01/04/2012

Acculé par Décaillet Stauffer renonce à se présenter

C’était un « Genève à chaud » apparemment comme les autres. Comme d’hab, il y avait Stauffer. Sauf que l’on s’est très vite aperçu que quelque chose clochait. Stauffer n’était pas interrogé sur les autres, mais sur lui-même. Et Décaillet, comme à son habitude, avec ses autres invités, ne lâchait pas le morceau. Ce qui avait le don d’énerver le leader du MCG. Les questions qui lui étaient posées étaient pourtant toutes simples, du genre de celles que l’on pose à n’importe quel entretien d’embauche, même pour devenir technicien de surface ou responsable liquide au supermarché du coin. Avez-vous un CV et que ferez-vous une fois nommé ?

Là, on s’est très vite aperçu qu’Eric Stauffer n’avait pas de programme, mais qu’il avait un CV. Et Décaillet, stimulé par ces zones d’ombre et de mystère entourant le personnage, s’est mis à creuser la question avec le talent qu’on lui connait.

Est-vrai que vous avez quitté l’école à 15 ans ? Qu’avez-vous fait entre cet âge et 28 ans ? De quoi avez-vous vécu ?

Est-ce vrai que vous avez fait de la prison à au moins deux reprises ?

Est-ce vrai que votre ancienne campagne a porté plainte pour violence contre vous à plusieurs reprises avant de retirer sa plainte à chaque fois ?

Est-ce vrai que vous avez fait faillite à plusieurs reprises ?

Est-ce vrai que vous avez tenté d’apporter en Suisse l’argent de responsables politiques étrangers ?

Est-ce vrai que vous avez été arrêté en conduisant alors que vous étiez sous le coup d’un retrait de permis ? Pour quelle raison d’ailleurs ?

Est-ce vrai que vous vous rendiez aux séances du Grand Conseil avec une arme sur vous ? Et pour quelle raison ?

Est-ce vrai que vous avez eu des empoignades physiques à au moins deux reprises au Grand Conseil, en plus du verre d’eau, et aussi à Onex, à la sortie d’une séance houleuse de conseil municipal ?

Etes-vous conscient qu’une seule de ces peccadilles serait de nature à pousser à la démission la plupart des politiciens de ce pays ?

Là-dessus, saisi brusquement par l’incongruité de sa démarche et comme touché par le Saint-Esprit, Eric Stauffer prit une inspiration et le regard apaisé, affirma : « Oui, vous avez raison, une peccadille, ça va, mais à la demi-douzaine, bonjour les dégâts. J’ai compris, je ne veux pas faire davantage de torts à mon canton et à l’image de la politique, je me retire, j’abandonne la course, je renonce: votez utile, votez ... »

Et là, tout à coup, je me suis réveillé, on était le 1er avril. On l’est toujours.

ps: au fait, merci à mes 7500 lecteurs différents du mois de mars.

Commentaires

Tout ce qui est excessif est insignifiant.
Vos excès sont là pour confirmer cet adage.

Si vous vous donniez la peine (vous vous contentez d'en avoir) de savoir si tout ce ramassis de veuleries contre un élu de la république est juste, vous sauriez qu'il n'en n'est rien.

Je suis très heureux d'apprendre que l'homme d'honneur (en plus d'être donneur de leçons) que vous êtes a accepté de rencontrer, face à face Eric Stauffer sur le plateau de M. Décaillet pour mettre au grand jour la vraie vérité et donner aux citoyennes et citoyens les bonnes réponses.

Malheureusement, vous êtes comme les chiens de Bourgoin qui jappent de loin (pas de moi mais San Antonio) et affronter à la loyale c'est pas votre truc à vous et ce débat n'existe que parce que nous sommes le 1er avril!

Écrit par : Raimond Tancavel | 01/04/2012

Ce qui m'a surpris dans ce numéro de Genève à Chaud , pas d'Homère, foin de Alcée de Mytilène pas vu de Sophocle , sauf au moment oû Stauffer avoue préférer Echyle et que Pascal lui demande de porc?
Là j'ai éteint le poste et je me suis vautré avec mon Guy des Cars.

Écrit par : briand | 01/04/2012

Mais dites-moi ce n'est pas d'un poisson d'avril, mais d'un barracuda dont il est question ici !

En ce qui concerne le lancé du verre d'eau, je trouve que vous exagérez un peu, puisque l'un de vos fidèles lecteurs a précisé "qu'il avait été lancé de loin et surtout que l'eau était tempérée " (sic) ! Ce qui atténue sensiblement la gravité du geste vous en conviendrez ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 01/04/2012

Joli !

Écrit par : Pascal Décaillet | 01/04/2012

M. Tancavel, nous semblons donc au moins d'accord sur deux choses:
la litanie d'affaires ci-dessus fait vraiment beaucoup pour un seul homme, même si aucune n'a abouti à une condamnation. Elle parait clairement excessive pour oser postuler à la tête de la police cantonale. D'ailleurs, si l'on n'était pas en politique, le DRH (frontalier ou pas) qui retiendrait ce CV pour répondre à une offre d'emploi "chef de la police" se ferait enfermer à Belle Idée illico presto...
Le deuxième point d'accord est que l'existence d'un tel palmarès mérite d'être portée à la connaissance des électeurs qui vont avoir à se prononcer dans le silence des urnes. Cela me parait même essentiel en démocratie. On n'élit pas quelqu'un à un poste à responsabilité sans savoir ce qu'il a fait de sa vie. Pour Pierre maudet, c'est clair, depuis l'âge de 17 ans, son CV est connu. Pour Mme Torracinta, c'est encore mieux, on sait qui elle est depuis sa naissance, père et mère oblige...
Pour le reste, je ne crois pas avoir jamais décliné une invitation de Pascal Décaillet, mais il se trouve qu'il ne m'invite pas. Ceci dit, cela n'est pas à moi de faire ce boulot, c'est à lui qu'il revient de poser ces questions, dans la mesure où tous les éléments ci-dessus ont fait l'objet d'articles de presse, voire même de films postés sur You Tube, se sont déroulés devant témoins et/ou ont été l'objet de plaintes qui ont à l'époque été traitées par la police et/ou la justice, certains étant également mentionnés par Wikipedia.
Pour ma part, je peux parler de certains des évènements ci-dessus, mais si une telle rencontre était organisée, il conviendrait d'inviter également le journaliste de l'Illustré qui a longuement enquêté sur les faits les plus saillants, contre lequel, à ce qu'on dit, Eric Stauffer a porté plainte.

Écrit par : Philippe Souaille | 01/04/2012

Hé ben..... Avec un bilan pareil, le Stauffre est en droit de demander à bénéficier du plan Maghreb de Mme Rochat.

Écrit par : JMC | 01/04/2012

Vous avez oublié le meilleur, Sir Henri Rappaz a finalement trouvé un neurone. Il va enfin pouvoir se reconstituer un 2ieme pilier et pas le donner à gentiment à son prochain.

C'est quand même beau la démocratie quand un winner comme ça peut être élu.

Écrit par : Paul Musy | 01/04/2012

J'adhère totalement à votre vision. Homme ou femme, sans instruction ni éducation ni savoir-vivre ne doit pas porter un mandat d'élu-e. Hélas, en l'absence de critères légaux suffisamment explicites ou complets, c'est l'électeur qui décide. Cela étant, qui dit que Stauffer, le cas échéant, soit le nouveau ministre de la Police ? Pensez-vous un seul instant que le Conseil d'Etat lui cèdera ce Département ? Au président du parti des flics ? Une deuxième affaire Hainard ? Ou pensez-vous que l'on va maintenir la sale habitude de confier la Police au dernier venu, au moins qualifié, ou à un CE en roue libre ? Je reconnais pourtant que Madame Rochat a bien des mérites.

Écrit par : Paul Marbach | 02/04/2012

Bravo Philippe

Écrit par : naville vincent | 03/04/2012

Les commentaires sont fermés.