet aux partielles du Conseil d'Etat pour avoir le soutient du MCG aux élections municipales partielles qui suivront en ville de Genève ? L'UDC a fait une bonne affaire et les négociateurs du MCG m'ont l'air aussi visionnaire sur l'avenir de leur parti que sur l'avenir de la région genevoise !"

Écrit par : Philippe Souaille | 30/03/2012

Il a raison, pour une fois Vielliard. Et j'ai l'impression que c'est pour ça que Stauffer a fait faillite et se plante régulièrement dans ce qu'il entreprend: il se croit trop malin, alors du coup il laisse passer le détail qui tue...

Écrit par : Don Corleone | 30/03/2012

Faut-il que Genève soit bien malade pour que certains de ses citoyens songent à faire appel à un "marabout" pour la guérir de tous les maux dont elle souffre. Encore faudrait-il que ledit "marabout" puisse justifier de certaines compétences thérapeutiques et qu'il ait quelques références à faire valoir pour le travail en équipe, lui qui prétend siéger au sein d'un Conseil d’État où la cohésion et l'efficacité doivent primer sur les intérêts particuliers.

Du C-V de l'impétrant Eric S., on ne connait pas grand chose en vérité. On entend beaucoup de rumeurs, mais on ne connait rien, ni de sa formation, ni de son cursus professionnel. Le MCG ne communique pas sur le sujet. J'ai donc eu la curiosité de consulter "Wikipedia" à toutes fins utiles et en désespoir de cause et là ô surprise, l'homme est cité et décrit. Si l'on en croit "Wikipedia", sa carrière serait une succession d'échecs dans le domaine financier.

Dans de telles conditions, je ne vois pas vraiment d'éléments probants susceptibles de transformer les échecs professionnels d'Eric S. en succès politiques ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 30/03/2012

Effectivement les chiffres ne mentent pas, eux. Ils ne prédisent pas l'avenir non plus, eux. Et surtout ils sont sans haine ni mesquinerie, EUX.

Écrit par : Eastwood | 30/03/2012

@ Vincent :

Je souhaite relever la pertinence et l'excellence de votre commentaire !

@ CEDH :

Je vous ai connu beaucoup plus sourcilleux lors de l'élection partielle à la "Cour des Comptes" avec le candidat René Longet qui ne remplissait pas tous les critères requis -- ce en quoi j'étais d'ailleurs parfaitement d'accord avec vous !

J'admets bien volontiers que les fonctions ne sont pas les mêmes et les critères également, mais je m'interroge tout de même sur votre objectivité et votre complaisance à l'égard du candidat Eric S.

Vous fondant sur l'article de L'Illustré, vous trouvez chez cet homme "une sacrée faculté de résilience" ... Est-ce la qualité première que l'on attend d'un homme politique ? Cette qualité me semble en revanche revenir souvent chez les dictateurs qui ont jalonné l'histoire ...

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 30/03/2012

Haineux et mesquin Eastwood ? Parce que je souligne - en pleine campagne électorale - qu'il me parait inadapté d'élire à la tête des services de police un homme qui a eu maille à partir a de nombreuses reprises avec ces mêmes services, ainsi qu'avec la justice de mon pays ? Et que s'il n'a jamais été condamné à ce jour il ne le doit qu'au retrait de plusieurs plaintes et au classement des autres, mais non pas à des au non lieux qui l'auraient blanchi? Ce qui le met exactement dans la meme situation, mais à la puissance x, de celui qu'il prétend remplacer ? Celui même qui a été démissionné par l'opinion publique et l'acharnement médiatique attisé entre autres par son successeur potentiel ? Acharnement médiatique que je trouve pour ma part d'une très étonnante gentillesse à l'égard du candidat dont on parle. Tout le monde sait pourquoi: il fait peur, il fout les chocottes, il terrorise. Avant même d'être élu. Qu'est-ce que ce sera lorsqu'il le sera et à la tête de la police en plus ! Heureusement, il ne le sera pas. Je ne veux pas croire que l'électeur puisse se laisser enjôler par la seule voix de ce bonimenteur de foire qui promet monts et merveilles et emmène ses clients en Airbus...
Je note que pour protéger son passé, et empêcher que le public puisse en être informé, il menace les journalistes de plainte pénale si ils osent en parler. Ce que son prédécesseur, pour des faits infiniment moins graves, n'aurait jamais osé faire. Parce qu'il était un démocrate, lui. En portant plainte en pleine élection pour tenter de protéger l'omerta, la loi du silence sur son passé, Eric Stauffer vient de prouver qu'il n'était pas un démocrate.

Écrit par : Philippe Souaille | 31/03/2012

Sur son blog du 30.03.12, Henry RAPPAZ égratigne quelque peu Philippe Souaille. Certes, rien de bien méchant, simplement que sieur Henry est persuadé que son patron MCG, le Vociferator Antifrouzitus (excellent surnom proposeé par P. Souaille), va être élu au Conseil d'Etat.
S'il est élu, je n'y crois absolument pas, ce sera uniquement grâce à l'accord conclu avec l'UDC.

Or, pour rapppel, voici ce que publiait sieur Henry Rappaz sur son blog, six mois auparavant, au sujet de la présidente de l'UDC :

"24.10.2011
CELINE AMAUDRUZ: Elle montre ce qu'elle peut... et c'est peu !
Si, parait-il, elle sait murmurer à l'oreille des chevaux, ce qui nous étonne car on ne l'a jamais entendue parler posément au Parlement, où elle préfère généralement aboyer pour dire du mal de notre parti ; ce qui est pour elle généralement le seul argument de ses prises de parole !

Céline Amaudruz est la femme aussi qui mugit contre le MCG les pires âneries quand Léman Bleu lui accorde le micro, nos l'avons constaté hier soir sur le plateau d'Uni II.

Mais ce qui nous a franchement donné envie de lui répondre aujourd'hui , c'est que cette députée ose dire de nos collègues, si actifs lors des séances de commissions parlementaires, que ces derniers ne font rien ; cela après les cascades d'amendements et de projets de loi qu'ils déposent régulièrement; fallait oser le dire !

Alors, nous le MCG sommes de grands privilégiés de pouvoir siéger aux côtés de cette impolie cavalière ; dont certaines mauvaises langues prétendent qu'elle est à la botte de d'un lobby d'assurances, (mon-dieu que les gens sont méchants !) cependant il faut le dénoncer, car la Céline en séance est voisine de nos sièges et voulez-vous savoir comment elle pratique pour assurer cette mission ? (Là aussi il faut oser), régulièrement Céline Amaudruz arrive avec presque une heure de retard, pour uniquement jouer continuellement avec son téléphone portable pour envoyer des messages. Puis, comme elle doit sans doute monter à cheval, elle quitte la salle sans autre forme de procès (normal me direz-vous pour une avocate) et s'en va vingt minutes avant la fin de séance, non sans oublier d'avoir signé deux heures de présence pour assurer ses jetons...de présence bâclée !

Nous n'acceptons pas, vous l'aurez compris d'être calomnié par une « fraudeuse » sans talent autre que celui d'afficher des décolletés provoquant pour endormir les membres fascinés de l'UDC... un parti de surcroit en perte de vitesse aux récentes élections, dont je rappelle également avoir été président pendant plusieurs années, quand elle faisait encore « rondin-picotin » à la maternelle .

Henry Rappaz et Marie-Thérèse Engelberts
Députés Grand Conseil GE"


Alors, opportunistes les MCGistes, mais non voyons...

PS : merci les archives internet.

Écrit par : JMC | 31/03/2012

Rappaz oublie surtout de préciser qu'il a été exclu de l'UDC pour son comportement raciste ! Il faut le faire, mais dénote assez bien le niveau intellectuel du personnage: insignifiant.
Stauffer, bien qu'ayant quitté l'école à 15 ans, est d'un tout autre calibre, infiniment plus dangereux, parce que malin comme un singe. Tellement malin qu'il pense pouvoir se faire élire ministre des flics de la République bananière de piogre. Ces mêmes flics qui ont enquêté sur lui à de réitérées reprises, l'envoyant au moins deux fois à chandoll, sans jamais rien réussir à prouver. Le coup est fumant !
Il vient déjà d'en réussir un autre : faire élire à lui seul le nouveau Ministre de la Justice, alias PG. Ce qui, pense-t-il dans sa malignité d'homme se croyant au dessus des lois, devrait lui assurer des retours d'ascenseurs. Fort heureusement, le nouveau PG, que l'on dit un homme droit, assure urbi et orbi qu'il ne doit rien, non rien de rien, à ce trouble personnage. Vigilance il devra y avoir à cet égard et vigilance il y aura.

Écrit par : Saint-Antoine | 31/03/2012

soyons juste: le triste Sir Henry se paye aussi la candidate socialiste "la séduisante top-modèle Anne-Emery-Torracinta " que d'élégance dans la misogynie du Cinéaste du MCG star du cinéma muet au Grand Conseil

Écrit par : briand | 31/03/2012

@ Philippe Souaille

Le non-lieu n'est pas resté de droit très longtemps en droit genevois. Si lors de l'adoption du code de procédure pénale de 1978, l'absence de recours au juge du siège contre une inculpation était justifié aux yeux de la doctrine par un droit ultérieur au non-lieu, espèce de dé-inculpation rétroactive, il a vite été renoncé à ce droit au non-lieu, car il générait de trop lourdes et coûteuses procédures pour la justice et était devenu parfaitement inutile au vu de la reconnaissance par la société du principe constitutionnel de présomption d'innocence. C'est dire que lorsque vous affirmez que Stauffer est coupable faute d'avoir bénéficié d'un non lieu, vous faites erreur. Vos considérations quant à l'évolution du droit en matière de plainte pénale en cas de violence sont du même acabit : une nouvelle approximation de circonstance.

Mais qu'importe, on ne saurait vous blâmer d'être ignorant. Par contre, vous savez très bien que n'est coupable que celui qui a fait l'objet d'un jugement définitif le condamnant et vous savez très bien que Stauffer n'a jamais été condamné à raison des comportements que vous lui prêtez. C'est-dire que vous faites une erreur volontaire. Vous ne dites plus des choses désagréables mais néanmoins vraies, ce qui peut être salutaire pendant une campagne électorale, vous proférez sciemment des allégations que vous savez fausses : vous sombrez dans la calomnie.

Vous calomniez comme votre ami et néanmoins collègue du PLR Weiss qui, au Grand Conseil et devant les caméras de télévision, a accusé environ dix fois Stauffer d'être un voleur. D'avoir volé 50'000 francs dans les caisses de la Constituante. Accusation mensongère comme chacun s'accorde à le reconnaitre. Ce qui est d'ailleurs évident dès lors que la justice administrative qui s'est penchée sur cette indemnité parlementaire n'a rien trouvé de répréhensible qui aurait justifié transmission de la procédure au Procureur général.

Calomnie. Votre diatribe n'est que calomnie. La calomnie est votre propagande électorale.

L'odieuse et disproportionnée mesure prononcée par les bien-pensants du Grand Conseil contre Stauffer : 5 mois de suspension pour avoir jeté de loin un verre d'eau tempérée afin de mettre fin au délit de calomnie en cours dont il était victime, acte de légitime défense parfaitement licite et autorisé par le droit fédéral, participe de la démarche à laquelle vous vous associez : étouffer, disqualifier, calomnier.

Je ne suis pas un(e) groupie de Stauffer. Ni un fan du MCG. Et vous le savez très bien. Mais les méthodes sournoises et tordues des bien-pensants, méthodes auxquelles vous vous associez, m'indisposent.

Écrit par : CEDH | 31/03/2012

CEDH, vous affabulez, déformez, et arrangez les choses. Je n'ai jamais écrit que Stauffer était coupable. J'ai dit qu'il avait eu maille à partir avec la police et la justice et qu'il avait ce que l'on appelle des casseroles. Pour des faits graves. Que certains de ces faits étaient aujourd'hui poursuivis d'office et qu'à l'époque ils ne l'étaient pas, le retrait d'une plainte suffisant à étouffer l'affaire, au grand dam de la justice.
C'est amusant que vous le défendiez sans cesse dans l'histoire des 50 000 francs, qui posaient problème pour deux raisons: cet argent est censé rétribuer un assistant parlementaire et les charges sociales afférentes. Or il n'y a eu ni engagement d'assistant parlementaire, ni paiement des charges sociales Et l'argent a du être rendu. Plus exactement, il a été prélevé d'autorité par la constituante, le MCG ne rendant pas l'argent. Il semble que M. Stauffer a tenté de se faire passer pour l'assistant parlementaire de la constituante (!!!) et que dans tous les cas, les charges n'avaient pas été payées.
Ce qui m'amuse, c'est que das d'autres affaires, ici même vous montiez au créneau contre des entreprises utilisant les services d'indépendants dûments déclarés et payant leurs charges eux-mêmes, au motif que c'était déloyal pour les caisses d'assurances sociales. Je ne comprends pas votre double discours, bien dans un cas, mal dans l'autre. A moins que vous ne soyiez dans une posture de groupie adorant le veau d'or, l'homme miracle qui n'a jamais rien réussi de sa vie, qui a du à plusieurs reprises s'en expliquer devant les tribunaux et qui tout soudain deviendrait capable de résoudre quelques uns des problèmes les plus compliqués de notre société ? Sans avancer d'ailleurs le moindre programme quant à la manière d'y arriver !
En fait ce n'est pas au veau d'or qu'il me fait penser, c'est au guru d'une secte. Vous faites dorénavant partie de ses adorateurs. C'est votre droit, nous sommes en démocratie. Mais souffrez que l'on questionne tout de même les pouvoirs magiques de votre guru, ainsi que ses antécédents judiciaires.
La politique est sans doute le seul domaine où l'on peut escroquer les gens en leur vendant du vent tout en leur promettant monts et merveilles, sans risquer de se voir condamné en fin de mandat si l'on n'a juste rien fait. Malheureusement, Piogre n'a plus les moyens de s'offrir ce genre d'amusements. Et franchement, le coup de la location de l'Airbus, moi, il me reste en travers du gosier... Il y a aussi des gens qui ont réussi à vendre la Tour Eiffel à des Américains. Franchement, vous les auriez élus Maire de Paris, vous ?

Écrit par : Philippe Souaille | 31/03/2012

Juste une question aux spécialistes du droit. Quand on se fait retirer son permis de conduire, la sanction n’est pas une condamnation ? Et si la même personne se fait attraper à circuler sans permis, il n’y a pas de sanction ou de condamnation ?

Écrit par : PA Gilliéron | 31/03/2012

Les commentaires sont fermés.